Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog d'un prêtre catholique engagé au cœur du monde... Voici mon presbytère virtuel, sans porte ni sonnette. Entrez, et venez voir ! Vous voulez voir à quoi ça ressemble un cyber curé ? Venez donc faire un tour chez moi ! La vie c'est trop important pour ne pas la réussir ! ....     .      . C'est aussi mon objectif ... Pas vous ?

Le presbytère virtuel d'un prêtre bien réel ... Bienvenue :venez et voyez !

Blog d'un prêtre catholique engagé au cœur du monde... Voici mon presbytère virtuel, sans porte ni sonnette. Entrez, et venez voir ! Vous voulez voir à quoi ça ressemble un cyber curé ? Venez donc faire un tour chez moi ! La vie c'est trop important pour ne pas la réussir ! .... . . C'est aussi mon objectif ... Pas vous ?

Annulation de mariage pour non-virginité ou pour mensonge ?

com
Le Tribunal de Grande Instance de Lille a rendu un arrêt qui fait beaucoup de bruit : un homme a demandé l'annulation de son mariage avec sa femme parce que celle-ci n'était plus vierge. Où est le problème ? Les défenseurs de la laïcité voient dans ce jugement une entrave à la laïcité sous prétexte que la virginité n'est pas une qualité de la personne en tant que telle : "La sexualité, à la différence du divorce, de l'identité, de la tutelle curatelle ou encore de la nationalité de la personne, reste du domaine de la sphère privée et chacun est libre de disposer de son corps comme il l'entend." déclarait le médiateur de la République, M. Jean-Paul Delevoye. Comme si le débat portait sur la possibilité pour une femme d'avoir des relations sexuelles avant le mariage !  Le problème est-il la liberté de la femme  et la question religieuse de la virginité dans la mariage ? A mon sens pas du tout ! Au delà de la polémique, il me semble que l'agitation médiatique a oublié le coeur du débat : que cette femme soit vierge ou pas ne change pas la question qui me parait centrale : peut-on s'engager dans le mariage avec une personne qui a construit sa relation de couple sur le mensonge ?
Aujourd'hui, la parole donnée semble avoir bien peu de prix ! Et la parole tout court, bien moins encore de poids, dans la sincérité et la vérité qui soutend toute relation vraie.
Si je suis capable de mentir à un proche d'une manière aussi scandaleuse, de quelle manière je vais envisager ma vie en société ! Décidément, dans cette société, quelle valeur pour la parole donnée et la parole qui m'engage personnellement  vis à vis d'autrui ?

NB. Petite précision au regard des premiers commentaires suscités par cet article :

Bien évidemment, ma réaction ne pointe pas du doigt la situation précise de cette femme, sans doute enfermée dans un contexte culturel oppressant (cela reste à voir d'ailleurs) qui l'a contraint à ce mensonge. Evidemment, la réaction de l'homme est sans doute tout aussi superficielle que celle de cette femme : la remarque de Patrick est tout à fait judicieuse : sur quoi cet homme a, lui aussi, fondé son amour ? Mon propos est avant tout, à partir de cet exemple malheureux, et au regard de la légèreté avec laquelle je perçois l'engagement de nombre de fiancés que j'accompagne, de dénoncer ces engagements à la légère qui sont souvent à l'origine de nombreuses ruptures et de drames familiaux : un jeune père de famille s'est suicidé récemment près d'ici après le départ de sa femme qui a pris avec elle les enfants. Dans cette affaire, il y a le poids du mensonge, et le poids de la parole donnée. Qu'est-ce qui pèse le plus lourd ?
Print
Repost

Commenter cet article

Marie-Hélène 20/06/2008 20:20

Il est clair que personne dans la sphère publique n'a soulevé la question que pose toute cette affaire : sachant qu'il n'y avait aucun raison qu'elle vienne à la connaissance du public (affaire strictement privée et réglée à la satisfaction des deux parties, apparemment), d'où vient la fuite et quelle est l'intention de celui/ceux qui l'ont organisée, visiblement pour f.. le b.. et agiter les chiffons rouges à la mode (communautarisme, sexisme, laïcité etc.) (en cela, c'est réussi) ? A qui profite le "crime" ?...

Raskolnikov 19/06/2008 10:40

Chère Nathalie, Merci pour l'intérêt que vous avez porté à mon messageCe que vous dites sur les familles magrébines semble très juste, mais là n'est pas mon propos. Je ne suis peut-être pas juriste, mais je considère que le droit doit être le même pour tous, sans distinction d'origine ni de confession. Cette affaire tomber à point nommé après l'annonce de certains gouvernants anglais de faire entrer des éléments de la charia dans le droit bitannique. Si ce n'est pas Dati, est-ce certains magistrats, en lien ou non avec la gouvernement, qui explorent cette direction? Ce n'est pas lorsqu'il y aura en France une justice ethnique qu'il sera temps de réagir. Le président a dernièrement signalé sa sympathie pour la notion de minorité visible, c'est un fait attesté. Maintenant, il est trop tôt pour dire comment cela se traduira dans les faits.  

Nathalie 03/06/2008 22:06

Rachida Dati ? elle a réagi en juriste d'une part, d'autre part elle a vu à juste titre que ce jugement a protégé la jeune femme.Mais, il n'en reste pas moins que si cette décision de justice va dans l'intérêt particulier de cette femme et la protège, il va à l'encontre de l'intérêt général.Je suis aussi de son avis lorqu'elle parle de la politique dite "du grand frère" et qui a contribué à livrer les jf des quartier difficiles sous la coupe des hommes qui les oprime.Je ne crois pas que Dati, que je ne peux pas piffrer par ailleurs, aille dans le sens du communautarisme visible.

Raskolnikov 03/06/2008 14:25

Ce que personne n'a vu, c'est que cette affaire était une manipulation politique. Ce n'est qu'un ballon d'essai de Dati et Sarkozy en faveur d'un clientélisme communautariste et d'une logique de communautés visibles façon USA. Voilà contre quoi il faudrait réagir.

Emilie 02/06/2008 22:17

A quand la vérification pré nuptiale chez le gynéco?! Où va t on pour cautionner une telle aberration? Emilie