Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Xavier Cormary

Des gestes et des rites pour notre foi
 
Un rite kezako ?
Un rite, c’est un geste, une parole, un chant, répété symboliquement à l’occasion d’un événement profane (souffler les bougies de son gâteau d’anniversaire) ou religieux (le signe de la croix). Tout groupe humain possède des rites. En les répétant, ce groupe assure sa cohésion. Avoir participé au rite d’un groupe, avoir été initié, c’est avoir sa place dans ce groupe.
 
Le signe de la croix
Ce geste fort et beau devrait toujours être fait avec respect et dignité. En traçant sur nous la croix, nous montrons que nous appartenons à Dieu, et que c’est par la croix du Christ que nous sommes sauvés. C’est déjà une belle prière silencieuse…
Etre debout
C’est l’attitude la plus importante de la messe et dans la prière. Par le baptême, nous sommes, avec Jésus ressuscité « relevés d’entre les morts ». Prier debout, c’est prier comme des ressuscités !
La Génuflexion
En arrivant dans une église, spécialement si la lampe rouge nous dit que la présence de Jésus demeure au tabernacle, on s’arrête devant le tabernacle et on met un genou par terre. Ce geste exprime l’humilité et le respect : « Je me sens tout petit devant toi Seigneur, mais je sais que ton amour et ta grandeur me relèvent ».
L’inclination
S’incliner, c’est saluer avec respect. Lorsqu’on s’incline pendant la messe ou en arrivant à l’église, on dit avec son corps qu’on reconnaît une présence qui nous accueille et vient vers nous : celle du Seigneur. C’est aussi vrai en particulier au moment de la consécration à la messe : on s’incline après que le prêtre ait présenté le Corps et le Sang du Christ.
Se frapper la poitrine
En disant « Je confesse » ou bien « Agneau de Dieu », ou encore pendant le sacrement de réconciliation, le croyant se frappe la poitrine : ce geste exprime publiquement que l’on se reconnaît pauvre et pêcheur.
Etre assis
C’est une position de repos destinée à une meilleure écoute, ou adapté pour la prière personnelle.
Le rite de l’eau bénite
On trouve souvent de l’eau bénite à l’entrée de l’église. Faire le signe de la croix avec cette eau, c’est se replonger dans la grâce de notre baptême et se rappeler que nous sommes enfants de Dieu. Parfois, le prêtre au cours de la messe asperge l’assemblée avec cette eau. Il rappelle que c’est le Seigneur qui vient nous laver de nos péchés et qu’il nous appelle à vivre en enfants de Dieu. L’eau sert aussi à bénir un objet ou le corps d’un mort. C’est Dieu qui donne vie aux hommes et qui bénit tout ce qui leur est utile pour vivre.
La signation avant la lecture de l’Evangile
Faire un signe de croix sur le front, sur les lèvres et sur le cœur avant d’écouter la parole de Jésus, c’est exprimer notre désir que cette parole pénètre mon intelligence pour que je la comprenne, vienne sur mes lèvres pour que je la proclame, et demeure en mon cœur pour que je la vive chaque jour.
Prier les mains jointes
Mains jointes pour la prière, mains ouvertes pour l’action… Prier et agir sont les deux mouvements de la vie chrétienne. Les mains ouvertes expriment le désir de donner ou de recevoir, les mains jointes expriment le désir d’être uni à Dieu !
S’agenouiller
Dans l’Eglise ancienne, se mettre à genoux était la grande attitude pénitentielle pour supplier Dieu. De nos jours, c’est surtout une attitude d’adoration. On se met à genoux pour la consécration à la messe ou lorsqu’on expose le Corps du Christ.
Gestuer le Notre Père
Prier le Notre Père d’abord avec son cœur, car c’est la plus belle des prières. On peut aussi dire ces paroles et y associer son corps. Que tout notre être soit tourné vers Dieu. Mais si les gestes détournent notre cœur, il vaut mieux le cœur que le corps !
Le geste de paix
Le prêtre invite avant de communier les chrétiens à se donner « la paix du Christ ». Ainsi nous pouvons prendre conscience que nous pouvons être les « ambassadeurs du Christ » pour transmettre sa paix aux autres, et aussi découvrir à travers les autres que Dieu vient me montrer sa présence et sa paix.
Le geste de communion
S’approcher lentement, dignement… Ouvrir ses mains en faisant avec sa main droite un trône pour la main gauche. Tendre la main comme un mendiant et recevoir au creux de ma main le Corps du Christ. Répondre par un bel amen qui exprime la foi en la présence de Jésus dans ce pain. Et communier de suite en portant délicatement l’hostie à la bouche. En revenant à sa place, rendre grâce, prendre le temps du cœur à cœur avec Jésus, dans le silence ou la joie de chanter avec toute l’assemblée.
Bras croisés
sur les épaules
Les enfants qui ne communient pas encore, les adultes qui sont empêchés de communier et tous ceux qui se sentent mal préparés sont invités à s’avancer dans la procession de communion bras croisés sur les épaules. Ils disent ainsi leur disponibilité à accueillir le Seigneur sans pouvoir recevoir son Corps.
 

Commenter cet article

Apôtre 03/10/2014 12:11

Merci pour ces informations combien fortifiantes. Je souhaiterais qu'on nous montre plus combien effectuer ces gestes dont la signification a été ci-dessus donnée

Myriam Rita 23/11/2006 22:45

Oui, c'est ce que j'ai appris chez les soeurs...
Lors de mon entrée en Eglise au mois de juin dernier, j'ai reçu en quelques sortes le signe de croix, que je peux enfin faire. On nous fait patienter, nous, futurs baptiser justement pour ne pas le faire n'importe comment, et nous enseigner le pourquoi. Nous avons aussi reçu ce que j'appelle "les croix de l'évangile" (sur le front, les levres, et le coeur). Ce n'est pas comme si on nous avait dit de le faire comme et quand on voulait, là c'est totalement différent, on prend plaisir à le faire, on sait pourquoi on le fait et surtout on aime le faire car c'est pour notre Seigneur.

marie l. 18/11/2006 09:20

Eh bien, bravo! un petit rappel qui fait plaisir,  tous ces gestes, il faudrait les apprendre aux enfants pour qu'ils en prennent l'habitude, et de leur faire comprendre l'importance de ces gestes et les respecter c'est respecter notre Seigneur, et pourquoi pas les redire aux adultes,  je suis sûre que certains n'en savent plus le sens et même les oublient. Il faut les faire et les  respecter c'est notre religion, et nous savons oh combien le Seigneur est grand et nous lui devons beaucoup . Imaginez que le Seigneur apparaîsse dans le coeur, aurions-nous une attitude légère ? Bien sûr que non !  toutes les personnes présentes se prosterneraient devant Lui , alors faisons le puisqu'Il est là face à nous, quand on rentre dans une église , on y sent bien sa présence !

maricrist 18/11/2006 09:14

mais que c'est beau ! j'aime votre texte et, dire et redire à quoi correspondent gestes et paroles n'est pas vain mais évangélisation pour toutes les générations.
Je lis l'esprit d'un Prêtre, merci à vous et à tous vos Frères et salutations à votre paroisse.
(au fait, n'est ce pas dans votre contrée qu'il y a l'abbaye d'En Calcat avec les belles tapisseries de Don Robert ?).