Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
 Le presbytère virtuel d'un prêtre

A quoi bon prier, si Dieu n’exauce pas mes prières ?

19 Septembre 2005 , Rédigé par Xavier Cormary Publié dans #Textes de réflexion

 Voilà une vraie question à laquelle chacun se trouve confronté tôt ou tard. Les évangélistes notent d’ailleurs que Jésus lui-même fit cette douloureuse expérience de la prière non exaucée, puisque sa première demande, au jardin des Oliviers, consistait à prier son Père "d’écarter de lui cette coupe", c’est à dire de lui épargner la souffrance et la mort. Qui d’entre nous n’en a pas voulu au bon Dieu, un jour ou l’autre, d’avoir laissé mourir un parent ou un ami très cher, pour lequel il avait pourtant fait de nombreuses et ferventes prières ? Comme Marthe à la mort de son frère, nous sommes tentés d’adresser à Dieu des reproches : "Si tu avais été là, mon frère ne serait pas mort..." (Jn 11,21) Mais la foi nous pousse, comme Marthe, à dépasser ce moment de révolte et, comme Jésus, à assortir nos demandes d’une remise confiante de nous-mêmes entre les mains du Père : "Pourtant, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux !" (Mc 14,36)

 Il en va de la prière comme du reste : l’amour supporte mal les contraintes. Cela vaut pour Dieu qui quémande notre amitié et notre collaboration sans s’imposer à nous. Cela vaut aussi pour la manière dont nous nous adressons à Lui en lui exprimant nos propres désirs, sans nous croire obligés d’y adjoindre des ultimatums ! Et si, en effet, la prière de demande servait, non pas à informer Dieu de nos besoins, mais à nous donner le temps, sous son regard, de nous ajuster à Lui et, s’il le faut, de convertir nos désirs ? La question mérite au moins d’être posée...

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

marie.l 08/07/2008 08:25

Ingrid Bétancourt "ma foi m'a sauvé!" Merveilleux, P. Xavier, merveilleux, Dieux est à l'oeuvre quand Il le veut, quand Il juge que c'est le moment, Il se manifeste.La prière sert à quelque chose quand elle est sincère, quand on s'adresse  à Dieu avec humilité, j'y crois. Elle ne résoud pas tous les problèmes certainement pas de la manière dont nus le voulons, mais si on regarde bien autour de nous bien Il est là et Il manifeste sa présence en nous donnant le courage et la force de continuer dans la prière. Puis le moment tant attendu restera mystérieux, c'est Lui qui décide.J'aime les mots d'Ingrid quand les mots de l'évangile, les mots de Jésus lui viennent à ces lèvres : "béni ton ennemi" pas facile d'accepter ces paroles mais à travers la prière, la force nous est donnée pour accepter, puis "l'horreur disparaissait, une transformaion en moi", preuve que l'amour de Dieu était présent.Merci Ingrid de votre témoignage même si ça commence à déranger certains !!!P.Xavier a dû partir en vacances pour qu'il ne mette pas d'article sur son blog. Nous verrons bien à son retour ce qu'il pense d'Ingrid.

Pierre Fosséprez 26/05/2006 17:13

J'élevais des brebis, elles m'ont appris beaucoup.
J'avais pris la route, quelques mois, pour servir dieu et j'étais rentré chez moi. Pour mon dernier agnlage. J'avais quitté la bergerie un instant, devant téléphoner, et à mon retour je trouvais un agneau juste né, étouffé pa la poche amniotique. Je voulais le ranimer et je n'y arrivais pas. C'st pas juste! Non! C'est pas juste!!!
Père! Salaud! Je fais tout pour toi! Pourquoi je ne peus pas réssusiter cet agneu? Je peux le faire, alors pourquoi pas aujopurd'hui?
Je quittais la bergerie, pleurant de colère et m'abandonnais bottes crottées aux pieds dans un fauteuil. Je m'assoupissais...
Pierre...
Hmm?
Qu'as-tu souhaiter aujourd'hui?
Ben... Du colostrum, pour les petits agneaux qui en auraient besoin. Puis, si j'avais un peu de lait, pour moi, puis de la viande, je diras pas non...
Alors?
Merde!
Je retournais à la bergerie, traire la brebis; lui pris son agneau en lui disant; ne t'en fait pas, brebis, je t'en donnerais un autre. Ce que je fis trois jours plus tard. Et je dépiautais l'agneau mort, pour sa viande.
J'avais simplement été exhaussé. Mais je ne l'avais pas vu.
 
Pierre

PhÚne 29/11/2005 10:10

Hérésie! L'Amour supporte toutes les contraintes car si nous comprenons le subtil message de Dieu à travers elles, elles se transforment aussitôt en libération

sylvie GALIANA 14/10/2005 14:38

j'aime beaucoup ta façon de penser!!!
j'ai pu lire ton commentaire "Dieu existe-il?" ou "l'histoire du barbier" sur un autre site ce qui donné envie de mieux te connaitre! vraiment j'admire! car c'est pas toujours facile de répondre à un non croyant!!et merci pour tes encouragements à la prière!!! cilvy