Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog d'un prêtre catholique engagé au cœur du monde... Voici mon presbytère virtuel, sans porte ni sonnette. Entrez, et venez voir ! Vous voulez voir à quoi ça ressemble un cyber curé ? Venez donc faire un tour chez moi ! La vie c'est trop important pour ne pas la réussir ! ....     .      . C'est aussi mon objectif ... Pas vous ?

Le presbytère virtuel d'un prêtre bien réel ... Bienvenue :venez et voyez !

Blog d'un prêtre catholique engagé au cœur du monde... Voici mon presbytère virtuel, sans porte ni sonnette. Entrez, et venez voir ! Vous voulez voir à quoi ça ressemble un cyber curé ? Venez donc faire un tour chez moi ! La vie c'est trop important pour ne pas la réussir ! .... . . C'est aussi mon objectif ... Pas vous ?

Un conte de Noël

com

Il était une fois, dans un petit village tarnais dénommé Monestiés, une jeune fille qui voulait vivre un Noël autrement. Les lumières, le Père Noël et ses cadeaux, les repas interminables, ça fait partie des habitudes... Mais cette fille là, ne savait pas se contenter de nourritures terrestres. Elle participait bien à tout cela, mais restait toujours sur sa faim… Elle avait faim… Faim d’un autre Noël, faim d’un Noël qui rassasie le cœur et remplit les yeux d’étincelles de lumière.

 

Mais elle n’avait pas trouvé cette lumière éclatante qui met de la joie dans le cœur pour toute une année. En effet, les années précédentes, sitôt le nouvel an arrivé, le sapin enlevé, les guirlandes rangées, et les cadeaux étrennés, elle retombait dans une vie fade et sans saveur, comme si rien ne s’était passé. Cette année, elle s’était jurée que ça ne se passerait pas ainsi.

 

Se promenant sur la place de Monestiés, elle vit une maison éclairée avec des petites bougies : elle s’approcha : cette maison n’était pas comme les autres maisons, avec des guirlandes partout. Seulement une bougie sur chaque fenêtre brillait dans la nuit qui tombait. Intriguée par cette décoration presque insignifiante, elle découvrit à côté de chacune des bougies une petit rouleau de papier, comme un message secret. Un peu gênée, mais curieuse, elle ne put résister au désir de lire ce mystérieux parchemin : elle déroula le premier et lut : « Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ». Etonnée, elle saisit un deuxième rouleau : « Il s’est donné, pour faire de nous son Peuple, un peuple ardent à faire le bien. » En lisant ces mots, elle sentit en elle monter cette ardeur, comme un feu dévorant. Elle s’avança vers la troisième bougie et lut le troisième message déposé sur la fenêtre : « Je viens vous annoncer une Bonne Nouvelle, une grande joie pour tout le peuple... »

 

A la fois troublée et bouleversée, ces paroles avaient éveillé en elle un désir. Elle se dirigea d’un pas décidé vers la porte de cette maison : elle frappa trois petits coups. Une dame souriante vint lui ouvrir :

- Bonjour, soyez la bienvenue ! Nous vous attendions !

- Vous m’attendiez ? dit-elle toute surprise.

- Oui, pour nous, Noël, c’est la venue d’un Sauveur, c’est la vie de Dieu qui vient dans la vie des hommes. Le Seigneur nous a demandé de le reconnaître dans celui qui vient frapper à notre porte. Installez-vous ! Vous voyez, nous avions prévu un invité de plus.

 

Toute surprise et émue, la jeune fille entra dans la salle à manger : la famille était réunie, et une place vide avait effectivement été réservée. Ce soir là, cette jeune fille partagea un bon repas, mais plus encore, elle découvrit que la vraie nourriture n’était pas dans les assiettes, mais dans le cœur de ceux qui l’avaient accueillie au nom d’un Sauveur dont elle ne connaissait même pas le nom !

 

Avant de repartir, heureuse et rayonnante, la jeune fille demanda au papa :

- Vous m’avez parlé d’un Sauveur, mais je ne connais pas son nom. Pouvez-vous me dire qui il est ?

Et l’homme souriant, avec un petit air réjoui, répondit :

- Mais bien sûr ! On l’appelle Emmanuel, mais, ce nom ne sert à rien si on ne découvre pas qu’il est « Dieu avec nous » !

Print
Repost

Commenter cet article

Laval 10/12/2015 08:32

au sujet de la messe en latin :Non vraiment non!!! j'ai 85 ans et j'ai été" enfant de cœur" pendant 15 ans je récitait le confiteor ou le "sucipiat( (?) mais je ne savait absolument pas ce que je disait .
Bravo au"concile " maintenant on peut participer a la messe du début a la fin ! on donne un sens a notre participation
Petite parenthèse : autrefois la plus part des fidèles disait le chapelet pendant la messe(c’était déjà pas mal) mais a mon humble avis ce n'est pas cela que participer a la messe

annemarie 14/01/2011 17:31



choisir la vie pour tous non a l'euthanasie!!


C’est le 25 janvier prochain que se déroulera ce débat à haut risque au Sénat, suivi d'un vote.
L’Alliance pour les Droits de la Vie est fortement mobilisée.
Exclusif : vous trouverez sur notre site www.fautpaspousser.com des informations inédites sur trois pays européens où l’euthanasie est aujourd’hui
légale. Essentiel à connaître pour argumenter.
Aujourd’hui, nous avons besoin de vous pour augmenter encore le nombre de signataires et peser dans le débat.
Vous trouverez ci-dessous le message que nous vous proposons d’adresser autour de vous.
Restons mobilisés !
l'équipe de l'Alliance pour les Droits de la Vie



annemarie 24/12/2010 15:15



bon noel a tous et toute de ce blog


oui il existe des asso qui font que noel se veut solidaire et non solitaire


en un mot il faut donnez car la bas dans le continent africain


des enfants meurent ne connaissent pas la paix car les adultes preferent la guerre aux multiples meurtrissures .............alors il faut regardez agir et donnez


car ce n'est pas un noel de vitrine d'opulence pour certains tout cela c'est du bling bling,ce n'est rien des actions bien faites


S cliquez ici.












  Regardez la vidéo du projet en ligne en cliquant
ici


Pour en savoir plus sur ce projet, cliquez ici





Samuel, tout comme Charlemagne, Gide et Basil, est un enfant des rues de Bangui en Centrafrique.



Pour une raison ou pour une autre, souvent tragique, ces enfants se retrouvent livrés à eux-même, dans un environnement hostile.



Le CCFD-Terre Solidaire soutien un réseau d'associations sur place qui leur propose un hébergement, des repas, des soins mais aussi une éducation et
une formation.



Nous vous proposons de découvrir ce projet financé par le CCFD-Terre Solidaire en vidéo.



Aujourd’hui encore ces enfants ont besoin de votre soutien, tout comme les centaines d'autres projets de développement qui sont menés par le CCFD-Terre
Solidaire à travers le monde,



Aidez-nous à les mener à bien.



(Déductible de vos impôts à hauteur de 66%,


dans la limite de 20% de votre revenu imposable.


Un don de 100€ ne vous reviendra finalement qu'à 34€)











 






« Les enfants de Bangui sont à l'image du défi immense que représente le
développement.


Défi que nous relevons au jour le jour, pas à pas,


grace à votre soutien.


Merci. »













Guy Aurenche,
Président du CCFD-Terre Solidaire 











Flutedepan 23/12/2010 23:49



Merci Père Cormary pour ce conte, et pour le texte publié dans la newsletter de l'ENGA =) j'ai mis du temps à faire le lien, enfin démasqué ;) très beau...


Et je n'peux pas m'empêcher de répondre au commentaire précédent : open your ears, le latin n'est plus langue universelle. Ni parlée par le Christ et les premiers chrétiens, ni comprise de nos
jours. Deux bonnes raisons de célébrer la messe en français (ben oui, on est en France quoi !! =))



liviaaugustae.over-blog.com 20/12/2010 12:37



Et bien moi, j'aimerai énormément quq l'église reprenne sa langue Universelle. LE LATIN!