Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Messe ou messe...

Publié le par Xavier Cormary

Eucharistie …

L'Homme :
Dans ce morceau de pain, je voudrais mieux comprendre
L'Amour tellement grand dont tu nous as aimés.

Dans ce morceau de pain, je voudrais découvrir
Ton visage d'enfant né pauvre à Bethléem.

Dans ce morceau de pain, je voudrais rencontrer
Celui qui est venu servir le petit, le plus pauvre.

Dans ce morceau de pain, je voudrais accueillir
Ton pardon et ta paix qui sont ta Royauté.

Dans ce morceau de pain, je voudrais voir enfin
La lumière et la joie du beau matin de Pâques.

Dans ce morceau de pain, je voudrais reconnaître
Celui qui me propose de venir à sa suite.

 

Dieu :
Dans ce morceau de pain, je rassemble le monde,
Pour combler tant de faims qui séparent les hommes.

Dans ce morceau de pain, je te donne aujourd'hui
Mon plus précieux trésor, ma vie et mon amour.

Dans ce morceau de pain, je veux que tu découvres
La joie du don total qui se fait Evangile.

Dans ce morceau de pain, je désire avec toi
Construire mon Eglise et la faire grandir.

Dans ce morceau de pain, je ne veux qu'une chose :
T'accueillir dans mon Corps en venant dans ton cœur.

Dans ce morceau de pain, je te laisse la force
Pour trouver en tout homme un frère à aimer.

 

Messe ou messe...

Partager cet article

Repost0

Lettre à un premier communiant

Publié le par Xavier Cormary

Un repas : Jésus vient dans tes mains et dans ton coeur

Tu prépares ta première communion. Tu vas vivre une belle rencontre : Jésus lui-même veut s’inviter chez toi. Tu te prépares déjà depuis bien longtemps. Mais désormais, si tu as en toi un grand désir, tu ton cœur est habillé d’amour et de tendresse, alors tu vas faire cette merveilleuse rencontre : Jésus va se donner à toi.

 

Comme Jésus ne fait jamais rien comme nous, il a décidé de se montrer tout en restant caché : ce que tu vas voir, ce que tu vas manger, c’est un morceau de pain. Dans ce morceau de pain, qui a le goût du pain, tu ne pourras pas le reconnaître si tu n’as pas vraiment faim. C’est important d’avoir faim avant de manger : sinon ce serait comme manger du fois gras comme du pâté : lorsque tu sais ce que tu manges, tu découvres combien il faut l’apprécier !

 

Jésus notre Seigneur nous l’a promis : quand nous partageons le pain comme lui-même l’a fait avant de mourir, nous refaisons ses gestes et nous revivons son dernier repas : « Faites ceci en mémoire de moi ! » Ce pain, c’est son Corps, c'est-à-dire sa présence vivante au milieu de nous. Il est vraiment là ! Il est présent, c’est sûr et certain puisqu’il nous l’a promis.

Si tu l’accueilles de tout ton cœur, tu découvriras que le Seigneur Jésus est pour toi l’unique trésor véritable, et il te montrera que tu es unique et précieux pour Lui ! Ce cœur à cœur sera grand et beau : chaque fois que tu communieras, tu recevras l’amour de Dieu puisque c’est Dieu lui-même que tu recevras. C’est tellement grand et beau, mais si difficile à comprendre : comment Dieu peut-il se transformer en pain ? Comment ce morceau de pain peut-il devenir le Corps du Christ ?

 

Le pain, c’est notre nourriture. Si souvent nous gaspillons, et Dieu nous montre, dans ce monde où tellement de gens ont faim, qu’il veut rassasier le cœur des hommes qui ont faim d’amour : un amour qui ne finira jamais !

 

Tu as de la chance d’être entouré de tes amis, de ta famille pour vivre cette fête. Même les autres chrétiens seront là : parfois ils sont trop habitués à communier : toi, ne t’habitue jamais : que chacune de tes communions soit comme la première ou même la dernière de ta vie ! C’est cette communauté de chrétiens qui se rassemble à la messe. Ensemble, nous découvrons Jésus proche de nous. Ensemble, nous cherchons à le suivre et à l’aimer. C’est important de communier souvent pour vivre avec Jésus, en Jésus en accueillant Jésus au fond de son coeur.

 

Communier, recevoir le Corps du Christ, c’est accepter de lui faire confiance. C’est décider de lui ressembler. Chaque fois que tu communieras, tu devras décider de changer ton cœur et de suivre Jésus en transformant ta vie pour mieux le suivre. C’est difficile : cela veut dire qu’il te faudra faire des choix à cause de Jésus. Sinon, Jésus aura beau venir en toi, les portes de ton cœur resteront fermées à son amour.

 

Jésus veut venir dans ton cœur en te donnant son Corps. Ouvre toujours ton cœur en ouvrant tes mains, pour l’aimer et le faire aimer chaque jour un peu plus !

 
Lettre à un premier communiant

Partager cet article

Repost0

Aux parents qui ont fait baptiser leur enfant...

Publié le par Miniritou

Aux parents qui ont fait baptiser leur enfant...

Vous avez demandé, et obtenu de l’Eglise, le baptême de votre enfant il y a quelques années. Vous rappelez-vous de cet événement heureux, qui a fait la joie de votre famille, et la joie de l’Eglise, la communauté qui a accueilli votre petit ? Feuilletez l’album photo, et retrouvez ces émotions qui vous ont touché !

Un ami prêtre, contactant des parents d’enfants en âge de catéchisme pour leur présenter la catéchèse pour leur progéniture, s’est vu rétorquer : « L’éducation de mes enfants ? Ça ne vous concerne pas ! ». Ces mêmes parents sont revenus quelques mois après pour demander le baptême du deuxième.

Au jour du baptême de votre enfant, il y a eu des gestes forts. Mais la célébration a également été jalonnée de paroles importantes. Chers parents, rappelez-vous : au début de la célébration, le prêtre vous a interrogé, après votre demande de baptême : « Vous demandez le baptême pour votre enfant ? Vous devrez l’éduquer dans la foi pour qu’il apprenne à connaître le Christ, à l’aimer et le suivre, afin qu’il apprenne à aimer son prochain. Êtes-vous conscients de cette responsabilité, et l’acceptez-vous ? »

Et, la bouche en cœur, vous avez répondu un « OUI » clair et net ! C’est la condition sine qua non pour que la célébration puisse se poursuivre.

Alors de trois choses l’une :

  • Ou bien vous avez conscience de votre engagement et vous vous attachez à donner suite à votre « OUI » du mieux possible, avec le concours de l’Eglise, de la communauté chrétienne qui vous a accueillie, ou celle qui peut vous accueillir aujourd’hui.
  • Ou bien vous avez oublié votre parole, et il est heureux que vous lisiez ces lignes qui vous rappellent votre engagement.
  • Ou bien, vous ne l’avez pas oublié et vous avez changé d’avis ? Peut-être pensiez-vous jouer un rôle, non pas celui de parents, responsables de l’avenir d’un être humain, mais celui d’acteurs jouant dans une série américaine style « Amour, gloire et beauté ».

Votre parole, ni l’Eglise, ni le Seigneur ne l’ont prise à la légère ! Le baptême de votre enfant vous a impliqué. Et vous devrez rendre compte de cette implication. L’Eglise est concernée, et toujours disposée à vous épauler dans cette tâche éducative. Le témoignage des parents est fondamental : seule la foi vécue et incarnée dans une vie chrétienne est contagieuse !

Partager cet article

Repost0

Devenir parrain ou marraine de baptême

Publié le par Xavier Cormary

AU PARRAIN /  à la Marraine
 
L'Église catholique demande à ce que tout baptisé soit accompagné d'un parrain et/ou d'une marraine. En effet, on ne grandit pas seul, pas plus dans la vie que dans la foi. Avec vous, en plus de ses parents, votre filleule) aura quelqu'un sur qui compter. Vous devrez l'aider à avancer dans la vie et à grandir dans sa relation à Dieu.
 
Vous aurez la chance d'avoir un lien particulier avec votre filleul(e) tout au long de sa vie, lien affectif et éducatif. Vous témoignerez par votre foi des valeurs chrétiennes que vous souhaitez lui transmettre.
 
Comme parrain ou marraine, vous êtes le SIGNE de la communauté chrétienne qui veille sur un de ses membres. Cela implique que vous viviez votre baptême afin de transmettre les valeurs chrétiennes. Le sacrement de confirmation est habituellement exigé par l'Eglise comme signe effectif du sérieux de votre engagement. La confirmation est la démarche qui nous donne une assurance et un désir de vivre en chrétien, grâce à l'Esprit-Saint. Si vous n'êtes pas confirmé, il serait temps d'y penser, quel que soit votre âge, pour assumer votre rôle de parrain/marraine... Cela relève de la cohérence personnelle dans votre engagement !!

Etre parrain ou marraine ne consiste pas seulement à un rôle honorifique ! C'est une implication totale de votre foi au service de la croissance humaine et spirituelle de votre filleul/filleule.
Accepter cette responsabilité engage votre cohérence de vie : engager votre vie sur le chemin du Christ, c'est pas rien ! C’est pour signifier que vous êtes prêt à tout cela que vous aurez une place privilégiée au cours de la célébration du Baptême. Vous vous tiendrez aux côtés des parents. Ensemble, vous marquerez l'enfant du signe de la croix. Vous renoncerez au mal et vous affirmerez votre foi en Dieu Père, Fils et SaintEsprit.
 
Par des gestes symboliques, la remise du vêtement blanc ou du cierge allumé, vous proclamerez que la foi en Jésus-Christ éclairera le chemin de vie du baptisé, comme elle illumine le vôtre. Vous signerez avec les parents le registre des baptêmes de la paroisse.
 

Pour vous préparer à la Mission que l’Église veut vous confier, vous pouvez déjà vous poser cette question : « Comment je vais être cohérent dans ma vie et ma foi pour vivre avec l'enfant l'engagement que je vais prendre ? »

A LIRE AUSSI :

parrain marraine : un peu de cohérence !!!

 

Devenir parrain ou marraine de baptême

Partager cet article

Repost0

Pour être parrain ou marraine de baptême : un peu de cohérence !

Publié le par Miniritou

O Joie débordante ! On t’a demandé d’être le parrain ou la marraine de ton neveu, de la fille de ton voisin, du petit dernier de ta collègue ? Et tu as accepté avec enthousiasme ! Ca te fait plaisir qu’on ait pensé à toi ! Beau titre honorifique et mission hautement symbolique !

 Es-tu bien sûr de cela ? Si tu y regardes de plus près, n’est-il pas prudent et normal de vérifier ce qu’on attend de toi ? Non seulement ce que les parents attendent de toi, mais aussi ce à quoi tu t’engages, si tu veux bien accomplir ta mission  pour ton filleul, ta filleule !

Parce que tu peux faire semblant, tu peux être un parrain demi-portion, une marraine de pacotille, mais est-ce de cela dont cet enfant a besoin ? Par ailleurs, cette mission, elle a une signification spirituelle et t’engage avec lui, avec elle sur le chemin de l’invisible. Un lien particulier peut se nouer entre toi et lui ou elle !

 

Si tu t’engages devant les parents, tu leur seras redevable à eux. Si tu t’engages devant Dieu, c’est aussi à lui que tu rendras compte de ta mission ! Es-tu disposé à faire de ta vie un exemple à suivre pour ton filleul ? Es tu prêt(e) à t’engager toi-même sur le chemin où tu voudrais que ta filleule trouve son bonheur ?

 Il n’y a guère que l’exemple qui soit contagieux en matière d’éducation. Tout le reste, c’est du blabla ! Accompagner un enfant sur le chemin de la foi, sans le prendre soi-même, sans le reprendre où tu l’as laissé, c’est de l’hypocrisie ou de l'inconscience. Tu peux faire de l’esbroufe, mais au final, c’est ton filleul ou ta filleule qui en pâtira, pas le curé ou les parents qui t’ont confié la tâche !

 Et tu sais, il y a bien des moyens* pour retrouver le chemin de la foi, pour se mettre, se remettre en route et découvrir la foi comme un appel au bonheur intégral ! Alors si tu ne te lèves pas, crois-tu que ton filleul, ta filleule pourra tenir debout et devenir un être libre ?

 A toi de jouer ! Non, plutôt, à toi d’agir, en cohérence avec les choix que tu fais !

 

* tu peux farfouiller sur d'autres pages de ce blog, ou chercher auprès de son auteur quelques pistes concrètes ! Envoie un message  en bas de la page  : Contact

Pour être parrain ou marraine de baptême : un peu de cohérence !

Partager cet article

Repost0

Baptisés sous X

Publié le par Miniritou

Un enfant né sous X est souvent confronté à la question délicate de ses origines : qui sont mes parents ? Pourquoi m’ont-ils abandonné ? Et cette question reste souvent sans réponse, puisque la loi permet à une mère de renoncer à son enfant définitivement.

De la même manière, nombreux sont les enfants qui sont baptisés sous X. Leurs parents légitimes ont demandé pour eux le baptême : l’Eglise les a engendrés à la vie de Dieu dans l’espérance qu’ils puissent découvrir ce Dieu Père qui les a aimés depuis le début, et pour toujours. Hélas, aujourd’hui, nombreux sont les enfants baptisés qui ne savent rien de leur baptême. Les parents ont démissionné, de manière délibérés ou souvent par négligence, ils n'ont jamais aidé leur enfant à découvrir ce Dieu Père qui les a fait naître à une vie surnaturelle. Ils sont comme baptisés sous X.  Un baptisé qui ne reçoit pas le trésor de la foi, à qui on ne permet pas de découvrir le trésor de son baptême est un enfant de Dieu en jachère. La puissance de Dieu est à l’œuvre sans doute. La grâce de Dieu peut toujours surgir dans le coeur de l'enfant, sans doute ! Mais les médiations humaines sont souvent indispensables pour vivre la Rencontre avec le Dieu de Jésus-Christ.

Je trouve personnellement très grave, de la part de ces parents inconscients, de s’engager solennellement devant Dieu et devant l’Eglise pour l’avenir de leur enfant, et de ne pas tenir cet engagement : «  J’avais faim et vous ne m’avez pas donné à manger. J’avais soif et vous ne m’avez pas donné à boire. » (Mt 25). Ils porteront devant Dieu une lourde responsabilité. De la même façon, les parrains et marraines qui s'engagent de manière très superficielle à guider leur filleule/e dans la foi chrétienne et qui ne sont là que pour un accompagnement horizontal, portent manquent à leur devoir et à leur mission ...

Puisse Dieu suppléer aux défaillances de ces parents et mettre sur la route de ces enfants des croyants sincères et lumineux qui les conduiront à la rencontre du Seigneur !

Baptisés sous X

Partager cet article

Repost0