Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

3 articles avec ecologie

Du Produit Intérieur Brut à la Possibilité Intérieure du Bonheur

Publié le par Miniritou

Garder le cap ou orienter l'humanité vers la décroissance ?

Garder le cap ou orienter l'humanité vers la décroissance ?

Après la croissance : la croissance verte. Pour répondre au défi écologique qui s’impose à nous, à notre pays, mais aussi au monde entier, nous voici obligés, tout au moins invités, à sacrifier une économie traditionnelle, fondée sur une croissance économique libérale où le profit est la finalité. Il faut alors rejoindre le régiment des convaincus pour une économie écolo-responsable, fondée sur la prise en compte de l’impact environnemental de nos habitudes de consommation individuelles et collectives. Pour lutter contre le réchauffement climatique, pour sauver la planète, il s’agit de manger bio, de consommer local, de réduire « l’empreinte carbone », de nous convertir à la voiture électrique, de recycler, de trier nos déchets… Bref : il suffit de consommer autrement !

Dans ce vaste chantier, personne ne semble conscient que le défi est mondial : le problème n’est pas posé à une région ou à un continent mais à notre planète entière. Une nation convertie au vert au milieu d’autres pays indifférents aux enjeux écologiques n’aura, à court terme, aucun intérêt et aucun profit à changer de modèle économique. Son engagement vertueux sera même un handicap majeur et décourageant dans un modèle d’économie mondialisée. Le très long terme n’étant jamais un horizon acceptable pour le capitalisme, l’engagement responsable pour une conversion écologique ne pourra jamais être une option vraiment envisageable dans un modèle économique libéral, tel que le nôtre.

La dictature de l’économie et les besoins irrépressibles du consommateur qui veut toujours « avoir pour exister », a déjà fait oublier les questions qui ont été soulevées lors du confinement du printemps 2020. Le « monde d’après » renaît sous nos yeux en ressuscitant les fondements du monde d’avant, juste (légèrement) colorés en vert (pâle).

Le tsunami COVID 19 n’a vraisemblablement pas été suffisamment puissant pour écraser l’orgueil de l’être humain et éclairer les dirigeants des nations à prendre la mesure des changements nécessaires et urgents.

L’écologie intégrale exige la mort d’un système économique vicié. Personne n’est prêt à cette transition-là. L’écologie intégrale implore de construire un modèle économique et social où l’homme intégré à son environnement est au centre de toute décision. Les dérives bioéthiques en sont l’expression et l’idée même de décroissance et de sobriété ne sont considérés que comme une fantaisie utopique et dangereuse.

C’est une écologie intégriste qui est en train de s’imposer : l’être humain devient un animal nocif pour la planète. Les animaux deviennent plus aimables que les humains et les dérives eugéniques promettent un développement de l’être humain libéré de toute barrière éthique.

Remettre les statistiques du PIB, de croissance économique et la sainte liberté individuelle au-dessus de l’intérêt supérieur de l’humanité, au-dessus du Bien commun intégral est une impasse qui nous conduira à la ruine des âmes et, très probablement, à la fin de notre civilisation.

Croire en un Dieu qui veut que l’humanité réussisse est un défi et un appel ! Le message du Christ conduit l’homme humble à la possibilité intérieure d’un Bonheur. Exigeant mais tellement plus vrai et durable que les promesses de la Bourse et de la société de consommation. « Seigneur, reste auprès de ton peuple, car sans toi notre vie tombe en ruine. Fais -nous passer à une vie nouvelle ! »

Partager cet article

Repost0

Société libertaire, égalitaire, suicidaire

Publié le par Miniritou

Le projet de loi bioéthique, en cours d’examen par le Sénat et l’assemblée nationale, engage clairement et de manière irréversible la France « vers une dérive mercantile de pays nantis qui se payent le luxe d’organiser un trafic eugéniste avec l’élimination systématique des plus fragiles, la création d’embryons transgéniques et de chimères. » (Mgr Michel Aupetit, médecin et archevêque de Paris)

 A une époque où l’écologie et les questions environnementales sont si urgentes, pourquoi l’être humain n’a pas droit aux mêmes précautions et attentions que les animaux ou les écosystèmes en danger ? Un environnement sain, mais bâti sur des manipulations génétiques sans éthique pour l’Homme deviendra un monde inhumain. Un enfant devenu un objet de consommation, volontairement et irréversiblement privé de ses origines, conduira l’humanité à une agonie lente mais certaine.

Des idéologues, des lobbies et des loges occultes travaillent pour une société libertaire, décidée à s’affranchir de tous les interdits moraux et religieux, accusés d’être des obstacles au progrès. Le simple bon sens de nos législateurs pourrait suffire à refuser de pareils projets législatifs. En conscience, députés et sénateurs auront-ils le droit, la liberté humaine de s’y opposer ? Citoyens français, aurons-nous les couilles pour refuser le lent suicide programmé qu’on veut nous imposer ?

 

Xavier CORMARY, prêtre

Paroisse St François et Ste Claire en Ségala

Société libertaire, égalitaire, suicidaire

Partager cet article

Repost0

Vacances et écologie…

Publié le par Miniritou

Il y a deux ans, le pape François publiait une encyclique, unanimement saluée comme un texte majeur de ce pontificat, qui met en évidence le lien entre protection de l’environnement et la lutte contre les pauvretés. Le changement climatique est aussi un effet d’un monde qui cherche à n’importe quel prix à trouver ou retrouver de la croissance, comme si les biens et les ressources de ce monde étaient illimités… Pourquoi, durant cet été, ne pas lire ce texte, si nous l’avons zappé depuis l’an passé ?

Il reste ensuite à mettre en œuvre dans des gestes concrets les choix que même notre foi chrétienne exige en matière d’écologie et de sobriété de vie :

  • Avoir une attention plus grande et permanente au tri sélectif de nos déchets, surtout lorsque nous ne sommes pas chez nous.
  • Renoncer à toute vaisselle jetable pour nos pique-niques estivaux.
  • Éteindre les éclairages non-indispensables lors des longues soirées d’été.
  • Faire la chasse à tous les gaspillages : nourriture stockée et perdue, fuites d’eau, douches…
  • Consommer avec des produits frais non-emballés, issus de circuits courts.
  • Raisonner nos déplacements motorisés et choisir des transports alternatifs…

Parce que la Création est un don de Dieu précieux et fragile, les chrétiens doivent être pionniers et prophètes dans les choix écologiques qui engagent l’avenir de l’humanité et de sa maison : La Terre !

Vacances et écologie…

Partager cet article

Repost0