Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog d'un prêtre catholique engagé au cœur du monde... Voici mon presbytère virtuel, sans porte ni sonnette. Entrez, et venez voir ! Vous voulez voir à quoi ça ressemble un cyber curé ? Venez donc faire un tour chez moi ! La vie c'est trop important pour ne pas la réussir ! ....     .      . C'est aussi mon objectif ... Pas vous ?

Le presbytère virtuel d'un prêtre bien réel ... Bienvenue :venez et voyez !

Blog d'un prêtre catholique engagé au cœur du monde... Voici mon presbytère virtuel, sans porte ni sonnette. Entrez, et venez voir ! Vous voulez voir à quoi ça ressemble un cyber curé ? Venez donc faire un tour chez moi ! La vie c'est trop important pour ne pas la réussir ! .... . . C'est aussi mon objectif ... Pas vous ?

Si le pape était pour le préservatif…

com
 … Il serait bien difficile de parler d’amour, de fidélité, de respect de l’autre !

Explication de texte du discours de l’Eglise sur le sujet

Le pape est dans son rôle quand il s’adresse aux catholiques, et aux hommes de bonne volonté pour leur rappeler que l’on ne peut miser sa vie affective sur des moyens prophylactiques qui sont, par ailleurs, considérés et utilisés par beaucoup comme une licence à faire tout et n’importe quoi.

De nombreux milieux libertaires, les campagnes dites de prévention, et des comportements aujourd’hui très répandus proposent le préservatif comme la parade miracle. Aucune responsabilisation, aucune éducation affective pour humaniser la sexualité ! Comme s’il suffisait, pour lutter contre l’alcoolisme des jeunes d’interdire la vente d’alcools aux moins de 18 ans !!!

Je ne suis personnellement pas confronté à la question : mais peut-on imaginer des situations précises et concrètes :

• Tu es fervent partisan du préservatif, et tu as des relations sexuelles nombreuses, toujours « protégées ». Un jour, tu fais la fête et tu as bu plus que de raison. Tu «emballes » une fille à la fin de la soirée… Penseras-tu au préservatif ?
• Tu es avec ton/ta partenaire d’un soir, et tu as oublié tes capotes… vas-tu aller au coin de la rue, ou plus loin pour en acheter ?
• Ton préservatif se déchire … et alors ??? Pas grave ! Tu changes ton latex et tu recommences…

Le préservatif est tout a fait recommandé quand on n’a aucun respect pour son partenaire, et que l’on cherche un coup à tirer, et non une relation affective épanouissante et engageante. Celui qui cherche à vivre une relation d’amour, ne peut se contenter du préservatif comme vraie solution. Si l’Eglise était pour le préservatif, elle deviendrait complice de cette société qui ne voit que des solutions à court terme, proposant dans le mirage du préservatif le seul remède contre le SIDA, mais aussi contre l’Amour. Ces solutions réfutent implicitement tout discours sur la beauté et la grandeur de la sexualité humaine. Celui qui réfléchit un peu, qui n’écoute pas uniquement les loups hurler contre un pape un peu maladroit dans sa communication, découvrent que le message de l’Eglise à travers la voix du pape est un message beau et grand, exigeant certes, mais qui refuse de faire de la sexualité et de la relation intime une finalité en soi, mais un chemin pour le vrai bonheur.
Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

hope 11/07/2009 18:50

Bonjour à vous, bonjour à tous,Et le "juste" milieu ? Evidemment abstinence, sexualité qui ne se vivrait que dans l'amour vrai et recherche irréfléchie du plaisir sont inconciliables. Je pense, pour ma part, que la plupart des gens sont entre les deux. La première rencontre, éventuellement assez jeune, pose le problème du sexe. Et, au-delà de la découverte de son propre corps dont parlent certains, il s'agit de découvrir l'autre, pas seulement sexuellement. Il est vrai, c'est un constat, que dans notre société, l'attirance qu'on ressent pour quelqu'un, qui peut évoluer vers un amour de plus en plus profond, se matérialise très vite en acte sexuel. Trop vite, peut-être, mais cela ne change rien au problème qu'il faut se protéger car tout le monde peut avoir commis des "erreurs de jeunesse", qu'on avoue parfois bien tard, même dans une relation amoureuse profonde. Donc poser le problème en termes d'amour ne suffit pas non plus. C'est oublier non seulement qu'on peut être "pécheur" invétéré ("sybarite" etc. peu touché par le message papal) mais qu'on peut aussi avoir "péché". On peut aimer quelqu'un ET devoir se protéger avec le préservatif. Aucune des deux voies ne saurait suffire. Quant à l'abstinence avant l'engagement (quel engagement ?), elle peut être condamnable également. N'importe quel conseiller conjugal confirmera que l'entente sexuelle est essentielle, et découvrir, après le mariage par exemple, un désaccord sur une de ces bases du couple est une source de souffrance. Malheureusement, en discuter avant ne suffit pas. Vivre ensemble, rester ensemble toute une vie sont extrêmement difficiles car on évolue, pas forcément dans le même sens. Lorsque l'on s'engage, parfois jeune, on ne mesure pas toujours les termes de son engagement, même lorsqu'on le fait dans la foi. Les valeurs qu'on partageait peuvent n'être plus partagées, ou être source de malentendus. Qu'on le veuille ou non, la sexualité est très révélatrice de l'autre. Elle ne suffit pas à le connaître, mais permet de le mieux connaître. Il s'agit de beaucoup plus que d'entente sexuelle vague, il s'agit d'attention à l'autre etc. Et si l'un n'est pas attentif à l'autre, par exemple, on peut douter qu'il le soit dans la vie quotidienne, à long terme. Bien sûr on peut en discuter avec l'autre, mais il peut s'agir de remises en cause fondamentales. La sexualité est une rencontre de l'autre, qui ne devrait pas trop attendre. L'abstinence n'est pas LA solution. L'amour non plus. Le préservatif non plus (car il ne protège que certains rapports, je ne développerai pas). Il faut le tout (s'abstenir si possible quand il s'agit seulement de pulsion, sinon, se protéger, et ne pas oublier qu'aimer n'empêche pas d'avoir un passé), PLUS l'information, complète, claire, sur tous ces points et les modes de transmission du sida. C'est un vrai travail, certainement difficile à compiler en une campagne publicitaire, encore plus sous la forme d'un spot qui parle à tout le monde, ou d'une seule image. Mais cela vaudrait vraiment la peine d'y réfléchir.Cordialement. 

Spi 28/03/2009 00:44

Connerie. Discours écouté par des populations moins cultivées, drame. Le message peut être beau, mais les poètes n'ont jamais remplacé des solutions rationnelles. Le célibat des prêtre est aussi quelque chose de beau dant la théorie. Dans la pratique, on voit où ça mène... 

Sergino 26/03/2009 19:03

Je suis vraiment étonné de voir comment le pape fait peur aux Français. Pourquoi donc cela. Ne s'est-il pas adressé aux Africains et aux catholiques? Je crois que pour contenter les adèptes du préservatif je les suggère d'enseigner le port du préservatif à leurs enfants dès la maternelle; cela aura le mérite de créer des politiciens ofusqués. Le débat ne se pose pas en Afrique où le pape a reçu un acceuil chalheureux et où l'église catholique s'investi dans la lutte contre la pauvreté et le sida. Monraux disait je cite:"Je regarde les Européens, je les écoute, mais ils ne savent pas où ils vont". J'avoue que je ne l'avais pas compris mais maintenant je réalise la profondeur de son écrit.

Jean C 20/03/2009 09:08

BonjourMerci pour ces réflexions des uns et des autres. J'ai remarqué une chose : Les Africains sont très contrariés du fait que les Médias de chez nous aient monté le sujet en épingle. Il aurait valu mieux écouter l'Afrique au lieu de lui présenter notre solution comme étant LA seule solution contre le SIDA.Personnellement, je laisse KTO allumé quand je suis devant l'ordinateur : J'ai entendu beaucoup de choses sur le synode africain et sur la joie des populations qui accueillent le pape.Par contre, je me suis posé une question : A-t-il été dit quelque chose contre la corruption et contre la misère ? Si on en a parlé, ça n'a pas l'air d'intéresser les médias.Encore merci à tous. Jean

claude 19/03/2009 22:52

Pourquoi défendre l'indéfendable. Arrêtons d'être les bons élèves de son grandissime le Pape. Je suis un chrétien engagé dans l'Eglise mais souffrant du bâton romain faisant écran à l'Evangile de miséricorde et de compasssion de Jésus. Comme le dit Frédéric Lenoir, Jésus serait excommunié si il revenait...