Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog d'un prêtre catholique engagé au cœur du monde... Voici mon presbytère virtuel, sans porte ni sonnette. Entrez, et venez voir ! Vous voulez voir à quoi ça ressemble un cyber curé ? Venez donc faire un tour chez moi ! La vie c'est trop important pour ne pas la réussir ! ....     .      . C'est aussi mon objectif ... Pas vous ?

Le presbytère virtuel d'un prêtre bien réel ... Bienvenue :venez et voyez !

Blog d'un prêtre catholique engagé au cœur du monde... Voici mon presbytère virtuel, sans porte ni sonnette. Entrez, et venez voir ! Vous voulez voir à quoi ça ressemble un cyber curé ? Venez donc faire un tour chez moi ! La vie c'est trop important pour ne pas la réussir ! .... . . C'est aussi mon objectif ... Pas vous ?

Unifier sa vie en Christ

com

Une aspiration profonde habite le cœur de tout homme : que sa vie soit unifiée, réussie, rayonnante.

Croyant ou non, nous voulons tous que notre vie nous conduise à un épanouissement humain, social, physique et spirituel (ou psychologique).

Les croyants que nous sommes veulent chercher en Dieu la source de cette « communion ».

Unifier sa vie d’homme passe par Dieu puisque nous croyons en un Dieu dont la route croise celle des hommes.

Nous ne pouvons séparer notre bonheur de celui de nos frères, depuis que le Christ s’est fait solidaire de l’humanité tout entière.  Commençons par porter un regard sur l’Eglise afin de mieux comprendre que les appels que l’homme porte en lui se trouvent exprimés dans la vie de l’Eglise.

 

1 – L’unité de l’Eglise

 

         A - Puisée dans l’Eucharistie

 

Au cœur de l’Eglise il y a l’Eucharistie, « source et sommet de la vie chrétienne » (Concile Vatican II). L’Eucharistie, c’est le lieu de la rencontre où Dieu nous redit sa proximité et son salut en Jésus ressuscité.

  • PROXIMITE : « Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique » (Jn 3, 16) L’Incarnation qui nous parle de cette présence intime de Dieu dans la vie des hommes, comme pour dire que toute action, toute la vie a du prix aux yeux de Dieu : sens de l’offrande à la messe : le pain et le vin sont signes de notre travail, signes de toute la vie des hommes.
  • SALUT : Nous recevons de Dieu les biens terrestres. Nous les lui offrons, les lui présentons avec tout ce que nous transformons dans le monde. Il en fait le signe de sa Présence en mettant dans  ses offrandes toute la force et la grandeur de son Amour. Nous les recevons et les assimilons pour que nous devenions ce que nous recevons : le Corps du Christ.

Dieu devient plus intime à nous-mêmes que nous-mêmes. L’unité s’accomplit dans ce mystérieux échange.

 

Un signe dans l’Eucharistie : l’eau mêlée au vin :

            « Quand le calice de l'eau se mêle au vin, c'est le peuple qui se mêle avec le Christ, et la foule des croyants qui se joint et s'unit à celui en qui elle croit. Ce mélange, cette union du vin et de l'eau dans le calice du Seigneur est indissoluble. (...) Mais quand on consacre le calice du Seigneur, on ne peut offrir l'eau seule, pas plus qu'on ne peut offrir le vin seul. Car si l'on offre le vin seul, le sang du Christ est présent sans nous ; si l'eau est seule, voilà le peuple sans le Christ. » (Correspondance de St Cyprien, Epist. 63, 13,1-4)

 

 

  

            B – Unité de l’Eglise

 

Jésus meurt pour réunir dans les enfants de Dieu dispersés (Jn 11, 52). Unir, ce n’est pas uniformiser. Ce n’est pas gommer les différences. Mais c’est permettre aux différences d’enrichir l’expression de la réalité qu’est l’Eglise. « S’accueillir différent pour s’aimer complémentaires »

Que chacun essaye de ressembler au Christ pour se trouver lui-même et ainsi rendre l’Eglise plus belle de sa particularité personnelle.

 

 

         C – Par l’Esprit Saint qui l’accomplit

Le nœud du problème, ou plutôt de la question, c’est que nous nous croyons capables de tout faire par nous-mêmes, alors que Jésus ne cesse de nous rappeler « Sans moi, vous ne pouvez rien faire »  et Jésus nous oriente aussi vers le Père «  Le Fils ne peut rien faire s’il ne le voit faire » (Jn 5, 19). St Thomas d’Aquin disait : « La concorde n’est par l’uniformité des opinions, mais l’accord des volontés… » Alors, « Père, que ta volonté soit faite » (Mt 26, 42).

L’Esprit révèle à notre esprit la volonté de Dieu. Compter sur Dieu, c’est faire confiance à celui qui sait mieux que nous ce dont nous avons besoin pour être heureux, unifié.

 

2 – L’unité de la vie du croyant

 

         A – Diversité des croyants

 

Georges ne ressemble pas à Bernard qui n’a aucun point commun évident avec Jérôme !

Nos vies, nos vies spirituelles, nos vies chrétiennes sont façonnées par notre histoire et notre personnalité.

Chacun doit donc trouver, grâce aux moyens de la foi, son chemin personnel pour unifier sa vie en Christ.

Pas de recettes mais des pistes :

- Lourdes responsabilités professionnelles ? Temps personnels de prière et d’abandon.

- Vie familiale agitée ? Accueillir l’Evangile comme Bonne Nouvelle aujourd’hui !

- Vie affective épanouie ? Action de grâce et louange ! l’Eucharistie !!!

- Incapacités et découragements ? La Miséricorde du Seigneur !

- Questions fondamentales ? Ne pas rester seul : un chrétien seul est un chrétien en danger !

-  Epreuves de santé ? Contemplation de l’oeuvre de Dieu auprès des petits et des pauvres.

- Soucis avec les enfants ? Echanger, parler, confier à Dieu, à d’autres parents, pour ne pas désespérer.

- Besoin de reconnaissance ? Se donner soi-même ; donner son temps : bénévolat…

-Vie sereine et pépère ? Un pèlerinage, une retraite spirituelle pou ne pas s’endormir…

 

         B – Une même vocation

 

N’allons pas chercher ailleurs le lieu et le lien de notre vie. Jésus est avec nous tous les jours. Nous sommes appelés à nous sanctifier dans la réalité de notre vie quotidienne. Une foi qui serait théorique, spirituelle, et sans influence sur nos actions, nos pensées, nos décisions professionnelles, familiales, ne serait nullement chrétienne.

 

« Là où sont vos frères, les hommes, là où sont vos aspirations, votre travail, vos amours, là se trouve le lieu de votre rencontre quotidienne avec le Christ. C'est au milieu des choses les plus matérielles de la terre que nous devons nous sanctifier, en servant Dieu et tous les hommes.

(…) Vous devez maintenant com­prendre - avec une clarté nouvelle - que Dieu vous appelle à le servir dans et à partir des tâches civiles, matérielles, séculières de la vie humaine : c'est dans un laboratoire, dans la salle d'opération d'un hôpital,  à la caserne, dans une chaire d'université, à l'usine, à l'atelier, aux champs, dans le foyer familial et au sein de l'immense panorama du travail, c'est là que Dieu nous attend chaque jour. Sachez-le bien : il y a quelque chose de saint, de divin, qui se cache dans les situations les plus ordinaires et c'est à chacun d'entre vous qu'il appartient de le découvrir. »

 

S. JOSÉ MARIA ESCRIVA DE BALAGUER

 

         C – Ut unum sint : qu’ils soient Un (Jn 17, 20)

 

Etre unis les uns aux autres, c’est ainsi que l’on comprend souvent cette invitation, cette prière de Jésus. Mais l’unité extérieure est aussi à construire d’abord intérieurement : Que tous, que chacun soit UN ! L’unité de notre vie, c’est aussi un objectif à notre foi ! Et un objectif qui a des conséquences et des résultats missionnaires « pour que le monde croie »

 

 

Le chemin de l’unité, c’est l’offrande et l’abandon : « S’abandonner sans jamais abandonner ! »

 

 

Unis dans la foi et la charité

O Dieu, Père de Notre Seigneur Jésus-Christ, notre seul Sauveur, le Prince de la paix, donne-nous la grâce de prendre à coeur sérieusement les grands dangers que nous courons par nos malheureuses divisions. Enlève toute hostilité et préjugé, et tout ce qui pourrait nous éloigner de l'Union et de la Concorde en Toi.

 

De même qu'il n'y a qu'un seul Corps, un seul Esprit, une seule Espé­rance au terme de l'appel que nous avons reçu, un seul Seigneur, une seule Foi, un seul Baptême, un seul Dieu et Père de tous; de même, que nous soyons tous désormais un seul coeur et une seule âme, unis par le seul nœud saint de la Vérité et de la Paix, de la Foi et de la Charité; et que nous te glorifiions d'un seul esprit et d'une seule bouche, par Jésus-Christ Notre Seigneur.  Amen!

LITURGIE ANGLICANE

 

BIBLIOGRAPHIE :

 

-         les épîtres de Saint Paul

-         Textes de références du Concile Vatican II : Lumen Gentium

-         Ut unum sint   encyclique de Jean-Paul sur l’œcuménisme (1995)

-         Christifideles laïci (exhortation du synode romain de 1987)

-         La messe, tout simplement Robert Cabié (Editions ouvrières)

-         L’Eglise Mgr Robert Coffy (Desclée)

-         Miettes de la Parole Cardinal Martini (Editions St Augustin)

-         Les saints de l’an 2000, pourquoi les massacrer ?  Daniel Ange ( Editions St Paul)

-         Je vous appelle amis Timothy Radcliffe o.p. (Cerf)

-         Choisis la vie Yves Boulvin et Anne Villemin  (Editions Béatitudes)

Print
Repost

Commenter cet article

rayssiguier jérÎme 25/02/2006 15:00

bonjour isabelle.
Personnellement à ta question sur la quête de la foi comme le Saint Graal , je citerai une phrase biblique de jésus " qui cherche trouve".
Cela peut peut être paraitre simpliste de l'extérieur mais je ne vois pas de meilleure réponse.
Dieu n'a jamais trahit celui qui va vers lui de manière sincère.
Amitié.
Jérôme.

isabelle 02/08/2005 12:49

Bonjour,
Je parcours avec intérêt votre site depuis quelques jours car comme tout un chacun c'est un sujet qui m'intéresse. Je ne suis moi même pas catholique (baptisée protestante dans ma tendre enfance, ayant suivi le"Cathé protestant" mais n'ayant pas fait ma confirmation car je ne "croyais pas"). Puis je vous poser une question (ou plusieurs) sur la foi? Peut on avoir une foi "non ratachée" à une quelquonque religion ? Peut on ne jamais ressentir "avoir la foi" ?
Cordialement,

isabelle