Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

18 articles avec baptemes

Les baptisés sous X

Publié le par Miniritou

On estime qu’en 2019, environ 69 % des français ont reçu le baptême. En 2045, la proportion des baptisés devrait être de 50 % pour les 70 millions d’habitants. Au delà des statistiques, il faut surtout faire un constat terrible : beaucoup de français ont été porté sur les fonds baptismaux mais n’ont jamais reçu aucune formation chrétienne : je les appelle les «baptisés sous X», devenus enfants de Dieu à l’insu de leur plein gré. Ils n’ont jamais été initiés à la foi chrétienne par un environnement familial porteur, ni par une insertion dans la vie d’une communauté chrétienne… Bref, des enfants baptisés, devenus des adultes indifférents, ni croyants, ni incroyants, seulement ignorants ou étrangers, extérieurs à la foi chrétienne!

Combien parmi ceux qui liront ces lignes, qui prendront le temps de feuilleter ce journal, pourront se reconnaître dans cette dénomination : «Oui, un jour j’ai été baptisé, mais depuis ce jour-là, je n’ai jamais cherché à ouvrir ce « paquet cadeau» que j’ai reçu de mes parents !» Il est facile de s’arrêter à une caricature du christianisme, en résumant les choses en quelques idées grossières pour éviter de se questionner : le monde en sept jours, la vierge qui accouche, le gars qui ressuscite, les textes qui se contredisent, les chrétiens qui se divisent, le pape ringard dans son Vatican doré, et les prêtres pédophiles…

Récemment, à Carmaux, un garçon de 20 ans, et un gars de 30 ans sont venus me rencontrer : ils voudraient être baptisés… Et si l’Evangile était une bonne nouvelle pour les hommes d’aujourd’hui ? Le seul moyen de savoir, c’est de s’y plonger soi-même, sans procuration! Parce que la foi n’est pas une question de rites sacrés, mais un appel à la sainteté, un chemin de bonheur proposé à tous, petits ou grands !  

Le baptême, un acte  fort (copyright Camjac)

Le baptême, un acte fort (copyright Camjac)

Partager cet article

Repost0

Devenir parrain ou marraine de baptême

Publié le par Xavier Cormary

AU PARRAIN /  à la Marraine
 
L'Église catholique demande à ce que tout baptisé soit accompagné d'un parrain et/ou d'une marraine. En effet, on ne grandit pas seul, pas plus dans la vie que dans la foi. Avec vous, en plus de ses parents, votre filleule) aura quelqu'un sur qui compter. Vous devrez l'aider à avancer dans la vie et à grandir dans sa relation à Dieu.
 
Vous aurez la chance d'avoir un lien particulier avec votre filleul(e) tout au long de sa vie, lien affectif et éducatif. Vous témoignerez par votre foi des valeurs chrétiennes que vous souhaitez lui transmettre.
 
Comme parrain ou marraine, vous êtes le SIGNE de la communauté chrétienne qui veille sur un de ses membres. Cela implique que vous viviez votre baptême afin de transmettre les valeurs chrétiennes. Le sacrement de confirmation est habituellement exigé par l'Eglise comme signe effectif du sérieux de votre engagement. La confirmation est la démarche qui nous donne une assurance et un désir de vivre en chrétien, grâce à l'Esprit-Saint. Si vous n'êtes pas confirmé, il serait temps d'y penser, quel que soit votre âge, pour assumer votre rôle de parrain/marraine... Cela relève de la cohérence personnelle dans votre engagement !!

Etre parrain ou marraine ne consiste pas seulement à un rôle honorifique ! C'est une implication totale de votre foi au service de la croissance humaine et spirituelle de votre filleul/filleule.
Accepter cette responsabilité engage votre cohérence de vie : engager votre vie sur le chemin du Christ, c'est pas rien ! C’est pour signifier que vous êtes prêt à tout cela que vous aurez une place privilégiée au cours de la célébration du Baptême. Vous vous tiendrez aux côtés des parents. Ensemble, vous marquerez l'enfant du signe de la croix. Vous renoncerez au mal et vous affirmerez votre foi en Dieu Père, Fils et SaintEsprit.
 
Par des gestes symboliques, la remise du vêtement blanc ou du cierge allumé, vous proclamerez que la foi en Jésus-Christ éclairera le chemin de vie du baptisé, comme elle illumine le vôtre. Vous signerez avec les parents le registre des baptêmes de la paroisse.
 

Pour vous préparer à la Mission que l’Église veut vous confier, vous pouvez déjà vous poser cette question : « Comment je vais être cohérent dans ma vie et ma foi pour vivre avec l'enfant l'engagement que je vais prendre ? »

A LIRE AUSSI :

parrain marraine : un peu de cohérence !!!

 

Devenir parrain ou marraine de baptême

Partager cet article

Repost0

Pour être parrain ou marraine de baptême : un peu de cohérence !

Publié le par Miniritou

O Joie débordante ! On t’a demandé d’être le parrain ou la marraine de ton neveu, de la fille de ton voisin, du petit dernier de ta collègue ? Et tu as accepté avec enthousiasme ! Ca te fait plaisir qu’on ait pensé à toi ! Beau titre honorifique et mission hautement symbolique !

 Es-tu bien sûr de cela ? Si tu y regardes de plus près, n’est-il pas prudent et normal de vérifier ce qu’on attend de toi ? Non seulement ce que les parents attendent de toi, mais aussi ce à quoi tu t’engages, si tu veux bien accomplir ta mission  pour ton filleul, ta filleule !

Parce que tu peux faire semblant, tu peux être un parrain demi-portion, une marraine de pacotille, mais est-ce de cela dont cet enfant a besoin ? Par ailleurs, cette mission, elle a une signification spirituelle et t’engage avec lui, avec elle sur le chemin de l’invisible. Un lien particulier peut se nouer entre toi et lui ou elle !

 

Si tu t’engages devant les parents, tu leur seras redevable à eux. Si tu t’engages devant Dieu, c’est aussi à lui que tu rendras compte de ta mission ! Es-tu disposé à faire de ta vie un exemple à suivre pour ton filleul ? Es tu prêt(e) à t’engager toi-même sur le chemin où tu voudrais que ta filleule trouve son bonheur ?

 Il n’y a guère que l’exemple qui soit contagieux en matière d’éducation. Tout le reste, c’est du blabla ! Accompagner un enfant sur le chemin de la foi, sans le prendre soi-même, sans le reprendre où tu l’as laissé, c’est de l’hypocrisie ou de l'inconscience. Tu peux faire de l’esbroufe, mais au final, c’est ton filleul ou ta filleule qui en pâtira, pas le curé ou les parents qui t’ont confié la tâche !

 Et tu sais, il y a bien des moyens* pour retrouver le chemin de la foi, pour se mettre, se remettre en route et découvrir la foi comme un appel au bonheur intégral ! Alors si tu ne te lèves pas, crois-tu que ton filleul, ta filleule pourra tenir debout et devenir un être libre ?

 A toi de jouer ! Non, plutôt, à toi d’agir, en cohérence avec les choix que tu fais !

 

* tu peux farfouiller sur d'autres pages de ce blog, ou chercher auprès de son auteur quelques pistes concrètes ! Envoie un message  en bas de la page  : Contact

Pour être parrain ou marraine de baptême : un peu de cohérence !

Partager cet article

Repost0

Baptisés sous X

Publié le par Miniritou

Un enfant né sous X est souvent confronté à la question délicate de ses origines : qui sont mes parents ? Pourquoi m’ont-ils abandonné ? Et cette question reste souvent sans réponse, puisque la loi permet à une mère de renoncer à son enfant définitivement.

De la même manière, nombreux sont les enfants qui sont baptisés sous X. Leurs parents légitimes ont demandé pour eux le baptême : l’Eglise les a engendrés à la vie de Dieu dans l’espérance qu’ils puissent découvrir ce Dieu Père qui les a aimés depuis le début, et pour toujours. Hélas, aujourd’hui, nombreux sont les enfants baptisés qui ne savent rien de leur baptême. Les parents ont démissionné, de manière délibérés ou souvent par négligence, ils n'ont jamais aidé leur enfant à découvrir ce Dieu Père qui les a fait naître à une vie surnaturelle. Ils sont comme baptisés sous X.  Un baptisé qui ne reçoit pas le trésor de la foi, à qui on ne permet pas de découvrir le trésor de son baptême est un enfant de Dieu en jachère. La puissance de Dieu est à l’œuvre sans doute. La grâce de Dieu peut toujours surgir dans le coeur de l'enfant, sans doute ! Mais les médiations humaines sont souvent indispensables pour vivre la Rencontre avec le Dieu de Jésus-Christ.

Je trouve personnellement très grave, de la part de ces parents inconscients, de s’engager solennellement devant Dieu et devant l’Eglise pour l’avenir de leur enfant, et de ne pas tenir cet engagement : «  J’avais faim et vous ne m’avez pas donné à manger. J’avais soif et vous ne m’avez pas donné à boire. » (Mt 25). Ils porteront devant Dieu une lourde responsabilité. De la même façon, les parrains et marraines qui s'engagent de manière très superficielle à guider leur filleule/e dans la foi chrétienne et qui ne sont là que pour un accompagnement horizontal, portent manquent à leur devoir et à leur mission ...

Puisse Dieu suppléer aux défaillances de ces parents et mettre sur la route de ces enfants des croyants sincères et lumineux qui les conduiront à la rencontre du Seigneur !

Baptisés sous X

Partager cet article

Repost0

Prière des parents pour préparer le baptême...

Publié le par Xavier Cormary

PRIERE DE PARENTS

 

Seigneur, tu nous as donné ces enfants.

Ils sont encore bien petits.

Mais chaque jour, ils deviennent capables de choisir leur avenir.

Toi Seigneur,

Tu es celui qui nous conduit sur un chemin de vrai bonheur.

Nous voulons aussi ce bonheur pour nos enfants.

Apprends-nous à les accompagner vers toi.

Apprends-nous à les accompagner avec toi.

Apprends-nous à éduquer leur liberté.

Apprends-leur au fur et à mesure qu’ils grandissent

à devenir responsables de leurs choix.

Apprends-leur à faire des choix librement.

Donne-nous d’être témoins de ton amour

par nos propres choix et nos exigences.

Donne-nous de leur donner tout l’amour que nous voudrions

afin qu’ils découvrent ton Amour.

Et fais route avec nous chaque jour afin qu’ensemble,

avec tous ceux qui nous entourent,

nous marchions vers toi.

 

Amen.

 

Voir aussi l'engagement des parents pour leur enfant : ICI

Prière des parents pour préparer le baptême...

Partager cet article

Repost0

Prière du parrain ou de la marraine pour le baptême

Publié le par Xavier Cormary

Voici un texte qui pourra être lu durant la célébration de baptême par celui ou celle qui reçoit la responsabilité et la mission de parrain ou marraine. Voir avec le prêtre ou diacre célébrant le baptême s'il est opportun de la proposer dans la célébration. S’il y a plusieurs baptêmes célébrés, on peut proposer à tous les parrains et marraines de la lire ensemble en l'adaptant au pluriel.

 

Dieu notre Père, nous avons accepté de devenir parrain et marraine de N. (cet enfant/ces enfants).

C’est toi qui l’a appelé à la vie et tu confies à ses parents la mission de l’aider à devenir un(e)  adulte responsable. Tu nous confies la mission de les soutenir pour qu’ils conduisent N. sur le chemin de la foi au Christ.

Nous savons que la vie est souvent difficile et que la foi n’est pas un chemin facile, parce qu’il suppose une démarche du cœur qui unit l’intérieur et l’extérieur.

En ce jour de joie, Seigneur, nous te confions N. et tout son avenir. Veille sur lui avec tendresse. Donne-lui la force de traverser les épreuves de sa vie, en gardant confiance en toi.

Fais de nous, parrain et marraine, auprès de lui des témoins authentiques de l’amour de Dieu. Apprends –nous à vivre ce que nous enseignons, à enseigner ce que nous croyons, à croire ce que nous découvrons de toi dans notre cœur et dans l’Evangile.

Seigneur Jésus, ne nous laisse pas croire que nous serons assez forts pour remplir notre mission de parrain ou marraine. Donne –nous ton Esprit de force. Aide-nous à faire confiance en l’Eglise afin que N.  découvre que Jésus est proche de lui à travers le témoignage des chrétiens que tu mettras sur sa route.

O Marie, Mère du Christ et de l'Eglise, montre-nous la route qui conduit à ton Fils.

 

N.B. les parrains et marraines s'engagent avec les parents à conduire l'enfant sur le chemin de la foi : lire  ICI

 

Partager cet article

Repost0

Interrogations pastorales

Publié le par Miniritou

Je sors de la messe dimanche dernier. Un vide-greniers a lieu dans la commune. En passant a proximité, je remarque le jeune N. 14 ans, baptisé en juin dernier, se promenant avec toute sa famille…

Où sont les chrétiens à l’heure de la messe ? Au vide grenier !!! Douloureux constat pour le pasteur que je suis de percevoir la légèreté, la superficialité de bien des démarches de foi actuelles…

Pourra-t-on longtemps encore se contenter d’accueillir à bras ouverts, comme le Père de la parabole du fils prodigue, tous ceux qui se présentent, sans attendre d’eux, une parole sincère et vraie de conversion et d'attachement au Christ ?

La tension permanente entre l’attitude bienveillante et accueillante envers tous que l’Eglise manifeste en ouvrant largement ses portes à tous ceux qui demandent un sacrement, et la bienveillante et ferme exigence de vivre un chemin de foi dans la durée pour accéder aux sacrements, sans en faire pour autant une récompense pour les « purs », les « intègres », les « parfaits »… Cette tension est de plus en plus palpable.

  • Je baptise des enfants qui n'ont que peu de chance de recevoir une éducation chrétienne. Parfois, même les aînés baptisés ne sont pas catéchisés...
  • On fait faire la première communion à des enfants qui n'ont jamais été à la messe de leur vie. Cette première communion sera même pour certains leur dernière...
  • Des adolescents demandent la confirmation, mais l'engagement chrétien pour eux est un rêve, sans décision et engagement personnels pour la vie en Eglise et la vie spirituelle.
  • Nombre de mariages que je célèbre sont désolants : je rencontre des couples sympathiques, mais qui n'ont pas perçu grand chose de la sacramentalité de leur amour...

Dans mon ministère de curé de paroisse, vais-je encore longtemps tenir ce grand écart entre ce que je crois, ce qui est pour moi essentiel, la valeur, le poids des sacrements pour une relation d’amour avec le Seigneur, et ce que beaucoup de gens me demandent : un peu de religiosité, une tradition familiale, une célébration qui soit « belle, mais pas trop longue »…

Quelle souffrance immense de faire ce constat quasi généralisé : les célébrations sacramentelles ou religieuses deviennent pour beaucoup un cirque spirituel qui donne un spectacle hermétique et inaccessible à cause d’une indifférence et d’une ignorance totales. En conscience, pourrai-je admettre longtemps que l'on piétine, même sans intention mauvaise, ce qui est pour moi si précieux, si sacré ?

Quand je mets tout mon cœur à célébrer un baptême ou un mariage et que les assemblées donnent l’impression d’un vaste foutoir joyeux et imperméable à l’invisible, ça fait mal, ça fait très mal … Jusqu’à quand vais-je tenir… Jusqu’à quand ?

Interrogations pastorales

Partager cet article

Repost0

Demander le baptême à tout âge :

Publié le par Miniritou

A tout âge des jeunes, des adultes demandent le baptême ! Mais que'st-ce qui le pousent à entreprendre une démarche aussi longue et difficile, qui les conduit un jour à recevoir le sacrement de l'entrée dans la vie chrétienne ?!

 

Des adolescents prennent la parole :

 

 

 

 

Des adultes expliquent aussi ce qui a provoqué un tel choix :

 

Publié dans Baptêmes

Partager cet article

Repost0

Le baptême pour notre enfant... et le mariage ?

Publié le par Miniritou

Nombreux sont aujourd'hui les couples qui demandent le baptême pour leur enfant. Plus d'un enfant sur deux nait dans un couple non marié. En tant que prêtre, je suis assez étonné et interpellé par cette situation, comme si le baptême de l'enfant n'avait rien à voir avec la manière de vivre des parents.


Il est vrai que dans certains couples, une difficulté se pose pour les parents qui ne partagent pas la foi. Ce que je vais exprimer ici méritera donc d'être nuancé dans les cas particuliers, lorsque un seul parent souhaite partager sa foi avec son enfant, sans que l'autre parent y fasse obstacle, mais sans s'investir non plus dans la démarche.


A la célébration du baptême, l'Eglise demande que les parents s'engagent en conscience à donner une éducation chrétienne pour leur enfant. Sinon, à quoi bon baptiser ? Pourquoi semer une graine si elle n'a aucune chance d'être arrosée ?...  Les parents, en s'engageant pour leur enfant, décident de tout faire afin qu'il puisse découvrir le Christ, apprendre à l'aimer et à le suivre.

Or on sait bien que le seul chemin éducatif qui soit pleinement cohérent est celui de l'exemple : fais ce que je dis parce que c'est ce que je fais !

Alors donc, une question se pose : comment être capable de s'engager pour l'enfant quand on n'est pas capable, pas prêt, à s'engager soi-même dans la fidélité, dans la durée, pour une vie conjugale placée sous le regard de Dieu, par le sacrement du mariage ? Le choix de Dieu ne serait -il valable que pour les enfants ? Paradoxe de notre temps !

 

Il est clair que la parole facile devant le prêtre, lors du baptême semble peu responsable : combien de parents, qui se sont engagés devant Dieu et devant l'Eglise pour l'avenir de leur enfant, semblent avoir la mémoire courte : pas plus de 40 % des enfants baptisés sont envoyés au catéchisme.
En prenant acte de la situation de beaucoup de couples, n'est-il pas nécessaire de redonner du sens à la parole donnée, à l'engagement, fut-il un engagement devant Dieu ?

 

Publié dans Baptêmes

Partager cet article

Repost0

Débaptisation ou apostasie de la foi catholique

Publié le par Xavier Cormary

Il n’est pas rare d’accueillir des personnes qui viennent à la paroisse demander leur « débaptisation ». Ils expriment leur volonté d’être rayé des registres paroissiaux de baptême. Sur le plan pratique, il n’est pas possible d’arracher la page du registre de baptême qui est un document officiel. Il est par contre envisageable de mentionner en marge de l’acte de baptême « a renié son baptême ».

Ces personnes invoquent la raison qu’ils ont été baptisés contre leur gré, au moment de leur naissance par leurs parents, et que ce choix ne correspond pas à leurs convictions d’adultes. Plus profondément, c’est d’abord souvent un rejet de l’institution ecclésiale, une allergie à la religion plus qu’un rejet du choix de leurs parents. D’ailleurs, le sens profond est sans doute d’abord idéologique.

 

On peut reprocher à des parents leurs incohérences, le fait qu’ils aient fait des choix pour leur enfant, choix qu’ils n’ont pas eux même fait pour leur propre vie. Il est par contre plus difficile de reprocher les erreurs éducatives de ses parents. Parce qu’ils croyaient bien faire, parce que la foi étaient pour des parents un élément fondamental à donner à leurs enfants, ils ont choisi de faire baptiser leurs enfants. Et la logique, la cohérence des parents est de montrer à leurs enfants la place de la foi dans la vie de leur famille. Imaginons des parents qui apprennent à leurs enfants à manger avec une fourchette, eux même mangeant avec les doigts… Il ne sera pas étonnant de voir ces enfants rejeter leur éducation.

La différence avec le baptême, c’est que ce que Dieu donne, il ne le reprend pas, même si on le renie. Comment en vouloir à Dieu si on ne croit pas en lui ? Ne faut-il pas alors s’en prendre à ses parents, surtout si le baptême n’a été qu’une formalité administrative ! Mais plutôt que d’allumer la guerre dans les familles, je crois qu’il faut surtout redonner du sens au baptême : ou bien c’est Dieu qui se donne et se fait proche de nous, ou bien c’est rien du tout, alors à quoi peut bien servir une « débaptisation » ???

Publié dans Baptêmes

Partager cet article

Repost0

1 2 > >>