Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je ne peux quand même pas aider tout le monde….

Publié le par Miniritou

...Donc je n’aide personne !

Secours catholique ; Médecins sans frontière, CCFD, Chrétiens d'Orient, le calendrier du facteur, Raoul Follereau, le Téléthon, le Jour du Seigneur, RCF et sans oublier le Denier de l’Eglise… Et tant d’autres…

En cette période de fin d’année, les sollicitations sont nombreuses, d’autant que les fêtes de fin d’année sollicitent aussi beaucoup le portefeuille !

Notre société de consommation est évidemment en première ligne, et l’humain, la rencontre et la fraternité ne gardent apparemment pas la place centrale dans les fêtes de fin d’année : les personnes seules restent seules, malgré l’effort de nombreuses associations qui font en sorte de proposer des réveillons solidaires ! Cette période, nous le savons, est aussi hélas, la période la plus chargée en dépressions et suicides.

Face à cette situation de « crise humaine », que pouvons-nous faire ? Les petits moyens de notre foi seront-ils suffisants pour agir ?

Chaque main tendue, chaque rencontre, chaque porte ouverte, chaque coup de téléphone ou carte de vœu envoyée peut devenir un rayon de soleil dans ce monde qui en manque !

Il se s’agit pas de faire des choses extraordinaires, mais de faire extraordinairement une ou deux choses ordinaires pour que Noël soit vraiment la fête de l’avènement du Seigneur, que dans nos mains et dans nos cœurs, Dieu viennent prendre naissance et que l’amour de Dieu se manifeste parmi nous, en nous et à travers nous. A tous, on peut faire quelque chose, et chacun peut semer un rayon de lumière. Ce n’est jamais du temps perdu que d’ouvrir son cœur à celui qui est encore plus pauvre que nous. A travers ce pauvre là, malade, handicapé, isolé, soyons sûr que c’est aussi Jésus que nous rencontrerons !

 Je ne peux quand même pas aider tout le monde….

Publié dans solidarité, Noël, associations

Partager cet article

Repost0

Dénoncer ou annoncer ?

Publié le par Miniritou

On m’a récemment reproché, en tant que prêtre, de dénoncer davantage l’avortement ou les lois « euthanaziques » que le sort réservé aux migrants, la pédophilie dans l’Eglise, les violences faites aux femmes ou la réalité odieuse que vivent bien des personnes précarisées dans notre pays.

Je ne peux pas faire de tri dans les situations de misère et les réalités actuelles qui abîment l’être humain. Bien des sujets exigent de la conscience chrétienne une véritable indignation et des actes courageux pour agir en faveur de ceux qui sont aujourd’hui des Christ crucifiés dans notre société.

Je suis aussi abasourdi de lire les réactions odieuses de certains « chrétiens » qui déplorent que le pape François puisse prendre la défense des migrants, les mêmes « chrétiens » qui vont avoir un discours intransigeant avec les défenseurs de l’euthanasie ou de l’avortement…

Je l’avoue bien humblement : personnellement, j’ai parfois du mal à trouver une juste attitude envers les SDF, envers les migrants ou envers les délinquants récidivistes. Comment Jésus aurait-il agi dans cette situation ? Une question bien délicate… LA question qu’un chrétien doit se poser devant chacune de ces situations !

Je suis sensible à certaines causes qui sont si peu médiatisées : j’ai une attention et une générosité particulière envers les malades de la lèpre : cette terrible maladie qui handicape tant de personnes, alors que les traitements existent pour soigner et guérir cette odieuse maladie. Je donne mon sang 5 ou 6 fois par an. J’ai été profondément interpellé par le sort des malades psychiatriques en Afrique, délaissés ou enchaînés à un arbre, faute de traitement capable de soulager leur mal.

La détresse humaine, qu’elle concerne les femmes contraintes à l’IVG, les malades en fin de vie, les victimes ou les bourreaux, ou même les étrangers, ne peut pas être hiérarchisée. Chaque drame mérite notre compassion et notre attention. Au nom de Jésus !

Dénoncer ou annoncer ?

Partager cet article

Repost0