Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Histoire de contrition...

Publié le par anonyme

 

Un jour, le roi Salomon…

 

 

Epris de justice, chacun le sait, le grand roi Salomon décida un matin de visiter la plus importante prison de son royaume afin de se rendre compte si nulle erreur n’avait été commise par les juges.

A chaque prisonnier qu’il se fit présenter, le roi posait chaque fois la même question :

-     Qu’as-tu fait ? Pourquoi t’a-t-on mis dans cette prison ?

-     C’est une épouvantable erreur, lui répondait chacun, une terrible méprise, une injustice noire !

Et le roi d’écouter sans rien dire, leurs affirmations. Pourtant, il s’en trouva un pour répondre :

-     Hélas, sire, moi je mérité pleinement ma peine, j’ai très mal agi et j’en ai honte.

Alors le roi Salomon appela les gardiens et leur dit :

-     Faites tout de suite sortir cet homme de la prison, cet affreux criminel finirait par corrompre tous ces innocents. Il n’est pas digne de partager leur logis… Mettez-le en liberté sans attendre.

 

Conte oriental

Partager cet article

Repost0

Le pardon

Publié le par Xavier Cormary

 

 

 

Le pardon est un chemin de bonheur.

 Pardonner, c’est un défi à relever pour la rencontre.

 La vie est tellement belle, et aussi tellement marquée

 Par la faiblesse, la fragilité et le manque.

 Le pardon est ce chemin qui nous conduit au cœur de nous-mêmes,

 Face aux autres, sous le regard de Dieu.

 La pardon est une main tendue, une chance, un recommencement,

 Un acte de générosité et d’humilité qui nous fait grandir.

 On le considère trop comme un signe de faiblesse et d’humiliation.

 Au cœur du pardon, tu découvres l’amour.

 L’Amour le plus grand, l’Amour le plus pur,

 Parce qu’il n’a aucune nécessité, aucune utilité.

 Avec le pardon, tu te découvres toi-même

 Capable du « davantage », capable de Dieu.

 Par le pardon, c’est Dieu qui agit.

 C’est Dieu qui fait vivre et revivre,

 C’est Dieu qui vit en toi.

 Le pardon, chemin inaccessible pour l’homme.

 Pardon ! Nom de Dieu offert au monde ;

 Le pardon, don de Dieu en Jésus-Christ.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Textes de réflexion

Partager cet article

Repost0

Si fragiles…

Publié le par Miniritou

P1020017.JPG

Dans son message de carême 2011, le pape Benoît XVI affirme que « la période du Carême est un temps favorable pour reconnaître notre fragilité ».  Des fragilités, nous en connaissons tous, nous en vivons et en subissons tous, même si souvent nous sommes tentés de les nier, de les évacuer. Et la plus grande des fragilités que nous avons à accueillir est notre risque permanent de mourir. Nous savons cette issue inéluctable, mais nous nous efforçons de ne pas trop y penser… Nous pensons du coup vivre mieux… est-ce que nous vivons vraiment mieux ?

 

La mort autour de nous, en nous, est une invitation pour la vie : que la force de notre vie soit fondée sur notre conscience de la mort. « Vivre chaque jour comme s’il était le dernier et y investir le meilleur de soi-même, c’est déjà donner un sens à sa vie. (…) Le carême chrétien prend alors une importance et une gravité qui vont bien au-delà de l’abstention de nourriture, de cigarettes… Il nous pose la question essentielle : que faisons-nous de notre vie ? » (Mgr Pierre Claverie, évêque d’Oran, assassiné en Algérie en 1996)

 

Benoît XVI ouvre des perspectives : « Notre immersion dans la mort et la résurrection du Christ, par le sacrement du Baptême, nous pousse chaque jour à libérer notre cœur du poids des choses matérielles, du lien égoïste avec la «terre», qui nous appauvrit et nous empêche d’être disponibles et accueillants à Dieu et au prochain. »

 

Et si ce carême était pour nous l’occasion de regarder la mort en face ? Et de prendre la mesure de nos actions et de nos actes qui peuvent prendre une intensité particulière justement, parce que nous sommes fragiles et mortels !

Publié dans Textes de réflexion

Partager cet article

Repost0

Les vieux

Publié le par Xavier Cormary

Ils sont là assis dans le soleil couchant.
Comme au soir de leur vie, attendant leur demain.
Ce sont des vieux, à la maison de retraite.
Ils savent raconter les paysages et les rires d'antan,
Les folles aventures de leurs jeunes années.
 
Des vieux ? N’est-ce pas dérangeant ?
On les parque là bas, pour ne plus s’en soucier,
Ou parce que leur grand âge était devenu trop lourd à porter.
Ils sont désormais bien soignés, et nourris.
Mais la vie si remplie, qu’ils cultivent encore
N’est pas qu’un corps à nourrir, à soigner.
 
Ils attendent aussi, de leurs fils, de leurs filles,
Et même de ces petits qu’ils veulent voir grandir
Une parole, une attention, une visite d’affection.
Des mots d’amour et de passion,
Qui leur montre chaque jour qu’ils sont encore vivants !
Oui, on compte sur eux, pas sur leur portefeuille...
Vouloir compter sur eux parce qu’ils sont nos aïeux !

Partager cet article

Repost0

Vocation : la joie d'être appelé.

Publié le par Xavier Cormary

Voici près de treize ans que je suis prêtreDSCN1911 dans le diocèse  d'’Albi, curé du secteur de St Sulpice et Rabastens. J'ai aujourd’hui 40 ans.  Originaire de Montredon Labessonnié, j’ai toujours vécu ma foi comme un don de Dieu pour moi, un don que je pouvais aussi faire partager à d’autres.

 

C'est une grande joie pour moi de répondre présent chaque jour à l'appel que le Seigneur m’adresse afin d'annoncer sa Bonne Nouvelle. Etre prêtre, un métier ? Non bien plus que ça, une histoire d’amour passionnée pour les hommes et pour Dieu. Pas seulement les hommes, pas seulement Dieu ! Dieu et les hommes, Dieu avec les hommes : l’'Emmanuel ! Les hommes avec Dieu, sur les chemins du Royaume !

 

C’est passionnant d'aller à la rencontre des hommes et des femmes, des jeunes et des malades, des enfants et des familles dans un désir d’aimer comme le Christ, de servir comme lui, de donner comme lui.

 

Dans ma mission de prêtre, je rencontre beaucoup de jeunes. Je sais que cet appel du Seigneur qu’un jour j’ai entendu, continue de résonner dans leur cœur, mais il est malheureusement trop souvent étouffé par des ambitions humaines légitimes qui relèguent l’appel du Seigneur aux oubliettes.

 

Il n’est pas déshonorant de donner sa vie pour semer de l’amour entre les hommes, pour conduire des frères vers le Christ, pour leur faire découvrir l’'Amour dont ils sont comblés, pour bâtir le Royaume de justice et de paix annoncé par les Béatitudes. Je veux dire encore une fois combien c’est une mission passionnante de se savoir choisi gratuitement pour aimer gratuitement. Mais c’est également fascinant de découvrir dans la peine et les larmes que ce que je sème aujourd’hui sera moissonné par un autre demain, d’'abandonner aussi à Dieu le bien le plus précieux de ma vie : sa fécondité.

 

Peut-on rêver mieux pour soi, pour ses enfants, que de passer sa vie à parler d’amour, à vivre de l'amour de Dieu ? Cela fait peur, mais cela rend heureux… Alors pourquoi ne pas proposer encore aujourd’hui ce bonheur à nos enfants, à nos petits-enfants ? Et s’ils nous disent : « Non, ce n’est pas pour moi », nous n’aurons pas perdu grand chose !

 

Prier pour les vocations aujourd'’hui, c'’est d'’abord s’'engager à demander autour de moi : « Et pourquoi pas toi ? 

Parce que le monde a besoin d’amour, l’'Eglise aura toujours des prêtres pour annoncer cet Amour. 


                                                                             Xavier Cormary, prêtre

Publié dans C'est tout moi !!!

Partager cet article

Repost0

Vie consacrée : ça déchire grave les frères et les soeurs !

Publié le par Miniritou

Publié dans Vidéos

Partager cet article

Repost0