Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Terruption Involontaire

Publié le par Miniritou

Terruption Involontaire

Publié dans IVG, Avortement, vie

Partager cet article

Repost0

Touche pas à ma foi !

Publié le par Xavier Cormary

 Petit argumentaire pour répondre
à ceux qui se moquent des chrétiens
 
 
De plus en plus, on perçoit dans notre société laïque française un courant d’antichristianisme qui veut démanteler la foi et la réduire à néant. A l’usage des chrétiens, en particulier des jeunes, qui ne savent pas comment se défendre sans attaquer, cet argumentaire veut être un outil pacifique pour affirmer sa foi en repoussant les contradictions faciles !
 

 

 
Dieu et le Mal
 
Tu me dis « Si Dieu existait, le Mal et la souffrance n’existeraient pas ! »
 
- Tu sais, Si Dieu n’existe pas, le Mal et la souffrance auraient la part belle et domineraient le monde. Si Dieu existe et s’il est Amour comme le dit Jésus, alors ce n’est pas l’amour qui vient à bout de la souffrance, mais l’amour est capable de la soulager et de la dépasser ! Dieu est le bouc-émissaire idéal pour les questions qui nous dépassent.
 
 
 
Dieu dans l’Histoire
 
Tu me dis « Dieu et les religions ont été à l’origine de biens des drames : les croisades, l’Inquisition, les massacres des indiens en Amérique, le terrorisme… »
 
- Ce n’est pas Dieu, ce ne sont pas les religions ! Ouvre l’Evangile ! C’est un message d’amour. Ce sont les hommes qui utilisent Dieu comme argument pour leurs intérêts : chaque fois, c’est le fric (qu’est ce qu’on ne ferait pas pour de l’argent !), le pouvoir (un homme politique pour conquérir le pays), les intérêts économiques (pétrole ou richesses naturelles) ou la peur de l’autre qui sont derrière, pas des questions religieuses ! Dieu est un alibi facile !
 
 
 
L’Église a déformÉ la foi
 
Tu me dis « Dieu j’y crois, mais l’Eglise, ça sert à rien ! »
 
- C’est pas facile de croire en Dieu sans une institution qui porte son message : Même si cette institution est criticable et imparfaite, elle reste un relais nécessaire. Comment crois-tu que l’Evangile soit arrivé jusqu’à nous ? Comment peut-on croire sans avoir des repères, des données objectives à moins de se fabriquer sa religion personnelle sur mesure ? Et puis Dieu n’est pas une idée, un principe, une chose ! Pour le rencontrer on a besoin les uns des autres. Tout seul t’es foutu !
 
 
 
La place des femmes
 
Tu me dis : « Les femmes n’ont pas de place dans l’Eglise ! »
 
- D’abord, les femmes sont là depuis le début, avec les disciples, elles sont d’ailleurs les premières à rencontrer Jésus ressuscité. C’est vrai par contre que les ministères sont réservés aux hommes. Jésus a choisi 12 hommes. Il avait une grande liberté  vois à vis des femmes : il aurait pu en choisir pour apôtres malgré les convenances sociales de l'époque : il ne l'a pas fait. Les femmes n’ont-elles d’autres belles missions ? Un homme ne pourra jamais mettre au monde un enfant. Parler de parité, ce n’est pas parler d’égalité, car un homme ne sera jamais une femme, même s’ils ont la même dignité ! Travaillons à reconnaître et à développer la dignité des femmes, dans la société et aussi dans l’Eglise.
 
 
 
  
 
Les richesses de l’Église
 
Les richesses de l’Eglise, des bâtiments et des œuvres d’art ? Pas en France tout appartient à l’Etat ! Ceci dit c’est vrai que la Vatican est un beau palais. Mais si tu as reçu en héritage de ton grand-père une magnifique villa et que tu tiens à tes racines, tu ne vas pas forcément vendre cette maison pour acheter autre chose ou faire une bonne action. Mais les vrais trésors de l’Eglise, c’est la générosité et la bonne volonté des chrétiens qui s’engagent au service des pauvres et des exclus. L’Eglise doit chercher encore à vivre en fidélité à l’Evangile et sans doute elle doit se dépouiller de bien des apparats qui font obstacle à l’Evangile ! Sur ce plan, c'est certain que l'Eglise doit progresser sur le chemin du détachement !
 
 
 
Les chrÉtiens n’ont pas le monopole de l’amour
 
Tu me dis : « Pas besoin d’être chrétien pour faire le bien ! »
 
- C’est vrai, 100% d’accord… mais ne confonds pas faire le bien et te faire du bien ! Si tu donnes ou agis pour le Téléthon juste pour te donner bonne conscience, ça n’a pas beaucoup de valeur. Par contre si tu crois en la dignité de tout homme et que c’est pour cela que tu t’engages pour la justice et la solidarité, alors bravo. Jésus nous donne les clefs de cette dignité ! Lis l’Evangile ! Ou la dernière encyclique du pape !
 
 
 
Jésus n’a jamais existé
 
Tu me dis « Jésus n’a jamais existé ? »
 
- Je pense que tu dois plaisanter, il y a plus de preuves de l’existence historique de Jésus que de celle de Néron ou du pharaon Touthankamon ! Le doute reste toujours possible 2000 ans après, mais les indices concordants sont légions. Non seulement les évangiles sont déjà des textes historiques mais des auteurs non chrétiens parlent aussi de ce « Jésus de Nazareth mort en croix qui a suscité des disciples…
 
 
 
Foi en la résurrection
 
 
Tu me dis « On n’a pas de preuve que Jésus est ressuscité »
- Des preuves non ! Mais crois-tu que des hommes, les apôtres de Jésus se seraient laissés tuer pour un mensonge ? Si la résurrection de Jésus était une supercherie, crois-tu que les apôtres n’auraient pas avoué ? Personne n’a envie de mourir pour un histoire fausse par contre,  on peut donner sa vie pour une cause qui peut bouleverser l’histoire du monde !
 
 
Touche pas à ma foi !

Partager cet article

Repost0

Contre pensée ou contre courant…

Publié le par Miniritou

On parle de crise économique, mais on vit au dessus de nos moyens depuis des décennies.

On parle de croissance, mais on exploite de manière déraisonnable les ressources naturelles.

On parle de pouvoir d’achat, sans jamais se questionner sur le sens de cette course en avant.

On parle de dette, mais on n’a jamais de projet ou de vision à long terme : ce n’est pas populaire.

On parle d’engagement, mais on n’a pas d’exemplarité.

On veut satisfaire tout le monde, sans déplaire à personne…

On parle du chômage, mais sans jamais parler de partage.

On parle d’exclusion, mais on ne fait qu’ouvrir les vannes de l’assistanat pour la combattre.

On parle de sincérité, mais jamais de vérité.

On parle d’égalité, mais juste pour niveler la société par le bas…

On établit des normes et des règlements, mais ça dessert l’humanité et le vivre ensemble !

On parle de partis et de programmes, juste pour se servir mais pas servir !

On cherche des grands hommes, et on ne trouve que de médiocres chefs sans envergure.

On a vendu au marché notre avenir, et on s’inquiète de voir l’homme réduit en esclavage du capital !

On a renié nos racines et les fondements qui ont fait la grandeur de notre nation, et on s’étonne que l’individualisme gagne du terrain !

On a détruit la famille, en refusant aux parents le droit d’éduquer leurs enfants

On a évacué Dieu de nos institutions, pour le remplacer par des idoles bien plus exigeantes…

Finalement, on a perdu notre âme en érigeant le MOI au dessus du NOUS…

Et on s’étonne que ça aille mal ?

Contre pensée ou contre courant…

Partager cet article

Repost0

Risquer ...

Publié le par anonyme

Rire, c'est risquer de paraître fou
Pleurer, c'est risquer de paraître fragile
Aller vers quelqu'un, c'est risquer de s'engager.
Exposer ses sentiments, c'est risquer d'exposer son moi profond
Présenter ses idées, ses rêves aux autres, c'est risquer de les perdre.
Aimer, c'est risquer de ne pas être aimé en retour.
Vivre, c'est risquer de mourir.
Espérer, c'est risquer de désespérer.
Essayer, c'est risquer d'échouer.

Mais, il faut prendre des risques,
car le plus grand danger dans la vie, c'est de ne rien risquer.
Celui qui ne risque rien ne fait rien, n'a rien, n'est rien.
Il peut éviter la souffrance mais il n'apprend rien
ne ressent rien
ne peut ni changer ni se développer, ne peut ni aimer ni vivre.
Enchaîné par sa certitude, Il devient esclave, il trahit sa liberté
Seuls ceux qui risquent d'aimer sont libres.

Auteur inconnu

Risquer ...

Publié dans risque, poème, mort, espérance

Partager cet article

Repost0

Chasteté, abstinence, et célibat

Publié le par Miniritou

Comme prêtre, au jour de mon ordination diaconale, j’ai fait à mon évêque promesse de célibat. Je n’ai pas fait vœu de chasteté, contrairement aux religieux, moines, qui s’y sont explicitement engagés. D’ailleurs, si les mots de chasteté et de célibat sont si mal compris, c’est sans doute que, dans l’Eglise, on mélange un peu les choses !

 Le CELIBAT est un engagement, tacite ou explicite, à ne pas contracter de lien matrimonial. Aujourd’hui nombre de célibataires ont une vie affective et sexuelle très active ! D’autres aussi subissent cet état de vie, non comme un choix, mais comme une croix.  

 Le CELIBAT SACERDOTAL doit se comprendre également dans la perspective de l’abstinence et de la chasteté. Malheureusement, on mélange trop souvent les deux !

 L’ABSTINENCE concerne le corps : c’est le choix de ne pas avoir de relations sexuelles.

 La CHASTETE concerne le cœur et le regard : c’est le chemin qui consiste à vivre toute relation dans la pureté de l’amour qui se donne et se reçoit. ON ne prend pas, on ne possède pas l’autre, on le reçoit comme un cadeau et on se donne à lui ! Toute relation humaine devrait receler une grande chasteté : dans un couple marié, pour que la relation soit réciproquement épanouissante, dans une amitié, ou les amis respectent la liberté de l’autre, dans une relation professionnelle, ou éducative où les rapports hiérarchiques peuvent conduire à la manipulation.

 Vivre l’abstinence, c’est difficile : c’est le manque de tendresse, l’absence d’une présence humaine concrète : notre corps est traversé par des désirs et des pulsions sexuelles. Il faut d'autant plus vivre, au delà de la génitalité, une absence de relations affectives au sens large : tendresse, câlins, présence, complicité : c'est un manque physique immense s’il n’est pas offrande spirituelle du désir de donner à Dieu la première place dans ma vie de prêtre. La plus noble des offrandes spirituelles, le plus bel acte d’abandon ne peut combler le vide laissé par un célibat choisi : pas de femme au foyer, pas d’enfants à accueillir et à chérir, c’est un choix radical qui ne s’explique pas : d’ailleurs, il n'est pas compris, dans notre société du TOUT, tout de suite !

 Vivre la chasteté est un autre défi plus grand encore ! Vivre toute relation avec justesse, la proximité nécessaire pour être en communion, en phase avec cet ami, ce frère, ce jeune déstabilisé, sans mettre la main sur lui au point de l’enfermer, d’orienter sa vie, ou de se servir de lui… Quel vaste chantier !

 Jésus avait cette attitude juste qui le rendait si proche et si libre avec chacune des personnes qu’il croisait ! C’est sans doute pour cela qu’on venait vers lui si facilement, sans peur d’être récupéré ou manipulé ! La force pour être témoin consiste sans doute à ouvrir son cœur à chacun sans le laisser se refermer sur personne au point qu’il se dessèche et nous enferme dans un regard, une attitude qui nous éloigne de Dieu !

Chasteté, abstinence, et célibat

Publié dans Sacerdoce

Partager cet article

Repost0