Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog d'un prêtre catholique engagé au cœur du monde... Voici mon presbytère virtuel, sans porte ni sonnette. Entrez, et venez voir ! Vous voulez voir à quoi ça ressemble un cyber curé ? Venez donc faire un tour chez moi ! La vie c'est trop important pour ne pas la réussir ! ....     .      . C'est aussi mon objectif ... Pas vous ?

Le presbytère virtuel d'un prêtre bien réel ... Bienvenue :venez et voyez !

Blog d'un prêtre catholique engagé au cœur du monde... Voici mon presbytère virtuel, sans porte ni sonnette. Entrez, et venez voir ! Vous voulez voir à quoi ça ressemble un cyber curé ? Venez donc faire un tour chez moi ! La vie c'est trop important pour ne pas la réussir ! .... . . C'est aussi mon objectif ... Pas vous ?

Vocations…

com

Gabriel Casas sera ordonné prêtre à Albi dimanche 26 juin à 16h. Il n’est pas natif du Tarn. Qui peut encore désirer être prêtre, dans un contexte de suspicion face à des scandales qui touchent quelques prêtres ? Quel chrétien peut encore désirer pour son fils qu’il devienne prêtre ! Il y a des laïcs qui s’investissent dans la vie de l’Eglise, et pas seulement pour suppléer à la diminution du nombre de prêtres. Hélas, bien des chrétiens se sont résignés à ne plus avoir qu’une messe par an dans les petites églises de campagne. Certains chrétiens s’offusquent encore que des funérailles soient conduites par des laïcs. Il y a tellement peu de mariages ou d’enfants au caté ! A quoi bon … A quoi bon encore encourager un jeune vers le sacerdoce ? A quoi bon encore parler de la vocation religieuse ?

On peut juste prier pour les vocations, en se disant, qu’au moins, j’ai une église ouverte pour m’accueillir pour mes funérailles… On peut regarder les choses à court terme, et dans la morosité actuelle de nos pays développés ! Oublier les milliers de vocations qui fleurissent dans de nombreux pays. On peut se dire que l’Eglise est finie, et que nous transformerons nos églises en musées d’ici quelques années.

On peut aussi, envers et contre tout, prendre le parti de l’espérance, rester veilleur et éveilleur, pour que, voyant des chrétiens fidèles et affamés de Dieu, des jeunes se sentent désirés et attendus comme prêtres, comme consacrés pour répondre à la faim des hommes que le pain d’ici ne peut combler !

Voilà notre prière en espérance et en actes, des actes au service du bonheur des jeunes que Dieu appelle sans cesse à vivre de l’amour du Christ !

Vocations…
Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Christophe 26/05/2009 22:26

Moi je me pose bcp de questions sur ma vocation, et je pense pouvoir répondre à l'Appel.

Miniritou 26/05/2009 22:34


Que le Seigneur guide tes pas !


marie.l 02/05/2009 09:54

Demain, première communion, 8 jeunes dans mon village, bien j'ai préparé notre prière universelle qui donne ceci pour la première intention : Jésus déclare être le berger attentif à toutes ses brebis et totalement donné à celles qui se sont éloignées.Seigneur, il y a aujourd'hui en France moins de prêtres, de religieux, de religieuses que par le passé.En ce dimanche de la journée mondiale de prière pour les vocations, nous te prions pour que parmi nous, il y ait des jeunes qui choisissent de se mettre au service de la foi et de l'Eglise.Puis nous avons notre fils qui féquente une jeune fille dont son jeune parrain est prêtre et ses parents ,au lieu de venir à la béatification d'Emilie de Villeneuve à Castres au mois de Juillet, le 5 ,bien ils vont à l'ordination sacerdotale d'un neveu. Chez nous à Castres, bien le 3O mai il y a aussi une ordination diaconale. Quoi dire à tout cela ? Qu'il reste encore des appels de Dieu, Il appelle moins, mais Il appelle . Peut-être que l'appel sera dans nos famille, c'est l'affaire de Dieu, c'est son oeuvre. Prions pour cela.

annemarie 01/05/2009 11:26


Je suis le disciple de celui qui était sans papiers par Mgr B. Ginoux

Actions sur le document









Avec le Christ Ressuscité



 




En contemplant, le vendredi saint, Jésus sur la croix, en écoutant la lecture de la passion, en suivant le chemin du calvaire, comment ne pas avoir reconnu dans le visage du Christ tous les rejetés, les condamnés injustement, tous les abandonnés de notre société ?
Je pensais évidemment à tous ces millions d’êtres humains condamnés à mourir dès leur conception parce qu’ils ne sont pas « aux normes », parce qu’ils dérangent, parce que la société ne veut pas les accueillir. Je voyais l’immense cortège des enfants mourant faute de soins élémentaires, ceux que les criminels enrôlent comme soldats, tous ceux qui sont vendus à des adultes pour des divertissements odieux, ceux que l’injustice sociale condamne à survivre de méfaits.











Mais plus discrets encore étaient, en fond de passion du Christ, ces malades, ces vieillards, ces handicapés abandonnés parce qu’ils n’intéressent personne tandis que des législations veulent imposer leur disparition « douce » par l’euthanasie justifiée au nom de la compassion !
Et puis venaient encore toutes les victimes des guerres, des luttes pour le pouvoir, toutes ces personnes déplacées, qui n’existent pas devant les enjeux politiques et économiques.
C’est là, qu’au milieu de bien d’autres, une catégorie de ces « crucifiés » est apparue : On les désigne souvent comme des « sans ». Ils sont d’ailleurs des cents et des mille… sans papiers, sans travail, sans logement, sans avenir…
Je peux les rencontrer, les croiser dans la rue entre deux centres d’hébergement, ou à la porte d’un organisme caritatif. Mais la loi est formelle : l’article L.662.1 du code de l’entrée et du séjour des étrangers me dit que je ne dois pas m’en occuper… ne pas les « aider ».
Pourtant les paroles du Christ me revenaient avec force : « j’étais étranger et vous m’avez accueilli » Matthieu 26,35, « Ce que vous avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères c’est à moi que vous l’avez fait » Matthieu 26,40.
Dans l’étranger, l’Eglise voit le Christ qui frappe à notre porte







Et puis je relisais les nombreuses prises de position de l’Eglise depuis des années 
« L’Eglise se sent le devoir d’être proche, comme le bon samaritain, du clandestin et du réfugié, icône contemporaine du voyageur dépouillé, roué de coups et abandonné sur le bord de la route » Jean Paul II et au n°101 de l’instruction Erga Migrantes Caritas Christi : « Dans les étrangers» l’Eglise voit le Christ qui « plante sa tente parmi nous » (Jean 1,14) et qui « frappe à notre porte » (Apocalypse 3,20).
Ces hommes, ces femmes, ces enfants sont là à nos côtés, discrets, silencieux. Ici à Montauban en particulier, une dizaine de familles : des parents, des enfants (scolarisés chez nous !) qui sont à tout moment expulsables… Il ne s’agit pas de savoir si ce sont de « bons » ou « mauvais » étrangers, des « sans » ou « avec » papiers, il s’agit de leur dignité, de leur légitime demande d’exister en tant que famille et de pouvoir vivre sans être à nouveau séparés, abîmés, rejetés.
Tous sont nos frères et nos sœurs. Humainement, nous ne pouvons pas rejeter des familles constituées, semblables à toutes les familles.
Chrétiennement, nous avons à nous demander « que fais-tu de ton frère ? » (cf. Genèse). Nous avons à nous rappeler, selon ce qu’écrit Benoît XVI dans son encyclique Dieu est Amour : « La charité chrétienne est avant tout simplement la réponse à ce qui, dans une situation déterminée, constitue la nécessité immédiate. » (n°31). Quand des familles vivent dans le dénuement, la peur et portent le poids d’un passé lourd d’épreuves, de deuils, comment resterions-nous muets, inactifs, indifférents !
Avec Saint Paul nous pouvons dire « L’amour du Christ ressuscité nous pousse » (2 corinthiens 5,14) et nous pousse vers eux pour leur tendre la main .Dans la joie de Pâques nous sommes passés de la mort à la vie, avec le Christ nous sommes ressuscités. Il est vivant pour tous les hommes. Nous en témoignerons en aidant les autres à vivre et à vivre debout. C’est pourquoi l’Eglise se fait proche du réfugié, du migrant, du clandestin …
Vivre Pâques dans nos vies c’est permettre à tout être humain de se relever, c’est le regarder comme celui que le Christ dans sa passion a rejoint pour le faire vivre en ressuscité.
C’est pourquoi, fidèle au Christ, fidèle à l’Eglise du Christ je suis et je serai toujours « aida

Nathalie 21/04/2008 18:14

Oui, c'est ce que j'ai entendu dire également, ainsi que dans les communautés dites traditionnelles... De plus en plus de jeunes ou moins jeunes aussi, hommes et femmes.J'ai entendu parler d'un homme de 60 ans qui vient d'entrer au noviciat. Ca doit pas être facile pour lui à son age !

Jean 20/04/2008 10:48

Pourquoi y a-t-il tant de vocations en France actuellement à la Fraternité Sacerdotale de Saint Pie X ??

Miniritou 25/04/2008 19:34


combien ? De quels pays proviennent ces vocations ? Le séminaire d'Ecône est international, et les lieux de formation de la FSSPX ne sont pas nombreux !