Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Miniritou

Je suis régulièrement confronté à des situations familiales douloureuses, conflictuelles, à des relations marquées par l’indifférence, le découragement, voire parfois, la haine et le mépris. Des jeunes sont éjectés de leur famille, les parents ne veulent plus s’occuper de leurs enfants à 18 ans. Des grands parents n’ont jamais rencontré leurs petits-enfants, à cause de conflits avec leurs enfants ; des parents n’admettent pas les modes de vie de leurs enfants et les ont rejetés… Tant de situations humaines souvent très douloureuses, parce que la famille est un lieu refuge et cocon dans cette société en perte de sens…

L’Eglise se préoccupe souvent de la Famille et s’inquiète souvent des dérives imposées à la famille : travail du dimanche ; rythmes scolaires ; lois visant à affaiblir le mariage entre un homme et une femme ; adoption ; méthodes éducatives... L’Eglise, dans les paroisses, est souvent la seule institution qui propose un accompagnement des couples vers le mariage, les fiançailles. Elle est engagée auprès des enfants abandonnés, des filles-mères, des femmes traumatisées après un ou plusieurs avortements.

Nombre de problèmes dans notre société trouvent leurs causes dans une déficience et une carence au sein de la famille : délinquance juvénile ; absentéisme scolaire ; marginalisations de jeunes en échec scolaire ; les problèmes psychologiques chez les enfants sont souvent dus à un traumatisme affectif : divorce ou tensions familiales. Un défaut d’éducation affective et humaine, et ce sont des comportements à risques : drogue et alcool ; relations sexuelles précoces avec leurs conséquences ; Une absence d’éducation spirituelle et c’est aussi une crise de sens et d’identité qui s’insinue chez ces jeunes.


Une autre difficulté concerne les familles issues de l’immigration : leur intégration en France pose parfois problème : comment proposer à des jeunes, nés en France, qui restent « étrangers » à cause de la couleur de leur peau, une véritable intégration, sinon par un changement radical de regard sur l’autre, celui qui est différent ?


Les instances publiques doivent promouvoir la famille : c’est une question de vie ou de mort de notre société ! SOS ! Familles en détresse ! URGENCE absolue !

Commenter cet article

annemarie 27/08/2009 18:21

il y a des situations ou ont dit l'humanité "fout le camp a petit feu excusez du terme voir depeche
Une agence de la banque LCL (ex-Crédit lyonnais) a dénoncé à la police, au début du mois d'août, un de ses clients sans papiers, révèle mercredi 26 août le site Internet Rue 89. Une affaire d'"interpellation déloyale", qui n'est pas isolée. C'est à l'occasion d'un demande de renouvellement de sa carte de crédit que Mamdou, un Malien sans papiers, a été convoqué par sa banque, une agence de la LCL à Aulnay-sous-Bois, pour en réalité se voir arrêter par la police et conduit en centre de rétention administratif.
















Portfolio sonore Des sans-papiers investissent l'Urssaf pour obtenir leurs cotisations
Edition abonnés Archive : L'Italie découvre l'utilité sociale de ses sans-papiers





"La loi encourage les vérifications d'identité aux guichets des banques", note Rue 89. Mais pour les cas d'escroquerie ou de malversations. Bien au contraire, ce genre de convocation suivie d'arrestation est dénoncée par la Cour de cassation dans un arrêté du 6 février 2007. Ces pratiques, notamment de la part des préfectures, étaient alors qualifiées d'"interpellations déloyales". Mais jusque-là ce qualificatif était réservé aux services publics.
Dans le cas de Mamdou, le juge des libertés et de la détention a décidé de le relâcher. Même si une obligation de quitter le territoire lui a été délivrée, il s'agit là, selon Rue 89 de l'arrivée de l'"interpellation déloyale" appliquée aux entreprises privées. En effet, un juge interrogé par le site d'information estime que la manière dont a été arrêté Mamdou "vicie nécessairement la procédure" et de ce fait empêche la reconduite immédiate à la frontière.
De quoi remettre en cause une pratique qui n'est pas isolée à en croire Rue 89, qui cite plusieurs cas similaires. En 2008, un client d'une grande surface avait été interpellé alors qu'il se faisait établir une carte de fidélité. Un client de la Fnac Montparnasse avait été dénoncé par le caissier alors qu'il allait payer ses achats par chèque.
a quand les rafle..................

marie.l 27/08/2009 17:58

Oh Anne-Marie, pardonner c'est tellement difficile, et pour cause, mais par contre vous avez raison et entièrement raison, même si le regard tue, si les mots tuent, si les gestes tuent , il ne faut jamais, jamais porter un regard détestable sur son prochain parce que Dieu n'est pas en nous. Mais comment le faire passer ce message à ces enfants en grandes difficultés qui ne connaissent pas Dieu et qui détestent ceux qui leur font du mal  ou qui disent tout simplement je ne crois plus en Dieu parce qu'Il m'a fait ça ?

annemarie 27/08/2009 16:58

tatie!tatie ! oui cheripourquoi il me traite de negre,de sale noir mon neveu  avait 7 ansmaintenant il est dans le genie civil  dans une grande boite internationalele racisme a l'etat brut il a connu lorqu'il est devenu sergent et est parti au kosovolorsque un de ces hommes l'avait traité de sale negremais là c'etait differentla personne a etait aux arrets histoire de mediter le respectlorsque le commandant l'a felicité pour avoir maintenu une bonne cohesion de son groupe,cela ne l'a pas empecher de reussir la formation a etait payé par l'armee de terrebientot il va partir en RUSSIE là ou il y a la centrale nucleairedu haut de ses 2.10mil n'y a rien a craindreil se rappelle de mamie Germainequi lui disait il faut pardonnersa mamie elle vit dans son coeur et il a 36ansquand le regard tuequand un geste tueil faut se demander a ce moment làcelui qui porte un regard detestable sur son prochainest ce que dieu est en lui!!!

marie.l 27/08/2009 08:16

Oui, mais comment Laetitia, si vous avez la réponse ça serait bien de nous la dire parce que c'est tellement difficile et ingrat d'aller vers ces familles qui se déchirent, vers ces jeunes qui ne veulent rien savoir parce qu'ils sont amers, à l'abandon, j'en vois tellement à l'école, quand un enfant change de comportement du jour au lendemain on ne se pose plus la question, on sait ce qui se passe, et on apprend quelque temps après que la famille se sépare. Un jour, un jeune très en colère, qui frappait tout le monde et s'en prernait particulièrement aux filles très agréssivement, je l'ai laissé , seul, dans son coin après une remarque, puis il est revenu tout seul petit à petit danbs le groupe, mais cela m'a contrarié et j'y ai pensé toute la nuit et j'ai demandé dans ma prière du soir comment faire, comment agir envers ce jeune, comment lui expliqué , sans parler de Dieu, qu'il  ait quand m^me aimé et protégé (c'est un enfant qui n'allait pas au caté bien entendu). Le Seigneur m'a donné le courage d'aller vers ce jeune , à l'écart, et m'a trouvé les mots pour lui parler et il a compris que ce n'était pas pas la violence qu'il allait régler son problème que je savais, il m'a regardé et m'a simplement dit "merci", je vais essayer, et on s'est fait un bisou. Mais il y a eu encore des moments difficile pendant sa scolarité au primaire mais on se regardait et ça passait. Mais quand il est rentré au collège, cela a été difféent, il s'est fait renvoyer à plusieurs reprises, rejeter par les autres jusqu'à ce que sa mère le présente devant un psycologue. Qulle tristesse, il y a deux jours jours justement, je l'ai vu en passant en voiture et il m'a fait un grand coucou de la main il était en vacances chez son père. Son père qui voulait en finir aussi, sa nouvelle compagne qui lui a "sauvé la vie" puisque elle est arrivée et lui a enlevé la corde qui'il avait mis autour de son cou. C

Laetitia 27/08/2009 04:44

bonjour,je suis tout à fait d'accord avec le Père Xavier. Nos familles sont en danger... Mettons tout en oeuvre pour les sauver!