Le petit pain caché

Publié le par Xavier Cormary

 

Il était une fois un joli petit pain tout doré, tout mignon. Il était si bon, qu’on avait envie de le croquer en le voyant.  Ce petit pain était si fier de lui qu’il aimait se trouver bien en vue dans la vitrine de la boulangerie. Le boulanger d’ailleurs l’avait mis à la place d’honneur dans sa vitrine…  mais à chaque fois qu’un client rentrait, le petit pain se cachait au fond du panier, car il avait peur d’être vendu et d’être mangé. Sa peur devint si grande qu’il décida, malgré son désir d’être regardé et admiré de se glisser sous la table de la vitrine : « Là au moins, je serai en sécurité, et personne ne pourra plus me manger ! »

 

Les jours passèrent, et le petit pain resta sous la table. La boulangère quand elle nettoya son magasin découvrit le petit pain. Il était devenu tout pâle, tout dur, et en plus, il avait commencé à moisir. « Un pain moisi, ce n’est plus bon à rien, quel dommage ! » Et la boulangère le jeta à la poubelle…

 

Publié dans Eucharistie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

RIVIERE 03/02/2007 12:27

le bon paix pain
c'est le partage
la croute c'est notre envellope terrestre
la mie c'est le coeur de Dieu
c'est comme en famille la maman donne pur que ses enfants ait la meilleure part
mais la meilleure part c'est le don de soi pour que les autres vivent de nouveau

maricris 03/02/2007 09:20

voilà que notre bon père Cormary nous parle en paraboles comme celles de l'Evangile : si j'ai bien tout compris, le petit pain qui devient tout dur et tout moisi, c'est chacun d'entre nous si nous vivons l'égoïsme et non le partage, si nous nous recroquevillons et ne devenons pas nourriture pour les autres, pas dans le sens d'être dévorés mais d'offrir de quoi vivre, se développer à tous les niveaux,(partage matériel, intellectuel, spirituel) nous avons donc à devenir "bon pain", elle est bien jolie votre parabole j'espère que l'adulte que je suis aura compris aussi bien que les enfants autour de nous tous.