Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2 articles avec deconfinement

Les oubliés du déconfinement

Publié le par Miniritou

Les oubliés du déconfinement

En contact et en visite régulière dans divers établissements de santé, je suis étonné de ce que j’entends.  Des pensionnaires en maisons de retraite me font part de leur souffrance d’être encore privés de célébrations, de pouvoir avoir des visites des équipes d’aumônerie. Mesures sanitaires oblige ! Et je crains fort que les mesures sanitaires soient également un prétexte de plus pour interdire aux aumôneries d’enseignement public d’être présentes au sein des établissements pour la rentrée scolaire.

Plusieurs résidentes en EPHAD m’ont partagé leur désarroi du grand vide spirituel qui s’est installé depuis le mois de mars, parfois à la demande même de leur famille, qui refuse que la mamie puisse participer à la messe à la paroisse ou recevoir des visites des bénévoles des aumôneries hospitalières ou du Service Évangélique des Malades. Parfois, les responsables administratifs eux-mêmes ont reçu des consignes strictes : « Les célébrations et le service d’aumônerie reprendra, mais on verra plus tard. Il faut gérer d’abord la canicule ! »

 Ne pas prendre de risque : rester chez soi. Être cloîtré dans sa chambre, on ne sait jamais…. Voilà les oubliés du déconfinement ! Et peut-être ce n’est hélas pas fini…

Elles sont propres et entretenues, elles sont aux normes ces maisons de retraite : on y assure les soins médicaux de qualité et les toilettes avec compétence et humanité (quand le personnel n’est pas trop en sous-effectif !)  On y mange des repas qui respectent la chaîne du froid. On organise des animations, des distractions et des activités pour aider les pensionnaires à passer le temps. On peut se rassembler dans la salle télé ! Mais, se soucie-t-on pareillement du bien-être spirituel des résidents ?  Bon nombre de personnes âgées sont demandeuses pour participer à une démarche religieuse. 30 à 70 % des personnes en EPHAD participent aux messes, célébrations… Vaut-il mieux laisser le papy isolé dans sa chambre, ou lui accorder une visite hebdomadaire ou une messe qui l’aidera à retrouver espérance et à nourrir sa foi ? Suffit-il d’avoir une chambre tout confort et une assiette pleine pour être heureux ? Nourrir le corps, c’est bien, c’est nécessaire, c’est indispensable.  Mais nourrir l’âme, accompagner dans la foi, retrouver l’espérance, en laissant Dieu rejoindre ceux qui ne peuvent plus se déplacer, n’est ce pas une mission d’importance et un service à rendre aux personnes qui en ont besoin ?

Un chrétien isolé est un chrétien en danger.  L’Eglise a démontré depuis ces derniers mois sa capacité à s’organiser de manière à prévenir tout risque sanitaire dans les assemblées ou les réunions qu’elle organise. Il est temps de retrouver notre dimension spirituelle : prenons soin de nos corps, de nos intelligences, mais n’oublions pas notre âme et l’âme parfois souffrante de nos aînés, déjà souvent isolés socialement qui trouvent en Dieu l’aide et le soutien qui leur permettent de rester vivants jusqu’au bout !

Partager cet article

Repost0

Déconfinement : et après ?

Publié le par Miniritou

Déconfinement : et après ?

« Vous pouvez reprendre une activité normale ». Cette réplique culte qui clôturait chaque séquence des « Guignols de l’info » va-t-elle devenir le 11 mai le slogan d’après confinement ?

L’économie à l’arrêt ou au ralenti ; l’administration confinée ; les écoles à distance ; les examens : en contrôle continu, les soignants sur le grill d’une pandémie… Les férias annulées ; les festivals rayés de l’agenda ; les Jeux Olympiques reportés… Il n’y a que le prix des carburants qui a fondu, pour le bonheur de ceux qui roulent !

Nos compatriotes, nos voisins, la classe politique et les responsables économiques, ceux qui ont en charge le « vivre ensemble » auront-ils compris la leçon ?  Où vont-ils nous prendre vraiment pour des guignols ? Et qui élargira nos horizons pour nous rappeler que si l’épidémie se calme en France, elle fera peut-être encore bien des ravages dans de nombreux autres pays ?

Et moi… ? Chacun de nous : serons-nous à la hauteur des défis à relever et des changements de mode de vie à opérer ? Il ne s’agira pas uniquement de porter un masque ou de faire preuve d’une plus grande hygiène à se laver les mains. Il ne suffira pas de "pétasser" nos vieilles habitudes par un lifting de printemps du mois de mai, pour reprendre une vie normale, après deux mois de prison à la maison ! Avec le risque de vouloir bien naturellement compenser nos frustrations de mars et avril, en nous « lâchant » en mai et juin…

La vraie question : c’est qu’est-ce que JE suis prêt à changer dans mon mode de vie, dans mes habitudes et mes projets ? Qu’est-ce que je suis prêt à investir pour que des choses changent aussi dans le rapport de notre société à l’argent, aux priorités, aux investissements et aux relations internationales ? Rester en France pour les vacances ? Partir en vacances ou se reposer à la maison ? Garder des liens avec ses voisins que je ne connaissais pas avant le confinement et avec qui des liens opportuns se sont créés pour une entraide toute naturelle …  Et savoir rester attentifs aux plus fragiles, aux isolés… Si JE change, le monde changera ! Mais il faut beaucoup de « JE » pour que ça se voit, et que ça devienne une belle épidémie de fraternité contagieuse !

Partager cet article

Repost0