Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bien construire une relation de couple

Publié le par Miniritou

Des jeunes - et des moins jeunes - se rendent compte de plus en plus que les habitudes actuelles qui consistent à « sortir ensemble » sans y être préparé, en ayant comme bagage qu’une éducation à la contraception et quelques notions glanées sur internet, ne suffisent pas à construire une vie affective épanouie et heureuse. Beaucoup de jeunes sont confrontés à des ruptures douloureuses, après quelques semaines, quelques mois et même quelques années de vie en couple. Ça fait des dégâts, et ça laisse des traces.  La plupart des échecs et des ruptures sont souvent le résultat d’un orgueil qui laisse croire qu’on « sait » et qui néglige les décisions et les choix judicieux.

Pour sortir de l’impasse « larguer ou se faire larguer », il faut peut-être appliquer des résolutions de bon sens :

  • Le sexe mis à la première place, manière de « s’essayer » est sans doute à bannir : aimer, c’est attendre l’autre, et sans engagement profond, la relation sexuelle est souvent la cerise qu’on consomme avant de jeter le gâteau à la poubelle. Jamais le fait de passer à l’acte ne doit constituer un chantage, même implicite !
  • La sincérité ne suffit pas : on peut sincèrement se faire illusion, se mentir à soi-même. Il faut passer de la sincérité à la vérité. Le ressenti ne suffit pas. Il y a des choses objectives qui doivent servir de fondations : la réciprocité dans la relation ; la capacité à instaurer une vraie communication ; le pardon …
  • Ne pas se fier qu’aux paroles, mais regarder les actes de celui/celle qui me regarde avec ses yeux brillants : on vérifie souvent dans la vie quotidienne hors de la relation de couple, les véritables qualités et la vraie personnalité de celui qui se montre sous son plus beau jour tellement il est amoureux !
  • Ne jamais sous-estimer le passé, son histoire familiale, son éducation, ses blessures intimes. Elles ont et auront souvent une influence sur la relation de couple. Cela suppose, avant de s’engager de bien connaître celui de qui on tombe amoureux. Cela demande donc du TEMPS avant de « sortir ensemble ». C’est souvent le problème majeur : on sort ensemble PUIS on apprend à se connaître : c’est mettre la charrue avant les bœufs !
  • Ne pas imaginer qu’on arrivera à changer fondamentalement l’autre dans ses défauts et ses habitudes dérangeantes. Chassez le naturel, même par amour, il revient au galop. Quand les différences ou la personnalité de l’autre me dérangent, il faut savoir rapidement mettre un terme à une relation qui est d’avance condamnée à l’échec !
  • La relation exclusive « cocon » qui fait oublier à Roméo ses amis, sa famille, qui empêche maladivement Juliette de parler à aucun garçon est un des grands pièges actuels. La relation amoureuse qui oblige à être 100 % avec son copain/sa copine est aussi dangereusement fragile. La jalousie est un manque de confiance en l’autre, et la confiance ne peut pas s’établir en quelques semaines, ni en en quelques mois : la confiance demande aussi du TEMPS !
  • Autre signe des temps : « Je suis trop jeune pour m’engager ! » Jadis, on se mariait fréquemment à 20 ou 22 ans. Les conditions de vie ont certes, changé, mais on recule l’échéance d’un engagement effectif, souvent pour des prétextes matériels (études ; travail ; argent…) Pourtant, on fait tout comme si on était engagé : on achète une maison à deux, ou on cohabite encore une fois pour des questions matérielles (un seul loyer à payer !)  Mais on fait cela sans donner priorité aux moyens affectifs et spirituels pour vivre une relation qui va au bout de sa logique.
  • On imagine aussi souvent que la multiplication des relations entre 15 et 25 ans permet de bien préparer une relation plus sérieuse à 26 ou 30 ans. C’est attitude consumériste qui parait bien matérielle, considérant que chaque partenaire peut être interchangeable avec un/ une autre. C’est une pensée relativiste qui induit le provisoire et multiplie les chances d’en rester définitivement à du bricolage affectif provisoire.

Celui qui veut réussir sa vie affective doit en prendre les moyens. Pour cela, il ne peut se fier à la facilité que la société actuelle encourage. Il faut chercher des solutions et des soutiens ailleurs, dans un mode de vie à contre-courant, pour un « développement affectif durable ».

Bien construire une relation de couple

Partager cet article

Repost0

Dieu n’est pas un loup pour l’homme

Publié le par Miniritou

Une des grandes qualités du pape François est sans doute de savoir dire avec des mots simples que le sujet principal de la foi chrétienne est le Dieu-Trinité et que son objet est l’Homme. En effet, très souvent, on oppose les droits de Dieu aux droits de l’Homme, en inventant des prétendues doctrines ou des arguments qui laissent croire que Dieu est un loup pour l’être humain.

Dans les actualités récentes, force est de constater que c’est bien l’Homme qui est un loup pour son prochain, même dans l'Eglise : le plus innocent outragé, le moins rentable licencié, le plus faible éliminé, le plus fragile euthanasié...  n’auraient-ils pas  tous la même dignité ? On crée ainsi des catégories artificielles de personnes : certaines étant plus égales entre elles que d’autres.

L'Évangile et le message chrétien que porte l’Eglise, si souvent ridiculisés et caricaturés par des rapporteurs qui mettent en avant un argument, une déclaration sortis de leur contexte, ont toujours la prétention de favoriser la réflexion et l’émergence de choix personnels ou collectifs qui fassent droit à la dignité humaine, et qui permettent un plein exercice de la liberté de conscience, dans la mesure ou cette liberté de conscience est véritablement éclairée et guidée par le souci du Bien commun intégral de l’Homme, de tout homme, de tout l’Homme !

Qui peut trouver un seul texte du magistère de l’Eglise (récent, daté d’après 1965, car par le passé, il est évident que les choses n’étaient pas aussi claires) qui ne soit pas au service de l’humanité, appelant à rendre ou à garder la dignité de la personne humaine ?

Aujourd’hui, si tant de personnes sont des adversaires violents de l’Eglise, et rejettent la foi chrétienne, sans doute est-ce parce qu’ils s'arrêtent aux scandales provoqués par certains clercs, qui bafouent leur vocation et trahissent la confiance des petits. Ils n’ont pas perçu dans le témoignage édifiant des autres chrétiens, et dans le discours de l’Eglise que l’essence même de notre foi procède de la primauté du respect de l’être humain, dans sa dimension personnelle, intérieure, sociale, et spirituelle. Je me souviens encore cette remarque de Mgr André Lacrampe, alors évêque d’Ajaccio, qui affirmait lors d’une rencontre en petits groupes à Lourdes en 1999 : « La perte du sens de Dieu dans notre société sera la perte du sens de l’Homme. » Je crains hélas qu’il fut prophète de la réalité qui est à notre porte.

En voulant vivre sans Dieu, à cause des hommes défaillants, censés porter sa voix et son message, les hommes d’aujourd’hui prennent le risque d’un auto-génocide insidieux qui touche d’abord les plus vulnérables : enfants à naître, personnes en fin de vie, et qui interdit à l’Homme de répondre à sa nature humaine. L’être humain devient un concept, une théorie, un matériau.

L'Eglise, non pas parce qu'elle serait à la hauteur de l'idéal qu'elle prêche, mais parce qu'invariablement, elle  prend le parti de l'être humain, doit sans cesse se convertir pour plus de fidélité au Christ et à son message. Mais une société qui se déshumanise crée de la violence et court finalement le risque de se perdre.

Que Dieu lui-même écoute le cri des pauvres, de tous les pauvres qui le cherchent sans le savoir, qui le rejettent sans le connaître, ou qui l’adorent sans rester pleinement humains.

Dieu n’est pas un loup pour l’homme

Partager cet article

Repost0

Lettre à ceux qui ont un projet de divorce

Publié le par Miniritou

Tout le monde est bien d’accord : divorcer est devenu très tendance en 2019. Pourquoi s’enquiquiner à rester en couple quand la poubelle déborde, que les chaussettes sales traînent dans la chambre, que le dialogue est devenu tendu, et que les enfants sont encore surpris que leurs parents soient encore ensemble ! Après tout divorcer, ça ne fait de mal à personne, bien au contraire ! Les enfants des couples séparés n’ont jamais plus de problèmes que les autres : ils sont même ravis d’avoir deux maisons. Les ex-amoureux qui se séparent après quelques années de vie commune sont souvent heureux et motivés pour refaire leur vie et repartir à zéro.

Évidemment, tout cela, c’est ironique !

Le meilleur moyen, diront certains, de ne pas divorcer c’est de ne pas se marier. Pourtant, même sans mariage, une séparation n’en est humainement pas moins douloureuse ! Déchirer des années de vie commune est toujours un échec qui n’était pas prévu au contrat ! Il faut donc chercher ailleurs une solution, à moins que tout le monde décide à n’être que célibataire durablement…

Le mariage chrétien n’a pas pour objectif de réussir sa vie affective : il a pour ambition de donner aux tourtereaux TOUS LES MOYENS pour réussir. Beaucoup de couples viennent se marier avec un désir plus ou moins flou de « célébrer » un amour qui les unit. Mais quand cette préparation au mariage et la célébration ne sont pas l’occasion d’une vraie mise à plat des moyens naturels et surnaturels pour un engagement vrai et durable, alors le mariage a de grandes chances d’aboutir à un divorce. Pourquoi ? L’orgueil ! Quand on s’aime, on se sent capable de décrocher la lune, de soulever les montagnes. Et pourtant, on reste faible et fragile : la vie peut ébranler ce qu’il y a de plus solide dans l’être humain ! En permanence, il faut accepter humblement de se remettre en cause, pour se remettre en route. Beaucoup ne le font pas : pas le temps, pas envie, pas besoin !

Je sais combien se marier devant Dieu est un acte beau et noble : il est surtout le moyen de lui dire que, amoureux et heureux au jour J, on compte sur lui pour le restant des jours ! Sans Lui, la traversée sera plus difficile. Croire en un Dieu-Amour qui veut que notre vie lui ressemble, ça ne peut qu’être un atout pour chaque jour. La foi est belle parce qu’elle nous conduit à l’amour par le chemin de l’humilité.

Lettre à ceux qui ont un projet de divorce

Partager cet article

Repost0