Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Miniritou

 

Depuis le 8 décembre dernier, le pape François nous a invités à une année de la Miséricorde. Une année pour redécouvrir Cette réalité qui est au cœur de notre foi : le Dieu de Jésus-Christ est un Dieu miséricordieux ! Le pape François nous présente le coeur de cette initiative : «La miséricorde de Dieu n’est pas une idée abstraite, mais une réalité concrète à travers laquelle Il révèle son amour comme celui d’un père et d’une mère qui se laissent émouvoir au plus profond d’eux mêmes par leur fils. Il est juste de parler d’un amour « viscéral ». Il vient du cœur comme un sentiment profond, naturel, fait de tendresse et de compassion, d’indulgence et de pardon. » (Misericordiae Vultus n° 6)

Comprendre la Miséricorde de Dieu ne peut être que le fruit de notre contemplation du mystère de notre Dieu-Trinité, le fruit de notre lecture priante de la parole de Dieu, l’adoration eucharistique, et de la méditation du mystère de la Passion du Christ.

Vivre la Miséricorde, c’est chercher à œuvrer pour la paix, la réconciliation, la compassion envers les pécheurs, les malades, les pauvres. C'est travailler avec l'aide la grâce à notre conversion personnelle, à la conversion des structures qui aliènent l'Homme dans notre société.

Dans ce temps de carême, c’est peut être aussi vivre l’expérience du sacrement de la réconciliation comme libératrice ! Notre foi chrétienne ne peut plus se contenter d’un minimum syndical, dans une routine qui nous enferme et nous coupe de la source. La Miséricorde de Dieu, c’est une chance de nous retrouver en marche vers la sainteté et d’y consentir !

 La miséricorde… Qu’es aquὁ ?

Commenter cet article

Aregundis 17/02/2016 22:37

Errata: pardon pour les balises qui ne fonctionnent pas ici.

Aregundis 17/02/2016 22:29

Bonjour. Permettez, mon Père - quoique je suis probablement en âge d’être plutôt le vôtre - ce petit commentaire. Ce mot, miséricorde, a pu s’entendre concrètement de bien d’autres façons - toutes allant dans le même sens, celui de la bonté par laquelle Dieu pardonne aux pécheurs, la clémence divine, ou celle des hommes, cela arrive aussi. Ainsi, par métonymie :
— la saillie sous la stalle (ces sortes de niches verticales garnissaient autrefois les deux côtés du chœur) qui permettait aux religieux de s’appuyer un peu pour se soulager de la longue station debout des offices interminables d’alors ;
— Aussi le donné à la dague pointée sur l’ennemi vaincu pour le forcer à crier miséricorde, justement ;
— Criait aussi miséricorde celui - très souvent celle - attachée au bûcher. D’où le nom aussi donné à la corde par laquelle on les garrottait à temps pour leur éviter l’atroce supplice.
— De même misericordia était le repas moins frugal que d’habitude que les Chartreux s’accordaient - ou s’accordent peut-être encore - une fois par semaine.
Enfin, les musulmans - de quelque bord qu’ils fussent - prient Allah le Miséricordieux.