Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog d'un prêtre catholique engagé au cœur du monde... Voici mon presbytère virtuel, sans porte ni sonnette. Entrez, et venez voir ! Vous voulez voir à quoi ça ressemble un cyber curé ? Venez donc faire un tour chez moi ! La vie c'est trop important pour ne pas la réussir ! ....     .      . C'est aussi mon objectif ... Pas vous ?

Le presbytère virtuel d'un prêtre bien réel ... Bienvenue :venez et voyez !

Blog d'un prêtre catholique engagé au cœur du monde... Voici mon presbytère virtuel, sans porte ni sonnette. Entrez, et venez voir ! Vous voulez voir à quoi ça ressemble un cyber curé ? Venez donc faire un tour chez moi ! La vie c'est trop important pour ne pas la réussir ! .... . . C'est aussi mon objectif ... Pas vous ?

Le baptême pour notre enfant... et le mariage ?

com

Nombreux sont aujourd'hui les couples qui demandent le baptême pour leur enfant. Plus d'un enfant sur deux nait dans un couple non marié. En tant que prêtre, je suis assez étonné et interpellé par cette situation, comme si le baptême de l'enfant n'avait rien à voir avec la manière de vivre des parents.


Il est vrai que dans certains couples, une difficulté se pose pour les parents qui ne partagent pas la foi. Ce que je vais exprimer ici méritera donc d'être nuancé dans les cas particuliers, lorsque un seul parent souhaite partager sa foi avec son enfant, sans que l'autre parent y fasse obstacle, mais sans s'investir non plus dans la démarche.


A la célébration du baptême, l'Eglise demande que les parents s'engagent en conscience à donner une éducation chrétienne pour leur enfant. Sinon, à quoi bon baptiser ? Pourquoi semer une graine si elle n'a aucune chance d'être arrosée ?...  Les parents, en s'engageant pour leur enfant, décident de tout faire afin qu'il puisse découvrir le Christ, apprendre à l'aimer et à le suivre.

Or on sait bien que le seul chemin éducatif qui soit pleinement cohérent est celui de l'exemple : fais ce que je dis parce que c'est ce que je fais !

Alors donc, une question se pose : comment être capable de s'engager pour l'enfant quand on n'est pas capable, pas prêt, à s'engager soi-même dans la fidélité, dans la durée, pour une vie conjugale placée sous le regard de Dieu, par le sacrement du mariage ? Le choix de Dieu ne serait -il valable que pour les enfants ? Paradoxe de notre temps !

 

Il est clair que la parole facile devant le prêtre, lors du baptême semble peu responsable : combien de parents, qui se sont engagés devant Dieu et devant l'Eglise pour l'avenir de leur enfant, semblent avoir la mémoire courte : pas plus de 40 % des enfants baptisés sont envoyés au catéchisme.
En prenant acte de la situation de beaucoup de couples, n'est-il pas nécessaire de redonner du sens à la parole donnée, à l'engagement, fut-il un engagement devant Dieu ?

 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Hél 20/06/2012 20:42


Oui, comme vous dites, il faut nuancer car dans chaque famille demandant le baptême pour son enfant, on peut imaginer qu'au moins un des parents a sa petite étincelle de foi qui ne demande qu'à
grandir - même si cela ne se voit pas. Il restera toujours quelque chose qui pourrait rejaillir un jour sur la famille.  

Nathalie 14/03/2010 17:48


De nos jours, ce n'est pas au ce2, mais de plus en plus à 15 ans ou + que les "enfants" font leur 1ère communion..... On en voit même qui ont dépassé les 40 ans.


annemarie 23/02/2010 20:35


il y a de cela une cinquantaine d'annee ,lors du cathechisme le pretre
nous distribuait
des images.......
quand  je repense a cela
et que je vois le livre pour le cathechisme je pense vraiment  que les enfants ont bien de la chance
comme grain de soleil
nous  on avait le choix
entre le ciel
et l'enfer
heureusement
que l'on apprends  au enfants
un dieu proche et humain
quel  contraste


Secteur pastoral de Muzillac 19/02/2010 22:53



Je ne suis pas pour les "cartes de
messe" qui me semblent déresponsabiliser. Par contre, je réfléchis à ce que pourrait ressembler la préparation de la première communion aujourd'hui. Qu'en pensez-vous ? Voici le résultat de ma
réflexion à ce jour :
Pour les premières communions : Ne faire vivre les premières communions que seulement aux enfants qui
sont prêts à communier, et pas forcément en CE2. Leur désir de communion avec Jésus doit nécessairement se manifester dans leur participation effective aux assemblées du dimanche.  Il est bien sûr du rôle des parents et parrain/marraine d’accompagner l’enfant à l’église chaque dimanche, tout comme ils s’y engagent implicitement quand ils
ont fait baptiser leur enfant.


Pour aider les enfants et leurs parents, un cheminement de type catéchuménal est
prévu par la paroisse.


Un mois avant la date de première communion, une rencontre des parents et de leur
enfant est à prévoir avec le curé de paroisse pour vérifier les dispositions des uns et des autres. Le curé ne peut bien sûr admettre un enfant à la première communion si la famille ne désire
plus venir à l’église après la première communion. Un projet de vie chrétienne est établi et mis par écrit.


Si l’enfant est bien disposé, le curé propose à l’enfant et aux parents de vivre
le sacrement du pardon. Comment en effet faire vivre à son enfant ce sacrement si les parents ne donnent pas l’exemple ? Encore faut-il que les uns et les autres soient bien disposés à vivre
ce moment fort.


On pourrait  proposer la première communion, non pas en CE2, mais seulement
après une année de participation active de l’enfant à la messe du dimanche, entre le CE1 et le CM2.


Toutes choses qui vont normalement de soi, mais que nous sommes malheureusement
obligés de rappeler en ces temps où l’on voit des enfants faire leur première communion pour la seule fête de famille.



annemarie 18/02/2010 22:19


amener les enfants dans une messe dans une abbayeles chants gregoriensadmirables et simplicité de la messe