Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog d'un prêtre catholique engagé au cœur du monde... Voici mon presbytère virtuel, sans porte ni sonnette. Entrez, et venez voir ! Vous voulez voir à quoi ça ressemble un cyber curé ? Venez donc faire un tour chez moi ! La vie c'est trop important pour ne pas la réussir ! ....     .      . C'est aussi mon objectif ... Pas vous ?

Le presbytère virtuel d'un prêtre bien réel ... Bienvenue :venez et voyez !

Blog d'un prêtre catholique engagé au cœur du monde... Voici mon presbytère virtuel, sans porte ni sonnette. Entrez, et venez voir ! Vous voulez voir à quoi ça ressemble un cyber curé ? Venez donc faire un tour chez moi ! La vie c'est trop important pour ne pas la réussir ! .... . . C'est aussi mon objectif ... Pas vous ?

Les chrétiens ne sont-ils pas meilleurs que les autres ?

com
Q. On n’a pas besoin d’être chrétien pour être généreux, les chrétiens ne sont pas meilleurs que les autres !

 

R. « Qu’as-tu à regarder la paille dans l’œil de ton frère, alors que la poutre dans ton œil à toi, tu ne la vois pas ! »

 

Dans un monde ultra individualiste, il est paradoxal de constater que « les autres », ceux qui sont « différents », ceux qui « vont à la messe », ceux qui sont contestables servent souvent d’alibi à nos propres égarements. Ils justifient facilement notre médiocrité. Et puis il y a les opinions toutes faites et péremptoires qui ont la vie dure : « Les chrétiens ne sont pas meilleurs que les autres ! » Est-ce bien sûr ? Moi chrétien, il est certain que je ne suis pas meilleur qu’un autre, mais combien de fois la générosité des chrétiens est-elle sollicitée à la sortie de la messe, jamais en vain ? Evidemment, les chrétiens n’ont pas le monopole de la charité. Evidemment, au cours de siècles, des chrétiens ont utilisé l’Evangile pour asservir, assouvir leurs désirs de domination. Mais de manière objective, il faut bien reconnaître que le christianisme à aidé l’humanité dans son ensemble à devenir plus humaine : développement des hôpitaux, de l’éducation, de la solidarité… les exemples concrets sont légions !

 

Les partisans de la bonne conscience, les habitués de la médiocrité sont souvent réduits à chercher non pas à déployer le meilleur d’eux-mêmes pour s’élever, mais à justifier leurs insuffisances en les comparant à celles des autres. Autrement dit, je n’ai pas besoin de Dieu, je n’ai pas besoin des autres, j peux m’en sortir tout seul ! Excusez-moi de ne pas me convertir car je n’en ai pas besoin !

L’Evangile du Christ est appel pressant à la conversion. Il bouscule nos certitudes et renverse nos préjugés. Renoncer à l’Evangile, c’est renoncer à devenir soi-même en vérité. Parce que Jésus-Christ n’a d’autre ambition pour nous que de nous proposer le chemin où nous pourrons vivre et offrir le meilleur de nous-mêmes !

Print
Repost

Commenter cet article

Nathalie 10/03/2009 18:34

En effet, marie.l, une personne sur mon blog me disait que ma vocation en tant que chrétienne était de tendre l'autre joue : je pense qu'elle sous entendait "pour y recevoir une autre gifle". Je ne souscris pas à cette interprêtation, je pense qu'il s'agit de tendre l'autre joue DE TELLE FACON QU'IL SOIT IMPOSSIBLE que l'autre vous inflige quoi que ce soit d'agressif, que sa haine soit vaincue par votre amour, et que chacun dépose les armes. Je ne sais pas comment m'y prendre souvent, je vous avouerai... C'est bien difficile non ?

marie.l 10/03/2009 08:29

je suis d'accord Nathalie mais il y a un juste milieu effectivement, mais ne pas juger, ne pas condamner, ne pas s'occuper ou critiquer son voisin ne veut pas dire ne pas avoir un regard et ne pas être attentif à ce qui se passe. Et surtout ne pas être que "gentil" il faut savoir se défendre même si on est chrétien et j'irai même jusqu'à dire , "ce n'est pas parce que l'on est chrétien qu'il faut se laisser faire" mais en même temps ce n'est pas facile si on veut suivre les pas de Jésus, l'amour qu'il nous donne bien souvent nous rend faible et pourtant cela devrait nous donner la force de savoir nous défendre, mais ...........quelle est difficile à vivre cette société!!!!

Nathalie 28/02/2009 08:32

Oui, mais ça dépend quelle proposition : si c'est celle de polémiquer par exemple, même s'il est difficile de ne pas tomber dans le piège, et je suis certaine que beaucoup d'autres que moi ici en sont capables, c'est préférable de ne pas se disposer à "sauver cette proposition".En fait, je pense que cette proposition d'Ingnce de Loyola n'est pas une invitation à "jeter son cerveau", c'est à dire n'est pas une invitation à ne plus faire de distinction entre bien ou mal, bon ou mauvais etc... Ou bien à s'abstenir.Car à s'abstenir, justement de parler, de dire, on finit par laisser faire, par exemple, laisser faire le malheur.Je donne un exemple de la vie courante : dans le monde du travail, il arrive qu'un de nos collègue soit pris à partie, persécuté, "harcelé moralement" comme on dit. Combien d'entre nous osons témoigner en sa faveur et le défendre, et empêcher son isolement ? C'est à dire juger les actions et les propos d'un hierarchique qui abuse de sa position dans une entreprise de destruction sur une personne ? Je pense surtout que c'est une invitation à la construction autour d'une réflexion, d'une question et une invitation à un discernement, plutôt qu'à, passez-moi l'expression, bêler avec le troupeau de moutons, sous prétexte d'être gentil.

marie.l 27/02/2009 06:18

oupss ça n'a pas marché donc je recommence :"Il faut présupposer que tout bon chrétien doit êtreplus disposé à sauver la proposition du prochain qu'à la dondamner. Ignace de LoyolaComme je voudrais ne pas me laisser dominer par la terrible réaction de juger et de condamner ce que je ne comprends pas. Mets en moi, Seigneur, ce préjugéfavorable qui porteà accepterl'autre tel oqu'il est et m'enrichirdesa pensée.Tous les chrétiens devraient lire et relire ceci. Bonne journée !!!

marie. l 27/02/2009 06:08

Juste ceci :
II faut présupposer que tout bon chrétien doit être plus disposé à sauver la proposition du prochain qu'à la condamner.Ignace de Loyola Comme je voudrais ne pas me laisser dominer par la terrible réaction de juger et de condamner ce que je ne comprends pas ! Mets-en moi, Seigneur, ce préjugé favorable qui porte à accepter l'autre tel qu'il est et m'enrichir de sa pensée.