Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Moi, Cormary, curé de Carmaux : Je suis le nouveau gourou roux…

Publié le par Miniritou

L’article publié dans la Dépêche du Midi le 25 novembre laisse penser que le diocèse d’Albi et le curé de Carmaux, apparu en photo dans la Dépêche du Midi le 15 septembre dernier aux côtés du  Père James Manjackal (1),  auraient donné leur bénédiction à un meeting mystico-gélatineux à l’occasion de la venue de ce prêtre « controversé ». Votre  reportage est tendancieux et inexact.  Ce hold-up charismatique et donc sectaire aurait rapporté 24 000 € à l’association Fontaine d’eau vive. Certains de mes paroissiens pensent même que j’ai reçu un dessous de table, ou plutôt un dessous d’autel !

Les propos d’un membre autorisé du centre contre les manipulations mentales sont-ils suffisamment étayés ? Les arguments s’appuient sur quelques paroles ou témoignages d’opposants, pour la plupart antérieurs à 2012.

 

  • OUI, le P. James Manjackal est un prêtre catholique qui a reçu mission du pape : il l’a désigné comme Missionnaire de la miséricorde. Il demeure membre de sa congrégation religieuse : les missionnaires de St François de Sales.
  • OUI, le P. Manjackal expose la doctrine et la foi catholique, en fidélité avec la Bible, parfois en mettant les pieds dans le plat sur des sujets qui fâchent.
  • OUI, certains de ses propos passés, sont contestés jusqu’au sein même de l’Eglise Catholique : homosexualité, médecines douces... L’unité, ce n’est pas l’uniformité ! C’est ce qui fait la différence avec une secte.
  • OUI, les fidèles qui participent aux sessions du Père Manjackal reçoivent des grâces spirituelles et des guérisons, que ça vous plaise ou non, que vous le croyiez ou pas.
  • NON, l’évêque n’attend pas qu’une journaliste le rappelle (ce qu’elle n’a pas fait contrairement à son intention exprimée) pour être à sa disposition. Cette journaliste qui a échangé avec la responsable diocésaine de la communication pendant 30 minutes mais n’a rien retenu de cette discussion dans son article.
  • NON,  la retraite n’est pas exclusivement un temps pour choper au vol une guérison miraculeuse, mais avant tout 3 jours de prière, de réflexion et d’approfondissement de la foi chrétienne.
  • NON, la comptabilité des retraites organisées par l’association « Fontaine d’eau vive » n’est pas opaque. (2)
  • NON, 27 € pour 3 jours de session n’est pas un tarif exorbitant pour participer à cet événement qui permettrait un enrichissement ou des malversations. Plusieurs personnes sans ressource ont bénéficié d’une exonération des frais d’inscription.

 

Beaucoup des participants à cette retraite ont vécu 3 jours formidables : ils ont été profondément attristés et peinés que vous ayez rapporté des faits datés, essentiellement tirés d’un article paru dans l’hebdo Golias.

 

L’article que vous avez publié est une humiliation et une mise en cause personnelle pour moi, curé de Carmaux. Je ne crois pas avoir la réputation à Carmaux d’un prêtre sectaire, malhonnête, clérical ou d’avoir le charisme d’un gourou, quoi que roux…

 

Xavier Cormary, curé de Carmaux

 

 

(1)  https://www.ladepeche.fr/article/2018/09/15/2868786-1000-personnes-attendues-pour-la-retraite-du-pere-manjackal.html

 

(2)  La comptabilité de la session sera transmise par les organisateurs dans quelques semaines à toute personne qui voudrait en prendre connaissance à la paroisse de Carmaux.

Moi, Cormary, curé de Carmaux :  Je suis le nouveau gourou roux…
Moi, Cormary, curé de Carmaux :  Je suis le nouveau gourou roux…
Moi, Cormary, curé de Carmaux :  Je suis le nouveau gourou roux…
Moi, Cormary, curé de Carmaux :  Je suis le nouveau gourou roux…

Partager cet article

Repost0

Gilet jaune : oui ou non ?

Publié le par Miniritou

J’avoue que je suis profondément interpellé par la situation socio-économique de notre pays : le mouvement spontané des citoyens « gilets jaunes » me questionne et me fait réfléchir.  J’avoue ne pas être en mesure de me positionner dans ce débat.

 

D’un côté, je perçois la difficulté grandissante des petits, des « sans dents » et des smicards qui ont du mal à joindre les deux bouts, à  garder sobrement une vie  normale : les taxes mises en place, si elles étaient justifiées par un engagement écologique clair, devraient avoir l’aval de la majorité des citoyens conscients de leur responsabilité personnelle et collective sur l’environnement.  Mais l’illisibilité des réformes du gouvernement, la mise en place de réformes qui semblent donner des avantages aux gouvernants, aux multinationales, aux puissants, face à une majorité silencieuse qui n’a plus envie de l’être, me donnerait envie de rejoindre le mouvement.

 

De l’autre côté, si ce mouvement a tout l’air d’un mouvement citoyen, avec ses tentatives de récupération politique – l’aubaine est trop belle pour les partis d’opposition à M. Macron – spontané et bon enfant, me laisse  malgré tout dans l’insatisfaction profonde. Les revendications, si elles sont multiples et souvent justifiées,  me laissent penser que chacun manifeste pour sa pomme, sans vrai souci du bien commun : les « gilets jaunes » interviewés au hasard des reportages, expriment leur ras le bol fiscal à cause de leur « pouvoir d’achat » en berne.

 

Qui se lèvera pour redonner une âme à notre vie en société ?

Qui fera la promotion réelle et incarnée des valeurs inscrites sur le fronton de nos mairies ?

Qui aura l’audace d’un pouvoir qui ne se situe pas au dessus des citoyens, mais à leur côté ?

Qui parmi nous sera capable de choisir une vie plus sobre et plus simple ?

Quel gouvernement saura montrer l’exemple d’une humilité et d’une intelligence inspirée pour gérer les deniers publics ?

Quel citoyen aura envie que change la société pour que les plus fragiles y aient leur place ?

 

Dans mon ministère de prêtre, je rencontre les puissants et les gens d’humble condition, les travailleurs et les chômeurs, les jeunes qui rêvent d’un autre monde et ceux qui profitent d’un système qui les satisfait.  Mes paroles, mes actes essaient d’œuvrer pour que la justice sociale et les valeurs de l’Evangile redonnent espérance à ceux que je rencontre.

Gilet jaune : oui ou non ?

Partager cet article

Repost0

Catho indésirable…

Publié le par Miniritou

Catho indésirable…

Si c’est catho, c’est pas beau ! La cathophobie est une réalité. Même si elle ne se manifeste pas explicitement. Sous couvert d’un laïcisme exacerbé, elle devient pourtant de plus en plus évidente.

Expérience faite dans le carmausin : nous proposons à divers commerçants  l’affiche (illustration jointe) d’un spectacle  mettant en scène Marie et les femmes de l’Evangile.  Nombre de commerçants trouvent cette affiche « trop catho », agressive, à la limite de l’indécence… Ces mêmes commerçants qui n’ont pas hésité à décorer leurs vitrines de toiles d’araignées ou de têtes de mort, de zombies pour annoncer Halloween…

 

Dois-je désormais me cacher et rechercher le communautarisme d’un réseau de gens « catho friendly » pour diffuser les propositions de ma paroisse ?

Aimer le sport, la musique, les déguisements de zombie, ou les marchés de Noël est tout à fait respectable dans une société démocratique et libre. La liberté d’expression de toutes opinions politiques ou religieuses est d’ailleurs garantie par la déclaration des droits de l’Homme :

 

Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu'en privé, par l'enseignement, les pratiques, le culte et l'accomplissement des rites. (Article 18)

 

Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. (Article 19)

 

N’ai-je pas les mêmes droits en tant que catholique, que ceux qu’on accorde aux rugbymen ou aux amateurs d’art et même aux chanteurs de la chorale locale ? Quelles raisons peuvent justifier le refus de mon droit à présenter un événement catho et à inviter dans l’espace public toute personne intéressée à participer à cette initiative ?

 

La vie de l’Eglise n’intéresse plus la grande majorité. C’est un fait. Mais peut être qu’il y a malgré tout, plus de catholiques dans le Tarn que de gens intéressés par le vin primeur, par le cirque, la chasse ou par les tournois de belote ! Certes, L’Eglise a été complice dans un silence coupable sur des agissements criminels de certains prêtres. Mais au-delà du scandale, devons-nous payer les crimes de quelques-uns simplement parce que nous sommes catholiques, en nous cachant comme si nous avions à être honteux de notre foi  en Jésus-Christ ?

 

Je ne suis pas un sous-citoyen, un demi-français simplement par le fait que je sois chrétien. Je ne demande pas plus de droits que n’importe quel autre citoyen. Mais je n’en revendique pas moins !

Partager cet article

Repost0