Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog d'un prêtre catholique engagé au cœur du monde... Voici mon presbytère virtuel, sans porte ni sonnette. Entrez, et venez voir ! Vous voulez voir à quoi ça ressemble un cyber curé ? Venez donc faire un tour chez moi ! La vie c'est trop important pour ne pas la réussir ! ....     .      . C'est aussi mon objectif ... Pas vous ?

Le presbytère virtuel d'un prêtre bien réel ... Bienvenue :venez et voyez !

Blog d'un prêtre catholique engagé au cœur du monde... Voici mon presbytère virtuel, sans porte ni sonnette. Entrez, et venez voir ! Vous voulez voir à quoi ça ressemble un cyber curé ? Venez donc faire un tour chez moi ! La vie c'est trop important pour ne pas la réussir ! .... . . C'est aussi mon objectif ... Pas vous ?

Si fragiles, que faisons-nous de SA vie ?

com

La crucifixion et la résurrection que nous célébrons chaque année à Pâques ne sont pas événements du passé. Elles constituent notre actualité. Aujourd’hui, le Christ est crucifié quand ce qu’il propose, la prédication de l’amour, de la justice et l’annonce de la miséricorde de Dieu sont bafouées et refusées. Aujourd’hui, le Christ est ressuscité quand ce qu’il incarne, la confiance en soi, le refus de la résignation, la foi en l’avenir, l’emporte sur ce qui nous anéantit et nous désespère, sur tout ce qui sème la mort.

 

Etre chrétien, c’est croire que Dieu est, et non qu’il a été. L’annonce de l’Evangile doit nous faire entendre que Dieu parle, et non qu’il a parlé jadis. La nostalgie de belles histoires pieuses, de rites d’antan ou de pratiques religieuses tombées dans une routine, sont contraires à la foi. Aller à l’église comme on va au musée, ou chez un antiquaire, c’est profondément contraire au message de Pâques. Le Dieu du passé et de l’histoire est un dieu mort. C’est peut-être là que réside le plus important des enseignements du Christ : rien du passé ne peut emprisonner notre foi en l’avenir : quelle espérance ! Seul compte le Dieu d’aujourd’hui, dans son élan créateur qui ne cesse de nous éveiller et de nous relever.

 

Le christianisme n’est pas une religion du passé. Il est un prophétisme ardent qui nous ressuscite aujourd’hui, et qui combat tout ce qui nous crucifie aujourd’hui. Avec Jésus ressuscité, l’aventure de Dieu devient la nôtre aujourd’hui et c’est ainsi qu’il nous sauve. Non pas en nous projetant dans une vie sans fin, mais en donnant sans cesse à chacune de nos journées un souffle d’éternité. Nous sommes sauvés, non parce que nous agissons pour Dieu, mais parce que Dieu nous fait confiance et nous rend capables d’aimer, et que nous le laissons faire. Voilà pourquoi Jésus ressuscité ne nous invite pas à croire que Dieu existe, mais à croire que, pour Dieu, nous existons.

Print
Repost

Commenter cet article

anne marie 30/04/2011 21:48



n 8,1. Or Jésus se rendit sur la montagne des Oliviers.


Jn 8,2. Et, de grand matin, Il vint de nouveau dans le temple, et tout le peuple vint à Lui; et S'étant assis, Il les enseignait.


Jn 8,3. Alors les scribes et les pharisiens Lui amenèrent une femme surprise en adultère; et ils la placèrent au milieu de la foule.


Jn 8,4. Et ils dirent à Jésus: Maître, cette femme vient d'être surprise en adultère.


Jn 8,5. Or Moïse, dans la loi, nous a ordonné de lapider ces femmes-là. Vous donc, que dites-Vous?


Jn 8,6. Ils disaient cela pour Le tenter, afin de pouvoir L'accuser. Mais Jésus, Se baissant, écrivait avec Son doigt sur la terre.


Jn 8,7. Et comme ils persistaient à L'interroger, Il Se releva, et leur dit: Que celui d'entre vous qui est sans péché lui jette la pierre le premier.


Jn 8,8. Puis, Se baissant de nouveau, Il écrivait sur la terre.


Jn 8,9. Mais, ayant entendu cela, ils se retirèrent l'un après l'autre, en commençant par les plus âgés; et Jésus demeura seul avec cette femme, qui était debout au milieu.


Jn 8,10. Alors Jésus, Se relevant, lui dit: Femme, où sont ceux qui t'accusaient? Personne ne t'a-t-il condamnée?


Jn 8,11. Elle dit: Personne, Seigneur. Jésus lui dit: Moi non plus, Je ne te condamnerai pas; va, et désormais ne pèche plus.


Jn 8,12. Jésus leur parla de nouveau, en disant: Je suis la lumière du monde; celui qui Me suit ne marche pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie.


Jn 8,13. Les pharisiens Lui dirent donc: Vous Vous rendez témoignage à Vous-même; Votre témoignage n'est pas vrai.


Jn 8,14. Jésus leur répondit: Quoique Je Me rende témoignage à Moi-même, Mon témoignage est vrai, car Je sais d'où Je viens, et où Je vais; mais vous, vous ne savez pas d'où Je
viens, ni où Je vais.


Jn 8,15. Vous jugez selon la chair; Moi, Je ne juge personne;


Jn 8,16. et si Je juge, Mon jugement est vrai, car Je ne suis pas seul; mais Je suis avec le Père, qui M'a envoyé.


Jn 8,17. Il est écrit dans votre loi que le témoignage de deux hommes est vrai.


Jn 8,18. Or Je Me rends témoignage à Moi-même; et le Père, qui M'a envoyé, Me rend aussi témoignage.


Jn 8,19. Ils lui disaient donc: Où est votre Père? Jésus leur répondit: Vous ne connaissez ni Moi, ni Mon Père; si vous Me connaissiez, vous connaîtriez aussi Mon Père.


Jn 8,20. Jésus dit ces choses, enseignant dans le temple, au lieu où était le trésor; et personne ne L'arrêta, parce que Son heure n'était pas encore venue.


Jn 8,21. Jésus leur dit encore: Je m'en vais, et vous Me chercherez, et vous mourrez dans votre péché. Là où Je vais, vous ne pouvez venir.


Jn 8,22. Les Juifs disaient donc: Est-ce qu'Il Se tuera lui-même, puisqu'Il dit: Là où Je vais, vous ne pouvez venir?


Jn 8,23. Et Il leur dit: Vous, vous êtes d'en bas; Moi, Je suis d'en haut. Vous êtes de ce monde; Moi, Je ne suis pas de ce monde.


Jn 8,24. Je vous ai donc dit que vous mourrez dans vos péchés; car, si vous ne croyez pas à ce que Je suis, vous mourrez dans votre péché.


Jn 8,25. Ils lui dirent donc: Qui êtes-Vous? Jésus leur répondit: Je suis le principe, Moi qui vous parle.


Jn 8,26. J'ai beaucoup de choses à dire de vous et à juger en vous. Mais celui qui M'a envoyé est véridique, et ce que J'ai appris de Lui, Je le dis dans le monde.


Jn 8,27. Ils ne comprirent pas qu'Il disait que Dieu était Son Père.


Jn 8,28. Jésus leur dit donc: Quand vous aurez élevé le Fils de l'homme, alors vous connaîtrez ce que Je suis, et que Je ne fais rien de Moi-même, mais que Je parle selon ce que le
Pére M'a enseigné.


Jn 8,29. Et celui qui M'a envoyé est avec Moi, et Il ne M'a pas laissé seul, parce que Je fais toujours ce qui Lui est agréable.


Jn 8,30. Comme Il disait ces choses, beaucoup crurent en Lui.


Jn 8,31. Jésus disait donc aux Juifs qui avaient cru en Lui: Si vous demeurez dans Ma parole, vous serez vraiment Mes disciples,


Jn 8,32. et vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres.


Jn 8,33. Ils Lui répondirent: Nous sommes la postérité d'Abraham, et nous n'avons jamais été esclaves de personne; comment dites-vous: Vous serez libres?


Jn 8,34. Jésus leur répondit: En vérité, en vérité, Je vous le dis, quiconque commet le péché est esclave du péché.


Jn 8,35. Or l'esclave ne demeure pas toujours dans la maison; mais le fils y demeure toujours.


Jn 8,36. Si donc le Fils vous met en liberté, vous serez vraiment libres.


Jn 8,37. Je sais que vous êtes fils d'Abraham; mais vous cherchez à Me faire mourir, parce que Ma parole n'a pas prise sur vous.


Jn 8,38. Moi, Je dis ce que j'ai vu chez Mon Pére; et vous, vous faites ce que vous avez vu chez votre père.


Jn 8,39. Ils lui répondirent: Notre père, c'est Abraham. Jésus leur dit: Si vous êtes fils d'Abraham, faites les oeuvres d'Abraham.


Jn 8,40. Mais maintenant vous cherchez à Me faire mourir, Moi qui vous ai dit la vérité, que J'ai entendue de Dieu; cela, Abraham ne l'a pas fait.


Jn 8,41. Vous faites les oeuvres de votre père. Ils lui dirent: Nous ne sommes pas des enfants de fornication; nous avons un seul père, Dieu.


Jn 8,42. Jésus leur dit donc: Si Dieu était votre père, vous M'aimeriez, car c'est de Dieu que Je suis sorti et que Je suis venu; Je ne suis pas venu de Moi-même, mais c'est Lui
qui M'a envoyé.


Jn 8,43. Pourquoi ne connaissez-vous pas Mon langage? Parce que vous ne pouvez entendre Ma parole.


Jn 8,44. Vous avez le diable pour père, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été homicide dès le commencement, et il n'est pas demeuré dans la vérité, parce
qu'il n'y a pas de vérité en lui. Lorsqu'il profère le mensonge, il parle de son propre fonds, car il est menteur, et père du mensonge.


Jn 8,45. Mais Moi, quand Je dis la vérité, vous ne Me croyez pas.


Jn 8,46. Qui de vous Me convaincra de péché? Si Je vous dis la vérité, pourquoi ne Me croyez-vous pas?


Jn 8,47. Celui qui est de Dieu écoute les paroles de Dieu. C'est pour cela que vous n'écoutez point, parce que vous n'êtes pas de Dieu.


Jn 8,48. Les Juifs Lui répondirent donc, et Lui dirent: N'avons-nous pas raison de dire que Vous êtes un Samaritain et un possédé du démon?


Jn 8,49. Jésus répondit: Je ne suis pas possédé du démon, mais J'honore Mon Père; et vous, vous Me déshonorez.


Jn 8,50. Pour Moi, Je ne cherche pas Ma propre gloire; il est Quelqu'un qui la cherche, et qui juge.


Jn 8,51. En vérité, en vérité, Je vous Le dis, si quelqu'un garde ma parole, il ne verra jamais la mort.


Jn 8,52. Les Juifs Lui dirent: Maintenant nous connaissons que Vous êtes possédé du démon. Abraham est mort, et les prophètes aussi; et Vous dites: Si quelqu'un garde Ma parole, il
ne goûtera jamais la mort.


Jn 8,53. Etes-Vous plus grand que notre pére Abraham, qui est mort, et que les prophètes, qui sont morts aussi? Qui prétendez-Vous être?


Jn 8,54. Jésus répondit: Si Je Me glorifie Moi-même, Ma gloire n'est rien; c'est Mon Pére qui Me glorifie, Lui dont vous dites qu'Il est votre Dieu.


Jn 8,55. Et vous ne Le connaissez pas; mais Moi, Je Le connais; et si Je disais que Je ne Le connais pas, Je serais semblable à vous, un menteur. Mais Je Le connais, et Je garde Sa
parole.


Jn 8,56. Abraham, votre père, a tressailli de joie, désirant voir Mon jour; il l'a vu, et il s'est réjoui.


Jn 8,57. Les Juifs lui dirent: Vous n'avez pas encore cinquante ans, et Vous avez vu Abraham?


Jn 8,58. J&ea



Jean 30/04/2011 09:28



En ce qui me concerne, je ne connais pas de plus beau témoignage que celui-ci: "Aujourd’hui, le Christ est ressuscité
quand ce qu’il incarne, la confiance en soi, le refus de la résignation, la foi en l’avenir, l’emporte sur ce qui nous anéantit et nous désespère, sur tout ce qui sème la mort."



Elisabeth de Hautségur 29/04/2011 22:17



Pardonnez-moi de trouver que votre article ne vole pas très haut! A propos de passé, quid de la béatification de Jean Paul II? Je fus touchée d'entendre qu'il avait été avec Mère Teresa
(béatifiée, maintenant) dans les mouroirs de  Calcutta où j'ai travaillé. J'avais quatre ans lorsque Pie XII est mort et il me fut demandé de m'agenouiller devant la TSF ce qui me sembla
bizarre!! J'étais enfant lorsque de nombreux prêtres jouaient dans la cour de récréation sans songer à notre choc. Ils ne respectaient nullement le concile Vatican II très proche du concile de
Trente. Les prêtres de ma génération sont plus classiques, attachés à L'Adoration du St Sacrement, au recueillement. Les melkites ont gardé le grec ( un bon moyen d'apprendre à lire Le 
Nouveau Testament dans le texte). La liturgie selon Jean Chrysostome est très belle. A St Julien Le Pauvre ( Paris), elle mêle legrec, l'arabe classique, le français. Je conseille la lecture de
cette liturgie en français. J'ai découvert les melkites au Caire où j'ai travaillé dans l'équipe de Sr Emmanuelle dans les bidonvilles des chiffonniers où je vivais. Le temps n'existe pas en Dieu
: tout le monde le sait. La résurrection est permanente : tout le monde le sait. Elle est " inaccomplie" ( la structure grammaticale de l'hébreu est utile à connaître. Elle existait dans le
protogrec. Elle se trouve en arabe, dans des langues africaines...). La résurrection ne sera accomplie que lorsque toute l'humanité sera réunifiée en Christ (St Jean le dit, et non moi, mais
j'écoute St Jean). Pourriez-vous élever le débat pour témoigner vraiment?