Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pardon Seigneur ! Pardon ...

Publié le par Miniritou

 

Publié dans Vidéos

Partager cet article

Repost0

Objection de conscience urgente : la théorie du gender

Publié le par Miniritou

Les nouveaux programmes des lycées en France à la rentrée 2011 imposent la théorie du GENDER comme un absolu. 


Cette théorie, qui trouve des fondements dans les revendications des milieux féministes américains dans les années 70,  veut déconstruire tout ce qui peut rappeler les normes d’une société fondée sur la différence sexuelle : autrement dit : être homme ou femme n'a pas

 

d'importance : seuls les déterminismes sociaux nous font pencher vers une orientation sexuelle et  cela conduit donc à un relativisme anthropologique des plus pernicieux et destructurant !

 

 

Pour résumer : c'est une entreprise de démolition généralisée de l'identité de l'être humain qui est à l'oeuvre au sein de la noble Education Nationale.


P1030986.JPG

Dans les lycées de France, va être sabordé en douceur mais de manière radicale et extrêmement nette, la conception d'une société basée sur une altérité et une complémentarité HOMME/FEMME. Et d'une portée bien plus grande que les questions morales qui touchent à des choix importants (avortement ; euthanasie), la théorie du Genre va anéantir non seulement la société dans ses structures mêmes, mais aussi l'être humain lui-même, qui perdra des repères fondamentaux.


Une mobilisation s'impose !


Je ne suis ni anthropologue, ni psychologue ; ma formation ne peut prétendre à avoir un regard bien éclairé sur ces questions : mais il faut avoir de la merde dans les yeux pour ne pas comprendre qu'on est en train, avec l'aide de lobbies qui travaillent sans doute en sous-marins, d'assassiner des principes fondamentaux d'une vie en société ou chacun, qu'il soit homme ou femme puisse être respecté et accueilli dans son identité. Car toute personne humaine est une histoire sacrée. Nous ne sommes pas des êtres interchangeables.

 

Cette question me semble d'une gravité immense et d'une urgence absolue !

Publié dans coups de gueule

Partager cet article

Repost0

Communiquer

Publié le par Miniritou

La journée des communication sociales a lieu cette année le 5 juin. Elle est l’occasion chaque année de mettre en avant les moyens qui peuvent être mis au service de l’Evangile. Vous lisez cette page internet, mais connaissez-vous le tous ces sites catholiques qui aident à nourir notre foi ?  Dans notre paroisse,  nous avons le journal paroissial THEO COURANT. Vous écoutez sans doute  la radio  tous les jours dans la voiture, mais connaissez RCF pays Tarnais (Albi 99.6 FM) ? 

Vous aimez surfer sur internet ? Mais connaissez-vous le site diocésain  ( http://catholique-tarn.cef.fr ) Vous lisez des revues ou un quotidien ?  Un regard chrétien sur l’actualité, avec un quotidien, ou de nombreuses revues hebdomadaires, est-il superflu ?

Quand les média nous font avaler des « infos » à en vomir, comme si ce qui se passe dans un tribunal de New York était la seule info essentielle de la semaine, faut-il accepter de nous laisser  transformer en moutons de panurge, par les média prêts à nous enfermer dans une pensée unique et prédigérée ?

Il ya des sites, des applications sur notre portable, des blogs, des réseaux sociaux sur internet qui peuvent être de précieux alliés pour partager notre foi ou nous laisser questionner sur nos convictions, sur notre relation au Christ, et sur notre vie chrétienne.

Etre chrétien, n’est-ce pas être capable d’être dans le monde, attentif aux misères et aux crises que traversent les hommes nos frères, sans oublier de chercher les germes d’espérance dans lesquels Dieu crie sa présence dans un monde affamé d’amour ?

Pour communiquer, il ne suffit pas d’avoir balancé un message sur le répondeur, ou d’avoir envoyé dans une boite ( virtuelle ou postale) un courrier (el), il faut que l’émetteur et le récepteur puissent se « reconnaitre » et aient la volonté de partager un message, de partager du temps pour donner et de recevoir.

 De la communication à la communion, il n’y a qu’un pas  ! Osons le franchir, et pas seulement en théorie !

 

 

Publié dans Regards sur le monde

Partager cet article

Repost0

Plus de prêtre dans la paroisse en 2012...

Publié le par Miniritou

15 mai : Journée mondiale de prière pour les vocations

 

  Ca y est ! C’est officiel : il n’y aura plus de prêtre en 2012 dans notre paroisse. Le curé desservant viendra de Lavaur ou de Gaillac. Que va donc devenir l’Eglise dans nos campagnes et nos cités ? Qui célèbrera la messe ? Qui baptisera les enfants et les adultes qui frappent à notre porte ? Qui confessera ? Pour la messe, il sera toujours possible de se rendre à Gaillac ou à Lavaur en alternance. Les baptêmes seront célébrés une fois par mois à Rabastens ou à St Sulpice. Les morts seront malgré tout entourés de la prière chrétienne, et accompagnés dans leur dernier voyage par des chrétiens qui croient en la résurrection et qui sont conscients de leur rôle auprès des familles en deuil. Pour certaines missions, le prêtre n’est plus le seul responsable, fort heureusement ! Le catéchisme pourra éventuellement se poursuivre avec des chrétiens soucieux de la transmission de la foi. Les malades pourront aussi peut-être compter sur des frères qui sauront les accompagner, leur porter la communion. Mais pour les sacrements, le prêtre, indispensable, ne pourra être délégué…

 

 

Ce scénario fantaisiste pourrait se produire d’ici quelques années… Que deviendrait une Eglise sans prêtre ? On perçoit souvent le prêtre dans ce qu’il fait : mais rarement dans ce qui est spécifiquement lié à son ordination. Un curé à nos côtés quand on a en besoin, c’est bien, mais prier pour les vocations, s’engager dans la vie de l’Eglise, envisager dans notre famille ou interpeller un jeune pour lui proposer d’être notre curé en 2020, c’est mieux !

 

Depuis des années, nous assistons à une pénurie de vocations religieuses et sacerdotales. Nous arrivons désormais à un point de non-retour : ou bien nous suscitons des communautés chrétiennes qui donnent envie à certains jeunes de s’engager de manière radicale. Ou bien nous laissons l’Evangile s’éteindre jusqu’au jour où d’autres, venus d’ailleurs nous proposerons à frais nouveaux l’Evangile oublié dans nos pays occidentaux.

 

Ce sont des baptisés responsables, des chrétiens rayonnants qui désirent des vocations et qui le montrent par leur engagement et leur disponibilité à l’Evangile qui susciteront les vocations du XXI° siècle.

Publié dans Textes de réflexion

Partager cet article

Repost0

Les vocations en forme. La foi en crise !

Publié le par Miniritou

On parle souvent de "crise des vocations". Je ne souscris pas à ce vocabulaire, car s'il y avait une crise des vocations, crise de l'appel, cela ne voudrait-il pas dire, que Dieu aurait oublié son Eglise ?

Il est notable, par contre, que le monde traverse une crise de foi. L'Eglise est en crise, les institutions, les modèles de société sont en crise. Les familles sont en crise, l'homme moderne est en crise. Le croyant est en crise !

Durant l’été 2010, parmi le millier de jeunes qui est passé au pavillon des Vocations à Lourdes, plus d’un tiers a reconnu avoir déjà songé à une vocation de prêtre ou de consacré. Et une bonne proportion d’entre eux a même avoué y penser encore…

Le sergent recruteur est mort. Grandir dans la foi, comme nous y invite la démarche ECCLESIA dans le renouveau catéchétique doit aussi prendre en compte le dimension vocationnelle de toute catéchèse.


Le tabou qui entoure un échange autour du thème de la vocation est présent dans la tête des adultes que nous sommes, pas dans le cœur des jeunes !

Cart-Com-why-not.JPG

Proposer aujourd’hui à un jeune de devenir prêtre, ou d’envisager la vie consacré semble tout à fait décalé. En théorie, tout chrétien est convaincu que l’appel du Seigneur est un appel au bonheur. En pratique, quand il s’agit d’envisager la chose, de la proposer aux jeunes que nous côtoyons,  c’est une autre affaire !

Pourquoi donc parler de vocations est-il si difficile pour les chrétiens engagés : catéchistes ; prêtres ; animateurs de jeunes ? Pourquoi la famille chrétienne est-elle souvent frileuse pour évoquer l’éventualité d’une vocation particulière auprès de ses enfants ?

N’y a-t-il pas un paradoxe à croire en un Dieu qui veut faire le bonheur de l’homme dans sa vie d’homme, et d’ignorer que dans le service de l’Evangile, un jeune en 2011 puisse trouver  un véritable épanouissement humain ?

Depuis le mois de septembre, le suis chargé d'animer le Service Diocésain des Vocations. Le Service des Vocations veut être au service des autres services, des mouvements de jeunes, des paroisses pour donner une coloration vocationnelle à toute proposition de foi.

 

Publié dans Textes de réflexion

Partager cet article

Repost0

Catholique anonyme : une conversion inattendue

Publié le par Miniritou

Publié dans Vidéos

Partager cet article

Repost0