Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Xavier Cormary

Voici mon ambition sacerdotale. Madeleine Delbrêl l'a exprimée avec des mots qui me rejoignent et me touchent ! Je n'arrive certainement pas à vivre cet idéal. On m'a envoyé ce texte voici quelques jours. je me réjouis de le faire partager à tous ceux qui viennent sur ce blog !


Un prêtre qui soit un vrai prêtre

L'absence d'un vrai prêtre est, dans une vie, une détresse sans nom. Le plus grand cadeau qu'on puisse faire, la pus grande charité qu'on puisse apporter, c'est un prêtre qui soit un vrai prêtre. C'est l'approximation la plus grande qu'on puise réaliser ici-bas de la présence visible du Christ. Dans le Christ, il y a une vie humaine et une vie divine. Dans le prêtre, on veut trouver aussi une vie vraiment humaine et une vie vraiment divine. Le malheur, c'est que beaucoup apparaissent comme amputés soit de l'une soit de l'autre.
Il y a des prêtres qui semblent n'avoir pas pesé les difficultés d'un laïc, d'un père ou d'une mère de famille, à leur véritable poids humain. Ils ne réalisent pas ce que c'est vraiment, réellement, douloureusement, qu'une vie d'homme ou de femme.
Quand les laïcs chrétiens ont rencontré une fois un prêtre qui les a «compris» qui est entré avec son coeur d'homme dans leur vie, dans leurs difficultés, jamais ils n'en perdent le souvenir.
A condition toutefois que, s'il mêle sa vie à la nôtre, ce soit sans vivre tout à fait comme nous. On a besoin également que le prêtre vive d'une vie divine. Le prêtre, tout en vivant parmi nous, doit rester d'ailleurs.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Cécile Boire 27/04/2007 01:25

Bonjour, c'est la première fois que je viens sur ce site. Quelle agréable surprise. Je vous félicite, ça fait du bien, ça fait réfléchir et on se dit qu'on n'est pas seul à avoir des convictions religieuses. Merci et je reviendrai sur ce site qui nous élève.

maricris 14/04/2007 14:38

j'ai retrouvé mon cher livre "prêtre selon le coeur de Dieu" signé Maurice Gaidon et en voici la page 22 : "Prêtre DANS le Peuple de Dieu : ni séparation ni confusion entre laïcs et prêtres : voilà ce que nous savions depuis longtemps et que le Concile a tenu à souligner avec force au moment où, reprenant à son compte l'expression traditionnelle de "sacerdoce commun des fidèles", il a marqué la place et la mission irremplaçables des ministres ordonnés. Mais ceux-ci n'en sont pas moins enracinés dans un peuple et lié étroitement à son destin. Antérieurement à leur consécration sacerdotale, ils sont membres à part entière du Corps du Christ par leur baptême et compagnons de route de leurs frères en humanité par leur naissance. Vérités évidentes mais qu'il faut pourtant rappeler à tous ceux qui, enfermant le prêtre dans un personnage et le juchant sur un piédestal, pourraient oublier que le prêtre est d'abord un homme avec ses racines familiales et son histoire tissée d'ombres et de lumières ; il est un pécheur soumis aux tentations et aux limites qui marquent la descendance d'Adam.Pécheur appelé à la sainteté et homme appelé à la résurrection avec un coeur fait pour aimer et un corps en attente de transfiguration.
(Maurice Gaidon, qui ensuite cite Karl Rahner ci -dessous.)
"le prêtre est un homme. Il n'est pas taillé dans un autre bois que vous tous car il est votre frère. Il continue à porter le fardeau des hommes même lorsque la grâce de Dieu, à travers les mains de l'évêque, s'est posée sur lui. Pourtant prêtres, les hommes vous en veulent lorsque vous venez au nom de Dieu et que, malgré cela, vous n'êtes qu'un homme. ils veulent des messagers plus éclatants, des héros plus convaincants, des coeurs plus brûlants. Terrible illusion : ceux qui viennent, ce sont des hommes faibles qui avancent avec crainte et qui ont à redire sans cesse "Seigneur je crois, mais viens au secours de mon manque de foi" et qui ont à se frapper la poitrine "Seigneur aie pitié de moi pécheur". Etre prêtre dans le peuple de Dieu c'est être ramené à son humble et fragile condition. (Karl Rahner)
Voici un peu de ce magnifique livre que ma mère (aujourd'hui décédée) m'a offert en 1987 , ce livre est lumineux, chaque fois que je l'ouvre, je reste admirative de la pensée de son auteur.

maricris 14/04/2007 08:44

j'ai parmi mes livres (mais où l'ai je mis ?) un beau livre au titre qui convient "prêtre selon le coeur de Dieu" signé Maurice Gaidon, j'oserais dire "prêtre dans le coeur de Dieu, du coeur de Dieu". Le mot prêtre vient d'un mot grec signifiant "ancien" c'est à dire remontant au temps des Disciples de Jésus-Christ. Participant pour sa part à la fonction des apôtres, le prêtre reçoit de Dieu la grâce qui le fait ministre du Christ Jésus auprès des nations, assurant le service sacré de l'Evangile (catéchisme des évêques de France)j'ai résumé un peu un chapitre n°463.Pour ma part j'ai bénéficié de la présence d'un prêtre dont j'ai dit "prêtre de mon enfance" et nous avons eu le bonheur ensuite de connaitre le "prêtre de notre vie d'adulte" et nous avons accompagné en terre l'un et l'autre lors de leur décès et nous sommes orphelins d'eux car nous les avons aimés avec respect, honneur et ils nous précèdent auprès de Dieu et continuent donc, envers nous, leur mission de "berger". Le juste mot, la juste attitude, le juste regard, nous les avons reçus d'eux d'abord, ils ont préparé notre vie, accompagné notre vie, comment les oublier ? impossible. La nouvelle génération de prêtres est tout autant formidable. N'oublions pas de considérer que parmi nos fils, nos frères, nos cousins,nos voisins nous pouvons compter un jour un prêtre, n'oublions pas que c'est possible et n'oublions pas de parler aux jeunes de cette vocation si personne autour d'eux ne l'a fait.
Je salue ici le prêtre intelligent qui parle de la Foi et de Dieu par l'outil internet et qui fait ici un carrefour de la Parole. Merci à vous Père Cormary.

Laurence 13/04/2007 09:23

"Un bon pasteur, un pasteur selon le coeur de Dieu, c'est là le plus grand trésor que le bon Dieu puisse accorder à une paroisse, et un des plus précieux don de la Miséricorde Divine. (...)Le Sacerdoce, c'est l'amour du coeur de Jésus. (...)C'est le prêtre qui continue l'oeuvre de Rédemption sur la terre."
Ces paroles ne sont pas de moi, elles sont de St. Jean-Marie Vianney, le Saint Curé d'Ars.
Une pensée chaleureuse à tous nos chers prêtres, même -et peut-être même surtout-  à ceux qui ne parviennent pas à être de "vrais prêtres" selon les critères ou le jugement de Madeleine Delbrêl.

L.V. 12/04/2007 22:54

Pour tous ceux qui lisent ce blog, je vais dire tout simplement "Merci Xavier", merci d'être là quand j'ai mal, de me comprendre avec un coeur d'homme et de me guider avec un coeur divin. Je garderai en moi ce souvenir. Jai répondu personnellement mais je voulais mettre ce témoignage sur ce blog car même avec des pleurs on peut dire de belles choses, n'est-ce pas ?
Nous avons besoin des prêtres, des vrais, ceux qui savent écouter sans juger, ceux qui prennent leur temps pour vous recevoir, ceux qui pensent à nous dans leurs prières, Xavier sait le faire, toujours un mot, un sourire, une écoute et j'ai pu accueillir Jésus lors de la veillée pascale, comme jamais je  ne l'avais accueilli. Ce que je ressens en lisant ces mots, c'est que je suis comprise par cet homme, par ce prêtre  donc aimée par Jésus; ça fait tant de bien de se savoir aimé , c'est un moment de grâce et de paix. Merci     L.V.