Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog d'un prêtre catholique engagé au cœur du monde... Voici mon presbytère virtuel, sans porte ni sonnette. Entrez, et venez voir ! Vous voulez voir à quoi ça ressemble un cyber curé ? Venez donc faire un tour chez moi ! La vie c'est trop important pour ne pas la réussir ! ....     .      . C'est aussi mon objectif ... Pas vous ?

Le presbytère virtuel d'un prêtre bien réel ... Bienvenue :venez et voyez !

Blog d'un prêtre catholique engagé au cœur du monde... Voici mon presbytère virtuel, sans porte ni sonnette. Entrez, et venez voir ! Vous voulez voir à quoi ça ressemble un cyber curé ? Venez donc faire un tour chez moi ! La vie c'est trop important pour ne pas la réussir ! .... . . C'est aussi mon objectif ... Pas vous ?

Matins de Pâques

com

« Tant qu’y a de la vie, y a de l’espoir ! » Qui n’a jamais dit ou entendu ce vieil adage ?


La difficulté survient quand la vie est noyée sous les difficultés quotidiennes, quand la vie est blessée par la souffrance et la maladie, quand la vie est enfermée dans une solitude trop pesante. Où se cache l’espoir ? C’est le dégoût, c’est la peur, c’est… l’anéantissement.


On s’imagine souvent que les chrétiens, les prêtres, les catéchistes, les cathos sont des gens hors-normes, parfaits, surdoués, qui n’ont aucun doute, et sont au dessus de toutes les bassesses humaines ! C’est évidemment tout le contraire ! Tous ceux qui ont suivi Jésus étaient des pauvres types, des femmes publiques, des estropiés de la vie. Et c’est tant mieux ! Désespérer de notre condition humaine ? Sûrement pas puisque justement, c’est Jésus ressuscité qui ouvre des perspectives à nos pauvres vies enfermées dans nos misères ! Si tu es un « pauvre de Dieu » alors il s’invite à ta table, tel un disciple d’Emmaüs anéanti par le découragement.


Au fond de ce désespoir, l’espérance peut-elle naître ? Au cœur de la souffrance, quel chemin emprunter ? La lumière peut-elle percer ? La nuit de la croix, de la peur, aura-t-elle le dernier mot ?


Dans l’Eglise marquée par la pauvreté de ses membres, Dieu s’invite. Les gens purs qui montrent du doigt et condamnent, sont-il tous irréprochables ?
L’espérance du chrétien est fondée sur la foi au Ressuscité. Au matin de Pâques, cette espérance folle a surgi du tombeau : « Christ est ressuscité ! ». Depuis lors, le croyant sait que l’espérance naît sur les cendres des espoirs brûlés. Voilà notre espérance : Dieu accueille les malades et les pécheurs. Des cendres de nos hontes et de nos fragilités surgit un véritable chemin de vie : c’est le chemin de la Joyeuse Espérance. Alors, jour après jour, chaque matin devient matin de Pâques.

 

 

Matins de Pâques
Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

michel 04/04/2015 09:57

merci, cela rassure et réconforte bonne pâques et merci encore

laure 20/05/2010 22:02



Oh merci anne-marie, c'est une prière que j'aimerai et j'oserai dire à notre curé qui nous quitte aussi et qui pense qu'à cet âge là, il faut se retirer tout en restant actif quand même tout en
étant plus....."cool" n'est-ce pas Père ?  Alors je dis longue vie à tous ceux qui ont 75 ans et plus, même s'ils se sentent bien dans leur corps et dans leur tête bien nous continuerons de
prier pour eux parce que tous nos prêtres sont des bons bergers et nous avons besoins d'être guidés.



Ruben 28/04/2010 12:34



facile à dire...Oui sans nul doute est-ce là la vrai foi: de saints ou d'êtres humains parlez-vous???? Car lorsque il est des évènements, des réalités si douloureuses qu'elles dépassent
l'entendement et nos forces humaines...Le dernier recours est-il alors le Seigneur? Oui, sans doute...Mais il faudra du temps aux coeurs écorchés pour accepter de se laisser envahir de son
Amour...N'y a-t-il pas des coeurs tellements blessés qui ne le pourront plus? Les nuits deviennent-elles toutes Lumières? Faute de cela à nous d'être la lumières de tous ces coeurs trop blessés?
Ruben.



marie 27/04/2010 17:34



Oui effectivement, suivre Jésus c'est difficile parce que ce qu'Il nous demande n'est pas si simple que ça mais c'est tellement beau ! Aimer, tout simplement, aimer et tout donner.


Son amour brûlait dans mon coeur quand il a partagé le pain, ses paroles ont chassé mes peurs, c'était bien Lui dans le jardin, depuis, ce jour à tout jamais, les hommes chantent sur la
terre  : Christ est vivant, soyons en paix, car nos nuits deviendront lumière ........


Si on suit Jésus, nos peurs, nos doutes, nos craintes, nos hontes, nos dégoüts s'estompent, je ne dis pas que tout va bien au contraire, il  faut le vouloir et suivre Jésus c'est le vouloir
et y croire, c'est vouloir le suivre, l'aimer, le servir et l'accueillir. Mais nous restons fragiles et Jésus va nous envoyé l'Esprit pour nous redonner ce courage qui nous échappe parfois et
quand on baisse les bras.



annemarie 27/04/2010 15:49



























Qui est Sainte Germaine?


 


Un jour de décembre 1644, en ouvrant dans l'église la tombe de la famille Cousin, pour y enterrer une parente, on découvrit le corps d'une jeune fille parfaitement conservé.


Son cou était marqué de cicatrices et sa main droite déformée.


Quelques habitants reconnurent en cette jeune fille Germaine Cousin, morte quelques quarante ans plus tôt. Son père s'appelait Laurent Cousin. Venu s'établir à Pibrac au milieu du XVI° siècle, il
y fut maire en 1573-1574. Germaine est née en 1579.


Devenue très vite orpheline de mère et son père s'étant remarié, elle est rejetée par sa marâtre qui la considère comme sa servante. Maltraitée on ne lui réservait pour dormir que la soupente de
l'escalier de l'étable.


Germaine gardait les moutons en bordure de la forêt de Bouconne; elle aimait participer à la messe matinale, était bonne pour les pauvres et savait parler de Dieu aux enfants des métairies
voisines.


Malgré les trois faits merveilleux que la tradition rapporte (miracle des fleurs, de la traversée du Courbet et de la
quenouille) sa sainteté resta cachée.


Faible, mal aimée, mais bonne et rayonnante de l'amour de Dieu, elle mourut à un peu plus de vingt ans, en l'an 1601.


Depuis quatre siècles, le Seigneur n'a cessé d'accorder sa grâce à ceux qui invoquent la petite bergère de Pibrac.


L'Église a béatifié Germaine Cousin en 1854 et l'a déclaré sainte en 1867 reconnaissant qu'elle a su aimer Dieu et ceux qui vivaient auprès d'elle jusqu'à l'héroïsme. Orpheline, malade, pauvre,
maltraitée par ses proches, elle est la sainte de tous ceux qui souffrent et que la vie malmène d'une manière ou d'une autre.


Depuis la découverte du corps de sainte Germaine, les pèlerins n'ont cessé de venir à Pibrac. Depuis sa canonisation, son rayonnement s'étend au monde entier.


Sainte Germaine est la patronne des faibles, des malades, des déshérités.