Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Miniritou

 

malade visité-copie-1Voilà un constat terrible dans nos communautés chrétiennes et dans la société : le souci des personnes malades ou isolées n’est pas une priorité. Nos vies trépidantes laissent peu de place à une attention fraternelle pour ceux de nos frères et sœurs qui sont momentanément ou durablement atteints dans leur santé, par la maladie ou le poids des ans. Dans nos familles pourtant, on tient à accompagner nos proches, si possible à domicile, ou dans un établissement de soins : on leur rend des visites régulières. 

   

Le souci de ces personnes doit-il se limiter à un lien d’affection, de confort matériel, de solidarité humaine ? La vie spirituelle d’un malade n’a-t-elle pas besoin de soutien également ? A-t-on le droit de laisser sans soutien une personne qui avait l’habitude de communier chaque dimanche, et qui ne peut plus participer à la messe du jour au lendemain ?

 

Le Service Evangélique des Malades (SEM) que nous souhaitons relancer dans notre paroisse reçoit cette mission : au nom de l’Eglise, accompagner fraternellement et soutenir spirituellement chacun de ceux qui sont malades ou âgés. Voilà le rôle du SEM. Beaucoup de solitudes nous entourent. Les plus terribles sont les plus cachées. Certains parmi nous, vivant l’épreuve de la maladie n’osent pas solliciter une visite fraternelle, un soutien de l’Eglise, pour un sacrement, ou pour un temps de partage. Il faut dépasser nos fausses excuses et accepter de demander de l’aide. Il faut avoir l’audace et la simplicité de signaler un voisin malade, une personne seule qui souhaiterait une visite à domicile … Ca pourrait très bien être un effort simple et essentiel pour préparer la fête de Noël.

Commenter cet article

lolore 23/11/2012 18:40


Quand on fait parti de la vie chrétienne notre rôle, notre devoir est d'accompagner les personnes en difficulté passagère ou durablement. J'ai accompagné une jeune fille durant un mois, j'ai pris
le temps de me rendre chaque jour, une petite demi heure mais elle était heureuse de me voir et en redemandait. Nous devons prendre un "petit" temps dans nos journées bien remplies certes mais il
y a toujours du temps pour rendre visite. Je continue à visiter dans les hopitaux, chez eux et malheureusement nous ne pouvons pas être partout non plus et il faut se dire que ces personnes
attendent nos visites. Je suis en admiration devant ces personnes qui vont dans les hopitaux pour faire cette démarche par amitié au début par amour par la suite. En travaillant nous n'avons que
très peu de temps de libre mais il y en a encore des temps de libres.