Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Prisons pour mineurs à Lavaur

Publié le par Xavier Cormary

Un commentaire anonyme m'a reproché mon silence sur l'actualité brûlante de Lavaur, à savoir la construction d'un Etablissement Pénitentiaire pour Mineurs. Ce projet est en cours de réalisation puisque à ce jour, les travaux ont débuté. Voici le texte de prise de parole des chrétiens de Lavaur. Avant d'envisager une réflexion plus personnelle, je vous livre celle de mes frères et soeurs chrétiens !

Parole de chrétiens
 
« J’étais en prison et vous êtes venus à moi »
 

LA DÉLINQUANCE DES MINEURS EN CHIFFRES
En 2003, 72464 mineurs ont été jugés, soit une augmentation de 13,3 % par rapport à 2002. Ce sont les cas des jeunes mineurs de moins de 12 ans qui augmentent de plus de 12 % alors que les 13-17 ans jugés diminuent légèrement. Par contre, entre 2002 et 2003, les jugements de mineurs en cours d'assises ont augmenté de plus de 28 %.
Dans le même temps, les sanctions d'emprisonnements fermes ont diminué de près de 17 %, tandis que les peines avec travaux d'intérêt général se sont accrues dans la même proportion.
À la vue de ces seuls chiffres, si la délinquance des mineurs progresse, et si on constate que les sanctions ne sont pas forcément plus dures, il semblerait qu'un petit nombre de cas se révèle beaucoup plus difficiles.
 
(Statistiques du Ministère de la Justice – site Internet - 2004)
  

 

Un établissement pénitentiaire pour mineurs doit voir le jour à Lavaur dans les prochains mois. Cette implantation suscite des réactions les plus diverses, souvent opposées, contrastées, tranchées, parfois défendues avec passion ou véhémence, source même de souffrances et de mal-être.

Aussi le Conseil Pastoral de la paroisse catholique de Lavaur a jugé utile de proposer ou de rappeler quelques repères fondamentaux en ce qui concerne de tels faits de société.
Les chrétiens dans leur responsabilité personnelle mais aussi l'Église en tant qu'institution, ne peuvent se désintéresser des affaires publiques qui affectent le vivre en commun, ceci dans le respect des opinions, la liberté de recherche et l'engagement de chacun.
Dépasser les peurs, les clichés, les slogans, les analyses rapides et partielles, est vraiment nécessaire.
La complexité de ce que mettent en cause l'existence et l'implantation d'un tel centre de détention invite chacun à un véritable effort d'information le plus large et le plus ouvert possible, avec un réel souci d'objectivité.
Nous sommes aussi invités à faire preuve de discernement à la lumière de repères qui nous viennent de l'Évangile :
La dignité humaine inaliénable de tout homme, quel que soit son passé ou ses actes. Une société doit être apte à offrir son pardon et viser à réinsérer chacun comme membre à part entière. Elle ne doit jamais désespérer de la personne ; ceci appelle une attitude, des projets et des efforts pédagogiques pour favoriser au maximum la réinsertion.
II serait préférable qu'on n'ait pas besoin de "centre pénitentiaire". Ce qui invite à intensifier les politiques d'éducation et de prévention, à agir sur les causes qui dans nos sociétés actuelles, favorisent le développement de la délinquance.
- Si le centre pénitentiaire s'installe dans notre ville, nous devrons avoir une attitude d'accueil, de pré­sence et de soutien tant aux détenus qu'à ceux et celles qui en assureront l'encadrement.
- Ces paroles du Christ au jugement dernier "J'étais en prison et vous êtes venus à moi" (Mt. 25,36) motiveront notre manière de leur être présents.
 
A la suite de Jésus Christ, l'attention aux petits et aux blessés de la vie est prioritaire pour un chrétien.
 
Les chrétiens, membres
du  Conseil Pastoral de Lavaur
Novembre 2005

Publié dans Regards sur le monde

Partager cet article

Repost0

Prière de l' automobiliste

Publié le par Xavier Cormary

 
Dieu de justice, Seigneur de miséricorde,
Toi qui permets que je tienne entre mes mains et sous mes pieds, à mon entière discrétion, les masses de puissances et d'énergie de ma voiture, donne-moi la Sagesse, et ne me rejette pas du nombre de tes enfants.
 
Car je suis un homme faible ; sous des dehors tranquilles et tout ordinaire, mon cœur cache d'étranges bêtes fauves. Elles s'éveillent de temps à autre, capables de provoquer des catastrophes.
Accorde-moi de prendre le volant avec un cerveau lucide, un cœur paisible et bienveillant, ne permet pas que mon attention se détourne de la route, devant derrière et autour de moi.
Même si le paysage, le ciel, les fleurs, les bois et les prés rayonnent de Ta splendeur et invitent mon admiration à se reposer.
 
Ne me rends pas le Klaxon trop facile lorsque quelqu'un, devant moi, a de la peine à démarrer au feu vert.
Fais que je cherche et trouve toujours le regard des enfants qui jouent au bord de la chaussée. Et quand roule un ballon devant moi, que je n'oublie jamais le gamin qui va déboucher derrière.
 
Ne permets pas que je m'ajoute aux terreurs des petits vieux, perdus dans la jungle angoissante du trafic urbain. Lorsque la route est étroite et dense la circulation, souvent je m'impatiente derrière un poids lourd qui traîne ; alors Seigneur arrive mon imagination. Qu'elle représente à mes yeux la file des conducteurs qui s'avance, avec leurs passagers insouciants, leur femme et leurs enfants qui les attendent à la maison.
 
Pour que je ne sois pas téméraire et ne joue pas avec ces vies qui sont Tiennes, donne-moi aussi la crainte salutaire du gendarme ; pas trop ! Juste ce qui convient.
Donne-moi l'humour, qui fait sourire avec indulgence aux bêtises d'autrui.
 
Que je sois le Prochain de ceux qui se trouvent en difficultés sur mon chemin : ils me le rendront peut-être un jour.
 
Et surtout, Seigneur d'intelligence infinie, Toi qui donne son sens à toute créature, imprime au dedans de moi la conviction qu'il est vraiment trop bête de n'arriver jamais pour avoir trop voulu arriver à temps.

Publié dans Textes pour prier

Partager cet article

Repost0

Litanies des saints heureux

Publié le par Xavier Cormary

 
Simplicité, simplifiez-nous
Symbole, expliquez-nous
Symphonie, distrayez-nous
Symphise, articulez-nous
Syndicat, défendez-nous
 
Saint-Siège, installez-nous
Saint Fiacre, promenez-nous
Sainte alliance, unissez-nous
Cymbale, entraînez-nous
Sympathie, entourez-nous
 
 
Cinglé, préservez-nous
Sainte Nitouche, épanouissez-nous
Singerie, amusez-nous
Symptômes, avertissez-nous
Cinquantaine, fuyez-nous
 
Saindoux, engraissez-nous
Sainfoin, enrhumez-nous
Saint Raphaël, rafraîchissez-nous
Cinzano, enivrez-nous
Syncope, ranimez-nous
 
Sainte Barbe, rasez-nous,
Saint Ignace, démêlez-nous
Saint Cloud, fixez-nous
Ceinturon, resserrez-nous
Sainte Claire, illuminez-nous
Singer, raccommodez-nous
Synthèse, rassemblez-nous
Singularité, distinguez-nous
Sainteté, sanctifiez-nous.
 
Tous les saints connus ou inconnus du Paradis, recevez-nous !

Publié dans Humour

Partager cet article

Repost0

Du sexe ! Ils demandent que ça ?

Publié le par Xavier Cormary

Je rencontre dans un collège des jeunes de 12-16 ans. La seule question qu'ils me posent souvent : "T'es curé, toi ? Alors, t'as pas le droit de baiser ?" Et dans la conversation, je me rends compte que la seule éducation sexuelle qu'ils ont leur vient de la pornographie si accessible à la Télé, sur Internet ou par des brochures hautement instructives pour leurs yeux adolescents. Il y a aussi leurs discussions de pensionnaires, les plus "âgés" apprenant le vocabulaire et racontant leurs "exploits" sexuels (parfois imaginaires) pour édifier leurs camarades...  Le règne des grandes gueules, où les baiseurs, et les bêtes de sexe sont rois, c'est le seul univers qu'ils semblent comprendre...

Pourtant, souvent lorsque la bande s'est dispersée et que un seul ou deux jeunes restent pour discuter après les ricannements, je me rends compte, la plupart d'entre eux étant issus de familles monoparentales ou recomposées, à quel point ils expriment derrière cette apparente soif de sexe, une vraie soif d'amour. Quand je les écoute et les considère, même s'ils se moquent de moi et  expriment leurs blagues bien grasses sur la sexualité du prêtre ou sur l'Eglise, ils se dévoilent démunis et affamés... Et là je me dis : qui donc pourra répondre à cette faim d'amour ? Où ces jeunes trouveront-ils de quoi construire leur vie, non sur le sable illusoire du plaisir et du paraître, mais sur un roc solide d'amour et de tendresse, sur le rocher de la rencontre vraie qui est chemin de bonheur durable ? Qui sera témoin auprès d'eux de cet Amour plus grand que leurs horizons ? Qui donc ?

Publié dans Coups de coeur

Partager cet article

Repost0

Da Vinci code

Publié le par Xavier Cormary

 
Un roman à l’eau de Rome ?
 
Je n’ai pas lu le roman de Dan Brown Da Vinci code. D’ailleurs, je n’ai pas envie de le lire. On m’a prêté un exemplaire du livre, et je l’ai feuilleté… Je n’aime pas les livres si épais. Il faut toutefois admettre le génie de l’auteur. Son audace réside dans le fait de faire un roman à partir de faits, de lieux et d’objets réels, de détourner leur sens premier pour les asservir à la cause de l’histoire imaginaire de son livre. Et c’est sans doute cela qui a fait du Da Vinci code un succès de librairie ! Sans compter que le sujet concernant l’Eglise catholique, avec la théorie du complot, est toujours aussi croustillante ! Mais le génie de l’auteur réside aussi et surtout dans le fait que, depuis la publication de son livre, Dan Brown n’a accordé aucune interview aux journalistes qui ont mis en lumière les incohérences historiques et religieuses de son livre. Evidemment, devant l’absurdité de certains des symboles qu’il détourne, il aurait été forcé de reconnaître tout ce qu’il a inventé au service du Da Vinci code. Sans démenti, le doute demeure !
La seule malhonnêteté de Dan Brown est de mentionner dans l’avant propos de son livre la véracité historique des éléments de son roman. Ce n’est que de la poudre aux yeux, mais cette authenticité fictive lui aura permis d’encaisser des millions de dollars… Et ce n’est pas fini, il attend désormais les droits cinématographiques de son roman, porté à l’écran ... Bravo M. Brown ! Remerciez au moins l’Eglise d’avoir été le bouc émissaire de vos élucubrations mystico-romanesques.
 
                                    Xavier Cormary

Publié dans Textes de réflexion

Partager cet article

Repost0

Grand-père de Vincent P.

Publié le par Xavier Cormary

"Tu cherches le bonheur ? Vise toujours un peu plus haut et regarde toujours un peu plus bas !"

Publié dans Cékikadikoi

Partager cet article

Repost0

Catastrophe planétaire : Et si la grippe aviaire nous donnait à réfléchir… à Dieu ?

Publié le par Xavier Cormary

 
Tout commence un vendredi après-midi typique, tu es en train de conduire pour rentrer chez toi, lorsque tu entends à la radio un fait comme un autre : Dans un petit village lointain, 3 personnes viennent de mourir d'une grippe que l'on avait jamais vue auparavant. Tu ne prêtes pas vraiment attention à cet évènement...
Le lundi matin lorsque tu te réveilles, la radio annonce que ce ne sont plus seulement 3 personnes mais 30 000 qui sont mortes en Inde. Des chercheurs du contrôle de la santé des Etats-Unis vont faire leur enquête.
Le mardi c'est la grande nouvelle en première page de tous les journaux, parce qu'il ne s'agit plus seulement de l'Inde, mais aussi du Pakistan, de l'Afghanistan, et l'Iran, et tout le monde en parle en le nommant : "l'influence mystérieuse" et tous se demandent : "Comment va-t-on la contrôler?" Alors une nouvelle surprend tout le monde : L'Europe ferme ses frontières, il n'y aura plus de retours depuis l'Inde ni tout autre pays où la maladie aurait été remarquée. Lorsque le journaliste interroge une femme française, on apprend que son mari est en train de mourir de cette influence mystérieuse"...
C'est la panique en Europe... Les informations disent que lorsque tu attrapes cette maladie, tu ne te rends pas compte que tu l'as et il te reste à peine une semaine à souffrir horriblement pour mourir ensuite.
L'Angleterre ferme aussi ses frontières, et le président américain ferme ses frontières à l'Europe et l'Asie jusqu'à ce que le remède soit trouvé.
Le jour suivant, les gens se réunissent à l'église et prient pour que les chercheurs trouvent le remède. On entend le jour suivant à la radio que 2 femmes ont contracté la maladie à New York. Il semble que la maladie soit présente dans le monde entier maintenant.
Les scientifiques continuent à chercher un antidote, sans succès. Tout à coup, la nouvelle inespérée arrive : on a déchiffré le code ADN du virus, on peut enfin faire un antidote! Maintenant il faut le sang de quelqu'un qui n'ait pas été infecté par le virus et donc dans tous les pays on demande à chacun de se rendre à l'hôpital le plus près pour faire un examen du sang.
Tu vas comme volontaire à l'hôpital avec ta famille, et tes voisins se demandent : "Serait-ce la fin du monde?" Tout à coup le docteur crie un nom qu'il a lu sur son registre, et là, ton fils cadet te dit : "Papa, il a crié mon nom!", avant que tu ne puisses réagir, ton fils est parti avec des infirmiers et tu cries :
"Attendez!", et ils te répondent : "Tout va bien, son sang est pur, son sang est propre, nous croyons qu'il a le type de sang correct."
Après 5 minutes, les médecins sortent de la salle en riant et pleurant. C'est la première fois depuis une semaine que tu vois quelqu'un rire, et le docteur s'approche de toi, et te dit "Merci mon Dieu, le sang de votre fils est parfait, il peut faire l'antidote contre maladie..." La nouvelle se répand et tout le monde pleure de joie.
Le docteur s'approche de toi et ton épouse, et dit :"Est-ce que je peux vous parler un moment? Nous ne savions pas que le donneur serait un enfant, donc nous avons besoin que vous signiez ce contrat pour nous donner la permission d'utiliser son sang." Alors que tu lis le contrat, tu remarques qu'il n'est pas précisé la quantité de sang nécessaire...et alors tu demandes : "Quelle quantité de sang allez-vous prendre?"
Le sourire du médecin disparaît, et il dit : "nous ne pensions pas qu'il s'agirait d'un enfant, nous avons besoin de tout son sang!!" Tu n'arrives pas y croire, et tu essaie de répondre : "mais, mais..." et le docteur te répond :" vous ne comprenez pas, il s'agit d'une cure pour le monde entier, s'il vous plait, signez, nous avons besoin de tout le sang..." et tu demandes : "mais ne peut-il pas avoir une transfusion?", et là on te répond qu'il est le seul a avoir le sang pur et que c'est donc impossible. Vous allez signer????? S'il vous plait, signez!!!! En silence et en tremblant, tu signes...
La semaine suivante, alors qu'il y a la cérémonie d'enterrement de ton fils, quelques personnes restent dans leurs lit à dormir, d'autres préfèrent aller se promener ou faire un match de football...et ceux qui sont à la cérémonie affichent un sourire forcé...
Tu voudrais t'en aller en hurlant : "Mais mon fils est mort pour vous, vous n'en avez rien a faire???"
Parfois c'est ce que Dieu voudrait nous dire : "Mon fils est mort pour vous et vous ne savez toujours pas à quel point je vous aime?" C'est curieux de voir à quel point c'est simple pour les gens de rejeter Dieu et ensuite se demander pourquoi le monde va de pire en pire...
C'est curieux de voir qu'on croit tout ce que les journaux et la télé nous dit, et qu'on doute de la parole de Dieu...
C'est curieux de voir qu'on passe notre temps à accumuler des biens terrestres, et qu'on de passe même pas 5 minutes à chercher les trésors célestes...
C'est curieux de voir quelqu'un qui dit "je crois en Dieu" et qui démontre par ses actions qu'il ne Le suit pas...

 

C'est curieux qu'on puisse parler de vulgarité, de luxure, et d'obscénité avec tant de liberté alors qu'il est interdit de parler de Jésus dans les écoles et les lieux de travail...
C'est curieux, pas vrai?? C'est curieux que nous nous préoccupions tant de ce que les autres pensent, et si peu de ce que Dieu pense de nous...
(Reçu par mail - auteur inconnu)

Publié dans Regards sur le monde

Partager cet article

Repost0

Ignace de Loyola

Publié le par Xavier Cormary

"Il faut agir comme si le succès dépendait que de notre activité et ne l'attendre que de Dieu seul."

Publié dans Cékikadikoi

Partager cet article

Repost0

Un événement au monastère des clarisses de Lavaur

Publié le par Xavier Cormary

 

 

Dimanche 8 janvier 2006, en cette fête de l’Epiphanie, on a vu grande affluence chez les clarisses de Lavaur. Il a fallu attendre plus de 35 ans pour une célébration de profession religieuse. La dernière ayant eu lieu en 1969, il fallait bien marquer solennellement l’événement. C’est Sœur Marie-Claire qui a prononcé devant Mgr Pierre-Marie Carré, archevêque d’Albi, son engagement définitif dans la communauté de Lavaur. Originaire de Bordeaux, Sœur Marie-Claire a pris l’habit de religieuse en 2001 avant de prononcer ses vœux en 2003. Environ 250 personnes s’étaient rassemblées pour accompagner Sr Marie-Claire : la chapelle s’est soudain trouvée trop petite ! C’est dire si les clarisses ont une grande place dans le cœur de nombreux vauréens.  Beaucoup de visiteurs anonymes ou amis de la communauté viennent chaque jour pour une écoute, un conseil, confier une intention de prière. Sans parler des marginaux qui viennent chercher un bol de soupe et un café ! Ce dimanche, proches et parents, amis de la communauté, sœurs venues des autres monastères de Mazamet, Nayrac ou Toulouse, frères franciscains ou capucins de Toulouse s’étaient donné rendez-vous... Ensemble avec simplicité et émotion, ils ont assisté à la prostration de Sr Marie-Claire : allongée sur le sol en signe d’abandon, elle a ainsi manifesté le don total de sa vie. Ce genre d’engagement n’est pas très fréquent à notre époque. Pourtant il interpelle et interroge. L’année de l’appel lancée par Mgr Carré dans notre diocèse est l’occasion d’y regarder de plus près : dans la vie religieuse contemplative, quel est donc cet absolu qui pousse des femmes, des hommes à choisir la pauvreté et la vie cloîtrée au monastère ? Une manière de vivre bien surprenante  à notre époque. Pourtant, chaque chrétien n’est-il pas appelé à répondre au Seigneur par une vie qui corresponde d’abord à la recherche d’un bonheur authentique ? Et si c’était cela la vocation ?

                                                                                               Xavier Cormary

Publié dans Mes paroisses

Partager cet article

Repost0

La lecture liturgique

Publié le par Xavier Cormary

 
Liturgie:       Leiton= peuple
                            Ergon= Travail, faire, action
 
Action pour et par le peuple de Dieu
 
1/ La liturgie de la Parole
 
            A- Le livre:
 
            Beaucoup de groupes d’hommes vivent en référence à un livre: la Torah; Talmud; Védas; Confucius; Coran...
            Nous, chrétiens, nous sommes “le peuple de la Bible”.
            Pour Dieu, Parole= faire: “Et le Verbe s’est fait chair”
En sommes-nous assez convaincus ? Nous avions un peu négligé l’Écriture Sainte. Aujourd’hui, elle reprend sa place au coeur de la vie chrétienne.
            L’Office des Heures (à base de psaumes et lectures liturgiques) est célébré par les prêtres, les religieux et religieuses. De plus en plus de laïcs le font désormais. Sans aller jusque là, les lecteurs liturgiques doivent s’imprégner de l’Écriture. Lecture et partage en commun sont toujours profitables pour quelqu’un qui s’intéresse à l’insondable richesse que constitue la Bible.
 
            B- Le lecteur:
 
            En général, il n’est pas un lecteur “institué” mais son rôle peut néanmoins être cerné en méditant deux moments de la cérémonie d’institution d’un lecteur par l’évêque:
                                   Prière de l’évêque: “Qu’il se nourrisse de Ta Parole, qu’il se laisse former par elle et l’annonce fidèlement à ses frères”.
                                   Remise du lectionnaire: “Recevez le livre de la Sainte Écriture et transmettez fidèlement la Parole de Dieu; qu’elle s’enracine et fructifie dans le cœur des hommes.”
 
            C- L’assemblée:
 
            La lecture liturgique est:            - Une parole proclamée
                                                                                  - Devant une assemblée qui écoute.
C’est donc un ensemble uni dans une même action. Si chacun lit des yeux sur son missel (ou “Prions en Église”), comme pour vérifier ce qui est lu, il n’y a plus d’assemblée. Cela devient des individualités juxtaposées.
 
La relation lecteur-assemblée se manifeste surtout par:
            - L’échange des regards: l’assemblée regarde le lecteur pour bien s’imprégner de la Parole. Le lecteur, avant de commencer, regarde l’assemblée pour la concentrer. Il la regarde aussi avant le dialogue final.
            - Dialogue après une lecture: très important et souvent négligé, le lecteur confirme que ce qu’il vient de lire est bien Parole de Dieu: “Parole du Seigneur”. L’assemblée le confirme aussi: “Nous rendons grâce à Dieu”.
De même, après la lecture de l’Évangile, le prêtre: “Acclamons la Parole de Dieu”, l’assemblée: “Louange à Toi, Seigneur Jésus.”
            Ces dialogues doivent être faits avec beaucoup de respect, sans les coller immédiatement après le dernier mot du texte, mais en prenant soin de fixer l’assemblée avant de terminer avec ce dialogue.
 
            D- Déroulement de la liturgie de la Parole:
 
            On trouve dans le missel des indications pour chaque dimanche. Mais il est bon d’avoir une vue d’ensemble du lectionnaire. La liturgie du dimanche comporte quatre lectures:
 
- L’Évangile qui donne sens à toute la liturgie du jour. les grandes fêtes ont toujours le même Évangile. Ceux de l’Avent et du Carême varient suivant l’année mais sont, chaque fois, des montées vers Noël ou Pâques, avec une intention de catéchèse. Les deux premiers dimanches de Carême et à partir du troisième dimanche ordinaire, les trois synoptiques sont lus en continue:
                        - Année A: Saint Matthieu
                        - Année B: Saint Marc, complété par Saint Jean
                        - Année C: Saint Luc
 
- La première lecture: Des passages de l’Ancien Testament ont été choisis pour illustrer et annoncer l’Évangile du jour. Lors de la préparation, il est intéressant de confronter ces deux textes pour percevoir la continuité de la Révélation. Cela aidera à mieux se situer dans la liturgie du jour et à trouver le ton juste à employer.
 
- Le psaume: Réponse priante à la lecture de l’Ancien Testament, il a été choisi en relation avec l’Évangile du jour. Il est préférable de le chanter, chaque fois que l’on peut. Lorsque il est lu, il est préférable de trouver un autre lecteur pour mieux montrer la différence de ton. A défaut, le lecteur aura soin de faire ressortir cette différence. Pour cela, il faut noter que:
                                   - La poésie hébraïque est basé sur un rythme binaire ou ternaire. Chaque idée est répétée plusieurs fois avec des mots différents. Ce rythme doit imprégner la lecture.
                                   - Les psaumes sont aussi des prières, celles même avec lesquelles le Christ et La Vierge Marie ont prié, comme les juifs pieux de leur temps.
                                   - Le lecture correcte du psaume est la plus délicate des trois lectures réservées aux laïcs.
 
- L’Epître: Pendant les trois années, on en lit les chapitres les plus important, en suivant généralement l’ordre des chapitres. A cause de cette lecture continue, il ne peut pas y avoir de rapport entre l’épître et l’Évangile du jour.
Pour cette lecture, l’expression orale sera particulièrement soignée, car on donne alors le témoignage même des apôtres.
 
            E- Ce que dit le concile Vatican II:
 
            Le Concile a remis en valeur la Parole de Dieu:
- La constitution Dei Verbum demande le respect de tous pour l’Écriture sainte. Elle souligne son importance en théologie et recommande sa lecture à tous les fidèles, en particulier aux prêtres, diacres et catéchistes.
 
- La constitution Sacrosanctum Concilium en fait une partie essentielle de toutes les célébrations, de tous les sacrements. On retiendra au n° 24 la promotion du goût pour l’Écriture Sainte, au n° 28, la nécessité que chacun, lecteur ou autre, remplisse sa fonction propre du mieux possible. Le n° 35 préconise une lecture plus abondante de l’Écriture.
 
2/ Conseils pratiques pour les lecteurs
     liturgiques ( et autres lecteurs)
 
            Lire la Parole de Dieu est un service pendant la célébration. Nous pouvons améloirer la qualité de ce service par l’acquisition de quelques techniques d’expression orale.
 
            A- Lecture préalable :
 
            On lit toujours mieux un texte bien préparé à l’avance. Il arrive cependant que le lecteur ne soit désigné que peu de temps avant la célébration. Une préparation est toujours bienvenue; c’est une petite étude sur:
 
- Le sens du message à faire passer :
            = Qui parle ? Moïse, Élie, St Paul...
            = De quoi s’agit-il ? Une prière, une prophétie, une doctrine...
            = Le genre ? Un récit, un cantique, un psaume, l’Apocalypse...
                                   Cela peut modifier le rythme et la façon de lire.
 
- Les mots-clés :
            Il faudra les mettre en valeur. Ces mots peuvent dépendre de l’interprétation personnelle de chaque lecteur.
 
- Les difficultés de lecture :
            Mots à prononciation ardue; liaisons à faire ou a éviter (si on hésite, mieux vaut ne pas la faire); passages entre parenthèses ou guillemets; pauses à prévoir...
 
            B- Timidité et trac :
 
            Il s’agit d’un phénomène normal qui arrive à tous, quel que soit l’âge, malgré l’expérience. C’est une réaction habituelle d’un être humain devant une assemblée:
                        - modérée si la situation est normale ou habituelle.
                        - extrême si la situation est exceptionnelle.
 
Comment les surmonter ?
 
            Quatre conseils très simples:
                                               1/ Avaler sa salive deux ou trois fois, cela rétablit l’équilibre de pression externe-interne. (On peut le faire en se rendant au pupitre).
                                               2/ Respirer profondément, cela bloque les réflexes incontrolés; on se gonfle, on prend du volume, de l’assurance. La réserve d’air portera ensuite la parole. On se place mieux.
                                               3/ Regarder l’assemblée, bien calmement, à droite, puis à gauche, au centre... On voit alors des fidèles comme ils sont: des personnes comme nous qui attendent un service, qui nous en sont reconnaissants à l’avance.
                                               4/ Prendre la parole souvent, on s’habitue peu à peu.
 
            C- Déplacements et position du lecteur:
 
            Il est indispensable d’attendre que la rupture soit faite avec ce qui précède. Se lever à sa place (ne pas partir à moitié courbé!) puis se diriger vers le pupitre ni trop vite (la fusée!) ni trop lentement (l’escargot!). penser à ce que l’on va faire. Penser aux conseils précedents.
            Laisser l’assemblée s’asseoir et le bruit se dissiper.
            Il est important d’assurer son équilibre: talons un peu écartés, pieds ouverts (“à dix heures dix”).
            Se tenir bien droit, sans raideur, buste redressé. Les bras ne doivent pas être ballants, si croisés, les mains sont posées sur le pupitre.
            Penser à regarder l’assemblée avant de commencer et parler vers les deux-tiers de l’assemblée.
            Lever la tête en arrangeant le micro: montrer son visage et non son crâne.
 
            D- Utilisation du micro:
 
            Il est évident que le lecteur doit être compris par l’ensemble des personnes: il faut donc penser à régler le micro à la portée de sa bouche, quitte à faire grincer le support: une lecture qui ne serait comprise que par le premier banc est ratée.
            Utiliser un micro est un long apprentissage. Avec l’expérience, on pourra trouver le moyen de l’utiliser pour créer des nuances dans la lecture: intimité ( distance de 2 à 10 cm) avec faible intensité de voix; récit (15 à 20 cm) lecture courante et recommandée, suivant le type de micros; proclamation (30 à 50 cm) pour les parties qui demandent une certaine solennité.
 
            E- La voix:
 
            Chaque lecteur doit se rendre compte de son volume sonore et de la portée de sa voix, de sa capacité de projection.
            Il faut de toute façon prendre la mesure du local (pièce; chapelle; cathédrale...).
            Nous disposons de deux étages d’amplification:
- la cavité buccale (ah!)
- les fosses nasales plus résonnantes (hein!)
            Il est important de ne pas parler du bout des lèvres, du nez ou de l’arrière-gorge.
 
            L’intonation d’une lecture est également très importante: le “recto-tono” est facile mais monotone. L’intonation modulée est plus moderne mais plus difficile à mettre en oeuvre. Faire très attention à la chute vocale des fins de phrases.
 
            F- Articulation:
 
            Ouvrir la bouche (mais sans exagération!)
Pas de bouillie verbale inintelligible. Il est nécessaire de détacher chaque mot et de ne pas escamoter les fins de phrases ( ce qui est très très fréquent!)
            Les consonnes sont l’armature du texte: bien leur donner leur valeur: percutantes, roulées, chuintantes... Marquer les consonnes doublées et veiller aux liaisons.
            Les voyelles donnent la couleur, la force du texte. Bien les articuler: attention aux accents aigus, graves et circonflexes, aux trémas.
 
            G- Vitesse de lecture:
 
            On lit souvent trop vite. Or, une lecture lente paraît moins longue aux auditeurs. Ils comprennent mieux et peuvent participer en ayant une écoute active. Surtout, bien marquer les coupures, les pauses de ponctuation.
 
 
3/ Le mot de la fin
 
            Ces quelques remarques sont simples. Il est utile de les mettre en oeuvre pour que le service de la lecture liturgique devienne réellement un service rendu à la communauté. N’oublions pas: c’est la Parole de Dieu que nous proclamons!
            Chacun pourra compléter et adapter ces indications à sa propre personnalité.
 
            Reste que ce n’est pas parce qu’on a réfléchi au sens et à la manière de lire la Parole de Dieu que l’on devient pour autant les « lecteurs attitrés » de la paroisse. Chaque baptisé, peut et doit annoncer la Bonne Nouvelle, même dans une assemblée liturgique !

Publié dans Liturgie

Partager cet article

Repost0

1 2 3 > >>