Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Miniritou

Merci à une amie rémoise de nous faire partager son coup de gueule !


Père André MOREAU

Le 4 août, fête de St Jean-Marie Vianney, curé d’Ars et patron de tous les curés du monde, le Père André MOREAU nous quittait. Son désir le plus cher était de devenir curé de campagne. Ce désir fut exaucé. Ordonné prêtre il y a 65 ans, il vécut la majeure partie de son ministère dans différentes paroisses rurales de la Marne.

Le nombre de chrétiens rassemblés le 9 août en l’église St-Maurice pour ses obsèques présidées par Mgr Jordan, est signe des nombreux liens qu’il a su créer. Dans l’homélie, le Père Joseph HANNESSE a retracé les étapes de sa vie de bon serviteur, très proche des personnes rencontrées dont il gardait mémoire pour les porter vers Dieu. « Heureux serviteur, que son maître, en arrivant, trouvera à son travail ».

--------------

  

Bien chers amis,

Si j'ai intitulé "coup de gueule" l'objet de cet email, c'est à cause de ce que je viens de lire dans la rubrique "nécrologie" du site internet de notre Diocèse Reims-Ardennes concernant les obsèques du Père André Moreau, et notamment : "Le nombre de chrétiens rassemblés le 9 août....." 

Oui, ils étaient nombreux à ses obsèques,  tous ces gens qui l'aimaient, l'appréciaient, l'estimaient.


MAIS ALORS, OU ETAIENT-ILS AVANT, EUX QUI L'AIMAIENT TANT ET QUI ETAIENT SI NOMBREUX PRESENTS POUR CET ADIEU ?????


Père André souffrait de la solitude, principalement à cause de ses handicaps (la vue et l'ouïe) mais surtout, il me le confiait très régulièrement, à cause du manque de visiteurs. Il me disait que personne ne venait jamais le voir. Oh ! jamais aucun reproche dans sa bouche, oh non ! bien au contraire, il trouvait des excuses à tous et à chacun ! Mais quand un jour il me confia : "Je voudrais mourir. La seule chose qui me rattache encore ici, ce sont vos visites chaque samedi.",  je compris sa souffrance !

Alors, oui, aujourd'hui c'est un "coup de gueule" que je lance, ou plutôt, un appel, appel à transmettre, à votre tour, à tous ceux que vous connaissez, cotoyez, guidez. Parlez-leur de leurs anciens curés, demandez-leur s'ils pensent encore à eux et s'ils pensent à leur rendre éventuellement une petite visite. Insistez sur l'importance pour ces chers prêtres âgés, pour la plupart souffrants et qui ont consacré leur vie à Dieu et au services des hommes , de ne pas se sentir oubliés, "mis de côté".

Dernièrement, un autre prêtre de la Maison de Retraite Nicolas Roland me montrait une carte postale qu'il venait de recevoir, insistant pour que j'en lise le contenu. Il y était écrit : "Nous viendrons bientôt vous rendre visite".  "Super !", lui ai-je alors répondu, me réjouissant pour lui. Ce à quoi il me dit avec une grande tristesse : "Cela fait trois ans que chaque année ils m'écrivent cette même phrase ! Et je n'ai encore vu personne..." Ces personnes sont des anciens paroissiens ; ils habitent Reims, à quelques rues de la Maison Nicolas Roland ! Ils font partie de ceux qui avaient promis à ce cher prêtre, lors de son départ,

" Nous viendrons vous voir, nous ne vous abandonnerons pas !".

Sans commentaire !

Et c'est là où je ne peux plus me taire ! Cela me fait trop mal de les voir ainsi souffrir !

Une petite visite, rien qu'une petite visite, est-ce trop demander ?


Ces chers prêtres ne sont certes pas seuls : le Seigneur est là !


Mais ils auraient besoin de sentir La Tendresse du Père en celles et ceux qui pourraient leur rendre visite. N'est-ce pas par nous que peut se manifester l'AMOUR  de Dieu ? N'oublions pas l'importance de la tendresse dans nos vies et la nécessité d'en poser les gestes pour en faciliter l'expression.  Car c'est bien par nos gestes de tendresse et d'amitié que nous pouvons bien humblement, certainement parfois même  bien maladroitement,  transmettre La Tendresse de Notre Seigneur.

Merci de m'avoir lue jusqu'au bout. Merci de parler à vos amis, à vos paroissiens, de leurs anciens curés qui les ont aimés, guidés, soutenus et qui continuent d'ailleurs à les porter dans leurs prières.

Rien qu'une petite visite....


Prions enfin pour que nous sachions tous demeurer disponibles pour nos frères en accordant notre réponse à leurs véritables attentes et aux appels du Seigneur Lui-même ! 

 

Laurence

 

Commenter cet article

marie-rose 09/07/2012 21:46


très dûr de lire tout ça, quelle souffrance.merci pour votre soutien pour nos prêtres


prions pour eux et ne les abandonnons pas.


que Dieu vous bénisse pour votre jolei lettre de soutien envers ceux qui donnent leur vie pour nous.

anne marie 02/03/2012 18:29


http://www.dailymotion.com/video/x3kpvy_choeur-magnificat-gospel_music


la foi c'est cela aussi

larois 02/03/2012 07:36


oh oui que j'aime ces réflexions . Il est grand temps de dire aux vivants que nous les aimons, que nous apprécions leur fréquentations, qu'ils sont importants pour nous . Ne pas attendre qu'ils
soient dans le cercueil pour SE  fleurir , SE congratuler de beaux discours à leur sujet , gloser sur leur vie ... Ils n'en ont plus besoin : TROP TARD . Ils ont beaucoup mieux en ce jour ;
ils sont en présence de Dieu . Arrêtons cdes plaques de marbre sur nos tombes dont les textes ne reflètent pas grande fidélité ; je ne t'oublirais jamais !!! allons donc , mes propos sont-ils
vrais , raisonnables,


Aimons aujourd'hui celui qui est là, que je recontre et disons le lui tant qu'il est temps .

Laurence 18/08/2010 10:34



Je souhaite essayer de répondre au message de Jean concernant son inquiétude et sa question : "Le Christ qu'ils prêchaient, où est-il maintenant ?"


IL EST TOUJOURS PRESENT ! Relisez svp ce qu'a écrit ce cher prêtre de 94 ans : "Il est là qui prie en moi, qui vit en moi..."


La solitude est un sentiment bien humain et bien compréhensible. Souffrir de la solitude pour un prêtre n'est  absolument pas un
"contre-témoignage" !   Homme de Dieu, le prêtre n'en est pas moins un homme, tout simplement, avec les mêmes souffrances que nous tous.


Et si "contre-témoignage" il y a, alors ce dernier est plutôt apporté par nous qui nous disons vouloir suivre le Christ et qui n'agissons pas en conséquence. Rendre visite à une personne
souffrante, c'est justement lui montrer un reflet de la Tendresse de Notre Père.


 



annemarie 17/08/2010 19:59



dans notre societe ou le progres consiste a remplacer l'homme...........


RIEN NE PEUT REMPLACER LES VRAIS RELATIONS HUMAINES


QUELLES  QUEL SOIT