Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Honorons nos défunts en priant pour eux

Publié le par Miniritou

Nous honorons nos défunts le 2 novembre en fleurissant leur tombe, en allumant une bougie sur leur sépulture. Parfois, ces gestes sont devenus des habitudes vides de sens, des rites sans profondeur. La prière pour nos défunts est une tradition qui remonte aux origines même de notre foi. Prier, c’est mettre notre cœur en chemin pour raviver le souvenir et confier à Dieu ceux qui nous sont chers et qui ont laissé un vide dans notre existence. Une manière chrétienne de prier pour un défunt est de faire célébrer une messe à son intention. Ça peut se faire, au-delà des distances, spécialement si on réside loin du lieu de sépulture de nos défunts. Unis à la prière de Jésus qui s’offre à son Père, unis à toute l’Eglise, la célébration d’une messe est un cœur à cœur avec le Seigneur pour associer une intention, en priant pour une personne vivante ou défunte. Faire célébrer une messe, c’est un cadeau de notre foi pour ceux qu’on aime. Pour demander la célébration d’une messe, prenez contact avec votre paroisse ou avec un prêtre. L’offrande associée à votre intention (de manière indicative dans le Tarn : 17 €) n’est pas pour « payer la messe » mais pour participer à la vie matérielle et à la mission des prêtres.

Honorons nos défunts en priant pour eux

Partager cet article

Repost0

L'avortement, crime contre l'humanité ?

Publié le par Miniritou

L'avortement choisi comme un droit, nie la dignité et la liberté de l'enfant à naître. Alors que la science, la biologie reconnait de mieux en mieux à quel point dès le commencement de la vie, c'est un être humain unique qui est déjà là en totalité, l'idéologie qui consiste à valoriser la liberté de la femme à disposer de son corps, en niant que c'est un autre corps, certes minuscule, mais bien réel et déjà différencié dans son ADN de celui de sa mère, est un crime de l'innocent désarmé et impuissant. Une mère qui tue son enfant avant sa naissance, c'est une IVG. Une mère qui tue son enfant après sa naissance, c'est un infanticide.

Tant d'enfants à naître ne verront jamais le jour, et tant de parents en manque d'enfants vont désormais commander leur enfant dans des ventres miséreux afin de pouvoir acquérir le bonheur de posséder un enfant. Paradoxes de notre époque...

L'avortement un drame et la femme qui est en victime ou qui choisit cette option, garde souvent, quoi qu'on en dise, une blessure intime longtemps douloureuse... La miséricorde et l'accueil compatissant doivent toujours être notre réponse envers celles et ceux qui ne savent pas ce qu'ils font en promouvant ou pratiquant l'avortement.

Tel : 0800 202 205 - http://ivg.net

L'avortement, crime contre l'humanité ?

Partager cet article

Repost0

Un nouveau curé à Carmaux

Publié le par Miniritou

Interview à paraître dans le journal paroissial "Le Courrier" de Carmaux. De quoi vous mettre en appétit !

 

Le Courrier : Père Xavier Cormary, vous arrivez dans le pays carmausin pour prendre en charge comme curé ce secteur paroissial Carmaux et le Ségala. Pouvez-vous nous dire un peu qui vous êtes ?

 

XC : Je suis né à Castres il y a 43 ans et j’ai grandi à Montredon Labessonnié. Mes parents y résident toujours. J’ai un frère et une sœur. Après des études à St Sulpice et à Castres, j’ai commencé une formation en biologie à Perpignan. Mais j’ai réorienté ma vie en choisissant d’entrer au séminaire à 19 ans. J’ai effectué un séjour de 2 ans à St Pierre et Miquelon. Ordonné prêtre en 1999, j’ai commencé mon ministère à Rabastens et Salvagnac, avant de partir pendant 4 ans à Lavaur jusqu’en 2007. C’est à cette date que le Père Carré m’a nommé curé du secteur de St Sulpice et Rabastens/Salvagnac.

 

Le Courrier : Qu’est-ce qui vous a marqué dans votre histoire personnelle et dans votre ministère de prêtre ?

XC : J’ai connu dans mes jeunes années beaucoup de moqueries parce que je suis roux ! La méchanceté gratuite me révolte ! Tout comme dans un autre domaine le gaspillage d’ailleurs ! J’ai eu, ces dernières années, l’occasion de faire des rencontres extraordinaires : des croyants, des non-croyants qui vivent l’Evangile mieux que moi ! J’aime ces rencontres inattendues : il faut dire que depuis 10 ans, je rédige un blog sur internet. C’est un espace d’expression pour moi, et un lieu qui permet ces rencontres ! Pour rejoindre les jeunes, il faut utiliser les moyens de communication des jeunes. Mais je suis aussi frappé, dans ce monde hyper connecté par les si nombreuses solitudes qu’engendre notre société. Cela concerne les personnes âgées ou isolées, mais aussi ces jeunes qui sont très entourés, très sollicités par leur téléphone ou les réseaux dits « sociaux », mais qui ne trouvent guère un espace pour s’exprimer et dire leurs joies et leurs souffrances.

 

Le Courrier : Avez-vous des projets pour nos paroisses ?

XC : Oui : un projet, un grand projet, un beau projet : l’Evangile ! C’est un trésor, le trésor des chrétiens. Tous les hommes portent en eux un désir de bonheur. L’argent, la convoitise, la soif de pouvoir sont autant de pestes qui abîment et accablent l’Homme d’aujourd’hui. L’antidote, le remède à bien des maux de notre société : c’est l’Evangile. On peut ne pas être croyant, mais on mettrait juste un peu d’évangile dans les rouages de notre société, bien des problèmes seraient surmontés. L’économie de communion et l’écologie humaine doivent devenir des objectifs pour que l’Homme s’en sorte !

Publié dans Carmaux, paroisse, c'est, curé, Evangile

Partager cet article

Repost0

Le prix de la sainteté

Publié le par Miniritou

Il serait mal venu, pour le nouveau curé que je suis, de mélanger les choses : vie matérielle et vie spirituelle. Argent et sainteté ne font pas forcément bon ménage. Pourtant, à l’occasion des fêtes de Toussaint, je dois vous exprimer mon interrogation concernant la situation matérielle de la paroisse. De lourds investissements ont été exécutés ces dernières années sur les bâtiments paroissiaux (Ste Cécile, Bois Redon) et c’est heureux qu’ils aient pu se réaliser. Mais, reste que les dons (quêtes, denier de l’Eglise, souscriptions…) sont en baisse : le nombre de donateurs au Denier de l’Eglise diminue, même si la générosité des fidèles est au rendez-vous. Aider l’Eglise, matériellement, c’est lui permettre d’exercer sa mission dans le carmausin pour la sanctification des hommes qui désirent suivre le Christ.

Dans la vie spirituelle, la sainteté est une aspiration inhérente à tout chrétien digne de ce nom : point n’est question de perfection coincée, de vie étriquée, mais de projet de vie qui s’enracine dans l’amour du Christ, l’amour du prochain, et dans une vie qui rayonne, une vie qui ait l’odeur de l’Evangile ! Notre générosité à DONNER, en argent, en bénévolat, en attention au prochain, ne peut jamais être séparée du désir de NOUS DONNER au Christ : « Voici comment nous avons reconnu l’amour : lui, Jésus, a donné sa vie pour nous. Nous aussi, nous devons donner notre vie pour nos frères. » (1 Jean 3, 16) La véritable sainteté ne nous extrait pas des réalités humaines et matérielles, de notre vie quotidienne ; elle s’enracine en elles et nous y conduit sans cesse !

Etre saint, en définitive, n’est-ce pas essayer de ressembler au Christ en devenant de mieux en mieux nous-mêmes, au travers de la vie de ce monde ?

Le prix de la sainteté

Partager cet article

Repost0