Prisons pour mineurs à Lavaur

Publié le par Xavier Cormary

Un commentaire anonyme m'a reproché mon silence sur l'actualité brûlante de Lavaur, à savoir la construction d'un Etablissement Pénitentiaire pour Mineurs. Ce projet est en cours de réalisation puisque à ce jour, les travaux ont débuté. Voici le texte de prise de parole des chrétiens de Lavaur. Avant d'envisager une réflexion plus personnelle, je vous livre celle de mes frères et soeurs chrétiens !

Parole de chrétiens
 
« J’étais en prison et vous êtes venus à moi »
 

LA DÉLINQUANCE DES MINEURS EN CHIFFRES
En 2003, 72464 mineurs ont été jugés, soit une augmentation de 13,3 % par rapport à 2002. Ce sont les cas des jeunes mineurs de moins de 12 ans qui augmentent de plus de 12 % alors que les 13-17 ans jugés diminuent légèrement. Par contre, entre 2002 et 2003, les jugements de mineurs en cours d'assises ont augmenté de plus de 28 %.
Dans le même temps, les sanctions d'emprisonnements fermes ont diminué de près de 17 %, tandis que les peines avec travaux d'intérêt général se sont accrues dans la même proportion.
À la vue de ces seuls chiffres, si la délinquance des mineurs progresse, et si on constate que les sanctions ne sont pas forcément plus dures, il semblerait qu'un petit nombre de cas se révèle beaucoup plus difficiles.
 
(Statistiques du Ministère de la Justice – site Internet - 2004)
  

 

Un établissement pénitentiaire pour mineurs doit voir le jour à Lavaur dans les prochains mois. Cette implantation suscite des réactions les plus diverses, souvent opposées, contrastées, tranchées, parfois défendues avec passion ou véhémence, source même de souffrances et de mal-être.

Aussi le Conseil Pastoral de la paroisse catholique de Lavaur a jugé utile de proposer ou de rappeler quelques repères fondamentaux en ce qui concerne de tels faits de société.
Les chrétiens dans leur responsabilité personnelle mais aussi l'Église en tant qu'institution, ne peuvent se désintéresser des affaires publiques qui affectent le vivre en commun, ceci dans le respect des opinions, la liberté de recherche et l'engagement de chacun.
Dépasser les peurs, les clichés, les slogans, les analyses rapides et partielles, est vraiment nécessaire.
La complexité de ce que mettent en cause l'existence et l'implantation d'un tel centre de détention invite chacun à un véritable effort d'information le plus large et le plus ouvert possible, avec un réel souci d'objectivité.
Nous sommes aussi invités à faire preuve de discernement à la lumière de repères qui nous viennent de l'Évangile :
La dignité humaine inaliénable de tout homme, quel que soit son passé ou ses actes. Une société doit être apte à offrir son pardon et viser à réinsérer chacun comme membre à part entière. Elle ne doit jamais désespérer de la personne ; ceci appelle une attitude, des projets et des efforts pédagogiques pour favoriser au maximum la réinsertion.
II serait préférable qu'on n'ait pas besoin de "centre pénitentiaire". Ce qui invite à intensifier les politiques d'éducation et de prévention, à agir sur les causes qui dans nos sociétés actuelles, favorisent le développement de la délinquance.
- Si le centre pénitentiaire s'installe dans notre ville, nous devrons avoir une attitude d'accueil, de pré­sence et de soutien tant aux détenus qu'à ceux et celles qui en assureront l'encadrement.
- Ces paroles du Christ au jugement dernier "J'étais en prison et vous êtes venus à moi" (Mt. 25,36) motiveront notre manière de leur être présents.
 
A la suite de Jésus Christ, l'attention aux petits et aux blessés de la vie est prioritaire pour un chrétien.
 
Les chrétiens, membres
du  Conseil Pastoral de Lavaur
Novembre 2005

Publié dans Regards sur le monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mélie 14/10/2008 16:21

"Quand il y a une prison dans une ville, c'est que cette ville entière ne va pas bien !"Moi même, j'aurais pu devenir un délinquante, faire des crimes si je ne m'étais pas encore rencontré (avec l'aide de Dieu !) Brrr !Aujourd'hui encore, j'entends beaucoup de gens dire que celui qui a commis des crimes est l'unique et seul coupable. difficile de leur faire comprendre que c'est en fait collectif... :(

M-Chr. 01/02/2006 08:43

je suis d'accord avec votre pensée ; j'ajouterais que ces enfants en difficulté ont des parents qu'on laisse impunis alors qu'ils sont les premiers concernés..je vois passer devant chez moi, chaque jour, 2000 élèves qui fréquentent les écoles voisines, je vois et écoute leur comportement, mes portes, mes murs en portent les traces, et ne parlons pas des insultes..leur tenue provient de ce qu'ils reçoivent à la maison..de leurs frustrations et jalousies diverses AUSSI, c'est l'âme qui est à éduquer, la charité qui manque, la conscience de leur place dans le monde, si les parents sont des brutes, les enfants ne peuvent que reproduire le schéma, on pourrait demander des comptes aux parents davantage qu'on ne le fait, car l'enfant n'a pas demandé à naître...et donner naissance est de la plus haute responsabilité.. Mais, aux gens qui s'offusquent que l'Etat prenne en charge, comme il peut, cette responsabilité éducative, on pourrait rappeler que pour l'instant, il y a plus grave à voir et entendre : dans ce temps d'hiver voir des êtres humains dormir à même la rue, sous des tentes et entendre dire que les "riverains" râlent à cause de cette nuisance, ça montre le niveau de bestialité de la mentalité actuelle..C'est ça, qui pour l'instant, arrive à me fiche le cafard... Alors merci à un prêtre qui prend le temps de créer un blog pour le partage entre les hommes, c'est déjà une manière d'annoncer la Bonne Nouvelle, souvenons-nous... d'avoir à nous aimer les uns, les autres !Même les animaux s'entraident, je le vois quand je donne à manger aux oiseaux en hiver ! Amitiés . M-Chr.