Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog d'un prêtre catholique engagé au cœur du monde... Voici mon presbytère virtuel, sans porte ni sonnette. Entrez, et venez voir ! Vous voulez voir à quoi ça ressemble un cyber curé ? Venez donc faire un tour chez moi ! La vie c'est trop important pour ne pas la réussir ! ....     .      . C'est aussi mon objectif ... Pas vous ?

Le presbytère virtuel d'un prêtre bien réel ... Bienvenue :venez et voyez !

Blog d'un prêtre catholique engagé au cœur du monde... Voici mon presbytère virtuel, sans porte ni sonnette. Entrez, et venez voir ! Vous voulez voir à quoi ça ressemble un cyber curé ? Venez donc faire un tour chez moi ! La vie c'est trop important pour ne pas la réussir ! .... . . C'est aussi mon objectif ... Pas vous ?

Les solitudes…

com

Chacun pour soi ? Dans notre société développée, informatisée, médiatisée, à la communication si rapide et efficace, un paradoxe subsiste : la solitude.

 Ils sont seuls toute la journée devant leur télé ou dans leur chambre bien confortable de la maison de retraite, ces petits vieux qui peinent à avoir une visite mensuelle de leurs proches surbookés.

Elles sont seules et abandonnées ces personnes âgées qui ne voient même plus le facteur et attendent la fin dans des journées qui se suivent et se ressemblent toutes.

Ils sont seuls et atrocement lucides, ces malades en fin de vie qui savent qu’est déjà entamée la dernière ligne droite de leur existence.

Elles sont seules et souvent cachées, ces personnes handicapées dont on a presque honte tant leur handicap est une souffrance pour leurs proches et que la société a du mal à accepter.

Ils sont seuls, et désespérés, ces accidentés qui se disent qu’ils auraient mieux fait d’y rester plutôt que de vivre désormais paralysés.

 Ils sont seuls, ces célibataires qui subissent leur célibat comme un échec, faite d’avoir pu ou su rencontrer l’âme sœur.

Ils sont seuls et désenchantés ceux qui avaient construits une vie de famille, et ont été abandonnés, ceux qui ont vécu des années de bonheur et se retrouvent seuls après la perte de l’être aimé.

Elles sont seules et proches du seuil de pauvreté ces familles monoparentales qui doivent chaque jour tenir en équilibre un budget trop serré et un désir de voir grandir ses enfants dans la dignité avec des perspectives de lendemains plus lumineux.

Ils sont seuls et abandonnés ces marginaux qui vivent dans les rues, sur les trottoirs : seule la solidarité de leurs semblables est une bouée de secours, devant leur vie insaisissable et inexplicable, qu’elle ait été choisie ou subie.

Elles sont seules face à un choix souvent sans surprise, ces jeunes femmes qui se retrouvent enceintes par accident ou habitude, et qui n’ont d’autres perspectives d’une IVG propre et sans bavure.

Ils sont seuls et face à eux-mêmes, ces jeunes qui doivent se choisir un avenir, dans une société qui peine à donner travail et perspectives à toute une génération qui entre dans un monde hyperactif qui n’a pas besoin d’eux.

Ils sont seuls face à eux-mêmes, pour leurs choix, ces jeunes qui n’ont reçu qu’une éducation affective et spirituelle minimale, comme s’il suffisait d’avoir 18 ans pour être responsable, d’être poli et bien peigné pour être un adulte debout et sérieux. 

Ils sont seuls et déchirés, ces enfants qui doivent assumer le drame du divorce de leurs parents, la mort insaisissable et brutale d’un proche. 

Ils sont terriblement seuls, ces adolescents, face à la rupture sentimentale sur laquelle ils fondaient toute leur vie, face à la découverte de leur homosexualité qu’ils voudraient refuser jusqu’au bout.

 Faut-il encore parler de solitude ou de solitudes ? Si toutes ces solitudes arrivaient à se rencontrer, n’arriverait-on pas à surmonter le pire drame de nos sociétés qui se proclament développées ? Le développement doit-il forcément laisser de côté l’être humain au profit de la technique et de la rentabilité ? 

Ma foi en Dieu, ma foi en l’homme est un pont merveilleux sur lequel je m’avance ! Je veux à chaque rencontre dire que toute solitude peut être vaincue par l’Amour plus fort que toutes les morts !

Print
Repost

Commenter cet article

laure 11/07/2010 07:04



C'est vrai que faire sa place dans l'église est très difficile. Les anciens au lieu de transmettre leur savoir, garde et ne lache pas, sont fiers d'étre là et ne veulent pas des jeunes qui
arrivent. Le peu de jeunes qui sont là; on les critiques, on enlève leur idées, pas bonnes, et pourtant la société à besoin de ces jeunes pour faire une belle église du 21è siècle. Ce que j'ai
apprécié cette année au MEJ, c'est que des jeunes qui sont arrivés en cours d'année , ont été accueillis par les autres dès le début et ont participé aux activités sans reproche, sans critique
alors que les autres étaient en place depuis 3 ans déjà donc en savaient peut-être plus. Il faut que les anciens donnent ce que Jésus leur donne (l'amour) aux nouveaux qui veulent s'intégrer et
non les repousser. C'est l'Evangile d'aujourd'hui justement, donnons ce que Jésus nous donne, donnons l'amour, donnons notre savoir pour que l'Eglise de demain soit plus forte et non le
contraire. Toujours on repousse ceux qui veulent venir ou rentrer dans les paroisses, alors au lieu de critiquer , de dire seulement que les jeunes ne sont pas capables de faire des reproches qui
blesses,  bien donnons l'exemple, accueillons ces familles qui veulent venir nous aider ,c'est ça être chrétien, et non se disputer et faire voir que l'on est les meilleurs. Je suis désolée
pour vous manou ,mais si vous avez trouvé ailleurs et que vous avez été accueillie les portes grandes ouvertes bien c'est que nous chrétiens nous ne sommes pas capables de pratiquer ce que nous
lisons et entendons à l'église ; la parole de Dieu.



manou 10/07/2010 22:47



la solitude, c'est le fléau de cette société egoïste, où c'est ce que tu rapporte en terme de rentabilité ou de confort matériel qui prime...


Je le vois tous les jours dans mon métier d'auxiliaire de vie...


Quant aux paroisses, je préfère me taire, tant il y aurait à dire...Il est vrai que ce ne sont pas du tout des lieux de convivialité, de fraternité...Le même esprit d'entreprise et d'hypocrisie
règne en maître...Un exemple très personnel : nous sommes arrivés en septembre dans une nouvelle église. Personne n'est jamais venu nous souhaiter la bienvenue. Et pourtant, nous avions mis nos
enfants à l'Eveil à la Foi. Jamais personne ne nous a contacté pour savoir si nous étions morts ou vivants, quand nous avons été obligés de nous abstenir un moment, pour cause de maladie de ma
part, personne n'est venu nous accompagner dans la préparation au baptême, ni pendant la cérémonie du baptême...Et pourtant, le groupe avait nos adresses, emails, téléphone...Le peu de fois
où nous sommes venus, c'était pour nous dévisager ...Et ensuite, j'ai entendu une mère sepaindre qu'il y ait peude nouveaux et peu d'intérêt pour le groupe...Elle-même nous dévisageait sna
ssourirre...Je veux bien faire des efforts, mais il y a des limite..Depuis, nous nous sommes abstenus et avons trouvé mieux ailleurs...Ce n'est pas une paroisse, mais une communauté religieuse
qui ouvre ses portes aux familles...



delphine 29/11/2009 23:01


Bonsoir, j'avoue que je prend un grand plaisir à vous lire! que de choses ! vraies ! moi je sors d'une solitude très lourde, mais dans cette solitude si lourde j'ai eu une grande grâce . J'ai
retrouvé l'amour de Dieu, il ne m'a pas quitté dans cette épreuve ou j'aurai pu me perdre , à chaque minute il était là; aujourd'hui je sais que je ne m'éloignerai plus de Dieu .


marie 10/11/2009 08:15


La misère et la solitude fait partie de la même famille, si tu es pauvre, tu es seul, si tu es seul c'est prce que tu es pauvre. Celui qui n'a pas d'argent reste seul dans son coin, s'il n'a pas
assez de pouvoir, d'intelligence, personne ne s'interesse à lui.
L'argent et le pouvoir , c'est ce qui compte, c'est la priorité dans cette société : situation professionnelle, situation sociale, situation financière, là tu as tout le monde autour de toi mais si
tu n'as rien, bien tu te retrouve seul. Et surtout dans nos paroisses, je dis cela parce que dans nos paroisses cela ne devrait surtout pas s'y trouver et pourtant !!!!!! combien de personnes
repartent seules sans que quelqu'un, une seule personne s'adresse à elle, un petit bonjour, une petite discusion de ce qu'elle a fait dans la semaine, oh mais s'avancer vers ces personnes, quel
deshonneur, vous vous imaginez parler à une personne sans rien, alors que vous allez vers une personne qui a de l'intelligence, de l'argent, unsavoir vivre, c'est mieux vu. Combien de fois , je
m'approche vers ces personnes qui sont seules , assises dans l'église après le départ de toute la "foule" s'asseoir avec elle , à ses côtés, juste pour ne pas qu'elle soit seule, mais avons-nous le
temps de le faire, en semaine, ce jour là, le dimanche ? ce temps qui passe, et qui mange au passage toute la tendresse et l'amour pour laisser la place au pouvoir et à l'argent. Seigneur aide-moi
à m'avancer vers ceux qui ont besoin de cet amour que tu me donnes, que sur mon regard , ils puissent te voir et qu'ils ne se sentent plus seuls.


Jean 09/11/2009 19:38


La solitude est peut-être la pire des misères, je dirais même sans doute la pire. La société est très dure, et notre prochain spontanément peu compatissant.
La solitude se rencontre hélas aussi dans les paroisses. Quand vous rentrez dans une église, si vous êtes "bien peigné", on vous demande si vous voulez bien "faire une lecture", on ne vous demande
jamais comment va votre vie familiale, votre vie professionnelle, votre vie tout court.
Ce dimanche 8 novembre, je suis rentré avec Michel (un pauvre, qui a l'air d'un pauvre, et qui travaille actuellement dans un CAT) dans une petite église de campagne pour la messe dominicale.
L'accueil a été si froid que nous sommes carrément sortis avant le début de la messe. Pardonne nos fragilités, Seigneur !