Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vieillir ... dans la dignité !

Publié le par Miniritou

Partager cet article

Repost0

Lettre d'un curé qui croit encore au Père-Noël

Publié le par Miniritou

Cher Père Noël,

Depuis un peu plus de 7 ans, je suis l’heureux curé d’une grande paroisse. Etre curé, c’est être responsable et faire des choix au nom de l’Eglise pour conduire le peuple de Dieu et l’aider à grandir en fidélité à l’Evangile. Toi, Père Noël, tu as de nombreux lutins pour t’aider dans tes préparatifs. Pour moi, en arrivant à St Sulpice, Salvagnac et Rabastens, j’ai trouvé, retrouvé des gens formidables qui donnent sans compter leur temps, leur énergie et parfois même leur argent pour que notre paroisse tourne bien sans ronronner ! Cette année, je profite d’avoir plein de responsabilités nouvelles pour faire une longue liste de cadeaux : j’espère que tu recevras bien cette lettre et que ceux à qui tu la montreras sauront un peu exaucer mes attentes !

 

Donc pour la rentrée 2014, (Noël n'est que dans 4 mois après tout !) je voudrais que tu m'apportes un bibliotécaire pour trier et ranger les livres. N'oublie pas aussi que j'ai un besoin urgent d'un informaticien capable de faire entrer la paroisse dans l'ère numérique :  J’aimerais aussi 1 ou 2 personnes capables de mettre le nez dans les dossiers et les contrats de la paroisse. Moi tous ces chiffres, j’y capte rien ! Je voudrais aussi que tu m’apportes des bricoleurs, des gens qui ont la tête sur les épaules pour conseiller, suivre les travaux, passer du temps à inventorier, à ranger, à nettoyer, à trier ! Un relieur pour les registres de la paroisse... Donne moi des bénévoles pour le ménage, le rangement, des équipes pour plein de tâches matérielles indispensables… Je te promets, je serai bien sage !

 

Bref, Père Noël, si tu as en réserve ces cadeaux précieux que sont les bénévoles, n’oublie pas mon petit soulier !

 

                                                                   Xavier, curé presque comblé.

 

PS : Je ne t’ai pas parlé des soucis de recrutement que j’ai pour les tâches pastorales : catéchistes ; animateur d'aumônerie, accompagnateurs pour la préparation des baptêmes, des mariages, accompagner les malades, les familles en deuil, etc. Mais là, je connais quelqu’un d’autre qui est plus fort que toi, et qui saura, je pense, susciter des vocations au service de la mission… Tu le connais peut-être : il s’appelle Esprit-Saint… Désolé, mais je crois davantage en Lui qu’en toi, très cher Père-Noël.

 

 

 

Lettre d'un curé qui croit encore au Père-Noël

Partager cet article

Repost0

Savoir d’où on vient pour savoir où on va.

Publié le par Miniritou

 Savoir d’où on vient pour savoir où on va.

N’importe qui peut, dans cette société soit disant ultra médiatisée, utiliser n’importe quelle doctrine pour justifier ses actes, même les plus inhumains : « C’est mon choix ». L’Islam, comme le christianisme, comme le marxisme ou le capitalisme, peuvent servir d’alibi à n’importe quelles ambitions, n’importe quelles fins… Mais si de nouveaux nazismes, sans croix gammées, sans chambre à gaz, sont capables d’imposer les images fortes de leur barbarie pour appuyer leur combat, le problème d’aujourd’hui n’est-il pas ailleurs ? Sommes-nous encore capables de dire quelles sont nos convictions et nos valeurs ? Sommes-nous prêts à les défendre ?

Pour savoir où l’on va, grande question en ce temps de crise de sens, de mutation profonde de la société, on a besoin de savoir d’où l’on vient ! Quoi qu’en disent les bien-pensants, et même la Constitution européenne qui s’est affranchie des racines chrétiennes de son histoire, notre société française s’est construite sur les valeurs de la foi chrétienne. On ne peut rejeter certains principes qui nous révulsent ou nous scandalisent, sans nous demander sur quelles autres valeurs on peut bâtir une civilisation de l’amour et de la paix durables. A moins de laisser la société en jachère…

Dans un monde dur où argent et mondialisation oublient trop l’être humain, retrouvons le sens de l’homme caché dans l’Evangile. Etre chrétien, c’est devenir plus humain ! A défaut de savoir bâtir un avenir pour nos enfants, élevons nos enfants pour l’avenir ! Le catéchisme, la formation chrétienne et la transmission de nos valeurs fondées sur le Christ et l’Evangile, bien plus que sports et loisirs, sont un défi à relever plus que jamais ! Et ce n’est pas que pour les enfants !

Partager cet article

Repost0

Lettre des enfants du catéchisme à leurs parents

Publié le par Xavier Cormary

Chers parents,
 
A la maison, c’est pas toujours drôle : il faut aller à l’école, à la piscine, à la danse, à la musique, au foot, au ski. C’est pas marrant d’être obligé de toujours faire ce que décident les adultes et de s’appliquer sans avoir une minute à soi, pour gagner les premières places, les médailles, pour être les meilleurs et devenir champions.
 
Où je trouve que c’est bien, c’est avec nos catéchistes. Elles nous demandent ce qu’on en pense, elles nous écoutent. C’est pas les plus forts qui parlent le plus. Elles ne nous disent jamais ce qu’il faut faire pour être les meilleurs avec les autres comme dans l’Evangile. Là au moins, on n’est pas énervé, on est détendu. Ca arrive même qu’elles nous laissent prier comme on veut.
Une autre chose qui nous étonne, c’est que pour vous, les parents, le catéchisme, c’est pas important. Vous dites qu’il faut aller au caté pour faire sa communion, mais il ne faut pas que ça dérange tout le reste…
 
Pour vous, le rendez-vous chez le dentiste, la visite chez mamie et même le judo ou la musique, le karaté, le tennis, ça passe avant le caté.
 
La messe aussi, ça passe pour vous, après une sortie ou une visite. Ils ne sont pas nombreux les parents qui accompagnent leurs enfants à la messe du samedi ou du dimanche. Des enfants n’y viennent jamais parce que personne ne les encourage.
 
Chers parents, vous nous avez fait baptiser. Mais comment voulez-vous que nous devenions chrétiens tout seuls sans vous ? C’est pas possible. Nous avons besoin de vous pour suivre Jésus. C’est quand même pas normal que certains soient obligés de sécher le caté et la messe aussi, par obéissance aux parents.… Ca, c’est le monde à l’envers !
 
                                                       Vos enfants
Lettre des enfants du catéchisme à leurs parents

Partager cet article

Repost0

Les couleurs de Dieu

Publié le par Xavier Cormary

Voici un texte écrit à Lourdes  en août 2007 par les jeunes servants d'autel du diocèse d'Albi. Il voulait expliquer le sens de l'aube blanche avec une mise en scène adaptée. ce texte, parabole pour aujourd'hui est une occasion pour parler du signe du baptême, le vêtement blanc, remis à chaque nouveau baptisé, après avoir été plongé dans la foi au Christ ressuscité.


 

Dieu a créé le monde tout en couleurs. Pour que la vie soit belle, il faudrait mettre de la couleur partout dans nos vies. Dans le ciel et sur la terre, les couleurs veulent donc rivaliser d’idées pour plaire à Dieu. Le Seigneur se dit en lui-même :
 

« Au milieu de ce monde en couleurs, je me pose une question. Les couleurs de l’arc-en-ciel forment un magnifique pont entre le ciel et la terre. Mais, quelle est donc la plus belle de toutes les couleurs qui puisse le mieux parler de moi ? »

 

Alors les couleurs, prenant la parole, se mirent à dire :

 

-          Moi la couleur TERRE, je suis la plus belle de toutes les couleurs parce que je porte toutes les plantes et tout ce qui vit dans le monde. Les racines que les être svivants plantent en moi permettent à l’homme de se nourrir.

 

-          Moi la couleur ROSE, je suis la plus belle de toutes les couleurs parce que la reine des fleurs porte mon nom. Je remonte les torrents sur le dos du saumon. Même Edith Piaf m’a mise en chanson !

 

-          Moi la couleur ORANGE, je suis la plus belle de toutes les couleurs parce que je suis un fruit juteux et savoureux, rempli de vitamines.  Je suis également la couleur du soleil couchant, magnifique, et du soleil levant, promesse d’avenir.

 

-          Moi la couleur MAUVE, je suis la plus belle de toutes les couleurs parce que je donne beauté et éclats aux violettes et aux iris qui inaugurent le printemps. Je suis la couleur du vin : j’étais invité aux Noces de Cana.

 

-          Moi la couleur BLEU, je suis la plus belle de toutes les couleurs parce que je suis la couleur du ciel et de la mer. Même la Vierge Marie à Lourdes avait choisi de me porter en ceinture. Je suis la couleur de l’infini et des rêves !

 

-          Moi la couleur VERTE, je suis la plus belle de toutes les couleurs parce que je suis la couleur de la nature, des arbres et des prés. Je suis l’espérance, dans la nuit, et j’apporte la vie partout où je parais.

 

-          Moi la couleur JAUNE, je suis la plus belle de toutes les couleurs parce que je suis ensoleillée toute la journée : je réchauffe et je brûle d’amour. Les blés de la moisson ondulent dans mon éclat. Je suis précieuse comme l’or.

 

Et Dieu, rentrant encore en lui-même réfléchit…

 

«  J’ai inventé un monde de couleurs pour dire aux hommes mon Amour. Mais un jour, ,jai compris que cela n’était pas suffisant. Alors, je leur ai envoyé mon Fils unique. Il a parlé aux hommes  et leur a montré le chemin du bonheur. Jésus, mon Bien-Aimé a révélé les mille couleurs de mon Amour infini. Finalement, mon Fils est mort pour annoncer à l’humanité entière ma lumière de vie, que j’appelle « éternité ». Moi je l’ai ressuscité !

 

Pour que les hommes n’oublient jamais que je leur donne ma vie, par le baptême, que mon fils ressuscité est avec eux tous les jours jusqu’à la fin, … aujourd’hui, j’ai décidé, avec toutes les couleurs de la terre, d’inventer une nouvelle couleur : le BLANC !

 

C’est le BLANC LUMIERE qui restera à tout jamais le signe de la vie sans fin que je promets à tous mes enfants ! »

Les couleurs de Dieu

Partager cet article

Repost0

Lettre aux jeunes qui n’'ont pas le temps

Publié le par Xavier Cormary

 

 Salut !

 Déjà avec l’entête de la lettre, tu te dis : « Qu’est-ce qu’il veut encore le curé ?  Il veut encore nous vendre Dieu ! »  Et bien non ! Je ne parlerais pas de Dieu, mais je veux te parler de toi !

 Tu es jeune ! Plein de projets dans la tête, des désirs plein le cœur. Ta vie est une éruption permanente. La vie te sourit et tu souris à la vie ! Bravo et continue !

 Tu as un souci prioritaire : réussir tes études pour avoir une place au soleil dans cette société. Tu donnes donc la priorité au travail scolaire ! Ça te prend déjà pas mal de temps et pour mettre toutes les chances de ton côté, tu as sacrifié d’autres choses pour miser sur tes études.

 Avec tes études, tu veux nourrir ton INTELLIGENCE et ton esprit. Une tête bien faite et bien pleine. C’est important !  

A côté de cela, tu as besoin de décompresser. Peut-être le fais-tu avec tes amis, tes amies, et tu trouves important de délirer un peu, parce que la jeunesse, c’est aussi cela. Tu trouves aussi un équilibre dans les activités physiques : le sport que tu pratiques, régulièrement ou ponctuellement nourrit ton CORPS et t’aide à être bien dans ta peau.

 Tu penses avoir trouvé un équilibre, et tu te dis que pas grand-chose te manque. Tu apprends ! Tu découvres le monde, la science et la littérature, et tu bouges ton corps pour apprendre à vivre et à te confronter à tes limites physiques pour les repousser.

 N’as-tu jamais songé que tu avais aussi un CŒUR ? Je veux parler de ce sanctuaire caché où se construit ta personne… Cet espace intérieur où tu choisis les valeurs qui seront celles de ta vie, ce jardin secret où poussent sentiments et passions, cet enclos inviolable où ta vie trouve densité et perspectives… Pourquoi donc faudrait-il nourrir ton esprit et ton corps et laisser ton cœur en jachère ? Pourquoi négliger cette dimension de toi-même si imperceptible et si importante à la fois ?

 Tu trouveras toujours des nourritures pour ton esprit. Tu auras toujours la possibilité d’entretenir ton corps avec les limites des ans qui s’accumulent. Mais tu seras passé à côté de l’essentiel si tu laisses ton cœur en friche.

 Tu nous dis : « Je n’ai pas le temps ! Mes études m’accaparent énormément ! J’ai mes compétitions de judo, je ne peux pas tout faire ! » Et ton cœur reste en rade !

 Des personnes autour de toi te proposent des nourritures ! Parfois des nourritures avariées qui pourriront et pollueront ton intérieur. Souvent des nourritures qui t’aideraient à prendre ta vie en main, à devenir toi-même… Arrête de courir, et demande-toi : « Où va ma vie ? Ne suis-je que le résultat de mes performances intellectuelles ou sportives ? »

 Ecoute ces personnes qui t’interpellent. Elles ne cherchent pas seulement à recruter ! Elles ne sont pas là pour faire du chiffre ! Si elles sont au service de ton bonheur, si elles te proposent de te muscler le cœur, écoute-les et prête attention à leurs propositions !

                                                                                                    Xavier, aumônier de jeunes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Coups de coeur

Partager cet article

Repost0

L'’activus benevolus : une espèce en voie de disparition ?

Publié le par Xavier Cormary

 Le bénévole

 Le bénévole (activus benevolus) est un mammifère bipède que l’on rencontre surtout dans les associations où il peut se réunir avec ses congénères. Les bénévoles se rassemblent à un signal mystérieux appelé « convocation ». On les rencontre aussi en petits groupes dans divers endroits, quelquefois tard le soir, l’œil hagard, le cheveu en bataille et le teint blafard, discutant ferme de la meilleure façon d’animer une manifestation ou de faire des recettes supplémentaires pour boucler son budget. Le téléphone est un appareil qui est beaucoup utilisé par le bénévole et qui lui prend beaucoup de temps, mais cet instrument lui permet de régler les petits problèmes qui se posent au jour le jour.

 L’ennemi héréditaire du bénévole est le « yaqua » (nom populaire) dont les origines n’ont pu être, à ce jour, déterminées. Le « yaqua » est aussi un mammifère bipède, mais il se caractérise par un cerveau très petit qui ne lui permet de connaître que deux mots : « y’a qu’à », ce qui explique son nom. Le « yaqua », bien abrité dans la cité anonyme, attend. Il attend le moment où le bénévole fera une erreur, un oubli, pour bondir et lancer son venin qui atteindra son adversaire et provoquera chez celui-ci une maladie très grave : le découragement.

 Les premiers symptômes de cette implacable maladie sont visibles rapidement : absences de plus en plus fréquentes aux réunions, intérêt croissant pour son jardin, sourire attendri devant une canne à pêche et attrait de plus en plus vif qu’exercent un bon fauteuil et la télévision sur le sujet atteint.

 Les bénévoles, décimés par le découragement, risquent de disparaître, et il n’est pas impossible que, dans quelques années, on rencontre cette espèce uniquement dans les zoos où, comme tous les malheureux animaux enfermés, ils n’arrivent plus à se reproduire.

 Les « yaqua », avec leur petit cerveau et leur grande langue viendront leur lancer des cacahuètes pour tromper leur ennui. Ils se rappelleront avec nostalgie le passé pas si lointain, où le bénévole abondait et où on pouvait le traquer sans contrainte.

 

L'’activus benevolus : une espèce en voie de disparition ?

Partager cet article

Repost0

Tous les jours… créer de l’Homme

Publié le par inconnu

Tous les jours,

accueillir, offrir la grâce d’un sourire,

la confiance d’une main tendue,

l’appel d’une parole, le don d’une présence,

la force tendre d’une étreinte,

la nouveauté d’une rencontre…

et tous les jours devenir humain…

Tous les jours,

choisir de gagner la paix au cœur même des conflits

où vérité et justice sont en cause.

Oser pleurer parfois

de la souffrance qui nous étreint,

de la misère de l’autre,

de l’insensé du monde…

Tous les jours,

oser traverser nos larmes jusqu’à irriguer nos sols trop secs

et les terrains pierreux du monde.

Vouloir y croire, envers et contre tout,

et savoir deviner les premiers signes de toute relèvement.

Et tous les jours redevenir humain.

Tous les jours,

risquer l’aventure d’être soi-même, être fragile et passionné,

jardinier de la vie en nous ensemencée,

un, unique, parmi d’autres et avec eux,

risquer l’aventure de la rencontre,

êtres manquants et solidaires, jardiniers de la vie

les uns par les autres fécondée,

tendus vers l’accomplissement de tous et de chacun,

Et tous les jours, ensemble, créer de l’Homme.

Auteur inconnu

Tous les jours… créer de l’Homme

Partager cet article

Repost0

Quelques conseils pas trop cons … pour la route, … on sait jamais !

Publié le par Miniritou

Voici quelques conseils pour toi, jeune qui cherche un peu de lumière et qui désire la vraie vie ! Pour ne pas te laisser détourner de l'objectif véritable qui est au fond de ton coeur : le bonheur durable et profond !

 

Entretiens ton corps, forme ton intelligence, et n’oublie pas de nourrir aussi ton cœur et ton esprit : tu n’es pas qu’un corps, qu’un intestin ou un tas de muscles. Former aussi son intelligence est essentiel pour ton avenir : toutes les questions sont bonnes à se poser, même celles qui semblent sans réponse ! Et puis, tu as aussi un esprit, un cœur dans lequel se trouve le plus essentiel de ta vie : c’est au fond de ton âme que tu sauras trouver une conscience vraie et un regard juste sur le monde qui t’entoure.

Choisis bien tes amis et tes relations : ceux qui comptent et ceux sur qui tu peux compter ! La confiance se construit dans le temps et s’éprouve dans les joies et les épreuves de la vie ! Les vrais amis te diront la vérité, même si tu as du mal à l’entendre. Sois lucide sur les personnes qui te veulent réellement du bien et ceux qui ne cherchent que leur propre intérêt ! Ceci est particulièrement vrai dans les relations amoureuses !

Choisis ta musique, ce que tu regardes, ce que tu lis sur tes écrans : Construis ton cœur en 3 B et en stéréo : le Beau, le Bon et le Bien seront plus utiles que toutes les futilités, toutes les superficialités qu’on te propose sur écrans, et qui grignotent la vie en grignotant le temps ! Jamais ne te laisse prendre au jeu « Le temps c’est de l’argent ! » parce que tu n’auras rien gagné ! Joue et gagne ta vie en la donnant au grand jeu qui n’a pas de perdants : « Le temps c’est de l’amour ! »

N’oublie pas les choses essentielles de la vie : celles qui ne s’achètent pas, celles qui n’ont pas de prix : les vrais trésors sont dans la gratitude et la franchise et l’humilité : Gratitude face aux autres, franchise face à toi-même, humilité face à Dieu !

Ne reste pas seul : mais évite d’étaler ta vie, tes bonheurs intimes et tes problèmes, ou tes amours sur Facebook mais apprends à faire confiance à une personne qui le mérite, à un adulte, à une personne qui sait écouter et qui peut respecter ce que tu vis, avec délicatesse, dans la vérité et dans la simplicité ! On a besoin d’amis, de frères, de sœurs avec qui partager son essentiel.

La vraie joie n’est pas celle que l’on croit : elle ne se trouve ni au bout d’un joint, ni au fond d’une bouteille de Vodka, encore moins dans les relations superficielles ou dans les mirages de la consommation. La vraie joie est un cadeau à recevoir de l’autre, à recevoir de Dieu.

Rien n’est jamais définitivement insurmontable. Quelle que soient tes blessures, ton histoire et tes galères, rien n’est infranchissable avec la foi en toi, la foi en l’autre, la foi en Dieu. Si un jour tu découvres que Dieu t’aime d’un amour infini, si tu as déjà fait cette Rencontre, alors n’oublie jamais que personne n’est jamais trop loin pour Dieu !

 

Et si Dieu n’existe pas ? Ne sois jamais déçu de croire et d’espérer en l’amour !

 

Un disciple demanda à son Maître : « Jadis, il y eut des hommes qui ont vu Dieu face à face. Pourquoi n’y en a-t-il plus de nos jours ? » Le maître répondit : « Parce qu’aujourd’hui, plus personne ne veut s’incliner aussi bas ! »

 

Je suis certain d’une chose pour toi, même si je ne te connais pas, même si tu ne connais pas Dieu : c’est que Dieu te connaît et t’aime ! Bonne route pour la grande aventure de la vie !

Quelques conseils pas trop cons …  pour la route, … on sait jamais !

Partager cet article

Repost0

Eloge de la virginité

Publié le par Xavier Cormary

Lettre à un jeune puceau qui cherche à le rester

Mon ami, sans doute s’est-on déjà moqué de toi quand tu as avoué que tu n’avais jamais eu de relations sexuelles : « T’es encore puceau à ton âge ? »

Et ma réponse pour toi : « Fier de l’être ! »

 

 Les tabous d’autrefois ont laissé place à un déballage impudique  dans le domaine des relations amoureuses : le sexe a hélas souvent remplacé l’amour. Dans cet univers pas très sain,  il ne fait pas bon chercher la vérité du cœur avant la réalité du corps ! Serais-tu attardé et ringard seulement parce que tu n’as pas eu d’expérience sexuelle ? Serait-ce une tare d’attendre d’aimer en vérité pour pouvoir donner ton corps à l’être aimé ?

Il y a un courant libertaire qui consiste à affirmer que la multiplication des expériences sexuelles apporte une expérience irremplaçable en ce domaine : tu es un meilleur amant si tu as déjà approfondi le sujet, si tu as fait tout ce qui est possible de faire : et tant qu’à faire, si tu as tout essayé : rapport hétérosexuel, homosexuel ; échangisme  et sado-masochisme ; expériences à trois ou plus si affinités…  Des comportements à risques demandent une vigilance et une attitude qui le soient aussi : mais c’est rarement le cas !    Selon le niveau de ta moralité, tu obtiendras une réussite plus ou moins grande de ta vie affective !

 

Je suis convaincu que les premiers pas de l’amour sont les plus importants : tu ne peux pas pousser droit si tu as un coeur tordu. Quand tu aimes à 16 ans une fille pour un soir, pourras-tu, à 30 ans, aimer une fille pour la vie ?

Quand tu cherches à 18 ans « un bon coup à tirer », comment pourras-tu  à 25 ans, respecter et accueillir une femme à aimer pour lui donner tout, et non pas uniquement pour prendre du plaisir ?

 

Il est des actes important que tu ne vis qu’une fois dans ta vie ! Jamais tu ne pourras revivre l’instant où tu as choisi de donner ton corps à un autre pour la première fois! un jour, si tu rencontres LA femme de ta vie, tu seras heureux de lui offrir le plus beau des cadeaux : ton cœur et ton corps, ton corps et ton cœur, qui l'auront espéré, attendu, désiré depuis TOUJOURS, pas seulement depuis 8 jours ou 8 semaines !

 

C'est ça qui est beau et ce moment là, dans un cœur à cœur qui aboutira dans un corps à corps, sera sans doute le plus beau moment de ta vie ... N'écoute pas les grandes gueules, les petits kikis qui réfléchissent avec leur sexe et qui se croient plus "grands" parce qu'ils ont accroché à leur tableau de chasse des dizaines de fesses dont ils n'ont même pas pris le temps de connaître la couleur ! Le "plus", n'est pas forcément le "mieux" !

 

Etre vierge, et le rester le plus longtemps possible, c’est désirer pour ta vie le plus beau, c’est aspirer à une considération de toi qui s’étend à celui ou à celle que tu aimes ! C’est chercher l’exigeant chemin de la liberté intérieure qui fait l’unité de tout ton être !

Demeure dans l’attente ardente de ce que tu pourras, avec ton corps, offrir de ton cœur : voilà le vrai chemin de la joie ! Voilà le défi que tu peux relever, avec Jésus si tu as la chance de croire en Lui, et si tu ne connais pas le Seigneur, avec toute tes capacités humaines qui cherchent le bonheur, le vrai !

Eloge de la virginité

Partager cet article

Repost0