Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Miniritou

Les polémiques qui se succèdent et qui sont le plus souvent issues de l’interprétation abusive et réductrice par les journalistes des propos du pape ne doivent pas nous faire oublier l’essentiel. On peut être dérangé par  ce que dit le pape. On a même le droit de critiquer tel propos ambigu, puisqu’il est un guide et que notre confiance en l’Eglise n’est pas aveugle mais s’enracine dans l’Evangile du Christ.

Alors justement, devant une question de société qui interroge notre foi, le SIDA, les relations sexuelles, l’éducation affective, mais aussi d’autres questions comme le respect de la vie, le mariage… Nous devons, comme chrétiens revenir à l’Evangile.  Jésus n’a jamais parlé du préservatif. L’Evangile ne donne pas de réponse toute faite sur l’avortement. Le SIDA est une maladie qui mérite l’attention et la compassion de l’Eglise, puisque les premiers touchés sont souvent les plus fragiles dans la société.

Pourtant, Jésus a toujours préféré l’amour au sexe, la responsabilité au désengagement personnel.

On ne peut baser une politique de prévention des accidents de moto uniquement sur l’obligation de porter un casque, en prétextant qu’aucun accident n’arriverait à celui qui porte son casque. Le pape rappelle avec maladresse sans doute, mais avec un vrai bon sens, des exigences que l’on n’est pas prêts à entendre. Les africains ont bien mieux reçu son message que les journaux européens.

Si la parole de l’Eglise dérange encore, c’est qu’elle a du sens, même si ce sens est contesté et rejeté. Jésus lui-même ne s’est pas fait que des amis parmi ses auditeurs. Le chrétien n’a pas mission de défendre le pape, mais de défendre l’Evangile.

Que l’Evangile soit notre boussole et notre casse-croute, au lieu d’orienter notre vie et nos opinions sur la Dépêche du Midi ou de casser du sucre sur notre pape qui a besoin d’abord de notre prière. Si les chrétiens ne sont plus des contestataires animés par l’Amour, au sein de l’Eglise et dans le monde, ils ont sans doute perdu le sel de l’Evangile !

Commenter cet article

Nathalie 03/05/2009 08:54

Non, il ne s'agit pas de défendre le Pape, mais au fond, un peu si... tout de même. Pourquoi défendre le Pape ? Parce que comme nous le rappelle le CEC au § 882, je cite, c'est bien mieux écrit que je ne le ferait moi-même : "Le Pape, évêque de Rome et successeur de S. Pierre, " est principe perpétuel et visible et fondement de l’unité qui lie entre eux soit les évêques, soit la multitude des fidèles " (LG 23). " En effet, le Pontife romain a sur l’Église, en vertu de sa charge de Vicaire du Christ et de Pasteur de toute l’Église, un pouvoir plénier, suprême et universel qu’il peut toujours librement exercer " (LG 22 ; cf. CD 2 ; 9)."A ce titre, pouvons-nous négliger, ou insulter (comme je l'ai entendu de mes propres oreilles ou lu de ci de là)  le Saint Père ? pour ceux qui ont pris la peine de se renseigner sur cette affaire et lire les documents nécessaires, qu'ont ils trouvé à reprocher au St Père dans ses propos ? N'a t il pas été dans son rôle à cette occasion ? N'a t il pas été lui-même guidé par les Evangiles et animé par l'amour ? Si ce n'est pas le cas, que l'on me prouve le contraire, car je n'ai jamais entendu ou lu qui que ce soit d'autre oser demander par exemple l'accès aux soins gratuits pour les malades du sida de ce continent - donc s'attaquer aux brevets des médicaments de l'industrie pharmaceutique - et pour ceux qui auraient connaissance de ce propos, celui-ci ne leur presque vient jamais au bout des doigts sur le clavier de leur pc pour en faire part aux autres. Est-ce à dessein ? J'espère que non.

annemarie 08/04/2009 18:44





Page 1




1

V

IA

C

RUCIS

DU

P

AUVRE

Texte: Esteban Gumucio ss.cc (Chili)

1

Peintures: www.evangile-et-peinture.org
Photo: Enfants- Inde - sscc

PREMIÈRE STATION
PREMIÈRE STATION
PREMIÈRE STATION
PREMIÈRE STATION

(Jésus est condamné à mort)

2

Le Pauvre se trouvait en face de tous les pilates.
Les pilates lui demandèrent: "C’est quoi la pauvreté?"
Le Pauvre ne sut pas la définir. Il avait des mains de pauvre, un silence de pauvre, et un regard, le
même depuis des siècles, innocent et endolori par la faim.
Les pilates se lavèrent les mains.
L’eau dans le lavabo des pilates se changeait en or ("en or menacé", disaient-ils...). "Il faut sauver
notre or!" criaient les courtisans... "Si tu ne condamnes pas le Pauvre, tu n’es pas un ami de César."
Les pilates appelèrent leur ministre des finances. "C'est bien, dit le ministre, crucifiez-le pour que le
dollar ne baisse pas... Et vous, enrichissez-vous!".

DEUXIÈME STATION
DEUXIÈME STATION
DEUXIÈME STATION
DEUXIÈME STATION

(Jésus est chargé de sa croix)

Depuis le jour de sa naissance, la Croix était préparée.
Pourtant, quand le Pauvre naquit, son père, qui était pauvre lui-aussi, avait dit:
"Pour élever cet autre enfant, Dieu ne nous manquera jamais."
Dieu ne manqua pas, et, jamais ne manquera; mais en revanche, le toit, le pain
et les vêtements, oui.
La mère porta la croix à l’hôpital très souvent. Elle s'y rendait enveloppée de
l’unique couverture. Elle y allait avec la croix dans le ventre gonflé pour
chercher la caisse de lait bon marché

3

qu’ils lui donnaient une fois par mois...
Et la croix était écrite sur plusieurs papiers et certificats qui accompagnaient
les longues attentes des pauvres lorsque la vie va naître...
L’enfant naquit. Dans la ruelle, sa croix se joignait avec tant d’autres croix que cela ressemblait à
un cimetière d’enfants.
Alors, l’enfant grandit comme il put, jusqu’au jour où il eut la force de la lever et de la charger sur
ses épaules.

1

"Vía Crucis del pobre", Esteban G

UMUCIO

am 08/04/2009 13:43








Page 1




1

V

IA

C

RUCIS

DU

P

AUVRE

Texte: Esteban Gumucio ss.cc (Chili)

1

Peintures: www.evangile-et-peinture.org
Photo: Enfants- Inde - sscc

PREMIÈRE STATION
PREMIÈRE STATION
PREMIÈRE STATION
PREMIÈRE STATION

(Jésus est condamné à mort)

2

Le Pauvre se trouvait en face de tous les pilates.
Les pilates lui demandèrent: "C’est quoi la pauvreté?"
Le Pauvre ne sut pas la définir. Il avait des mains de pauvre, un silence de pauvre, et un regard, le
même depuis des siècles, innocent et endolori par la faim.
Les pilates se lavèrent les mains.
L’eau dans le lavabo des pilates se changeait en or ("en or menacé", disaient-ils...). "Il faut sauver
notre or!" criaient les courtisans... "Si tu ne condamnes pas le Pauvre, tu n’es pas un ami de César."
Les pilates appelèrent leur ministre des finances. "C'est bien, dit le ministre, crucifiez-le pour que le
dollar ne baisse pas... Et vous, enrichissez-vous!".

DEUXIÈME STATION
DEUXIÈME STATION
DEUXIÈME STATION
DEUXIÈME STATION

(Jésus est chargé de sa croix)

Depuis le jour de sa naissance, la Croix était préparée.
Pourtant, quand le Pauvre naquit, son père, qui était pauvre lui-aussi, avait dit:
"Pour élever cet autre enfant, Dieu ne nous manquera jamais."
Dieu ne manqua pas, et, jamais ne manquera; mais en revanche, le toit, le pain
et les vêtements, oui.
La mère porta la croix à l’hôpital très souvent. Elle s'y rendait enveloppée de
l’unique couverture. Elle y allait avec la croix dans le ventre gonflé pour
chercher la caisse de lait bon marché

3

qu’ils lui donnaient une fois par mois...
Et la croix était écrite sur plusieurs papiers et certificats qui accompagnaient
les longues attentes des pauvres lorsque la vie va naître...
L’enfant naquit. Dans la ruelle, sa croix se joignait avec tant d’autres croix que cela ressemblait à
un cimetière d’enfants.
Alors, l’enfant grandit comme il put, jusqu’au jour où il eut la force de la lever et de la charger sur
ses épaules.

1

dju770 07/04/2009 06:31

Oui, notre combat c'est l'Evangile ! Merci de le rappeler.

marie.l 01/04/2009 11:59

voilà un article qui me plait aussi, mais simplement une chose : je ne défends pas personnellement le pape, je défends l'Eglise, et le pape comme l'Eglise représente l'Evangile. Si nous avons un pape , quel qu'il soit : c'est notre pape, et on n'a pas à le salir, c'est lui qui est sur le siège de Pierre et nous n'avons pas le choix et arrêtons de comparer tel pape à une autre, nous-même nous sommes différents, chacun à ses idées,  à ses opinions, et ça ne plait pas à tous mais l'Evangile le dit bien, nous sommes tous différents et nous devons nous accepter dans nos différences, et que fait-on, nous critiquons une homme qui essaye de remettre l'Eglise sur pied, parce que nous sommes en train de tomber en ruine, plus personne ne veut de l'Eglise, plus personne se déplace pour les Rameaux, pour Noël, pour Pâques, on se bat pour faire venir les jeunes dans nos églises, et ils ne se déplacent pas, quoi faire? plutôt que de critiquer les faits et gestes de notre pape, de notre représentant, bien essayons de l'aider, dans la prière bien entendu mais il n'y a pas que la prière malheureusement, il y a l'action, le bénévolat, l'aide, l'engagement auprès des mouvements, etc..... Seigneur mais que fais-tu ? par moment je me demande si tu veux vraiment que nous avançions avec toi, j'ai l'impression que tu nous laisses !!! pourquoi tant de personnes t'ignorent, ne veulent plus aller au kt, à l'église, à la messe tout simplement. Pourquoi ?