Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Xavier Cormary

Il n’est pas rare d’accueillir des personnes qui viennent à la paroisse demander leur « débaptisation ». Ils expriment leur volonté d’être rayé des registres paroissiaux de baptême. Sur le plan pratique, il n’est pas possible d’arracher la page du registre de baptême qui est un document officiel. Il est par contre envisageable de mentionner en marge de l’acte de baptême « a renié son baptême ».

Ces personnes invoquent la raison qu’ils ont été baptisés contre leur gré, au moment de leur naissance par leurs parents, et que ce choix ne correspond pas à leurs convictions d’adultes. Plus profondément, c’est d’abord souvent un rejet de l’institution ecclésiale, une allergie à la religion plus qu’un rejet du choix de leurs parents. D’ailleurs, le sens profond est sans doute d’abord idéologique.

 

On peut reprocher à des parents leurs incohérences, le fait qu’ils aient fait des choix pour leur enfant, choix qu’ils n’ont pas eux même fait pour leur propre vie. Il est par contre plus difficile de reprocher les erreurs éducatives de ses parents. Parce qu’ils croyaient bien faire, parce que la foi étaient pour des parents un élément fondamental à donner à leurs enfants, ils ont choisi de faire baptiser leurs enfants. Et la logique, la cohérence des parents est de montrer à leurs enfants la place de la foi dans la vie de leur famille. Imaginons des parents qui apprennent à leurs enfants à manger avec une fourchette, eux même mangeant avec les doigts… Il ne sera pas étonnant de voir ces enfants rejeter leur éducation.

La différence avec le baptême, c’est que ce que Dieu donne, il ne le reprend pas, même si on le renie. Comment en vouloir à Dieu si on ne croit pas en lui ? Ne faut-il pas alors s’en prendre à ses parents, surtout si le baptême n’a été qu’une formalité administrative ! Mais plutôt que d’allumer la guerre dans les familles, je crois qu’il faut surtout redonner du sens au baptême : ou bien c’est Dieu qui se donne et se fait proche de nous, ou bien c’est rien du tout, alors à quoi peut bien servir une « débaptisation » ???
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

COTE 02/09/2016 16:00

APOSTASIÉ DE LA FOI CATHOLIQUE NE VEUT PAS DIRE QUE JE NE CROIS PAS EN DIEU, MAIS JE NE CROIS PAS EN L'ÉGLISE CATHOLIQUE TOUT SIMPLEMENT...JE CROIS EN DIEU ENCORE PLUS MAINTENANT , C'EST POUR CELA QUE JE NE VEUX PLUS ETRE DANS LES REGISTRES DES CATHOLIQUES...

charlie 24/05/2013 09:58

Existe-t-il une procédure spirituelle pour "annuler" ce baptême? J'ai fait une demande d'apostasie car la foi chrétienne n'est pas ma voie, j'en suis une toute autre.

bistouri 27/05/2007 21:12

moi je souhaite me faire débaptiser car je ne voit pas pourquoi mon nom figureré dans un registre religieu alors que je ne crois pas en leurs idées.le fait de mentir est un péché m'a t'on dit donc je pense que le fait de rayer mon acte de baptème arrangeré les deux partie ^^.bone continuation en tout cas ++

Yves ( Erwan ) 27/05/2007 15:12

Pour information, après avoir écrit le commentaire ci-dessus. Je me suis enfin décidé à essayer de mettre par écrit mes reflexions sur mes lectures et ma recherche. Je me suis permis de mettre votre adresse dans mes liens et de faire référence à votre article. ( si vous ne le souhaitez pas, n'hésites pas à me le dire ).Je vous remercie pour avoir été l'initiateur ( bien involontaire ) de ce passage à l'acte ! ;-)yves

Erwan 27/05/2007 12:03

Bonjour,effectivement, ce phénomène de débaptisation est interessant. Ceci dit, je vous trouve un peu dur avec les parents. Les parents ont les limites de leur imperfection. Peut-on leur demander plus ? J'ai été baptisé, communion, confirmation, 15 ans de scoutisme ( probablement beaucoup plus important que le reste finalement pour ma foi ;-) car c'est là que je l'ai approfondi, au delà de la dimention traditionnelle et familiale ). Ils trouve que face à une crise de foi (non pas une remise en cause mais un questionnement infini lié à un décé) je me suis dit que les questions que je me posais, d'autres avaient du se les poser avant. Et c'est comme ça que je me suis lancé dans l'histoire des premiers chretien, l'éxegèse noe-testamentaire, et la lecture des docteurs. A cette occasion, une idée m'est apparu : j'ai été étonné par le nombre de concept que j'acceptais comme un fait sans en comprendre le sens. Personne ne me les avait fait comprendre, on m'avait juste demandé de les apprendre et de les accepter. Mais la compréhension de la démarche ayant ammené à certains concepts compliqués permet peut-être de mieux comprendre à quel contexte historique et à quelles questions ils répondent. Vous avez deux types de personnes face à une idée qu'ils ne comprennent pas : ceux qui l'accepte comme un "mystère" ( joli paravent pour éviter de ce poser trop de questions ), et ceux qui rejette Dieu, l'église et leur foi, comme le bébé avec l'eau du bain. Or, comme le catéchisme permet d'apprendre aux enfants les concepts principaux de leur foi, pourquoi n'y a t'il pas la même chose pour les adultes ? ou pas vraiment, combien de groupes d'adultes ai-je cotoyé qui se cantonne dans une foi éthéré et ampirique en répétant des poncifs qu'ils comprennent peu ! Alors qu'il serait peut être plus simple d'expliqué ce qu'étaient les arianistes, les docétistes et pourquoi pas les ébionites, ce qu'ils professaient et en quoi la sainte trinité permettait la synthèse et le rassemblement des chrétiens (ainsi parallèlement que la disparition des penseurs associés à ces idées )En conclusion, pour ce qui est des adultes et jeunes adultes que le discourt débilitant de certaines homélies ne satisfont pas, n'est ce pas à l'église de leur permettre de développer leur foi d'adulte grâce à une reflexion d'adulte ? Ou bien a t'elle peur de cette reflexion ( sur la base de ce que me disait mon sergent à l'armée " réfléchir c'est déjà un peu désobéir ! ) ;-)Je serais heureux et honoré d'avoir votre sentiment sur ce sujet.Erwan