Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

sagesse populaire (sur le temps qui passe : vive l'an nouveau)

Publié le par Miniritou

Tu peux tourner ton cul au vent !
Tu ne pourras jamais tourner ton cul au temps !

Publié dans Cékikadikoi

Partager cet article

Repost0

Nouvelle année !

Publié le par Miniritou

2008 s’ouvre devant nous. Elle sera pour chacun de nous jalonnée de joies et de peines. Après les vœux pieux et les bonnes résolutions, après les souhaits de bonne année, un peu formels, il faut bien l’avouer, il faudra bien se résoudre à prendre avec courage et lucidité la route de cette nouvelle année. 2008 sera une année de joies : mariages et naissances chez les uns, réussite scolaire ou professionnelle pour les autres, retraite bien méritée après de dures années de travail, ou retrouvailles familiales ou amicales. 2008 sera une année de peines : des deuils à affronter ; des séparations et des disputes à vivre ; des échecs sentimentaux et des solitudes à surmonter ; la maladie et la fragilité psychologique à dépasser ; la précarité et la peur du lendemain à éviter… 2008 sera une année comme une autre ! Mais 2008 sera-t-elle une année de grâces ? Saurons-nous trouver de nouveaux chemins pour vivre ces 365 jours ? Le temps précieux de cette année servira-t-il notre chemin avec le Christ ? Du silence pour creuser ; de la prière pour confier et avancer ; des mains tendues pour exister ; des communions pour demeurer ; des réconciliations pour se relever ; des paroles de Vie pour ressusciter ; des yeux ouverts pour regarder ; un cœur aimant pour la Rencontre ; des frères pour se réveiller.

 

N’oublions pas que la foi qui ne s’entretient pas, qui ne cultive pas, et qui n’est qu’une option des moments difficiles, devient rapidement fossile. Que de chantiers pour 2008 ! Courage et confiance dans la persévérance.

 
 

Publié dans Textes de réflexion

Partager cet article

Repost0

RNTA-ES : Digestion lyonnaise

Publié le par Miniritou


Quel gueuleton !
Nous n’étions pas chez Bocuse, mais le menu n’était pas dégueu. Invitation à Lyon pour le repas national du MEJ… Fallait y penser... 1200 jeunes méjistes en semi liberté, réunis par un grand désir : faire de ces 4 jours des instants un repas **** ! Le pari a-t-il été réussi ? Demandons aux jeunes concernés (invitation subtile à ceux qui y étaient et qui lisent ces lignes de laisser un commentaire !) Franchement, je ne veux pas me la péter parce que j’étais dans l’équipe en cuisine, mais il m’a semblé que le menu que nous avons proposé a vraiment été des moments appétissants : le spectacle de Vincent Buron, Georges ou le fils ainé, le temps de la Réconciliation les rencontres des paroisses lyonnaises pour la messe samedi soir, la célébration de clôture avec le cardinal Barbarin ont été des plats de résistance qui m’ont délecté et je crois ont rassasié pas mal des jeunes présents. Mais ce qui a sans doute le plus comblé ma faim, n’est-ce pas de voir ces jeunes arrivés affamés repartir avec dans le ventre (et dans le cœur) de la nourriture consistante qui les aidera à passer l’hiver, et peut-être plus ! Donnez-leur de la merde, vous aurez des jeunes de merde ! Donnez-leur le goût des bonnes choses, des belles choses et vous construirez des jeunes lumineux, affamés de ces nourritures qui n’ont rien à voir avec la «fast-food indigeste» qu’on sert pour eux dans trop de restaurants de notre société !

Publié dans MEJ

Partager cet article

Repost0

Téléthon : suite et sûrement pas fin !

Publié le par Xavier Cormary

Cette année encore le Téléthon me laisse mal à l'aise. La mobilisation générale et généreuse de tant et tant de groupes, d'associations, et d'individuels est bien sûr positive et remarquable. Mais, n'est ce pas une manière facile de se donner bonne conscience à quelques jous des fêtes qui sont parfois l'occasion de la démesure, du gaspillage... ? Une façon de se mobiliser à peu de frais sans chercher à être original et à soutenir des oeuvres tout aussi légitimes. 

Le grand show télévisé de cette année misérabilise des jeunes et des enfants et prend en otage l'émotionnel, met en scène un chantage affectif pour attirer le fric et faire une pression malsaine sur les téléspectateurs.
"Voyez ces pauvres enfants, si vous donnez pas, vous n'avez pas de coeur !!!" (sic)

Quoi qu'il en soit, je me pose encore cette question, au point que je pense qu'il faudra avant le prochain Téléthon faire la lumière et la vérité : les orientations prises par l'AFM et dénoncées par certaines associations catholiques sont elles avérées puisque l'AFM refuse de donner des précisions sur ce choix de promouvoir le
Diagnostic Pré-implatatoire (DPI) qui élimine les foetus succeptibles d'être porteurs de maladies génétiques que l'on sait désormais identifier dans le génôme... ? Cela signifie par déduction qu'une vie porteuse d'une maladie a moins de valeur qu'une vie saine !!! On appelle ça de l'EUGENISME... ou du tri sélectif pour les êtres humains !

Le
cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon
affirmait dans l'affaire du Téléthon (en décembre 2006) :  

"Se battre pour le soin et la guérison, c'est pas tout à fait pareil que se mettre à trier les embryons, à les détruire et les utiliser comme si c'étaient des choses".

Dans la revue Valeurs Actuelles, une lectrice s'interroge :

 "Pour moi, ancienne pupille de la nation (mon père étant décédé des suites de déportation), certaines recherches sont tout aussi inacceptables que les expérimentations humaines entreprises dans les camps par des médecins. (...) Pourquoi ne fait-on pas savoir que les cellules souches du cordon sont tout aussi intéressantes pour la recherche que les cellules des embryons (...) ? Si les embryons humains n'ont pas droit au même respect qu'un être humain déjà né, comment peut-on s'étonner que certains adultes ne respectent plus la vie d'un jeune enfant ? (...) Comment voulez-vous que les enfants soient bien dans leur peau quand ils découvrent que seul "un projet parental" donne le statut de futur être humain ? (...) Si nous perdons de vue qu'un enfant a droit à avoir des parents (...), mais qu'aucun adulte n'a de droit à l'enfant, nous abandonnons notre spécificité d'êtres pensants".

Edifiant, je n'aurai pas pu mieux le dire : Lisez ICI 
  ou encore mieux : ICI

Publié dans Regards sur le monde

Partager cet article

Repost0

Téléthon : certains choix interpellent les chrétiens

Publié le par Xavier Cormary

Voilà un sujet qui risque de provoquer une polémique… J’en suis conscient. Pourtant, il est de mon devoir d’éclairer les consciences des chrétiens qui souvent, avec grande générosité et disponibilité s’engagent avec d’autres pour le Téléthon. Chaque année, cette manifestation médiatique mobilise une solidarité jamais égalée. Que de bonnes volontés se mettent en route, même ponctuellement en faveur de la recherche médicale. Que d’énergie dépensée pour soulager et venir en aide à ces enfants malades, leur redonnant l’espoir d’une thérapie possible face aux myopathies. Cela n’est pas en cause, bien au contraire : beaucoup de grandes causes mériteraient pareille mobilisation : la lèpre, la faim dans le monde, la violence conjugale… il n’est pas question de remettre en cause la mobilisation généreuse des chrétiens : elle est même le révélateur d’une vraie foi.  Pourtant, depuis des mois déjà, l’Eglise s’est inquiétée de l’orientation prise par les recherches financées par le Téléthon. Est-il justifié de soutenir le Téléthon s’il favorise une recherche « eugéniste » qui vise à éliminer des fœtus porteurs de maladies, sous prétexte de prévention ? En cause, le DPI (Diagnostic Préimplantatoire) soutenu et financé par le Téléthon, qui analyse les enfants à naître et permet d’éliminer les fœtus porteurs de maladies génétiques.
  
«Comme tout élan de solidarité, le Téléthon est et sera beau dans la mesure où il respecte et respectera l’homme et tout l’homme, même dans ses stades les plus fragiles » a commenté Mgr Cattenoz, évêque d’Avignon.  Même si l’avortement est légal en France, largement passé dans les mœurs, notre foi nous rappelle que c’est la vie d’un innocent qui est en cause.  Il est urgent que les chrétiens s’inquiètent de savoir à quoi servent une partie de leur générosité. A chacun de s’informer pour mieux choisir !
 
Xavier Cormary, prêtre

Publié dans Regards sur le monde

Partager cet article

Repost0

curé, chargé d'âmes

Publié le par Miniritou

installation-23-sept-2007-B.JPGLe jour de mon 35ème  anniversaire, Mgr Carré mon évêque, m'a confié la charge pastorale des paroisses de St Sulpice, Salvagnac  et Rabastens, soit 35 clochers pour une population avoisinant les 18 000 âmes . Devenir curé, ce n'est pas pour moi une ambition,  mais une responsabilité ! Je découvre ces responsabilités depuis quelques mois, et Dieu sait si elles sont assez différentes de la mission  qui était la mienne depuis mon ordination.
Aujourd'hui, je  suis le pasteur qui doit conduire un troupeau : mes décisions n'engagent pas seulement ma charge, mais aussi l'Eglise elle-même. C'est, à travers l'évêque, le Seigneur lui-même qui me confie ce peuple ! Accepter d'être curé, c'est  croire que le Seigneur lui-même guidera mes choix et être attentif à faire des choix qui soient ceux de l'Eglise et  ceux  du Seigneur !
Au cours de la célébration  d'installation, le rituel prévoit que le nouveau curé, en réponse à la demande de l'évêque proclame la foi de l'Eglise seul devant son peuple et son évêque, en signe de communion. J'ai demandé à Mgr Carré, pour ce moment solennel, de mettre mes mains dans les siennes. C'était pour moi une manière de signifier concrètement ce que je crois : l'Eglise m'envoie, non pas pour m'annoncer moi-même mais pour témoigner du Christ, vivant dans son Eglise. le jour de mon ordination, j'ai déjà accompli ce geste en signe d'obéissance à l'Eglise. Non une obéissance servile, mais discernée dans la lumière du Seigneur ! Rude mission, belle mission, exigeante mission !

Publié dans C'est tout moi !!!

Partager cet article

Repost0

Ecclesia : démarche de première communion à l'essai

Publié le par Miniritou


Cette année  va marquer une transition vers un renouveau des propositions aux familles pour la préparation et la célébration de la première communion. Communier, c’est entrer sur un chemin de foi, de rencontre et d’intimité avec Jésus. Depuis des années déjà, nous avons constaté que la première communion est souvent l’occasion pour les enfants et leurs parents de vivre un grand moment spirituel.

 

Notre souhait, et celui de toute l’Eglise, est de mieux accompagner et préparer les enfants à cette démarche. L’objectif n’est pas une belle célébration, au mois de mai ou juin, mais une vie eucharistique, illuminée de la présence de Jésus !

 

Voici donc, à la suite des premières conclusions du congrès Ecclesia tenu à Lourdes en octobre 2007 quelques orientations que nous allons mettre en place suite à cette réflexion nationale qui donne de nouvelles orientations pour la catéchèse :

 

La première communion dans notre secteur paroissial se vivra de la manière suivante :

 

1ère étape : L’accueil dans la communauté chrétienne : les enfants qui cheminent vers la première communion seront appelés et présentés à la paroisse au cours de la messe en famille en décembre. Ils seront à ce moment là, invités à choisir un parrain ou une marraine de proximité (choisi dans l’assemblée paroissiale)

2ème étape : les enfants exprimeront par écrit leur demande. Ils présenteront cette demande à leur catéchiste, aux prêtres et à toute la communauté rassemblée. Cette étape aura lieu à la messe des familles en janvier ou février.

 

3ème étape : LE JEUDI SAINT : une célébration réunira autour de l’autel tous ceux qui communieront de manière effective ce soir du jeudi-saint : c’est la première communion qui aura lieu dans l’intimité et la simplicité. A partir de ce jour là, les enfants pourront communier !

 

4ème étape  les enfants vivront un temps fort de préparation et de relecture (une journée de "retraite") et la fête solennelle de l’Eucharistie en mai avec leur famille et leurs amis !

 

5ème étape : Une célébration d’action de grâce rassemblera les enfants pour la messe des familles en juin.

Publié dans Catéchèse

Partager cet article

Repost0

Des quatre coins du monde jusqu’à Notre Dame de Grâce…

Publié le par Xavier Cormary

ND-de-Gr--ce--19-nov-2007.JPG
Une visite universelle eu lieu à la chapelle Notre Dame de Grâce ce lundi 19 novembre : beaucoup d’habitants des environs savent que le célèbre St Vincent de Paul, apôtre des orphelins et des galériens au XVII° siècle est passé dans cette chapelle et y a célébré une de ses premières messes. Ainsi régulièrement, des pères lazaristes, congrégation fondée par St Vincent de Paul, viennent dans cette chapelle située au dessus de Mézens.
Ce lundi matin, une vingtaine de paroissiens  sont venus accueillir 21 prêtres du monde entier : des indiens, des vietnamiens, des congolais, des philippins, un américain, un espagnol, et même un éthiopien sont venus honorer leur fondateur. La messe, célébrée en anglais, avec des chants en latin pour que chacun puisse participer, nous a donné l’occasion de mesurer la dimension universelle de l’Eglise : un prêtre philippin est en mission en Chine et un prêtre indien partage la vie des chrétiens en Tanzanie. Quelle richesse et quelle ouverture ! Dans les communautés chrétiennes un peu fermées sur elles même, qu’il est bon d’accueillir des témoins qui nous disent le message de l’Evangile en toutes les langues, et dans toutes les couleurs !
                                                                                         

 

Publié dans Mes paroisses

Partager cet article

Repost0

The Marching band : Ste Cécile honorée à St Sulpice

Publié le par Xavier Cormary

 

Marching-Band--Ste-C--cile-2007.JPGC’est presque devenu une tradition : autour du 22 novembre, fête liturgique de Ste Cécile, patronne des musiciens, la batterie-fanfare de St Sulpice, a investi l’église paroissiale pour la messe dominicale. Un ensemble instrumental de percussions et de cuivres, avec une trentaine  de musiciens de toutes générations, dirigés par M. José Dupriez, ont ponctué la messe paroissiale de morceaux entrainants et joyeux, nourrissant à la fois l’admiration de l’assemblée nombreuse, et la prière et le recueillement des chrétiens rassemblés. Cette manifestation musicale, associée cette année à la Journée nationale du Secours Catholique, nous a rappelé que la musique est un chemin pour rejoindre la présence de Dieu dans notre vie. Avec la beauté et la grandeur que les artistes développent à travers la musique, ils nous entraînent vers l’Auteur de toute beauté. Fondée en 1941, la batterie-Fanfare «Marching band » de St Sulpice vient de réaliser un CD sur lequel nous retrouvons avec plaisir certains morceaux interprétés de l’honneur de Ste Cécile : A la conquête de l’espace, Heaven, sans oublier la désormais célèbre Saint Sulpicienne, hymne locale qui nous replonge dans l’histoire de notre cité. Par Ste Cécile, que vive la musique, et longue vie à la batterie Fanfare !

Pour se procurer le CD de la batterie Fanfare : Tel. 05.63.41.92.47

 

 

Publié dans Mes paroisses

Partager cet article

Repost0

Chrétiens, bonne année ! Bonne santé spirituelle !

Publié le par Miniritou

L’année liturgique pour les chrétiens commence avec le temps de l’Avent. La fête du Christ-Roi de l’Univers est la conclusion de cette année qui s’achève. l'année qui s'ouvre nous permettra chaque dimanche de parcourir l’Evangile selon St Matthieu. Les différents temps qui sont proposés, associés chacun à une couleur pour les ornements liturgiques, nous permettent de vivre notre foi en rythmant notre vie par des moments plus ou moins intenses.
 
Bien plus que des caprices ou des modes passagères, les couleurs utilisées dans les célébrations nous disent une tonalité différente et mettent en valeur un aspect du mystère chrétien : le violet (Avent; carême; funérailles) nous parlent du deuil et de la conversion. Le blanc  ou doré (Temps de Noël et de Pâques ; grandes fêtes ; baptêmes) nous parlent de la joie et de la Lumière du Christ ressuscité. Il nous parle aussi de la joie des saints qui partagent la lumière éternelle de Dieu. Le rouge (Rameaux; Passion ; Pentecôte et martyrs) nous redit que Dieu est passionné de l’homme jusqu’au don du sang et nous parle aussi des hommes passionnés de Dieu qui ont donné leur vie pour le Christ jusqu’au sang. C’est l’Esprit-Saint qui réalise ce lien d’amour entre Dieu et les hommes. Le vert du temps « ordinaire » nous rappelle l’espérance quotidienne qui doit accompagner toute notre vie : le message de l’Evangile nous rejoint sur nos routes humaines.
 
Les couleurs du temps sont les couleurs de la vie. Les couleurs de la vie chrétienne sont les couleurs de notre vie, appelée à accueillir le mystère de Dieu qui se révèle en Jésus-Christ.

Publié dans Liturgie

Partager cet article

Repost0