Quelques textes sur les servants d'autel

Publié le par Xavier Cormary

Jean-Paul II parle des servants d’autel…
 
43 - Pour le bien de la communauté et de toute l’Église de Dieu, il est juste et louable que, parmi les fidèles laïcs, quelques-uns exercent, selon la tradition, certaines fonctions dans le cadre de la célébration de la sainte Liturgie.
 
44 - En plus des ministères institués de l’acolytat et du lectorat, et du lecteur, et aussi les fonctions de préparer les hosties, de laver les linges liturgiques, et d’autres semblables. Pour que la liturgie de l’Église se déroule d’une manière digne et convenable, tous, «ministres ordonnés ou fidèles laïcs, en accomplissant leur ministère ou leur fonction, doivent faire tout ce qui leur revient, et cela seulement».
 
46 - Le fidèle laïc, appelé à prêter son concours dans les célébrations liturgiques, doit être dûment préparé, et se recommander par sa vie chrétienne, sa foi, sa conduite morale et sa fidélité envers le Magistère de l’Église. Il convient qu’il ait reçu une formation liturgique adaptée à son âge, sa condition, son genre de vie et son degré de culture religieuse.
 
47 - Il est tout à fait louable que se maintienne la coutume insigne que soient présents des enfants ou des jeunes - dénommés habituellement «servants d’autel» ou «enfants de chœur» - qui servent à l’autel comme acolytes, et reçoivent, selon leurs capacités, une catéchèse utile, adaptée à leur service. Afin de pourvoir plus efficacement aux besoins pastoraux de ces servants d’autel, il est nécessaire d’instituer et de promouvoir pour eux des associations, en faisant même appel à la participation et à l’aide de leurs parents. Quand des associations de ce genre acquièrent une dimension internationale, il revient à la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements de les ériger, ou d’examiner et d’approuver leurs statuts.
 
Instruction Redemptionis sacramentum de la congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements (25 mars 2004)
 
 
Les prêtres amoureux de l'Eucharistie sont en mesure de communiquer aux enfants et aux jeunes "l'admiration eucharistique" que j'ai voulu réveiller par l'Encyclique Ecclesia de Eucharistia (n.6). Ce sont eux en général qui les attirent de cette façon sur la voie du sacerdoce, comme pourrait le montrer utilement l'histoire de notre propre vocation.
6. C'est précisément à cette lumière, chers Frères prêtres, qu'il faut privilégier, à côté d'autres initiatives, le soin des servants d'autel, qui constituent comme un "vivier" de vocations sacerdotales. Le groupe des servants d'autel, bien accompagné par vous au sein de la communauté paroissiale, peut parcourir un vrai chemin de croissance chrétienne, formant quasiment une sorte de pré-séminaire. Éduquez la paroisse, famille de familles, à voir dans les servants d'autel ses propres enfants comme "des fils autour de la table" du Christ, Pain de vie (cf. Ps 127, 3).
 
Profitant de la collaboration des familles les plus sensibilisées et des catéchistes, suivez avec une profonde sollicitude le groupe des servants d'autel pour que, par le service de l'autel, chacun d'eux apprenne à aimer toujours plus le Seigneur Jésus, le reconnaisse réellement présent dans l'Eucharistie et goûte la beauté de la liturgie. Toutes les initiatives concernant les servants d'autel qui sont organisées par le diocèse ou par les zones pastorales doivent être promues et encouragées, en tenant toujours compte des différences d'âge. Pendant mes années de ministère épiscopal à Cracovie, j'ai pu remarquer combien il était profitable de se consacrer à leur formation humaine, spirituelle et liturgique. Quand les enfants et les adolescents accomplissent leur service à l'autel avec joie et enthousiasme, ils offrent aux jeunes de leur âge un témoignage éloquent sur l'importance et la beauté de l'Eucharistie. Grâce à la sensibilité marquée et imaginative qui caractérise leur âge, et grâce aux explications et à l'exemple des prêtres et de leurs compagnons plus âgés, les plus jeunes peuvent aussi grandir dans la foi et se passionner pour les réalités spirituelles.
 
Lettre du pape Jean-Paul II aux prêtres pour le jeudi saint 2004
 
  
 
La mère Eglise désire beaucoup que tous les fidèles soient amenés à cette participation pleine, consciente et active aux célébrations liturgiques, qui est demandée par la nature de la liturgie elle- même et qui, en vertu de son baptême, un droit et un devoir pour le peuple chrétien, "race élue, sacerdoce royal, nation sainte, peuple racheté"( 1P 2,9 cf. 1P 2,4-5 ).
 
   Cette participation pleine et active de tout le peuple est ce qu'on doit viser de toutes ses forces dans la restauration et la mise en valeur de la liturgie. Elle est, en effet, la source première et indispensable à laquelle les fidèles doivent puiser un esprit un esprit vraiment chrétien ; et c'est pourquoi elle doit être recherchée avec ardeur par les pasteurs d'âmes, dans toute l'action pastorale, avec la pédagogie nécessaire.
 
Constitution du concile Vatican II sur la liturgie (§ 14)
Jean-Paul II parle aux servants d’autel
Votre engagement auprès de l'autel n'est pas seulement un devoir, mais un grand honneur, un authentique service saint. A propos de ce service, je désire vous soumettre quelques réflexions. Le servant d'autel occupe une place privilégiée dans les célébrations liturgiques. Qui sert la Messe se présente à une communauté. Il sent, de près, que Jésus-Christ est présent et agissant dans tout acte liturgique. Jésus est présent quand la communauté se réunit pour prier et rendre gloire à Dieu. Jésus est présent dans la Parole des Saintes Ecritures. Jésus est présent surtout dans l'Eucharistie sous le double signe du pain et du vin. Il agit à travers le prêtre qui, in persona Christi, célèbre la Messe et administre les Sacrements.
Dès lors, au cours de la liturgie, vous êtes beaucoup plus que de simples "assistants du curé". Vous êtes surtout des serviteurs de Jésus-Christ, de l'éternel Grand-Prêtre. Ainsi, vous, servants d'autel, êtes appelés en particulier à être de jeunes amis de Jésus. Engagez-vous à approfondir et à cultiver cette amitié avec Lui. En Jésus, vous découvrirez un véritable ami pour la vie.
(…)
J'ai parlé de l'amitié avec Jésus. Comme je serais content si de cette amitié naissait quelque chose de plus! Comme il serait beau que certains d'entre vous puissent découvrir la vocation sacerdotale! Jésus-Christ a un besoin urgent de jeunes qui se mettent à sa disposition avec générosité et sans réserve. En outre, le Seigneur ne pourrait-il pas appeler l'une ou l'autre d'entre vous, jeunes filles, à embrasser la vie consacrée pour servir l'Eglise et vos frères? Et pour ceux qui voudront se marier aussi, le service de l'autel enseigne qu'une union authentique doit toujours inclure la disponibilité au service réciproque et gratuit.
 
Jean Paul II Audience Générale, le 1er Août 2001.
 
 
 
(…) J’aime rencontrer les jeunes et les encourager, car leur vie peut être extraordinaire s'ils acceptent que Dieu lui donne son sens authentique.
Ce sens, chers amis, prend pour vous racine dans la participation active à la liturgie. Vous vous efforcez d'assurer un service au cours de la messe du dimanche. Continuez avec dévouement à remplir avec fidélité ce précieux devoir ! Vous ne pouvez imaginer à quel point les chrétiens de vos paroisses, de vos chapelles et des différentes communautés que vous fréquentez apprécient de voir que le service de l'autel est assuré avec dignité, compétence et amour.
(…)
Mes chers amis, vous devez sans cesse revenir à ce qui fait l'essentiel de notre foi. La messe du dimanche est ce moment privilégié, ce moment unique de la semaine où, avec toute l'Église, vous prenez part au sacrifice du Christ. Chaque fois que le prêtre refait les gestes du Christ et redit ses propres paroles : ""ceci est mon corps, ceci est mon sang, faites cela en mémoire de moi"', le Christ lui-même est présent au milieu de nous. Au centre du chœur, l'autel devient alors ce lieu de grâce où le Christ est réellement présent et où il se donne aux membres de son Corps. Et vous, serviteurs de ce mystère, vous en êtes les premiers témoins avant d'en être, un jour peut-être, si le Seigneur vous y appel le, les acteurs privilégiés. Si Jésus vous demande de le suivre et de lui donner votre vie en devenant prêtres, répondez-lui !
 
Jean Paul II Discours aux participant du pèlerinage international des servants d'autel, le 29 Août 1995.

Publié dans Servants d'autel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

daniel 07/07/2006 11:24

l'adulte a toujours sa place dans le coeur de Dieu.Que Dieu vous bénisse

laborieux 28/06/2006 17:08

et quand c est un adulte qui le fais quel est sa place?