Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

6 articles avec confirmation

L'action de l'Esprit-Saint dans la vie du chrétien : parabole...

Publié le par Miniritou

Un conte : la planchette noire

 

 

Michaël, riche propriétaire terrien, entre un beau jour dans la cabane de son serf Nikita. Celui-ci tient dans la main gauche une planchette noire, et dans la droite un chiffon doux. Patiemment, il frotte la surface sombre.
Après l’avoir observé pendant un moment, Michaël lui demande :
«Mais que fais-tu donc ? »
Nikita lui répond : « Vois, maître, cette planchette était une des plus belles icônes de notre église. Pendant des années, on a fait brûler près d’elle des petites lampes à huile. L'icône s'est peu à peu couverte d’une couche de graisse noirâtre et l’image a complètement disparu. Alors, notre Pope m’a demandé de la nettoyer. Depuis des semaines, chaque fois que j’ai le temps, je viens la frotter avec un chiffon tendre pour que lentement, l’image réapparaisse. Mais il faudra beaucoup de patience!
........
Regarde! De-ci, de-là, on aperçoit déjà un reflet de couleur qui renaît. Cela me donne le courage de continuer jusqu’au jour où, enfin, elle aura retrouvé toute sa beauté!»

Notre vie consiste aussi, peut-être, à frotter sans violence, mais avec persévérance, l’image vraie de ce que nous sommes appelés à être, pour faire disparaître tout l’enduit crasseux de nos égoïsmes, de nos indifférences, de tout ce qui nous encombre …
La planchette noire, c’est ma vie ou l’image de Dieu que je suis. Le chiffon doux, c’est l’Esprit-Saint. A moi de les mettre tous deux en contact... Ainsi je pourrai, comme l’icône, redevenir « Moi ».

L'action de l'Esprit-Saint dans la vie du chrétien : parabole...

Publié dans Confirmation

Partager cet article

Repost0

Le sacrement de la confirmation

Publié le par Miniritou

Quelques jeunes héroïques, soutenus par leur famille et sans doute un groupe de jeunes chrétiens dans lequel ils s’investissent, et surtout poussés par l’Esprit-Saint reçoivent, dans leur paroisse, le sacrement de confirmation. Sans doute un sacrement qui risque de tomber aux oubliettes sous peu… Nombre de baptisés aujourd’hui ne sont pas confirmés. 90 % des enfants baptisés ne reçoivent pas la confirmation, démarche qui couronne l’initiation chrétienne au bout d’un cheminement de plus en plus personnel !

La confirmation : Dieu me confirme que je suis son enfant Bien-aimé ! Il me l’a signifié au jour de mon baptême, mais comme j’ai du mal à le croire, à le vivre, il en remet une couche ! Que je n’oublie jamais que l’Esprit-Saint est donné en abondance, et que par mon baptême, Dieu me donne une dignité égale à celle de Jésus et la mission de vivre cette dignité dans l’ordinaire de ma vie !

La confirmation est généralement donnée à l’adolescence. Pourtant, nombre d’adultes demandent ce sacrement. Il y a quelques jours dans notre diocèse, ce sont 25 adultes qui ont reçu ce sacrement à Lavaur.

Ce sacrement est exigé pour devenir parrain ou marraine de baptême. C’est une démarche qui conduit à découvrir l’Eglise sous un jour nouveau : animé par l’Esprit de Pentecôte, chaque baptisé se découvre personnellement appelé et envoyé en mission, au nom de Jésus. Comment guider un frère sur les chemins de l’Evangile si on n’avance pas soi-même sur ce chemin ! Question de logique et de cohérence !

Si vous êtes parrain ou marraine, demandez-vous de quelle manière vous remplissez votre mission aujourd’hui auprès de votre filleul ou filleule ! Il serait temps de s’y remettre et de prendre ce rôle au sérieux, au nom de l’Eglise !

Le sacrement de la confirmation

Partager cet article

Repost0

Le sacrement de la confirmation... à redécouvrir ?

Publié le par Miniritou

        Quelques jeunes héroïques, encouragés par leurs parents, et surtout poussés par l’Esprit-Saint reçoivent encore le sacrement de confirmation. Sans doute un sacrement qui risque de tomber aux oubliettes sous peu… Nombre de baptisés aujourd’hui ne sont pas confirmés. 90 % des enfants baptisés ne reçoivent pas la confirmation, démarche qui couronne l’initiation chrétienne au bout d’un cheminement de plus en plus personnel !

La confirmation : Dieu me confirme que je suis son enfant Bien-aimé ! Il me l’a signifié au jour de mon baptême, mais comme j’ai du mal à le croire, à le vivre, il en remet une couche ! Que je n’oublie jamais que l’Esprit-Saint est donné en abondance, et que par mon baptême, Dieu me donne une dignité égale à celle de Jésus et la mission de vivre cette dignité dans l’ordinaire de ma vie !

La confirmation est généralement donnée à l’adolescence. Pourtant, nombre d’adultes demandent ce sacrement. Dans quelques jours, ce sont plus de 25 adultes qui recevront ce sacrement à Briatexte.

Ce sacrement est exigé pour devenir parrain ou marraine de baptême. C’est une démarche qui conduit à découvrir l’Eglise sous un jour nouveau : animé par l’Esprit de Pentecôte, chaque baptisé se découvre personnellement appelé et envoyé en mission, au nom de Jésus. Comment guider un frère sur les chemins de l’Evangile si on n’avance pas soi-même sur ce chemin ! Question de logique et de cohérence !

Si vous êtes parrain ou marraine, demandez-vous de quelle manière vous remplissez votre mission aujourd’hui auprès de votre filleul ou filleule ! Il serait temps de s’y remettre et de prendre ce rôle au sérieux, au nom de l’Eglise !

 

 

Publié dans Confirmation

Partager cet article

Repost0

Cadeau pour une communion, une profession de foi, une confirmation

Publié le par Xavier Cormary


Souvent, parents, parrains ou marraines se sentent démunis quand il faut offrir à un jeune ou un adolescent un cadeau à l’occasion d’une fête de la foi. Une belle gourmette ? Un baladeur MP3 ? Une PS3 ? Un ordinateur ? Ou même une belle bible ? C’est faire preuve de peu d’originalité et surtout entretenir la douce illusion que pour avoir les cadeaux de ses rêves, il faut passer par ces étapes religieuses.

La meilleure solution serait peut-être de ne pas associer les cadeaux à la démarche, mais de trouver une autre occasion de faire des cadeaux : fête du saint patron…
Mais on peut aussi trouver des cadeaux qui donnent du sens à la démarche et qui soient aussi en eux même un signe encourageant pour le jeune de la part de son parrain ou marraine :

 

- Inviter le jeune à partager quelques jours avec son parrain ou sa marraine et renforcer les liens.

- L’accompagner pour la découverte d’un haut lieu spirituel : Mont St Michel, Montmartre, Lourdes, La Salette, Lisieux, et pourquoi pas… Rome ou Terre Sainte.

- Inscription à un camp ou une session de jeunes chrétiens dans l’été ou aux J.M.J. ( pour les plus grands !)

- L’encourager financièrement pour qu’il puisse passer son BAFA, son AFPS (premiers secours) et se mette au service des autres.

- Lui offrir un pèlerinage à Lourdes ou ailleurs.

- L'abonner à une revue chrétienne pour jeunes.

- Inscription dans un mouvement de jeunesse chrétienne ; prise en charge des frais (tenue scoute ; achat d’une tente pour camper ; cotisation ; etc.)

- Livre ou ouvrage chrétien adapté à l’âge. Les librairies religieuses éditent des catalogues bien faits, mais parfois il faut aussi « chiner » et trouver un ouvrage inattendu : il existe des BD religieuses délirantes qui sont aussi très appréciées !

- Place de concert pour des groupes comme Glorious ; Spear Hit ; Aquero ; pour le festival de Chartres ; etc.

- CD de musique catho (groupes pop louange ; MEJ …)

Un peu d’audace et d’imagination ! Le plus beau cadeau, c’est d’abord de prier pour ce jeune, et de demander au Seigneur de lui donner le meilleur de lui-même pour qu’il grandisse dans la foi et le bonheur !


Lire aussi :

 

Profession de foi ou communion solennelle ?

Une nouvelle manière de vivre la 1° communion :

 Ma profession de foi de prêtre :

A quoi ça sert de croire en Dieu ?

 

L’Eglise : une secte ?

 

Publié dans Confirmation

Partager cet article

Repost0

Pourquoi parle-t-on des "confirmands" et non des "confirmants" en parlant des jeunes qui vont faire leur Confirmation ?

Publié le par Xavier Cormary

On voit ici que la syntaxe peut servir la théologie ! En effet, le mot "confirmants", construit sur le participe présent, désignerait "ceux qui sont en train de confirmer"... la foi de leur baptême ou le choix jadis fait par leurs parents de les faire baptiser. Or le rituel parle plutôt des "confirmands". Les latinistes reconnaîtront ici une forme verbale dérivée du gérondif qui signifie "ceux qui doivent être confirmés". La nuance est de taille, puisque le sujet de la Confirmation n’est pas celui qui "fait" sa Confirmation comme il passerait un examen, mais l’Esprit Saint qui affermit les disciples pour en faire des témoins !

Publié dans Confirmation

Partager cet article

Repost0

Etre confirmé, ça apporte quoi par rapport au fait qu’on est déjà baptisé ?

Publié le par Xavier Cormary

 
Vous avez raison d’établir un lien entre les deux sacrements qui, à l’origine, n’en faisaient peut-être qu’un et qui, dans le cas d’un adulte, sont normalement célébrés avec l’eucharistie au cours d’une même célébration.
Le mot de "confirmation" ne signifie pas que la baptême a besoin d’être confirmé, il est définitif. Mais, dans le latin tardif, "confirmare" avait pris le sens atténué de "compléter". Ainsi on disait que le diacre "confirmait" quand il donnait la communion au calice, pour "compléter" la communion au corps du Christ. Ce "complément" du baptême, par le rite de l’imposition des mains et l’onction avec le saint chrême, exprime le rôle de l’Esprit Saint dans la vie du chrétien et de l’Eglise.
C’est à partir du jour où l’Esprit vient sur Jésus, sous la forme d’une colombe, que Jésus commence sa mission. C’est à partir du jour où l’Esprit vient sur les Apôtres, sous la forme de feu, qu’ils commencent leur mission dans le monde. C’est à partir du jour où le "don de l’Esprit Saint" nous est donné que nous sommes reconnus comme bâtisseurs de l’Eglise.

Publié dans Confirmation

Partager cet article

Repost0