Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Miniritou

 

Ce dimanche,  c'est la fête des mères.


Evoquer la maternité,
c’est d’abord parler de gratitude.
La femme qui nous a porté en son sein durant 9 mois, nous lui devons la vie et l’être.  Cette relation de tendresse, et d’affection peut aussi parfois être marquée par la faiblesse et l’incompréhension.


Parler de maternité, c’est aussi parler de gratuité.
· Etre mère, ce n’est pas seulement être un ventre. La révision actuelle des lois bioéthique en France doit nous garder vigilants. Des dérives mercantiles sont possibles.
· Etre mère, c’est accueillir la vie résolument. Un terrible fait divers cette semaine devrait faire nous faire réagir : une adolescente de 14 ans est accusée d’avoir tué l’enfant qu’elle a mis au monde dans la solitude et la détresse la plus totale.
· Etre mère, c’est une mission à perpétuité ! On ne peut rejeter son enfant, même si l’enfant rejette sa mère. On ne peut rejeter sa maman, même si la mère rejette son enfant.


Militer pour la maternité, c’est parler aussi de dignité.
La femme qui choisit de donner la vie, permet de signifier d’une manière grande et belle la noblesse et la grandeur de sa mission au cœur de l’humanité. Cette humanité, vieillissante en Europe, au point de menacer l’avenir des retraites, donne un signe d’espérance quand elle sait donner à la vie et à l’enfant la place de choix.


Faire l’éloge de la maternité, c’est enfin parler d’éducation.
L’enfant qui n’a pas voix au chapitre avant sa naissance, devient roi et tout-puissant au fur et à mesure qu’il grandit. N’est-ce pas paradoxal ? Et que dire de la place du père ? N’est-ce pas lui qui donne des re-pères ? Pas de maternité vraie sans paternité responsable.

 

Je rêve d’une fête des mères qui nous aide à découvrir, à redécouvrir la grandeur de la famille, et la beauté de la vie, où chacun a sa place.

 

 

Commenter cet article

marie 30/05/2010 22:40



Oui Jean tout est dit, et tout est beau, mais tout n'est peut-être pas tout vrai. " On ne rejette pas l'enfant même si l'enfant rejette sa mère et on ne rejette pas sa mère même si la mère
rejette l'enfant."  Poufffffffffff que c'est assez compliqué à comprendre cela. Faut passer par là pour comprendre , celui qui ne passe pas par ce problème, ne peut rien comprendre à ces
deux phrases.



Jean 30/05/2010 14:32



Merci, tout est dit.