Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catholique et heureux : ma profession de foi …

Publié le par Xavier Cormary

 
Comment traduire cette foi qui m’habite depuis toujours ?
Comment accueillir cette foi que j’ai reçue et pour laquelle j’ai décidé de tout donner ?
Un essai modeste d’une expression personnelle de ma foi catholique.
 
Je crois en Dieu et je crois en l’homme fait pour Dieu.
Je crois que Dieu et l’homme se sont rencontrés en Jésus-Christ. Il a pris l’initiative de la rencontre. Ce n’est pas l’homme qui cherche Dieu, mais depuis le Commencement, c’est Dieu qui cherche l’homme.
Je crois en ce Dieu qui fait le premier pas vers moi.
Je crois en ce Dieu qui n’es pas un lointain « quelque chose » mais un proche à connaître et à aimer.
 
Je crois en Dieu qui fait confiance à chacun de nous. Il fait confiance jusqu’au bout parce qu’il aime et que son amour ne peut rejoindre que des hommes libres de l’accueillir ou de le rejeter.
Je crois en Dieu qui n’est pas une idée, mais un Amour qui se partage en trois visages.
Je crois en Dieu qui appelle chacun à la Vérité et à l’Eternité. Point de passeport pour le voyage sinon celui de l’Amour.
Je crois en Dieu qui n’est pas l’offenseur mais l’offensé, qui n’est pas le bourreau mais la victime, qui n’est pas le Très-Haut, mais le Très-bas…
 
Je crois en Dieu qui s’est fait pauvre pour que nous descendions de nos certitudes pour le chercher, et encore plus bas pour le trouver.
Je crois en Dieu qui est cadeau d’amour pour aujourd’hui, dans les questions et non dans les réponses, dans les sourires et non dans les éclats de rire, dans les silences comme dans les paroles.
Je crois en Dieu qui parle par les voix humaines, et qui se fait présent chaque jour à chacun. Il inspire mes choix qui sont faits dans la lumière de mon cœur.
Je crois en Dieu plus grand qu’une mer sans rivages.
 
Je crois en Dieu qui a tout remis aux mains des hommes : point de soldats ou d’armes pour le défendre : la croix est sa seule arme qui dit l’impossible.
Je crois en Dieu qui forme un peuple, non pas de chefs et de gens bien, mais des éclopés, affamés de tout, capables de peu.
Je crois en Dieu qui m’envoie en ce monde pour être un morceau de Lui au cœur du monde !
Je crois en Dieu qui veut me faire partager la joie, le bonheur d’aimer et l’amour du vrai bonheur !
 
 

Publié dans C'est tout moi !!!

Partager cet article

Repost0

Adoption : le parcours du combattant

Publié le par Xavier Cormary

 C'est un coup de coeur et un coup de gueule !

J'ai rencontré un couple qui désire adopter un enfant, ne pouvant en avoir. Ils m' ont expliqué les formalités et les dossiers à remplir afin de pouvoir éventuellement, à une date incertaine, avoir la possibilité d'accueillir un enfant. Autant, il est nécessaire de bien encadrer ces demandes, afin que des dérives de traffics d'enfants ne se produisent pas, autant, je trouve vraiment scandaleuses les démarches longues et compliquées qui sont demandées...

En plus, il faut très souvent aller à l'étranger chercher un enfant à aimer. Les enfants français non désirés, on les envoie au vide-ordure avant leur naissance, sans leur donner la chance de recevoir des parents qui pourraient l'aimer ! Combien de couples sont en souffrance comme P. et B. ? Combien seraient heureux de pouvoir aimer un enfant qui deviendrait le leur ? Combien de femmes en souffrance seules et abandonnées se débarrasseront de leur "vérue" sans penser que leur "malheur" puisse faire le bonheur de quelqu'un ?  Un enfant c'est un don de Dieu, c'est un cadeau merveilleux... Qui peut en douter ?

" Même si à la limite, une mère abandonne son enfant, MOI Ton DIEU, JE ne t'abandonnerai jamais ! " (Livre d'Isaïe)

 

Publié dans Regards sur le monde

Partager cet article

Repost0

Le catéchisme aujourd’hui

Publié le par Xavier Cormary

Certains parents, même chrétiens, voient le catéchisme un peu comme une institution vieillotte qui n'a plus guère d'intérêt, mais par laquelle il faut passer pour obtenir le "label" d'identité chrétienne que constitue pour eux la première communion. "Je veux qu'il aille au catéchisme pour qu'il fasse "sa communion" ; mais le moins longtemps possible et dans la mesure où cela ne compromet aucune des activités parascolaires auxquelles il faut inscrire un enfant ; et encore, à condition qu'il veuille bien aller au catéchisme et qu'on ne soit pas obligé de l'y forcer'.
En réalité, il s'agit de tout autre chose que de cette caricature ! Pour des parents, la décision du catéchisme n'est que la mise en oeuvre du choix fondamental qu'ils ont fait pour leurs enfants au moment du baptême : leur faire découvrir la liberté de la foi, pour qu'ils puissent y adhérer personnellement et que la foi en Jésus-Christ puisse vraiment éclairer toute leur vie et lui donner un sens. On ne rentre pas personnellement dans une vie de foi parce qu'on nous a enseigné rapidement, comme de l'extérieur, les éléments principaux de la croyance chrétienne, et qu'on nous a fait connaître matériellement ce que comporte la "pratique" chré­tienne !
II s'agit d'apprendre en quelque sorte à cheminer avec le Christ, d'apprendre à s'émerveiller de tout ce qu'il représente pour notre existence, aujourd'hui comme toujours ; il s'agit de savoir accueillir l'amour de Dieu à travers tous les signes qu'il nous donne de lui-même ; il s'agit d'être inséré dans une communauté chrétienne et de découvrir, en elle et par elle, la nouveauté de l'Evangile.
Voilà ce que veut être le catéchisme, ce qu'il veut permettre aux enfants. On ne va pas au catéchisme comme on va à la musique ou à la danse. La musique, la danse et bien d'autres choses enrichissent l'enfant dans sa manière de vivre mais ils ne lui font pas découvrir le sens profond de sa vie, ils ne l'éduquent pas dans sa liberté spirituelle. Et c'est bien ce que tant de personnes ressentent aujourd'hui comme un manque fondamental.
 
 
Alors, si on fait le choix du catéchisme, il faut lui donner du temps, il faut s'y intéresser, il faut l'aimer. II n'est pas l'oeuvre de "spécialistes" qui seraient comme des enseignants en matière religieuse, mais les catéchistes représentent toute la communauté chrétienne et ils sont d'abord des délégués des parents et ils voudraient que cette relation aux parents soit vrai­ment effective.
Le catéchisme est ouvert à tous (même à ceux qui ne sont pas baptisés s'ils veulent s'enga­ger sur un chemin de découverte de la foi). Même s'il voit diminuer le nombre de ceux qui y viennent dans une société où une foule d'activités et d'intérêts accaparent les enfants; il res­tera toujours un élément fondamental de la vie de l'Église qui veut proposer à tous, enfants et adultes, la bonne nouvelle de !'Évangile.
 

Abbé Roger LAURENS, prêtre à Albi

Publié dans Catéchèse

Partager cet article

Repost0