Ressusciter aujourd'hui

Publié le par Xavier Cormary

« Vous êtes ressuscités avec le Christ. »

 

(Saint Paul Colossiens 3, 1-4)
 
 
La résurrection du Christ bouleverse-t-elle quelque chose dans notre vie comme elle a bouleversé celle des premiers témoins qui ont rencontré le Ressuscité ?
La résurrection de Jésus serait pour nous sans valeur si la lumière divine ne resplendissait pas en même temps parmi nous et au-dedans de nous. Nous ne pouvons dignement célébrer la résurrection du Christ que si, dans tout notre être, dans toute notre vie, la lumière apportée par le Sauveur a déjà vaincu les ténèbres du doute, du découragement, de la tristesse, du désespoir…
La résurrection du Christ n’est pas un événement du passé, un anniversaire lointain, une fête qui annonce le printemps. La résurrection du Christ est un fait d’actualité, à vivre ici et maintenant.
 
C’est aujourd’hui qu’il nous faut ressusciter, c’est aujourd’hui qu’il faut entrer dans ce mystère qui va transfigurer toute notre vie dès à présent Le mystère de Jésus, la résurrection de Jésus nous apparaît alors comme un moment essentiel de notre vie.
Il s’agit donc pour nous de prendre conscience que la vie ressuscitée nous concerne. La vie ressuscitée s’adresse à nous et nous révèle à nous-mêmes notre dignité. La vie ressuscitée nous invite à réaliser un chef-d’œuvre de lumière et d’amour dans toutes les dimensions de notre être. Il y a en chacun de nous une possibilité, une puissance créatrice dans la mesure où nous nous laissons pénétrer par la lumière divine, dans la mesure où nous respirons le Christ présent en nous, le Christ qui demeure en nous.
Vivre la Résurrection du Christ, c’est expérimenter que le Christ agit dans notre vie, c’est se laisser interpeller par sa Parole. A partir du moment où nous nous sentons dépositaires de la force de relèvement du Christ, nous entrons dans la vérité de ce mystère et nous y entraînons les autres en construisant une communauté qui rayonne de vie nouvelle. C’est quand on entre dans cette réalité qu’on commence à entrer dans la résurrection du Christ.
 
La résurrection est immédiate, elle se produit à chaque instant.
Notre vie est une suite, un apprentissage de morts et de résurrections. La vie à laquelle le Christ nous ressuscite, c’est la vie éternelle. Nous découvrons qu’il existe dès maintenant une vie qui pourrait durer toujours. Dès qu’on ressuscite, la vie à laquelle on s’éveille est une telle abondance de joie et d’amour qu’on pourrait en vivre sans fin. La vie dont le Christ nous parle, la vie que l’Evangile annonce est une vie si intense et si savoureuse que l’éternité ne l’épuisera pas. Je peux en vivre, mais j’ai la liberté aussi de la perdre, de l’étouffer. La vie à laquelle le Christ nous ressuscite, c’est une vie d’amour, c’est la sienne.
Avons-nous connu un lieu, une personne ou une communauté où l’on ressuscite tellement on est aimé ?
Avons-nous créé un tel milieu de résurrection, un lieu où chacun puisse vivre les valeurs évangéliques dans la joie et l’espérance?
La résurrection n’est pas seulement l’objet principal de notre foi ; elle en est la source.
Si nous voulons entrer dans l’esprit de la résurrection, si nous voulons devenir nous-mêmes un vivant cierge pascal, il faut que tous nos efforts tendent à quelque chose de lumineux, il faut que nous évitions les critiques, les médisances, les calomnies, que nous évitions d’abîmer la vie des autres ; c’est cela que nous voulons demander au Seigneur en acclamant sa résurrection dans la joie de l’Alléluia. Nous voulons lui demander d’être des artisans de vie, des créateurs de vie qui apportent dans tous les gestes du quotidien cette lumière, cette victoire de la vie sur la mort.
La résurrection du Christ nous provoque à un renouveau dans notre vie, un renouveau de la prière, une joie de découvrir et de vivre l’Evangile. C’est le bonheur de croire en Dieu qui nous aime. Tout cela passe par des décisions concrètes : sortir du « tombeau » de notre égoïsme pour vivre un amour vrai, rouler la pierre du découragement qui nous emprisonne, ne pas se laisser emporter par la rancune et la vengeance mais faire triompher le pardon et la bienveillance.
C’est par notre manière de vivre que nous pourrons montrer que le Christ est vivant et qu’il transfigure celles et ceux qui accueillent sa force de Vie.

Publié dans Exposés sur la foi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

riviere 11/05/2006 16:53

a kitchieil y au monastere d'en calcat,un moine qui se nomme frere henriil est d'une ecoute parfaite et de bons conseilsj'ai vécue des moments tres difficiles deuil mais il m'a fait prendre conscience que rien n'est perdue et que tout et esperanceen calcat se trouve pres de dourgnebonne esperance si tu sourie a la vie elle te sourira,

Matthieu 09/05/2006 13:01

En effet : un chrétien isolé est un chrétien en danger.

daniel 09/05/2006 11:15

ne restez pas seuls,cherchez qui,dans l'église, pourrait cheminer à vos côtés ; je fais partie d'un groupe de prière catholique très libre et je dois dire que ceux que j'y rencontre sont radieux avec pourtant de grosses épreuves.cherchez dans votre diocèse,consultez,essayez mais ne résignez pas à la solitude.....

kitchie 04/05/2006 21:30

Non je ne pense pas que Dieu m'ait abandonnée contrairement à cette personne. Je pense que Dieu existe et je prie souvent pour qu'il m'aide. Je dis seulement, qu'il est dur de ne pas se décourager. Je ne sais pas si je me tureia un jour, je sais juste que jy pense très fort... Je me demande si Dieu me donnera la force de résister, de ne pas me décourager.
Merci à tout ceux qui m'aident!
Ps. Je dois être sotte

Matthieu 04/05/2006 19:21

Kitchie,
Tu me fais penser à un dialogue que j'ai eu il y a quelques mois sur mon Blog avec Anne-Sophie. Je me permets de te le partager, si cela peux t'aider :
http://totus-tuus.over-blog.com/article-1603825-6.html#anchorComment