Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Donner son sang, un geste si facile, et si rare aujourd’hui …

Publié le par Miniritou

Pourquoi si peu de français donnent-ils leur sang de manière habituelle ou ponctuellement ?

Je n’ai jamais été confronté à une urgence médicale dans ma famille ou mon entourage. Pourtant depuis des années, je donne mon sang. Le don du sang sauve des vies chaque jour. Donner son sang, c’est un geste citoyen, un geste d’humanité pour les malades, les brûlés, les accidentés qui ont besoin de transfusion ou de produits dérivés. C’est un geste solidaire gratuit et anonyme.

Les conditions d’accès au don du sang sont strictes, mais c’est une nécessité afin de préserver au malade des risques minimum de contamination. Pas de relations sexuelles inhabituelles ou de comportements à risque. Pas de médicaments ingérés dans les derniers jours. Pas de voyage dans certains pays. Pas de soins dentaires la semaine précédant le don. Pas de don après 70 ans.

Souvent, ceux qui voudraient donner ne peuvent pas : une condition d’accès le leur interdit. Et ceux qui pourraient donner leur sang ne le font pas : indifférence ; peur de l’aiguille ; prétexte du manque de temps…

Il est urgent de prendre conscience que la fraternité humaine se construit dans des gestes simples et concrets comme le don de son sang. ON peut chercher des moyens pour le faire, et interpeller autour de soi. On peut aussi chercher des excuses…

 Donner son sang, un geste si facile, et si rare aujourd’hui …
 Donner son sang, un geste si facile, et si rare aujourd’hui …

Partager cet article

Repost0

Voler les pauvres …

Publié le par Miniritou

Rien n’est respectable si rien n’est respecté…

Pour la troisième année consécutive, la paroisse St François & Ste Claire en Ségala, propose aux visiteurs, pèlerins et paroissiens venant admirer les crèches de nos églises d’apporter avec eux et de déposer au pied de la crèche des denrées non-périssables 1 destinées aux familles en difficulté accompagnées par le collectif alimentaire du carmausin et la banque alimentaire de Valence d’Albigeois.

Or, des denrées apportées devant la crèche de Carmaux ont été volées. Si nous mettons de côté régulièrement les denrées recueillies dans un placard fermé, les aliments restent parfois toute la journée dans l’église. J’ai hélas constaté ce jeudi 26 décembre, que des aliments qui avaient été donné hier soir ou ce matin ont disparu.  On a aussi dérobé dans l’église mon appareil lecteur CD qui permettait de maintenir dans l’église une musique de Noël durant ces fêtes.

Vol commis par une personne nécessiteuse ? Petit larcin de délinquance ? Le vol simultané de l’appareil audio relativement ancien, les vols régulièrement commis dans l’église St Privat depuis ces derniers mois (pots de fleurs, fleurs naturelles, vases et coupes jardinières…) me laissent penser qu’il s’agit d’une personne minable qui, désœuvrée et habituée à ne jamais respecter quoi que ce soit, a commis ces vols, non pas nécessité mais par bêtise ou par méchanceté. Voler les pauvres reste la seule perspective à ceux qui sont vides d’amour et remplis d’orgueil et de suffisance.

Ce larcin désolant me donne l’occasion de renouveler l’appel en faveur des familles précaires soutenues par les associations locales. Jusqu’au 5 janvier 2020, l’opération se poursuit à Carmaux et dimanche prochain, 29 décembre, dans les églises 2 qui seront ouvertes pour présenter leur crèche.

Venir contempler un enfant nouveau-né, le Fils de Dieu, doit nous engager à des gestes concrets en faveur des plus démunis. Cette opération « crèche solidaire » est un acte concret, simple, un acte qui redonne à Noël tout son sens :

« Celui qui a de quoi vivre en ce monde, s’il voit son frère dans le besoin sans faire preuve de compassion, comment l’amour de Dieu pourrait-il demeurer en lui ? Petits enfants, n’aimons pas en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité. »

(1 ère épître de St Jean, chapitre 3, versets 18-19)

 

  1. Pâtes, riz, conserves, huile, café, chocolat, confiture, sucre, farine
  1. Eglises ouvertes le 29 décembre 2019 de 14h à 17h30 : Carmaux Saint-Privat /Blaye-Les-Mines village, Saint-Salvy / Labastide-Gabausse, Notre Dame / Taïx, Saint-Pierre / Mailhoc, Sainte-Croix / Mailhoc, Saint-Éloi / Saint-Sernin les Mailhoc / Villeneuve-Sur-Vère, Saint-Sauveur / Mirandol-Bourgnounac, Notre Dame

 

Voler les pauvres …

Partager cet article

Repost0

En Toi, ô Jésus

Publié le par Miniritou

Ma main dans ta main.

Mon cœur dans ton cœur.

Mes yeux dans tes yeux.

Ma parole dans tes paroles.

Ma vie dans ta Vie.

La joie dans ta joie. 

Mon âme dans ton âme.

Moi et Toi, ô Jésus.

Toi en moi, ô Jésus.

 

En Calcat, 28 novembre 2019

En Toi, ô Jésus

Publié dans Prière, Jésus, communion

Partager cet article

Repost0

Liberté, égalité, phobie !

Publié le par Miniritou

Homophobie, islamophobie, christianophobie… Claustrophobie, phobie scolaire, phobie administrative : les phobies sont partout ! Elles ont colonisé notre quotidien, si bien qu’on pourrait presque avoir la phobie des phobies ! Exacerbées par l’individualisme galopant, l’autre, différent par son pays d’origine, sa religion, ou sa couleur de peau ne vient-il pas nous faire courir un risque ?

Pour lutter contre les phobies de toute sorte, il existe une solution, un remède qui n’a rien d’artificiel, de périmé ou de fantaisiste.  Cette idée, cet élan d’humanité qui porte les plus grands idéaux, qui a inspiré de si nombreuses actions, parfois héroïques, qui permet d’ouvrir sa porte et son cœur, son portefeuille aux déshérités durant les fêtes de fin d’année, est devenu presque une supercherie, une farce de père-Noël : la fraternité !

Il n’est pas question d’en rester à une fraternité aseptisée, émondée de tout ce qui peut déranger, de ceux qui sont trop différents. Certains se disent frères, dans des loggias où l’on se coopte en secret, où l’on fait de l’entre soi, mais sans odeur agressive, sans être bousculé par des frères qui nous dérangent, différents et parfois ennemis. Dans un livre percutant*, j’ai lu cette phrase : « La paroisse est le dernier endroit où l’on peut être frères avec des connards ». Le chrétien est celui qui sait se faire frère avec tout prochain, sans que celui-ci soit forcément un ami, un intime ! On ne choisit pas ses frères, sinon ce ne sont plus des frères ! On exclut ainsi tout risque de racisme, d’intégrisme, ou d’un entre-soi confortable.

Faire vivre la fraternité, c’est accepter, avec l’humilité en étendard, que l’autre, tout autre, puisse me donner sa main, même si elle est sale, sans que je sois écœuré ou agacé de la tenir fermement et durablement.

Liberté, égalité, phobie !

Partager cet article

Repost0