Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Miniritou

Plus on est grand, moins on est petit.
Ce que femme veut... Dieu sait pas pourquoi elle le veut.
Aux grands mots les grands dictionnaires.
Les murs ont des orteils.
Bière qui coule, ramasse le mousse.
Bière qui roule perd toute sa mousse.
Bedaine, je ne boirai pas de tonneau.
Ça m'a mis l'astuce à l'oreille.
Ce que femme veut, elle le met sur sa carte de crédit.
Chassez le naturiste, il revient au bungalow.
De deux mots, choisit le moins long.
Il faut battre son frère quand il est chaud.
Il ne faut pas vendre la charrue avant d'avoir tué les boeufs.
Il ne faut pas se coucher sur la peau de l'ours avant de l'avoir tué.
Il n'y a jamais loin de la croupe aux lèvres.
Il n'y a pas de fumée sans indiens.

Commenter cet article

laure 19/01/2010 08:19


En union de prière avec toutes ces personnes dans la douleur et la detresse.


annemarie 18/01/2010 13:35












Dimanche 17 janvier 2010, 12h52

Nous vous faisons parvenir le denier message d’Antony Eyma notre partenaire haïtien de Concert' Action depuis Port-au-Prince.

Bonjour à tous,

« La communication internet vient d'être rétablie. Merci pour vos pensées. Je ne m'attarderai pas. Juste le temps de vous rassurer. Je vais bien, de même que ma proche famille et
tous les membres de l'équipe de Concert-Action que j'ai pu contacter jusqu'ici, dont Seide et Léon.
















Il s'agit d'un vrai désastre. Inimaginable. Indescriptible. Les principaux bâtiments publics ont été détruits. Le nombre de maisons détruites et
endommagées sur les grands axes que j'ai empruntés est très important. Nous avons fait un recul de plus de 60 ans. Il sera difficile de nous relever. De nombreuses personnes ne peuvent être
secourues sous les décombres et les hôpitaux ne peuvent pas faire face à l'afflux des victimes.

Le gouvernement est dépassé (d'ailleurs le palais national et tous les Ministères sont détruits). Un effort de réorganisation orientée vers l'action est certes constaté tant du côté des autorités
que de la société civile. Mais les moyens restent limités et l'improvisation domine. Passés les premiers moments de stupeur, les attentes et les besoins vont s'affirmer avec plus d'ampleur dans
les quartiers, en rapport avec la gestion des cadavres, les problèmes de santé, l'accès aux abris, à l'eau et à la nourriture. La population est laissée à elle-même jusqu'ici.

Dans les prochains jours, il y a à craindre une forte remontée de l'insécurité et des scènes de pillage. A moins que des efforts importants soient faits de manière célère. Les régions rurales
sont aussi touchées. A Delatte, les bâtiments sont fissurés et il y a eu des morts. Mais les membres de l'équipe sont sains et saufs. Je n'ai pas encore de nouvelles en provenance des Palmes, de
Bain et de Cotes de Fer, de la 8ème section de Petit Goâve où travaillent aussi nos équipes. Au moment de terminer cette lettre, je viens d'apprendre qu’un de nos chauffeurs, est décédé sur
l'avenue Poupelard (il revenait de la 8ème section). Je vous laisse. A bientôt. »

Antony Eyma depuis Port-au-Prince


…En plus de Port-au-Prince, plusieurs autres villes ont été touchées dans le sud : Jacmel, Léogane, Petit Goâve, pour ne citer que celles-là. Dans le milieu rural, même à Ducis, bien des maisons
qui étaient déjà fragiles ont cédé. Ces images ne passent pas à la télé. (On peut donc imaginer que dans d'autres zones c'est pareil...).

Dans le Sud, on accueille des flux de malades venus de Port-au-Prince et des flots de réfugiés qui ont dû quitter la ville et tentent de regagner leur village natal. L’hôpital des Cayes ne peut
pas accueillir toutes les victimes. Le terrain de football constitue un véritable centre d’hébergement.

Voilà les dernières nouvelles de nos partenaires haïtiens sur place.

Emmanuel Cochon
Chargé de Mission Haïti au CCFD-Terre Solidaire


Merci pour votre don.



laure 13/01/2010 08:46


Très beau, très juste, très vrai, quoi dire de plus alors que ce n'est que la réalité de notre société : merci anne marie de l'avoir publié!!!!!


anne marie 11/01/2010 14:10




Six mois plus tard, Dieu retourne visiter Noé et ne voit qu’une ébauche de construction navale.


- Mais, Noé, tu n’as pratiquement rien fait ! Demain il commence à pleuvoir !


- Pardonne-moi, Tout Puissant, j’ai fait tout mon possible mais les temps ont changé :


J’ai essayé de bâtir l’arche mais il faut un permis de construire et l’inspecteur me fait des ennuis au sujet du système d’alarme anti-incendie.


Mes voisins ont créé une association parce que la construction de l’échafaudage dans ma cour viole le règlement de copropriété et obstrue leur vue. J’ai dû recourir à un conciliateur pour
arriver à un accord.


Mais l’Urbanisme m’a obligé à réaliser une étude de faisabilité et à déposer un mémoire sur les coûts des travaux nécessaires pour transporter l’arche jusqu’à la mer. Pas moyen de leur faire
comprendre que la mer allait venir jusqu’à nous. Ils ont refusé de me croire.


La coupe du bois de construction navale s’est heurtée aux multiples Associations pour La Protection de l’Environnement sous le triple motif que je contribuais à la déforestation, que mon
autorisation donnée par les Eaux et Forêts n’avait pas de valeur aux yeux du Ministère de l’environnement, et que cela détruisait l’habitat de plusieurs espèces animales. J’ai pourtant expliqué
qu’il s’agissait, au contraire, de préserver ces espèces, rien n’y a fait.


J’avais à peine commencé à rassembler les couples d’animaux que la SPA et WWF me sont tombés sur le dos pour acte de cruauté envers les animaux puisque je les soustrayais contre leur gré à leur
milieu naturel et que je les enfermais dans des pièces trop exiguës.


Ensuite, l’agence gouvernementale pour le Développement Durable a exigé une étude de l’impact sur l’environnement de ce fameux déluge.


Dans le même temps, je me débattais avec le Ministère du Travail qui me reprochait de violer la législation en utilisant des travailleurs bénévoles


Je les avais embauchés car les Syndicats m’avaient interdit d’employer mes propres fils, disant que je ne devais employer que des travailleurs hautement qualifiés et, dans tous les cas,
syndiqués.


Enfin le Fisc a saisi tous mes avoirs, prétextant que je me préparais à fuir illégalement le pays tandis que les Douanes menaçaient de m’assigner devant les tribunaux pour ’tentative de
franchissement de frontière en possession d’espèces protégées ou reconnues comme "dangereuses".


Aussi, pardonne-moi, Tout Puissant, mais j’ai manqué de persévérance et j’ai abandonné ce projet.


Aussitôt les nuages se sont dissipés, un arc-en-ciel est apparu et le Soleil a lui.


 Mais tu renonces à détruire le monde ? demanda Noé.


 Inutile, répondit Dieu, l’administration de ton pays s’en charge.


Merci à Jean-Pierre !





kerpapy 10/01/2010 18:15


Un petit coucou de Kerpapy