Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Xavier CORMARY

Exit les boulets ?

"Xavier, arrête de porter ceux qui restent des boulets …"

Voilà le cruel dilemme devant lequel je me trouve. Aujourd'hui, cela fait 16 ans que je suis prêtre.

Ces derniers mois, ma vie de prêtre a été bousculée et illuminée par quelques rencontres qui m’ont contraint à mettre en œuvre concrètement la charité que j’annonce, au nom de l’Evangile : accueillir chez moi un frère blessé, accompagner celui qui est abîmé, consoler celui que la vie a écrasé et même jusqu'à aider matériellement celui qui était en peine… Les vies mutilées, les parcours de vie torturés sont nombreux, et le chrétien ne peut pas passer devant ces pauvres, anonymes et souvent invisibles, sans s’arrêter.

Pour ma part, je ne voudrais pas rester indifférent, je ne peux pas ! Je me sens parfois prêt à donner jusqu’à ma chemise, pour que l’autre grandisse et retrouve sens à sa vie. Je peux faire des kilomètres, me plier en quatre, me priver personnellement pour donner et partager. Je pourrais chercher l’Impossible afin de rendre la vie de l’autre moins douloureuse, et lui montrer des chemins d'espérance.

Pour eux, je me suis arrêté : j’ai pris du temps ; de l’énergie ; j’ai consacré de l’argent pour soutenir et aider ces gars à se reconstruire ou à réaliser ses projets. Certains n’avaient pas besoin d’argent, juste d’une oreille bienveillante et miséricordieuse pour leur révéler la grandeur de leur vie. Besoin d’amitié ou d’affection pour qu’ils se sentent un peu humains… Je n’ai pas tout réussi, mais je n’ai pas tout raté sans doute non plus. Des choses ont changé, des chemins se sont ouverts, des histoires ont ressuscité ! D’autres, par contre, m’ont terrassé, anéanti, parce que le passé ou le présent redevient séduisant, et que lutter pour l’autre sans l’autre devient impossible.

J’ai continué à porter, à soutenir et à accompagner, j’ai pardonné les erreurs les déceptions et jusqu’aux trahisons, jusqu’à la limite de mes forces. Et j’ai alors compris que aider et aimer, à la manière du Christ, ce n’est pas compatible avec l’absence de bonne volonté, dans la vérité et l’honnêteté, avec le désir minimal de celui qui veut en bénéficier. Certes, je ne sais pas ce que recèle le cœur de l’autre. Mais tendre l’autre joue, malgré la parole de Jésus qui nous y a invités, sans le mettre en pratique au jour de son procès, n’est possible que dans l’humilité réciproque.

L’humilité qui rencontre l’orgueil ne peut pas être évangélique. L’humilité piétinée par l’orgueil du destinataire n’est pas chemin de foi, parce que la bonté ne peut pas être accueillie comme un dû. Etre bon et être pris pour un con n'a jamais été chemin de vie chrétienne ! je veux bien accepter de me remettre en cause, mais chacun a besoin de le faire !

Rompre des liens avec ceux que j'ai porté et soutenu, mettre fin, au moins provisoirement aux relations diplomatiques devenues toxiques, malgré ce vécu si cher qui m'a émerveillé, prendre du recul, et laisser à l’autre la possibilité de changer, de réfléchir et de faire sa route sans mon aide. Voilà mon désarroi, voilà le chemin qu’il me faut pourtant prendre résolument. Je ne peux pas aider sans être reconnu, sans exister moi-même. Pas besoin de reconnaissance préalable, mais juste un soupçon de gratitude qui me donnera foi en l’avenir de l’Homme et qui confirmera au moins que ce que j’ai donné a bien été reçu, n’a pas été jeté à la poubelle. Donner sa vie pour qu'elle soit piétinée, je préfère le martyre parce qu'il sera un témoignage plus utile ! L'Évangile, c’est cela, aimer gratuitement pour faire naître dans ce monde le Dieu qui donne Vie !

Exit les boulets ?

Commenter cet article

sayanel 30/10/2015 11:39

Le chemin du Christ est dans le Don.
Le Don suffit à notre Bonheur, il ne doit pas être lié à une réciproque. Lorsqu'il est mort sur la croix le Christ n'attendait pas de nous de gratitude. Son message est au-delà de notre faiblesse.
Par contre je suis d'accord avec vous, nous pouvons être les soldats du Christ, prendre en compte ceux qui vivent autour de nous et tenter de leur venir en aide mais nous ne sommes pas leurs victimes.
Celui qui perd ses forces en désespoir de cause ne peut plus aider personne. La priorité est de se maintenir en état de porter le message du Christ... quitte à écarter les "boulets".
Ce n'est pas facile, mais l'Esprit Saint nous aide, laissons le guider nos pas et ne soyons pas des "boulets" pour lui (humour).

anonyme 31/07/2015 11:21

A mon sens, un vrai chrétien :

http://www.terraeco.net/ZAD-Notre-Dame-des-Landes-Roybon,61158.html

Celui qui ne sait rien. 05/07/2015 23:45

Beau témoignage lucide.
Peut être que la première chose à leur offrir, c'est du temps. Du temps pour parler de ce qu'ils considèrent comme leurs premiers besoins, du temps pour questionner le sens du service qu'ils vous demandent, du temps pour les éduquer aux sens du don, du temps pour leurs expliquer en quoi ce que vous pouvez leur offrir ne correspond pas aux "dûs" qu'ils vous demandent, du temps pour mettre dans leur coeur du sens à vos actes de charité !

Nicole 04/07/2015 21:33

Très beau témoignage. Et oui parfois il faut savoir se mettre en retrait. Jésus lui même s'est souvent retiré dans le désert. Discernement à faire dans la prière et avec l'aide du St Esprit. Ayant vécu cette situation, je l'avoue très difficile mais si cela permet à l'autre de pouvoir se (re)mettre debout, alors ... HUMILITE
Suivre Jésus-Christ : Le suivre, c'est aller avec lui à "la crèche, la croix, le tabernacle" A;Chevrier

De la part de Nicole Boulet. Et oui il y a des noms de famille qui font parler d'eux !!!!!

Jean 04/07/2015 18:34

Merci pour ce beau témoignage si courageux et si lucide ! L'humilité réciproque est en effet le chemin de la charité et de la Joie...