Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Miniritou

Il est sans doute nécessaire de rappeler des évidences, supposées acquises par tous les chrétiens.  Vivre sa foi, c’est d’abord vivre une relation intime avec le Seigneur. Mais cette relation s’incarne dans des paroles et des gestes, en particulier, au cours de la messe.  Ainsi le moment de la communion est un moment important de notre vie chrétienne.

 

On ne communie si on ne croit pas à la présence de Jésus dans l’hostie que je mange (une personne qui n’a pas reçu une catéchèse suffisante sur le sens de l’Eucharistie, un très jeune enfant, à plus forte raison un animal ne sont pas capables de faire un acte de foi en la Présence réelle)

On ne peut communier que si on est spirituellement préparé et si on a aussi un mode de vie qui n’est pas en contradiction avec le don que Dieu nous fait dans la communion. (Il est parfois nécessaire de rencontrer un prêtre pour parler de ce sujet). Il faut sans doute rappeler que l’Eglise propose de vivre la confession au moins une fois l’an.

On peut communier dans la bouche ou dans la main pourvu que la manière choisie soit déférente et manifeste notre respect pour la présence réelle de Jésus dans le pain consacré.

On reçoit la Corps du Christ, on ne le prend pas ! Le « AMEN » qui est un acte de foi,  et non un « merci », devrait être un cri joyeux du désir de notre cœur d’accueillir Jésus Sauveur qui s’invite chez nous. Pourquoi tant de personnes murmurent un AMEN inaudible ou ne le prononcent même pas ?

On communie de suite, sans faire de signe de croix avec le Corps du Christ ! Que voudrait signifier ce geste ? On peut faire un signe de croix avant de communier ou après. Pendant le repas, on trace un signe de croix sur le pain avant de le couper, ou on fait un signe de croix après le repas, et certainement pas en mangeant notre tranche !!!

Communier, c’est prendre le temps d’une action de grâce dans un recueillement, et une action de grâce immédiate, mais c’est aussi  un engagement pour vivre les jours suivants dans la communion fraternelle. On reproche bien souvent aux chrétiens de ne pas être cohérents, sitôt la porte de l’Eglise franchie. Ces reproches sont-ils justifiés ?

Des personnes font le choix exigeant de ne pas communier, par fidélité à l’Eglise, au regard de leur situation personnelle. Ils sont  sans doute conscients de la grandeur de ce geste. J’imagine leur souffrance s’ils voient des personnes communier avec désinvolture et sans préparation.

 

Différents constats alarmants dans nos messes paroissiales nous engagent à faire ces mises au point : plusieurs fois, un papa a été remarqué partageant la communion avec sa petite fille de 3 ans. Une personne qui avait amené son chien dans l’église, a affirmé lui avoir également donné un morceau du Corps du Christ. Plus répandu encore, les personnes qui s’avancent pour recevoir le Corps du Christ sans un geste noble et recueilli,  parfois même avec des mains sales ; celles qui s’emparent du Corps du Christ en l’arrachant des mains du prêtre ; nous voyons nombre de personnes qui ne disent pas un vrai AMEN en recevant Jésus-hostie. Nous remarquons aussi des personnes qui ne communient pas de suite et repartent à leur place avec l’hostie consacrée. On a même retrouvé une hostie (consacrée ?) dans un sac à main ! Tout cela n’est pas acceptable !

 

Méditons donc cette parole de l’apôtre Paul (1 Corinthiens 1, 26-29) :

 

« Chaque fois que vous mangez ce pain et que vous buvez à cette coupe, vous proclamez la mort du Seigneur, jusqu'à ce qu'il vienne.  Et celui qui mangera le pain ou boira la coupe du Seigneur sans savoir ce qu'il fait aura à répondre du corps et du sang du Seigneur. On doit donc s'examiner soi-même avant de manger de ce pain et boire à cette coupe. Celui qui mange et qui boit mange et boit son propre jugement s'il ne discerne pas le corps du Seigneur. »

 

 

Communier : un geste, une attitude…

Commenter cet article

Jean Compazieu 02/12/2016 16:34

Jésus a dit : "je suis le pain vivant descendu du ciel..." Jean 6. 51 Bien sûr qu'il faut croire à la transsubstantiation. Ça fait partie de la foi des chrétiens. Il n'empêche que le livre des actes des apôtres et les lettres de saint Paul parlent bien de la Fraction du pain. C'était le nom donné à l'Eucharistie

Anonyme 02/12/2016 00:06

" La présence réelle de Jésus dans le pain consacré". Je ne comprends pas cette expression. Je croyais que les catholiques croyaient en la transsubstantiation, que la substance du pain disparaissait après la consécration. Par la consécration, toute la substance du pain est changée en Corps du Christ. A moins que nous soyons comme Luther adepte de l'impanation où effectivement il y a Christ et pain.

Jean Compazieu 01/12/2016 18:42

Quand on communie, c'est important de connaître le vrai sens du mot AMEN. Ce doit être un acte de foi. Je vois une mamy qui répond MERCI. Nous prêtres, nous ne sommes que des pauvres serviteurs.
Quant à la communion sur la main, c'est une tradition bien plus ancienne que la communion sur la langue.
A propos de l'hostie partagée : Autrefois la messe s'appelait "La fraction du pain". C'est donc un geste normal. Mais au moment de dire "Heureux les invités au Repas du Seigneur", le prêtre peut montrer l'hostie et le ciboire. Ainsi au-delà du 3ème rang, on ne sera pas pénalisé.
Non, le prêtre n’est pas seul à avoir le droit de toucher l'hostie. Jésus a bien dit : "PRENEZ et mangez". Les laïcs sont autorisés à donner la communion à la messe ou à la porter à des malades. L'important c'est qu'ils aient conscience de la grandeur de leur mission
Merci à mon ami "Miniritou" pour ces mises au point
P. Jean

Charlaine 02/12/2016 10:10

P.Jean ,
Oui, Jésus a bien dit : "PRENEZ et manger" , mais ne l'a t-il pas dit à ses apôtres ?
Mais peu importe , je ne veux pas polémiquer , vous êtes prêtre. Tout ce que je sais , c'est qu'on est dans les temps , et ceux qui ne le voient pas , ont des œillères, ou bien la conscience bien endormie.
Je constate juste que, si tout allait bien dans l'Eglise , il n'y aurait même pas besoin de faire des mises aux points sur la façon de recevoir et d’accueillir notre DIEU qui se donne .
Ça irait de soi, ce serait une évidence même. Mais voilà , nous sommes dans cet époque , et dans les temps d'apocalypse .
On donne aux gens ( "les fidèles" ) ce qu'ils sont capable de comprendre et surtout d'accepter .
Je tiens aussi a préciser que, je suis polonaise d'origine (j'y ai vécu jusqu’à mes 12ans ) et là bas ( à mon époque ), tout le monde sans exception s'agenouillait sur des pries dieu , en bas de l'autel , et tout le monde communiait dans la bouche, c'était normal .
Dans tout les cas , je ne changerai pas ma façon de faire , vis à vis du Seigneur, même si on est les seuls (ma famille) dans tout l'assemblée dominical a communier dans la bouche .

Merci également à " Miniritou " , de m'avoir permise de réagir à travers son blog, sur ce sujet notamment.
Merci , pour tout les autres sujets que, tu aborde, ce que tu dis nous rejoint complètement.

Charlaine 01/12/2016 13:49

Je vais sans doute , me mettre à dos beaucoup de ceux qui me liront . Je suis tout à fait d'accord avec Miniritou, mais avec quelques points abordés , je serai un peu plus exigeante.
Il est bien dit :
" Je reçois le Corps du Christ, je ne le prends pas ! " .

Ce qui m'amène a dire, qu'il y a une petite contradiction avec : "Je peux communier dans la bouche ou dans la main" .

Car si l'hostie est déposée dans la main du communiant , il est bien obligé de la "prendre" avec son autre main pour communier . Avec quoi je rejoins , le fait que les personnes prennent l'hostie avec les mains sales , ou l'arrachent des mains du prêtre .
Je pense qu'il n'y aurait pas tout ces manquement au "côté sacré" du geste si les personnes communiait directement dans la bouche .
Puis cela enlèverais une certaine inquiétude du prêtre célébrant, qui est en 1 ère ligne a voir tout ces écarts .

-----> Je tiens aussi a faire remarquer que, normalement seul un prêtre devrait avoir droit de toucher une hostie consacrée , c'est lui LE "consacré" du Seigneur , habilité pour ...<---- c'est une parenthèse.

Pas plus tard qu'hier j'ai vu des personnes (des religieux) , après avoir pris l'hostie l'ont immergée dans le calice et l'ont secouée pour enlever l’excédant du précieux liquide .
Ça m'a fais penser à ---> une biscotte qu'on trempe dans un bol de café au petit déj.
J'avoue que j'ai eu un pincement au cœur quand j'ai vu ça .

Tout ça pour dire , que je suis certainement la ringarde , pas trop dans l'aire du temps , qui est POUR la communion dans la bouche .

michel gendre 01/12/2016 11:42

pour moi la communion est le moment le plus important de ma vie ,je le vis avec jésus en moi dans un partage très fort et très intime