Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pas d’Esprit, pas de foi…

Publié le par Miniritou

Ouvrons donc nos portes, nos fenêtres et surtout nos cœurs : que passe dans nos vies le souffle de l’Esprit ! Il semble aujourd’hui nécessaire de rappeler que l’Esprit-Saint suscite la foi : sans Esprit, la religion est une doctrine, une théorie admirable, mais une coquille vide !

Qui est-ce qui enflammé le cœur des apôtres, capables de vaincre la peur et de témoigner du Christ ressuscité ? L’Esprit-Saint !

Qui est-ce qui a conduit, au XIX° siècle une jeune fille de Castres, Sainte Emilie de Villeneuve à fonder une congrégation au service des pauvres, des prisonniers ? L’Esprit-Saint !

Qui est-ce qui donne la force aux chrétiens persécutés pour leur foi à tenir ferme face aux fanatiques prêts à les égorger ? L’Esprit-Saint !

Qui est-ce qui anime le cœur de ces jeunes qui s’engagent dans la voie du sacerdoce ou de la vie consacrée, à contrecourant d’un monde matérialiste ? L’Esprit-Saint !

Qui est-ce qui inspire les pensées, les paroles et les actions du pape François et de tous ceux qui veulent vivre l’Evangile à la suite de Jésus ? L’Esprit-Saint !

Qui est-ce qui changer ta vie, bouleverser ton existence, te renouveler de l’intérieur et faire de toi une personne nouvelle ? L’Esprit-Saint !

L’Esprit-Saint est à l’œuvre aujourd’hui. Il peut faire des siennes dans nos vies. Il suffit de lui ouvrir la porte. Et ça peut décoiffer ! Demandons-lui qu’il éclaire notre regard et embrase nos cœurs pur que nous percevions les fruits de sa présence dans le monde ! L’Esprit-Saint, c’est la foi, l’espérance et l’amour au cœur de l’Eglise, pour le monde !

Pas d’Esprit, pas de foi…

Partager cet article

Repost0

La glace et la vitre

Publié le par parabole juive

Un homme dont la richesse avait endurci le cœur et qui se sentait malheureux s’en vint trouver un rabbi, dans l’espoir de retrouver la joie. Le rabbi lui dit :
« Regarde par cette fenêtre et dis-moi ce que tu vois. »
« Je vois des hommes dans la rue qui vont et viennent, les paysannes et leurs paniers, les fiacres et leurs chevaux, le soleil et les arbres. »
Alors le rabbi lui tendit un miroir et lui dit :
« Regarde dans ce miroir et dis-moi ce que tu vois »
L’homme se troublant, hésitant, finit par répondre :
« Je me vois moi-même ! »
« Et tu ne vois pas les autres ? Songe que la fenêtre et le miroir sont tous les deux faits avec la même matière première, le verre : mais le miroir ayant été recouvert d’argent par derrière, tu n’y vois plus que toi-même, tandis que tu vois les autres à travers la vitre transparente de la fenêtre. Pauvre, tu voyais les autres et tu en avais compassion. Couvert d’argent, tu ne vois plus que toi-même. Sans doute vaut-il mieux gratter le revêtement d’argent pour qu’à nouveau, tu puisses voir les autres !… »
 
                                                                               Parabole juive

Partager cet article

Repost0

Juin 2005 - juin 2015 : 10 ans de blog

Publié le par Miniritou

Prêtre, blogueur et blagueur, je vous ouvre une nouvelle fois les portes de mon presbytère virtuel.

 

1- Qu'est-ce qu'un blog?

C'est un site internet personnel. Très en vogue dans les années 2002 - 2010, les réseaux sociaux ont supplanté les blogs sans remplacer leur rôle sur internet : les blogs sont des sites que n'importe qui peut visiter ; son auteur peut réguler ou restreindre l'accès, les commentaires, mais en général, l'objectif c'est quand même d'être lu. Et il suffit d'être bien référencé !


2-Quand as-tu commencé à bloguer et pourquoi?

C'est en juin 2005 que j'ai débuté cette aventure ! Bientôt 10 ans ! A cette époque là, je voyais que l’Église donnait sur Internet des informations très doctrinales, magistérielles. Par contre, pour comprendre la foi chrétienne, la pensée inspirée de l’Évangile, pour avoir un témoignage de chrétien simple et abordable, accessible aux personnes loin de la foi, rien n'existait. Mon désir était donc de donner une parole de chrétien, de prêtre, simple et abordable, capable de rejoindre le plus grand nombre.

 

3-Quel est le public que tu atteins?

C'est difficile à dire ! J'ai sous-titré mon blog "un presbytère sans porte ni sonnette" parce que justement, ceux qui viennent lire mes articles, fouiller dans mes publications sont justement anonymes. Actuellement, il ya entre 100 et 120 visiteurs chaque jour. Certtains peuvent envoyer un message. Le 8 janvier dernier, au lendemain des attentats, suite à un article publié sur Charlie Hebdo, ce sont plus de 2300 personnes qui sont venus lire mon article. Depuis quelques années, les visiteurs accèdent depuis les réseaux sociaux (Facebook ; Twitter). Mais le bon référencement sur les moteurs de recherche permet à beaucoup de visiteurs d’arriver par hasard sur mon blog.

 

4-Quelles sont les difficultés?

Tenir un blog est une affaire de persévérance. A ce jour, j’ai publié plus de 750 articles, sur tous les sujets : actualité ; vie spirituelle ; sacrements ; expériences vécues avec des jeunes ; coups de cœur, réflexions sur les sujets de société… Il est parfois difficile de savoir quoi écrire, parce que justement, on ne sait pas qui va lire ! De manière habituelle, j’essaie de me laisser guider par ce que je vois ou entends de la vie du monde, et de porter un regard d’espérance, un regard évangélique sur le sujet.


5-As-tu évolué dans ta pratique et pourquoi?

La tenue du blog et les personnes qui viennent lire a sans doute évolué avec l’émergence des réseaux sociaux, qui se trouvent associés au blog (quand je publie sur le blog, ça apparait sur Facebook !) Au début, entretenir le blog et fournir des articles prenait beaucoup de temps. Aujourd’hui, c’est quelques minutes par semaine : ce que j’écris pour la paroisse, je le publie en général aussi sur le blog.


6- Quelles réactions ont-elles été stimulantes pour le prêtre que tu es ?
Et bien, plusieurs des personnes, qui étaient des lecteurs anonymes, parfois très critiques par rapport à mes publications, sont devenues des amis. Je suis en lien avec certaines personnes avec qui j’échange très librement : c’est une manière pour moi d’aller aux périphéries, comme nous y invite le pape François !

 

Juin 2005 - juin 2015 : 10 ans de blog

Partager cet article

Repost0

Je suis, donc je pense

Publié le par Xavier Cormary

 Pense par toi-même pour devenir toi-même !
 
Dans notre société, les valeurs objectives n’ont plus la côte. D’ailleurs, peut-on encore parler d’objectivité lorsque la référence ultime à laquelle nous voulons nous raccrocher, c’est notre seul jugement personnel, éclairé par notre expérience ?
Le bel exemple de l’histoire remise à plat par une relecture partielle et partiale ne peut pas laisser indifférent : ainsi, les camps d’extermination ont-ils donc existé ? La colonisation et son rôle positif est-il une réalité ? L’historicité de Jésus de Nazareth peut-elle être encore défendue ? La parole des témoins n’est plus suffisante…
Devant ce déferlement de l’individualisme de la pensée, même si le rationnel garde sa légitimité et sa crédibilité, la proposition de la foi chrétienne devient un défi immense… Les bases de la foi que sont l’histoire du peuple juif et la naissance de l’Eglise, les écrits bibliques, s’ils sont remis en cause, sapent déjà les fondements incontournables du christianisme.
Bien plus encore, sous prétexte de regard critique, avec une approche personnelle de la question de la foi, bien de nos contemporains se limitent à des approches superficielles et tellement subjectives, caricaturales, qu’elles en deviennent ridicules de simplisme. L’exposé de Michel Onfray dans son  Traité d’athéologie est à mourir de rire ! Ceux qui liront son livre se diront que l’Eglise n’est qu’une « profitueuse » de la pensée et de la liberté humaine et que les chrétiens, les croyants sont des nuisibles à exterminer. (Ca fait penser à une époque sombre heureusement révolue de la vie de l’Eglise… L’Inquisition, remise au goût du jour, semble être aujourd’hui l’arme favorite des défendeurs d’une certaine laïcité athée qui veut anéantir la religion dans la vie sociale) Pourtant, alors que l’évolution scientifique et l’approche de l’humain donne à chacun la possibilité de penser, d’agir, de discerner ses convictions à la lumière de la raison et de la connaissance, tant d’hommes se contentent de suivre le dernier qui a parlé et qui semble avoir la plus grande gueule ou l’approche la plus séduisante et surtout la moins dérangeante. Il est facile d’être athée, beaucoup plus facile que de chercher par exemple dans le christianisme la Vérité que je dois trouver pour donner du sens à mon existence et à celle d’un « vivre ensemble » acceptable par tous.
C’est dans l’exigence personnelle d’une réflexion vraie et humaine que chacun pourra trouver son Salut. La vérité vous rendra libres, à condition que la vérité ne soit pas seulement la mienne !
 
                                                                        
Je suis, donc je pense

Partager cet article

Repost0

Le temps, c'’est de l’'argent ?

Publié le par Xavier Cormary

Qui a dit que le temps, c’était de l’argent ? Chaque seconde, chaque minute est importante pour notre enrichissement, et il faut se dépêcher, car elles sont comptées. Même si nous finissons centenaires, nous savons bien que le temps passe, et nous avec ! Le rapport au temps est sans doute une des difficultés majeures, un obstacle difficile à surmonter pour accéder à la foi. Je veux dire : passer une heure à l’église toutes les semaines quand il y a tant de paysages à découvrir… Quelle absurdité ! Chaque jour, donner quelques minutes à Dieu pour une rencontre, un cœur à cœur, quelle perte quand tant d’activités, tant de propositions s’offrent à nous ! Pour croire, il faut avoir le temps, et d’ailleurs, on n’a plus le temps de rien d’humain, d’essentiel, alors le transcendant est jeté à la poubelle…
Pourtant, nous faisons une multitude de choses dans une journée : se lever, se raser, boire un petit café, prendre le métro, traiter les dossiers de Monsieur X et de Mme Y qui attendent au bureau, prendre un sandwich au commerce du coin, aller au distributeur pour retirer de l’argent, essuyer sa chaussure à cause d’une crotte de chien sur le trottoir, attendre l’ascenseur, être bloqué dans les embouteillages, prendre son courrier, et jeter les publicités, mettre ses pantoufles, appeler la pizzeria pour commander, et regarder le 345ème épisode de sa série américaine favorite, sortir la poubelle, se brosser les dents, et soigner son cor au pied… On en fait des choses en une journée !  Oui quelle intensité ! Intensité  ou superficialité ?
Intensité de vivre à 100 à l’heure, sans savoir ni pourquoi, ni comment… Multitudes de choses qui nous donnent l’impression d’exister…
 
Mais enfin ! Vous croyez qu’au bout du chemin, lorsque vous regarderez votre vie dans le rétroviseur, vous vous souviendrez de madame Y et de la crotte de chien ? Vous souviendrez-vous de la somme que vous aviez en banque ce jour là ou de la variété de pizza que vous avez mangée ? Tout cela est fugace et futile… Il n’en restera aucune trace… D’ailleurs, qu’avez-vous mangé avant-hier midi ? Quelles personnes avez-vous croisé dans votre travail ?
Jésus-Christ ne propose pas de révolution, sinon la révolution qui nous enracine dans l’amour. Le meilleur moyen de se préparer au dernier moment est de bien occuper tous les autres, non avec des futilités, des broutilles, mais avec des choses qui construisent votre vie dans l’éternité. Une personne aidée et qui vous a manifesté une si grande gratitude qui vous émeut encore… Une action de solidarité qui a secouru des gens en détresse, l’émerveillement d’un enfant à qui vous apprenez la vie, un temps de silence et de prière qui a duré une heure, et qui est passé plus vite que 5 minutes, la beauté d’un chœur qui chante… Voilà ce qui inscrit votre vie dans l’éternité. Voilà ce qui donne de l’épaisseur et de la grandeur à votre vie et qui, au bout du chemin, vous donnera quelque fierté d’avoir vécu sur cette terre, en partant avec, dans le cœur, des visages des mercis et une joie paisible d’avoir vécu en abondance… Dieu inscrit ce qui est donné, ce qui est reçu, ce qui est beau, bien et bon dans l’éternité qu’il promet. Le temps de l’argent ?
 
Foutaise ! Le temps c’est de l’amour, sinon ce n’est que du vent !
Le temps, c'’est de l’'argent ?

Partager cet article

Repost0

Le sexe à l'école et à la maison

Publié le par Miniritou

Un récent fait divers à Paris a mis en lumière le besoin immense des enfants et des jeunes en matière d’éducation affective et sexuelle. La pornographie touche les enfants de 10 ans, avant même la puberté. Parler de sexualité en famille est un sujet souvent tabou. Des blessures immenses sont constatées chez les jeunes adultes qui ont vécu des expériences amoureuses précoces traumatisantes.

Dans notre paroisse, des jeunes qui ont fait leur communion ou leur confirmation sont séduits par une vie sexuelle libérée et ont des comportements incohérents avec la foi que leur famille a voulu leur transmettre. A 16 ou 17 ans, l’avortement n’est pas rare pour des adolescentes et il est pratiqué sans que les parents soient informés. Des parents, sous couvert d’être « ouverts » agissent contre leur conscience pour l’avenir de leurs enfants.

Il est aujourd’hui nécessaire que les parents chrétiens, soutenus par des associations et des moyens adaptés, aient à cœur de parler de la beauté, de la grandeur de l’amour humain, de la sexualité. Aborder ce sujet en CM2 n’est pas prématuré, pourvu d'adapter notre langage à l'âge des enfants. Avoir avec les collégiens et les lycéens un langage clair, et une parole vraie est plus que jamais une nécessité exigeante.

L’Esprit-Saint agit dans le cœur de tous. Mais la responsabilité des parents et éducateurs doit être assumée jusque dans ces sujets délicats. Ne laissons pas à la télévision, à Internet ou même à l’école seule, le soin de parler d’amour. Osons parler d’amour avec nos enfants, parce que l’amour, la sexualité, la tendresse et le plaisir sont des chemins pour connaître et rencontrer Dieu, à condition de cheminer dans la vérité.

Le sexe à l'école et à la maison

Partager cet article

Repost0

Croyant et pratiquant

Publié le par Xavier Cormary

Dans l’entrée de l’église d’un petit village, on pouvait lire :
 
« Tes Parents t’ont porté ici
le jour de ton Baptême.
Les traditions t’ont traîné ici
le jour de ton Mariage.
Quatre personnes te porteront ici
le jour de ta mort.
Mais quand donc viendras-tu ici
de toi-même ? »

Partager cet article

Repost0

Il y a un autre chemin …

Publié le par Miniritou

Tu as pris cette route qui ne mène nulle part ? Il y a un autre chemin pour toi, mon cher ami…

Tu pensais tout bien faire et tu t’es bien planté ? Il y a un autre chemin que cette voie sans issue…
Tu as les idées claires et tu es sûr de toi ? Il y a un autre chemin que celui que tu as toujours connu…
Tu fais ce que tu veux depuis longtemps déjà ? Il y a un autre chemin que cette liberté fictive et bien incarcérée…
Tu ne penses qu’au fric qui fera ton bonheur ? Il y a un autre chemin que ce cher agent double…
Tu as été déçu, trahi et tu lui en veux à mort ? Il y a un autre chemin que celui de la rancœur…
Tes parents ont cassé, tu restes fracturé ? Il y a un autre chemin que cette indifférence qui résonne en ton cœur.
Tu as été trompé, ou tu t’es fait larguer ? Il y a un autre chemin que celui de la déception.
Ton cœur est accroché. Il/ elle est ton âme sœur ? Il y a un autre chemin qui conduit à l’amour solide et sûr…
Ton désir est immense, tu veux tout lui donner ? Il y a un autre chemin qui conduit sans réserve jusqu’au don de soi-même.
Tu ne peux t’en passer, ta bière, ton red bull avec un petit joint ? Il y a un autre chemin que ces faux amis-là …
Tu penses à la mort, tu rêves d’en finir ? Il y a un autre chemin qui peut semer en toi l’espérance et l’amour de la vie.
Tu kiffes cette musique, ces paroles, c’est ta vie ? Il y a un autre chemin que celui qui te parle…
Tu aimes tout ce bruit, violent et sans limite ? Il y a un autre chemin qui conduit au silence de ton âme ravie.
Tu as choisi, un peu malgré toi, de dealer, de voler ? Il y a un autre chemin que celui qui te perd et te rend condamnable.
Tu passes tout ton temps avec eux à délirer ? Il y a un autre chemin que ces soirées remplies que de futilités.
Tu noies ta solitude dans les jeux, dans le sport ? Il y a un autre chemin qui ouvre des rencontres.
Tu as peur, tu ne sais pas dans quel sens va ta vie ? Il y a un autre chemin que de ne pas choisir.
Ce taff tant espéré, jamais ne viens à toi ? Il y a un autre chemin que te laisser couler au fond du désespoir.

Tu as toujours fait ça, on t’a appris ainsi ? Il y a un autre chemin que celui tout tracé devant toi !


Tu cherches cette route qui te rendra heureux ?

Il y a un autre chemin, qui s’appelle Jésus-Christ.

 Il y a un autre chemin …

Partager cet article

Repost0

Conversion et Salut en Jésus-Christ

Publié le par Miniritou

Il est de bon ton de penser, surtout dans nos communautés catholiques qu'il faut se convertir POUR être sauvé ! Si nous relisons particulièrement les écrits de St Paul, nous constatons clairement  que l'apôtre ne dit pas cela, bien au contraire ! C'est bien le Christ qui apporte la rédemption ( 2 Th 1,12; 2 Co 6,1; Ga 2,21; Ep 1,6). La grâce et le salut ont pour objet l'homme pécheur (Rm 5,15-21). La théologie paulinienne montre que le salut ne vient pas de l'homme mais qu'il est un don de Dieu. Elle s'exprime dans le monde par une diversité de dons (Rm 7,6; Ep 6,7).

Ainsi, avons-nous besoin de nous convertir au message de l'Ecriture pour bien comprendre que nous avons à nous convertir PARCE QUE nous sommes sauvés en Christ. Cela change baucoup la perspective de notre vie chrétienne : tous nos efforts, notre nos oeuvres. Ceux qui sont remplis de la grâce de Dieu vont donc répondre par une vie qui soit digne de lui (Tite 2:11-14) et ainsi faire que toute leur existence, leur chemin soit réponse d'amour au salut que le Christ a déjà opéré par avance !
Reste que si le Christ nous a sauvé, nous avons à accepter, à accueillir ce salut pour nous-mêmes et à l'annoncer au monde entier ; ce qui donne une perspective missionnaire évidente et profondément incontournable à notre vie chrétienne. (1 Co 9, 16)

Le Christ nous a sauvé, il nous a libéré de l'esclavage du Mal et du péché, nous avons à vivre en enfants du Père pour que notre vie, dès à présent soit réponse d'amour à son amour qui est toujours premier dans la foi en Jésus-Christ.
Conversion et Salut en Jésus-Christ

Partager cet article

Repost0

Jésus et la drogue

Publié le par Xavier Cormary


Jésus, dans un état d'énervement avancé, convoque tous ses disciples et apôtres pour une réunion d'urgence concernant la forte consommation de drogue sur terre. Après avoir mûrement réfléchi, ils arrivent à la conclusion que pour régler le problème,ils doivent d'abord goûter les drogues eux-mêmes et ensuite décider de la façon d'agir. Il fut donc décidé qu'une commission formée d'apôtres retourne sur terre afin de collecter les différentes drogues. L'opération secrète se déroule donc, et 2 jours après,les apôtres mandatés commencent à revenir au paradis.

Jésus attend à la porte et demande au premier :
- Qui est là?
- C'est Paul.
Jésus ouvre la porte.
- Qu'as-tu ramené Paul ?
- Haschisch du Maroc.
- Très bien mon fils, entre.

- Qui est là ?
- C'est Philippe.
Jésus ouvre la porte.
- Qu'as-tu ramené Philippe ?
- Marijuana de Colombie.
- Très bien mon fils, entre.

- Qui est là ?
- C'est Matthieu.
Jésus ouvre la
porte.
- Qu'as-tu ramené Matthieu ?
- Cocaïne de Bolivie.
- Très bien mon fils, entre.

- Qui est là ?
- C'est Jean.
Jésus ouvre la porte.
- Qu'as-tu ramené Jean?
- Ecstasy de Montréal.
- Très bien mon fils, entre.

- Qui est là ?
- C'est Barthélémy.
Jésus ouvre la porte.
- Qu'as-tu ramené Barthélémy?
- Speed d'Amsterdam.
- Très bien mon fils, entre.

- Qui est là ?
- C'est Judas.
Jésus ouvre la porte.
- Qu'as tu ramené Judas?
- Gendarmerie Nationale. Tout le monde contre le mur...

Publié dans Humour, drogue, Jésus

Partager cet article

Repost0

1 2 > >>