Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Raymond Cayré

Séminariste de Lavaur en 1939, Raymond est mobilisé. Il devient prêtre en 1940 avant d’être fait prisonnier. Dans les camps de prisonniers, Raymond sera toujours prêt à rendre courage aux copains malades ou abattus. Il préfère rester avec eux au lieu d’être libéré. Il meurt à Buchenwald en octobre 1944. Il avait écrit : « L’amitié va jusqu’à donner sa vie. Demandez à Jésus que je sois toujours prêt à lui témoigner cette marque d’amour ».

 


St François d’Assise.

Fils d’un riche marchand d’Assise, en Italie, François aimait la belle vie et la chevalerie. Un jour pourtant, il découvre l’amour de Jésus pur les pauvres et décide de tout abandonner pour vivre dans la plus grande pauvreté volontaire. Il rebâtit une chapelle en ruines, et avec des frères de plus en plus nombreux, il part sur les routes pour annoncer l’Evangile et dire que Dieu préfère les pauvres.


Ste Emilie de Vialar

Née en 1797 dans une riche famille de Gaillac, Emilie a un grand souci des pauvres et des malades. Avec 3 amies, elle décide de fonder une congrégation de religieuses qui va très vite être appelée dans divers pays pour s’occuper des nécessiteux et des enfants. Elle meurt à Marseille en 1856. Emilie de Vialar a été reconnue sainte en 1951.


St Vincent de Paul

Né dans une famille pauvre des Landes, Vincent a de grands désirs de devenir quelqu’un de reconnu, et il veut devenir prêtre pour cela. Il triche sur son âge et est ordonné prêtre à 19 ans. Il reçoit mission d’éduquer des enfants de riches familles avant d’être nommé curé de paroisse. Puis il est envoyé par le roi pour être aumônier des galères. Devant tant de misères, il décide avec une femme très dévouée, Louise de Marillac de fonder une œuvre au service des orphelins et des miséreux. Il décide aussi de fonder une œuvre pour évangéliser les campagnes et soutenir la formation des futurs prêtres. La charité et le courage de Vincent Depaul restent exemplaires.

 

Ste Maria Goretti.

Jeune fille en Italie, Maria a un grand amour du Bon Dieu. Aussi, quand un homme veut la contraindre à coucher avec lui, elle refuse et elle est assassinée pour avoir voulu garder sa pureté.

 
St Dominique Savio.

Né en Italie en 1842, Dominique entouré de ses parents qui s’aimaient tendrement reçoit une éducation empreinte de beaucoup d’amour pour Jésus. Il montre tout jeune un grand désir de prier et d’aimer le Seigneur. Et parmi ses camarades, il fait preuve d’un courage exemplaire pour les réconcilier et leur montrer l’exemple de pureté et de charité. Soutenu par St Jean Bosco, prêtre éducateur très connu en Italie, il tombe malade et meurt comme un saint en 1857. Dominique Savio est proclamé saint en 1954.

 

Ste Thérèse de Lisieux

Le jeune Thérèse Martin est née en 1873 à Lisieux, en Normandie dans une famille unie. Elle est la dernière des filles Martin. Sa maman meurt alors qu’elle n’a que 4 ans. Ses grandes sœurs vont lui servir de maman. Mais, les unes après les autres, elles partent au couvent. Thérèse aussi a ce désir de consacrer toute sa vie à Dieu. Après avoir rencontré le pape, elle reçoit l’autorisation exceptionnelle d’entrer au Carmel à l’âge de 15 ans. Sa vie spirituelle et son exemple, sans parler des écrits qu’elle va laisser vont  faire de Thérèse de l’Enfant Jésus la sainte  simple et aimée par beaucoup. Thérèse va mourir de la tuberculose à l’âge de 24 ans.

 

Ste Germaine de Pibrac

Né dans une famille pauvre, bergère avec quelques moutons ? elle est vite rejetée par sa belle-mère, elle subit de nombreuses privations, étant obligée de vivre et de dormir dans un placard sous l’escalier. Très croyante et confiante en Jésus, un jour qu’elle avait volé du pain dans son tablier parce qu’elle avait faim, sa belle-mère la surprend et veut reprendre le pain. Mais quand Germaine ouvre son tablier, ce sont des roses qui tombent.

 

St Maximilien Kolbe



Née à Lourdes, petit village bigourdan, Bernadette est heureuse dans sa famille, même si il n’y a pas de pain sur la table tous les jours. Elle reçoit dans une grotte la révélation d’une dame vêtue de blanc : la Vierge Marie, « L’Immaculée Conception » se révèle à cette pauvre fille malade. De partout on va venir à Lourdes en pèlerinage pour prier Notre Dame. Bernadette choisira la vie religieuse : elle partira pour Nevers où elle servira les autres sœurs malades. Elle-même sera emportée par la maladie à l’âge de 36 ans.

 
 Marthe Robin

Châteauneuf de Galaure, petit village de la Drôme. Durant les années 1930 à 1981, des milliers de voyageurs viennent rencontrer Marthe. Elle est clouée au lit depuis l’âge de 26 ans, paralysée. Elle ne dort jamais et elle ne s’alimente pas non plus. Elle souffre sans répit, et ne peut avaler que l’hostie consacrée, une ou deux fois par semaine. Marthe Robin va être à l’origine d’une œuvre : les Foyers de Charité. Marthe saura rayonner dans la souffrance jusqu’en 1981 en vivant ainsi sans  manger pendant plus de 50 ans.