Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous allons nous marier civilement en juin prochain. Mon compagnon, qui a déjà été marié à l’église, me dit que, du fait qu’il est divorcé, nous ne pourrons pas passer par l’église. Est-ce vrai ?

Publié le par Xavier Cormary

Ce que dit votre compagnon est probablement vrai, même s’il conviendrait d’examiner en détail la situation avec le curé de votre paroisse.

 

L’Eglise catholique est très ambitieuse pour l’homme et la femme qui la sollicitent en vue de célébrer leur union. Si ambitieuse même que beaucoup la jugent trop exigeante et considèrent qu’elle devrait s’adapter à l’évolution des moeurs en admettant de célébrer le remariage de divorcés. On peut le penser, mais il faut reconnaître que cette exigence remonte à Jésus lui-même. Il a une si haute idée du mariage que même ses disciples, au dire de l’évangéliste qui note avec humour leur réaction, ne peuvent s’empêcher de dire : "Si telle est la condition de l’homme à l’égard de la femme, il n’y a pas intérêt à se marier !" (Mt 19,10)

 

En l’état actuel de son droit et de sa théologie des sacrements, l’Eglise catholique estime que le divorce civil, prononcé entre deux conjoints baptisés dont le mariage avait été validement célébré à l’église, ne met pas fin au sacrement de mariage scellé pour la vie. Un prêtre n’a donc pas le droit de célébrer un deuxième mariage religieux tant que la mort du conjoint séparé n’a pas mis fin à cette première union.

 

Publié dans Mariages

Partager cet article

Repost0

Peut-on choisir le prêtre qui va nous marier ?

Publié le par Xavier Cormary

Relativisons tout d’abord le rôle du ministre ordonné - prêtre ou diacre - dans la célébration de votre mariage. Ce n’est en effet pas lui qui "vous mariera", mais c’est vous mêmes qui vous donnerez l’un à l’autre - en même temps que vous le recevrez de Dieu - le sacrement du mariage. Il ne sera là, lui, que pour "assister" à votre mariage, c’est-à-dire solliciter et recevoir au nom de l’Eglise vos consentements, vous rappelant par sa seule présence l’initiative du Christ qui confie à votre foyer de participer à la mission de l’Eglise. Intervenant comme pasteur de l’Eglise locale, c’est normalement le curé du lieu qui est habilité à recevoir vos consentements. Mais il peut tout à fait déléguer cette responsabilité à un autre prêtre ou diacre qui vous connaîtrait mieux et qui pourrait se rendre disponible pour présider la célébration de votre mariage. Dans cette dernière hypothèse, prenez contact le plus tôt possible avec le curé de votre paroisse pour lui demander son accord et voir avec lui les modalités de la préparation au mariage.

 

Publié dans Mariages

Partager cet article

Repost0

Pour mon mariage à l’église, est-ce que ce sera une messe ou une simple bénédiction ?

Publié le par Xavier Cormary

Nos grand-mères parlaient ainsi, au temps où il y avait des "classes" différentes pour les "cérémonies"... L’alternative n’est peut-être pas celle-ci.

 Ce qui fait le mariage, ce n’est en effet ni la messe ni la bénédiction du prêtre ou du diacre, mais le consentement échangé par les époux. Et que votre mariage soit ou non célébré au cours de la messe, le ministre ordonné prononcera sur vous une belle prière de bénédiction.

 Si vous êtes tous les deux baptisés, que vous participez habituellement à la messe dans votre paroisse et que beaucoup de vos invités sont, eux aussi, familiers de l’eucharistie, il peut être riche de signification de célébrer votre union au cours de la messe qui est, par excellence, le sacrement de l’Alliance. Parlez-en avec le prêtre de votre paroisse. S’il le peut, il acceptera volontiers de célébrer une messe en plus de celles qu’il sera amené à célébrer au cours du week-end.

 Dans le cas contraire, surtout si l’un de vous n’est pas baptisé ou à peine catéchisé, il vaut mieux sans doute ne pas brusquer les étapes. La préparation de la célébration à l’église vous amènera déjà à faire le point sur votre foi et donnera peut-être envie à celui de vous deux qui n’est pas chrétien d’engager un cheminement vers le baptême et à l’autre d’achever une initiation chrétienne laissée en suspens. Si vous n’avez pas été confirmé(e), vous pouvez vous préparer à l’être avec les adultes à qui, chaque année, l’évêque confère ce sacrement. Là encore, parlez- en avec l’accompagnateur ! Et mettez-vous en marche, sereinement, le Seigneur vous accompagnera !

 

 

Publié dans Mariages

Partager cet article

Repost0

Ma fille se marie le mois prochain. Faut-il donner quelque chose au prêtre et si oui, combien ?

Publié le par Xavier Cormary

Le mariage, comme tout sacrement, est gratuit : que vous soyez riche ou sans-le-sou, la grâce de Dieu est pour tous. Mais il est normal, pour ceux qui le peuvent, d’inclure dans le budget du mariage une participation aux frais de la paroisse. En effet, en France les Eglises n’ont droit à aucune subvention de l’Etat. Pour assurer la subsistance des prêtres et toutes les dépenses de fonctionnement (chauffage et éclairage des locaux, assurances, salaire de l’organiste, etc), elles ne peuvent compter que sur la participation de leurs membres. Les "offrandes" faites à l’occasion de la célébration du mariage sont une des formes de cette participation.

 Le montant de l’offrande est généralement laissé à votre libre appréciation. Parfois, une somme ou une fourchette est indiquée, pour vous donner un ordre de grandeur de ce qui semble juste de laisser comme participation aux frais. Sinon, renseignez-vous auprès de votre paroisse sur ce qui se pratique habituellement et voyez - peut-être en rapport avec les autres dépenses du mariage - le don que vous pourrez faire à l’Eglise. Bien évidemment, même si l’offrande est remise au prêtre, elle ne lui est pas destinée personnellement (ne libellez pas de chèque à son nom !) : c’est une participation à l’ensemble de la vie de l’Eglise locale.

 

 

Publié dans Mariages

Partager cet article

Repost0

Serait-il possible que je sois baptisée en même temps que mon enfant ?

Publié le par Xavier Cormary

 

Peut-être, cela dépend de l’âge de votre enfant et de l’éventuelle préparation appropriée dont il aura pu bénéficier. Mais, si cela semble opportun, il vaut mieux inverser la perspective et envisager son baptême en même temps que le vôtre, au cours de la vigile pascale. C’est en effet au cours de cette grande et belle nuit où l’Eglise célèbre le Christ victorieux de la mort et du péché que les adultes, qui s’y sont préparés dans le cadre du catéchuménat, sont baptisés, confirmés et commencent à communier.

 

Publié dans Baptêmes

Partager cet article

Repost0

Le sel... signe de cohérence !

Publié le par Xavier Cormary

je suis chrétien. je suis prêtre. Je me demande souvent  comment ne pas tomber dans le conformisme, dans la médiocrité ou dans le fade... Si l'Evangile est SEL et LUMIERE, et si je désire au plus profond de moi que cet évangile soit réellement Bonne Nouvelle, et que cette Bonne Nouvelle soit un chemin d'épanouissement intérieur et humain, dans le quotidien de ma vie, je ne peux plus me contenter de faire semblant ou de rester à des discours dans ma cathédrale. Il faut que ce message inspire du "nouveau" dans ma vie, et pour l'Eglise, suscite du "bon" pour moi et aussi, du "bon" pour les autres.

Des personnes que je rencontre, les personnes que je rencontre, sont parfois timides ou conformistes. Par peur de blesser, elles restent à des superficialités. Elles me disent à la sortie de la messe : " Quel bon sermon monsieur l'abbé ! Félicitations !" Que je suis malheureux ! Elles ne parlent que rarement de ce qui importe : eux et moi ! Que j'aimerais qu'on me dise souvent : " Votre homélie sur l'Esprit-Saint a éveillé en moi un désir, a provoqué un cheminement, a bousculé une habitude, a dérangé ma léthargie spirituelle..." Que j'aimerais encore que ces mêmes personnes, me disent aussi : "tu sais Xavier, là t'a pas été à la hauteur, ta présence n'a pas été opportune, ton attitude m'a choqué, blessé..."

Rares sont ces personnes précieuses qui peuvent m'aidr à devenir un peu plus moi-même ! Où puis-je les chercher ? Où rencontrerais-je ceux qui seront mes prophètes, mes Jonas et mes Jean-Baptiste ? Qui sera là pour me donner le goût de rester du SEL ? Julien ? Florent ?

cette exigence qu'est l'Evangile, elle est d'abord pour moi. je ne peux pas prétendre en témoigner si je ne me laisse pas transformer en profondeur par lui. Sur qui puis-je compter ?

Publié dans C'est tout moi !!!

Partager cet article

Repost0

La Dépêche du Midi : courrier des lecteurs

Publié le par Xavier Cormary

Monsieur Jean-Claude Souléry,

A la rédaction de la Dépêche du Midi

 

 J’imagine que vous devez garder de bien mauvais souvenirs du catéchisme de votre enfance, pour avoir sans cesse besoin de vomir la foi chrétienne comme vous le faite régulièrement dans la Dépêche (Regard du 6 novembre 2005).

Permettez-moi de vous rassurer, l’abrégé du catéchisme de l’Eglise qui vient de paraître est un abrégé. Donc pour les nuances entre viol, masturbation et autres, se reporter à l’édition intégrale parue en 1995. Pour ce qui est de la morale, et en particulier de la morale sexuelle, rien de nouveau et c’est normal. Quand bien même la moitié des français seraient homosexuels, la relation homosexuelle reste et demeurera jusqu’à la fin du monde contre nature : un vagin a été fait pour un pénis, et  réciproquement. Est-ce être homophobe que d’affirmer ce qui est dans l’ordre naturel des choses ? Pour ce qui est de l’obsession de l’Eglise et de la «croisade de la vie chair » que vous dénoncez, sachez que si l’Eglise a toujours dénoncé le péché, elle a depuis des années fait son mea culpa sur la passé pour mieux accueillir les pécheurs : prostituées ; femmes ayant subi un avortement ; concubins avec enfant voulant se marier… Il reste du travail, en particulier avec les divorcés remariés, mais le chantier est ouvert ! Si l’Enfer est pavé de bonnes intentions, le Ciel, j’en suis sûr, est éclairé par les bonnes actions. Le Bien et le Mal, on ne peut les manipuler selon ce qui nous arrange ! Le chrétien est un Homme comme les autres qui accueille la Parole exigeante de l’Evangile et essaye de la vivre le moins mal possible !

 

                                                                                              Xavier Cormary, prêtre

 

 P.S. L’abbé Pierre n’a jamais affirmé sur France 3 avoir été amoureux d’un garçon, mais avoir éprouvé une passion platonique pour lui. Il me paraît nécessaire de nuancer vos propos.

Publié dans coups de gueule

Partager cet article

Repost0

Le Jacquemart de Lavaur

Publié le par Suzanne Algans

 

A  la demande de l’évêque de Lavaur, Simon de Beausoleil (1515 - 1522), le chapitre des chanoines de la cathédrale St Alain commande un Jacquemart, au fondeur toulousain Guillaume Lacassagne : une cloche de bronze sans battant, aux armes de la ville avec les inscriptions J-H-S et « Maria vox Domini sonat » et un mécanisme d’horlogerie au serrurier toulousain Marc Jacquet pour animer l’automate. La hache frappant la cloche aux heures et aux demies heures.

 Cette cloche ne fut hissée qu’en 1604 sous le consulat de Jean Saunal, Pierre-Benoît Olmières et Guy Devezis, à cause des guerres de religion.

 Monseigneur Legoux de la Berchère (1678 – 1686) fit exécuter un second jacquemart par le charpentier de Fiac Noël Arnaud et réparer l’horloge par le serrurier Marin.

 En 1783, Mgr Jean-Antoine de castellane saint Maurice (1770 – 1801) fit remplacer la cloche du jacquemart, qui fut épargnée par la Révolution et classée Monument Historique le 27 mars 1908.

 Le 11 août 1873, un 3ème automate exécuté en pin par Gasc, de castres fut hissé à son tour. Il était en mauvais état en 1899. Après la Première Guerre Mondiale, il fallait envisager de le remplacer. Une souscription fut lancée. Georges- Justice Espénan offrit un chêne de sa propriété de Roucayrols avec lequel Jacquemart IV fut sculpté par Joseph Fabre et hissé le 27 septembre 1922 devant une grande foule, et installé dans sa tour par Antonin Massoutié et son ouvrier Xavier cadaux.

 En juillet 1957, Jacquemart ayant perdu son bras, le maire Raoul Lacouture chargea Gabriel Brauge, sculpteur de le reconstituer. Il fut remis en place par le charpentier municipal Jean Falcou. Le célèbre automate fut repeint par Maurice Crouzet.

 De nouveau en mauvais état, il fut descendu le 25mars 1997 par une entreprise de l’Hérault, pour être restauré au Conservatoire des Monuments Historiques de Toulouse. Il nous reviendra 3 mois plus tard. Ce sera l’occasion d’une exposition de nos trois jacquemarts à l’office du tourisme.

 Ensuite Jacquemart IV retrouva sa place pour le plaisir des vauréens et des touristes de passage. 

 

                                                                                           S. ALGANS

Publié dans Mes paroisses

Partager cet article

Repost0

Vivre l'Eucharistie comme servant d'autel

Publié le par Xavier Cormary

 
Rassemblés pour célébrer
 
-         Les servants d'autel sont membres de l'assemblée même s'ils sont placés dans le sanctuaire de l'église.
-         Les servants d'autel ont une fonction spéciale à jouer dans les célébrations liturgiques.
-         Les servants d'autel participent activement à la prière de l'assemblée puisqu'ils en font partie : chants, prières communes, attitudes physiques.
 
 
Acteurs de la liturgie
 
-         Les servants d'autel ont un rôle spécifique dans la liturgie : leur fonction est importante parce qu'ils se mettent non seulement au service du prêtre qui préside mais aussi au service de la prière communautaire : remplir avec cœur ce service pour aider les chrétiens à mieux prier, à intérioriser les rites c'est une mission d'Eglise tout à fait nécessaire. Il n'est pas seulement question d'être des fonctionnaires qui apportent ceci, se déplacent ici et là…
 
-         Etre acteurs de la liturgie, cela nécessite de prendre conscience que notre place en vue dans le sanctuaire nécessite une grande vigilance sur nos attitudes quand nous assurons le service de l'autel : se tenir correctement sans trop bouger ou parler avec son voisin, ne pas jouer avec sa croix ou son aube, marcher avec sérieux en procession ou pour se déplacer autour de l'autel, c'est déjà aider les gens à prier et prendre conscience de notre mission !
 
Inviter à découvrir le mystère…
 
Qui peut comprendre parfaitement ce qui se passe au cours de la messe ? Notre intelligence est trop réduite. Croire que Jésus-Christ devient pain et vin, que le pain et le vin deviennent le corps et le Sang du Christ, ce la dépasse notre raison !!! C'est la foi en la Parole de Jésus : "Ceci est mon Corps, ceci est mon Sang… Faites ceci en mémoire de moi" qui peut nous aider à entrer dans ce que signifie profondément l'Eucharistie.
 
Si nous ne pouvons pas comprendre, nous pouvons faire confiance, nous pouvons croire : "Mon Seigneur et mon Dieu" dit l'apôtre Thomas qui reconnaît Jésus ressuscité.
 
 Alors que pour beaucoup de chrétiens, la messe paraît bien inutile, elle est cependant toujours ESSENTIELLE à la vie chrétienne parce qu'elle est le lieu où les chrétiens se rassemblent pour écouter la Parole du Christ afin de mieux le connaître, et partager le Pain de vie, le don de Dieu le plus merveilleux qui soit !
 

Aller à la messe non par obligation, mais parce que le Seigneur me donne rendez-vous, un rendez-vous d'amour où il veut venir habiter en moi pourvu que je découvre qu'il m'appelle à habiter en Lui.
 

Publié dans Servants d'autel

Partager cet article

Repost0

LA VIE DE FAMILLE

Publié le par Xavier Cormary

 
 
Pour répondre à ce questionnaire, merci d’entourer le chiffre correspondant à ta réponse:
 
           
1. Laquelle des phrases suivantes, convient le mieux à la période d’adolescence que vous vivez? (merci de noter de 1 à 4, la première étant celle qui convient le mieux, la dernière étant celle qui convient le moins.)
a) C’est une période de la vie où l’on a des envies qu’on ne peut réaliser...................................*__*
b) C’est une période de conflits avec les parents......................*__*
c) C’est un moment où l’on se sent mal dans sa peau....................*__*
d) C’est la plus belle période de la vie.........................................*__*
 
2. Dans la vie courante, trouves-tu que tes parents te consacrent:
a) Beaucoup de temps
b) pas assez de temps
 
3. Penses-tu que tes parents:
a) sont trop sévères
b) te laissent faire tout ce que tu veux
c) Ne s’interessent guère à toi
d) Jouent bien leur rôle de parents
 
4. Quel est celui de tes parents que tu sens le plus proche de toi?
a) Ta mère
b) Ton père
 
Dans la vie courante, t’arrive-t-il:
 
Souvent
Rarement
5. De leur faire un calin
6. De recevoir une claque
7. De recevoir un cadeau
8. De leur faire un cadeau
 
 
 

 
9. D’une manière générale, tu les trouves plutôt (2 réponses possibles):
1. Généreux     5. Autoritaires
2. Sympas        6. Tendres
3. Égoïstes       7. Encombrants
4. Injustes        8. Indifférents
 
10. Tu as plutôt tendance à les considérer comme:
a) Des copains
b) Des supérieurs
c) Un grand frère ou une grande soeur
d) Des confidents
e) Des grands enfants
 
11. Dans leurs réactions à ton égard, penses-tu:
a) Ils sont un peu paumés
b)Qu’ils savent très bien ce qu’ils font
c) Qu’ils s’en fichent
d) Qu’ils n’ont jamais été jeunes
e) Qu’ils perdent vite leur sang froids
f) Qu’ils sont dans le coup
 
12. Dans quel domaine te sens-tu le plus différent d’eux?
a) Dans leur manière de voir la vie
b) Dans leur façon de travailler
c) Dans leurs règles de politesse
d) dans leur foi et leur pratique religieuse
e) Dans leurs idées politiques
f) Dans leurs engagements bénévoles
 
13. As-tu l’impression qu’ils te trouvent:
1. Paresseux    4. Généreux
2. Courageux   5. Blasé
3. Ambissieux 6. Marginal
 
14. Par rapport aux parents de tes copains, penses-tu que les tiens sont:
a) Mieux
b) Moins bien
c) pareils
 
15.As-tu le sentiment:
a) Qu’ils te comprennent
b) Qu’ils passent complètement à côté de tes problèmes
 
16. As-tu le sentiment qu’ils ont confiance en toi:
1. Oui 2. Non
 
17. As-tu confiance en eux:
1. Oui
2. Non
 
18 Lorsque tu es en conflit avec tes parents, quelle est la réaction venant de la part de tes parents qui t’exaspère le plus:
a) Le silence
b)Le sermon
c)L’avalanche de bons conseils
d)La punition
E)“L’engueulade”
 
19. Trouves-tu que parler avec eux, c’est plutôt:
a) Facile
b) Difficile
c) impossible
 
20. Actuellement, as-tu l’impression:
a) Qu’ils t’aident vraiment à devenir toi-même
b) Qu’ils souhaitent surtout que tu leur ressembles
 
21. Dans la vie quotidienne, quels sont les trois principaux sujets de désaccord avec tes parents?
a) La manière dont tu t’habilles
b) Ta coiffure
c) Ton travail scolaire
d) Le rangement de chambre
e) Ton argent de poche
f) Tes horaires de sortie
g) Les services que tu rends à la maison
h) Le choix des programmes de télé
i) Ta politesse
j) Le vocabulaire que tu emploies
k) La fréquentation de certains copains ou copines
 
22. Quels sont les trois sujets qui te préoccupent beaucoup et dont tu ne peux pas leur parler?
a) La politique
b)La vie sexuelle
c)Les relations garçons/filles
d)Ton avenir professionnel
e)La foi
f)L’argent
g)La drogue
h)Le concubinage
i)Le divorce
 
 
23. As-tu l’impression que leur expérience t’aide à mieux préparer ton avenir professionnel?
1. Beaucoup
2. Pas beaucoup
3. Pas du tout
 
24. Pour toi, actuellement et d’une manière générale, sont-ils:
a) Plutôt un modèle auquel tu as envie de ressembler
b) Plutôt un modèle que tu as envie de fuir
 
25. As-tu déjà eu envie de fuir loin de tes parents et de ta maison?
1. Parfois
2. Souvent
3. Jamais
 
26. As-tu l’intention:
1. De rester au domicile de tes parents le plus tard possible
2. De le quitter dès que tu le pourras
 
27. As-tu le sentiment que si tu avais un jour un problème grave, tu pourrais en parler avec tes parents.
1. Oui 2. Non
 
28. Plus tard, dans une dizaine d’années, penses-tu que:
1. Tu leur ressembleras
2. Tu seras très différent d’eux
 
29. Quelle note, sur 10, donnerais-tu à tes parents?

Publié dans Catéchèse

Partager cet article

Repost0