Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog d'un prêtre catholique engagé au cœur du monde... Voici mon presbytère virtuel, sans porte ni sonnette. Entrez, et venez voir ! Vous voulez voir à quoi ça ressemble un cyber curé ? Venez donc faire un tour chez moi ! La vie c'est trop important pour ne pas la réussir ! ....     .      . C'est aussi mon objectif ... Pas vous ?

Le presbytère virtuel d'un prêtre bien réel ... Bienvenue :venez et voyez !

Blog d'un prêtre catholique engagé au cœur du monde... Voici mon presbytère virtuel, sans porte ni sonnette. Entrez, et venez voir ! Vous voulez voir à quoi ça ressemble un cyber curé ? Venez donc faire un tour chez moi ! La vie c'est trop important pour ne pas la réussir ! .... . . C'est aussi mon objectif ... Pas vous ?

Accro aux nourritures avariées ? …

com

 

Nous sommes plongés dans le monde des OGM anonymes, que nous consommons sans que nous le sachions et soyons d’accord. Nous subissons les programmes TV stupides, la télé-réalité qui nous plonge dans un univers de débilités et d’apparences. Nous devons subir les affres alimentaires de la grande distribution, qui étrangle les agriculteurs français pour un profit toujours plus grand, et qui réduit l’Homme à devenir un consommateur de merde pas chère, dans un contexte économique délicat pour nombre de familles… Nous sommes contraints d’accepter des lois qui vont à l’encontre de la conscience humaine, de l’intérêt général et du bon sens le plus élémentaire. Nous assistons à un déferlement migratoire qui prend naissance et se justifie à cause des persécutions ethniques ou religieuses dont sont victimes ces migrants, mais ouvre la porte à une immigration économique sans précédent et injustifiée… Nous subissons les idéologies d’une classe politique dépassée, moribonde, noyautée par des influences nauséabondes car secrètes…

On veut nous faire avaler tout cela, en argumentant sur des « valeurs républicaines » de liberté, d’égalité ou de fraternité, qui n’en ont que l’apparence et qui sont le prétexte à déconstruire notre société, notre France, fondée sur des valeurs de justice, de vérité, et de patriotisme.

Devant cette situation, nous nous sentons bien démunis. Que puis-je faire ? Comment réagir ? Ne plus aller voter ? Se refermer sur soi-même ? Partir élever des chèvres en Ariège ?

 

Plus que jamais, il est temps de résister. Entrer en résistance, c’est refuser cette nourriture avariée pour nos âmes, pour notre intelligence, pour notre corps. C’est chercher les chemins d’une sobriété heureuse, loin de la consommation galopante. C’est tenir ferme dans la transmission de valeurs et d’un enseignement de qualité, fondé sur le respect de la dignité de la personne humaine, de toute personne humaine. Résister, c’est accepter humblement nos fragilités, et nos pauvretés, en s’appuyant sur les autres, et pourquoi pas sur Dieu, pour nous relever. Résister, c’est éteindre la télé, et allumer notre cerveau, pour discerner les choix ordinaires, et refuser d’être mouton de panurge. La simplicité, la consommation enracinée dans des relations humaines non anonymes, le refus de la course aux gadgets… Tout cela peut être aussi résistance à une société qui nous broie, qui nous presse et nous rend dingue, en détruisant l’Homme et son environnement sur l’autel du profit.

 

Le pape François, dans son encyclique Laudate si, invite tous les hommes de bonne volonté, à prendre les chemins d’une conversion écologique, non pas motivée par une idéologie politique, mais par une écologie humaine où l’être humain retrouve la place centrale au cœur de la Création.

Pour cela, il faut croire au pouvoir des petits pas, à la puissance des petits ruisseaux qui font les grandes rivières : agir par des petits gestes insignifiants, gouttes d’eau dérisoires mais capables de faire couler de grands torrents dans cette société qui a vraiment soif d'autre chose...

 Accro aux nourritures avariées ?  …
Print
Repost

Commenter cet article

Aregundis 16/03/2016 17:58

Bonjour.

Il n'est décidément pas grand-monde pour apporter son grain de sel, ici. Le curé est bien seul. Dommage.

Aregundis 14/03/2016 12:09

Bonjour. Tout ça, mon Père, part d’un sentiment généreux… et excessif. Mais c’est dans l’air du temps. Nous avons des caprices d’enfants gâtés. Les détracteurs de la « mauvaise bouffe » ne manquent jamais de bons arguments pour décrire ce monde infernal de la société de conso.

Les fils à papa de mai 68 tenaient le même boniment. Ils en avaient marre de trop bien bouffer dans l’enfer capitaliste. Ils voulaient tâter un peu de la trique communiste chez Mao. Le monde merveilleux du bol de riz, de la chiourme et du bleu de chauffe. Encouragés qu’ils étaient par la presse catho « progressiste » : Témoignage chrétien, la revue Esprit, et autres feuilles « engagées »... à gauche, évidemment. Gauchistes et dominicains, même combat.
Bien entendu, ces jeunes gens repus se sont bien gardés de joindre le geste à la parole. Il n’a pas été signalé de départs massifs vers les paradis chinois et nord-coréens. Depuis, il a coulé beaucoup d’eau sous les ponts et la Chine est devenue le modèle du capitalisme mondial dans ce qu'il a de plus extravagant et de plus inquiétant par la captation des ressources.

Je suis né sous le Front popu, et j’ai d’autres souvenirs… Enfant, j’ai disputé aux chats le contenu des poubelles.

Je veux bien qu’on dise tout le mal d’un constat des faits qui démentent les partis pris. Ces vertueux détracteurs devraient expliquer comment il se fait qu’en dépit de tous les poisons que nous sommes censés ingurgiter :
— l’espérance de vie ne cesse d’augmenter
— la santé des vieux briscards est bien meilleure que celle de nos grands-parents au même âge
— la taille des jeunes a augmenté de 10 cm et plus en un demi-siècle, et tend à rattraper la norme américaine. Tout cela se se constate dans tous les pays membres de l’OCDE.

Ne nous y trompons pas. Ce dénigrement systématique n’a rien de diététique. Il est politique. Un discours commun à tous les extrémismes, de droite comme de gauche. Il est aussi, malheureusement, celui de l’Église qui en est resté à Rerum novarum. Et la plupart des papes à la suite de Léon XIII on tenu le même langage ne varietur dans des contextes historiques et géopolitiques pourtant très différents.
Faute d’un modèle de société à proposer (et lequel ?) nos « indignés » ne trouvent rien de mieux que de déblatérer contre le seul système économique apte à nourrir son monde à l’exclusion de tous les autres : le modèle libéral.

Aregundis 14/03/2016 17:57

C'est encore moi...Une erreur de transcription sous Word m'a fait écrire: " Je veux bien qu’on dise tout le mal d’un constat des faits qui démentent les partis pris."
Ce qui est idiot et dépourvu de sens.
Il faut lire: " Je veux bien qu’on dise tout le mal de notre système sous condition d’en reconnaître aussi les avantages qui démentent les partis pris." Mille excuses.