Dans quelle église veux-tu être enterré ?

Publié le par Miniritou

Bientôt la fête des morts… Avec un peu de chance, si tu n’attends pas trop pour mourir, tu auras encore le choix…  Au rythme où vont les choses, il faut pourtant être réaliste : malgré la bonne volonté et l’engagement bénévole et méritant d’un petit nombre de chrétiens pour accompagner et animer les funérailles, entourer les défunts et leurs familles dans la prière, il est à parier que d’ici peu, on fermera des églises et on ne pourra plus assurer ou on différera les obsèques religieuses. 341 célébrations d’obsèques en 2018 dans le Ségala. Et je ne parle que des funérailles…

L’avenir de l’Eglise est-il dans les enterrements ?  On attend les statistiques du nombre d’enfants catéchisés sur la paroisse : la courbe descendante est vertigineuse… Quelles doivent être les priorités des prêtres et des chrétiens soucieux de vivre en étant missionnaires ?

 

Il y a une vie (chrétienne) avant de « passer par l’église » une dernière fois. Devant les nouveaux défis qui sont devant nous, devant les évolutions des habitudes et des priorités des habitants du Tarn, il faut que les paroissiens se décident et se mobilisent : quand je dis « les paroissiens », je ne désigne pas ceux qui sont déjà engagés dans l’animation des messes, des funérailles, dans le conseil économique de la paroisse, dans l’accompagnement des malades, ou dans un mouvement d’action catholique, etc. Ceux-là font déjà beaucoup et se sentent bien souvent un peu seuls.

Très concrètement, les églises qui ne sont même plus ouvertes une ou deux fois l’an sont de plus en plus nombreuses ! Je peux aussi parler de celles qui menacent ruines dans l’indifférence quasi-générale. Et on ne peut pas exiger des communes d’entretenir un édifice qui n’intéresse personne, sauf pour y être enterré. (Je rappelle qu’un électeur mort ne vote plus !)

 

D’ici là, il faut qu’ensemble, chrétiens convaincus, chrétiens du dimanche ou chrétiens dits « non-pratiquants » nous prenions ces questions à bras le corps. Ou bien nous serons amenés à réfléchir comment accompagner en soins palliatifs la paroisse et l’enterrer, elle aussi, dans la dignité.

Dans quelle église veux-tu être enterré ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article