Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Miniritou

En tant que curé, je souhaite que les différents acteurs de nos célébrations soient attentifs à ces quelques rappels qui me semblent importants :

Les fidèles de l’assemblée

  • Se rappeler que c’est toute l’assemblée qui célèbre : la liturgie est la prière commune d’une ecclesia, assemblée ! Chacun a sa place, même si l’église est petite, froide ou sombre…
  • L’entrée dans l’église peut se faire à l’heure et même en avance, ça aide à se préparer spirituellement à vivre l’eucharistie.
  • Se signer avec de l’eau, s’incliner ou faire une génuflexion devant le tabernacle (si la présence est rappelée par une lumière rouge) ne sont pas des gestes révolus : ils manifestent au contraire combien le chrétien est conscient d’arriver dans la maison de Dieu.
  • Le carnet ou la feuille de chants sont mis à votre disposition : les prendre en entrant dans l’église peut s’avérer très utile tout au long de la célébration !
  • Se regrouper dans les premiers bancs, ce n’est pas réservé à quelques privilégiés qui auraient obtenu cet honneur !
  • Accueillir par un sourire son voisin, surtout si on ne le connaît pas, peut être une marque d’attention et de bienveillance fraternelle.
  • Il n’est jamais interdit de proposer ses services pour la lecture, la quête, ou même pour assurer un service au_ long de l’année : nettoyage et entretien, décoration, sacristie, préparation de la liturgie…
  • Chanter peut s’avérer parfois compliqué pour certains, ou parce que le répertoire de chants n’est guère familier, mais essayer, c’est déjà chanter ! Et tant pis pour les oreilles du voisin : on ne participe pas à un concert !
  • Le temps de la Présentation du pain et du vin est le moment pour offrir au Seigneur notre vie : joies et préoccupations de la vie, du monde… La quête a lieu aussi à ce moment là ! C’est la participation individuelle à la vie de la paroisse et de l’Eglise, parfois à une œuvre qui lui est associé. Chacun peut donner selon son cœur, et ses moyens !
  • Pour la communion, en général, il y a assez d’hosties pour tous les fidèles. Inutile de se précipiter !
  • Communier suppose la foi en la présence réelle du Christ dans l’Hostie consacrée. Recevoir le Corps du Christ n’est pas une récompense mais une responsabilité pour que le Christ vive en nous et nous aide à vivre fidèles à sa Parole. Cela exige une conscience de notre responsabilité et de notre témoignage de foi, en cohérence avec l’Evangile. C’est pour cela que l’Eglise demande aux personnes qui ne vivent pas en cohérence avec le message du Christ de s’abstenir (divorcés remariés ; concubins ; personnes ayant commis des péchés graves…)
  • On peut recevoir le Corps du Christ dans la bouche ou au creux des mains. Des mains propres ! Une langue de pécheur à convertir ! la beauté du geste ne peut-elle pas aussi exprimer notre foi en la Présence du Christ ? Un geste digne, sobre donne un témoignage ! Un bel « AMEN » proclamé de manière audible (et non marmonné ou retenu) est aussi une manière d’édifier le ministre qui vous présente « LE CORPS DU CHRIST ! »
  • Il est demandé de communier immédiatement sur place, et non de repartir à sa place pour le faire. Il est regrettable de voir des personnes qui prennent le Corps du Christ pour rien du tout !
  • Les personnes qui ne peuvent communier (enfants en bas âge ; personnes remariées ou vivant dans une situation irrégulière, personnes s’étant mises en dehors de la communion avec le Christ par leurs attitudes) peuvent s’avancer bras en croix, mains sur les épaules et manifester ainsi un désir humble et beau de s’approcher du Christ autrement…
  • On peut aussi « filer à l’anglaise » à la fin de la messe, même en France ! C’est bien dommage de ne pas profiter de la sortie de la messe pour échanger, rencontrer, accueillir ou se laisser accueillir !

Sacristains - prêtres

  • La réserve eucharistique est normalement réservée aux malades ou absents. Souvent, un ciboire plein demeure au tabernacle. Il serait important de favoriser autant que possible la communion directe au Corps du Christ consacré le jour même, et d’utiliser la réserve au tabernacle seulement comme variable d’ajustement … Sauf en cas de réserve trop importante !
  • Un point est à faire sur l’utilisation des linges liturgiques : on peut changer les linges régulièrement.
  • Les objets liturgiques peuvent varier en fonction des fêtes : prendre un beau calice pour les fêtes…
  • Etre bien attentif à disposer à l’ambon le lectionnaire à la bonne page, correspondant aux lectures du dimanche !

Chantres – organistes - prêtres

  • Penser à annoncer les pages pour toutes les prières proclamées (même pour Gloire à Dieu ; Credo) ou pour chaque chant. Il y a des pratiquants occasionnels qui ne sont pas rodés à ces prières…
  • Quand le psaume n’est pas chanté, on peut l’attribuer à un fidèle de l’assemblée.
  • Bien parler dans le micro
  • Une répétition de refrains ou chants nouveaux doit être proposée quelques minutes avant le début de la célébration !
  • Chaque chantre ayant un répertoire et des goûts personnels, veiller cependant à être vraiment au service de l’assemblée, en choisissant chants qui puissent être repris ou appris par l’assemblée.
  • Organiste et chantre : Caler avec le célébrant les répons ou chants qui demandent sa collaboration (Notre Père ; doxologie, etc.)
  • Après la 1° lecture, et avant l’alléluia, un temps de silence et de respiration est important : ne pas tout enchainer ! 20 secondes de silence ne font jamais de mal !
  • Chaque refrain devrait être chanté une fois par l’animateur ou la chorale et repris immédiatement une 2ème fois. Les refrains des chants d’entrée ou de communion, s’ils sont peu connus peuvent aussi être repris 2 fois !
  • Certains chants sont à éviter : le répertoire a parfois proposé des chants liturgiques insensés : (Christ est venu ( l'anamnèse s'adresse au Christ présent !) – Si nous partageons – Gloire à Dieu, Seigneur des univers comme Gloria…)

Ministres pour la communion – prêtres

  • Donner la communion est un ministère extraordinaire, à l’appel du célébrant s’il juge bon que plusieurs personnes donnent la communion. Il faut assurer cette mission avec justesse : on donne le Corps du Christ, on ne distribue pas des bonbons ! Veiller aux personnes qui communient pas (enfants avec bénédiction) ou celles qui repartiraient à leur place sans communier immédiatement !
  • Je souhaite autant que possible que ceux qui aident à donner la communion avec éventuellement les lecteurs ou les animateurs de chants, puissent communier, s’ils le souhaitent au Précieux Sang ; qu’ils s’avancent durant le chant de l’agneau de Dieu.
  • Les personnes qui portent la communion à des malades à domicile sont invitées à venir près de l’autel au moment de la communion pour partir à ce moment là avec la custode, qui avait été placée sur l’autel AVANT la messe !

Lecteurs et équipes de liturgie

  • Je souhaiterais que les temps de l’Avent et du carême revêtent un caractère de simplicité : Les prières universelles pourraient être ponctuées par un temps de silence, et non d’un refrain trop vite chanté… Tous les dimanches de carême pourraient choisir le JE CONFESSE comme prière pénitentielle, avec le souci du célébrant de garder un temps de silence avant de le proclamer avec l’assemblée.
  • Bien parler dans le micro.
  • Inciter les lecteurs à utiliser le lectionnaire pour la lecture (montrer le texte sur le Livre) et non pas une feuille ou « Prions en Eglise »
  • Le mot d’accueil est TRES IMPORTANT ! L’introduire par un mot spontané gentil et souriant me semble indispensable : « Bonjour ! Soyez tous les bienvenus ! Bienvenue à vous tous frères et sœurs ! » et en y mettant du cœur !!!
  • Favoriser les temps de silence (DE VRAIS TEMPS et pas seulement 3 secondes !) : à la prière pénitentielle, entre chaque lecture ; entre les intentions de prière de la PU.
  • Eviter les déplacements rapides
  • Le choix des lecteurs est délicat : peu de personnes arrivent en avancent. On peut quand même parfois essayer de solliciter de nouveaux paroissiens, pour que le service de la Parole puisse être accompli pas seulement par un petit noyau d’habitués…
  • Que chacun garde son rôle : l’animateur de chant entonne les chants. L’animateur liturgique assure les monitions ou prières…
  • Les annonces orales doivent être brèves : inutile de répéter ce qui est sur la feuille paroissiale, sauf en cas de nécessité pour souligner sur un événement important !

Merci à chacun pour son investissement et les efforts réalisés pour rendre nos liturgies plus belles et plus priantes !

Conseils pour mieux célébrer la messe en paroisse...

Commenter cet article

nicole 26/09/2014 21:14

Bonjour à tous
le prêtre pourrait aussi rappeler d'être attentifs aux nouveaux paroissiens, à ceux qui ne font pas parie du "noyau dur" paroissial. Nous nous sentons tellement transparents sur le parvis.
Il serait aussi souhaitable de réfléchir au geste de paix qui amène brouhaha et agitation juste avant la fraction du pain. (Sans compter que c'est un moment difficile pour les isolés).

BOSSARD 16/09/2014 08:19

Et inviter l'assemblée à s'asseoir pour les annonces ...

JJL 15/09/2014 23:09

Merci pour ces conseils .. particulièrement : Chaque chantre ayant un répertoire et des goûts personnels, veiller cependant à être vraiment au service de l’assemblée, en choisissant chants qui puissent être repris ou appris par l’assemblée..... la Messe n'est pas un concert .....

Jean Lefèvre 15/09/2014 22:38

Quelle joie de lire: "La réserve eucharistique est normalement réservée aux malades ou absents. Souvent, un ciboire plein demeure au tabernacle. Il serait important de favoriser autant que possible la communion directe au Corps du Christ consacré le jour même." C'est du bon sens et surtout cela apaiserait les problèmes de validité. Les catholiques sensibles aux écrits de Luther doutent de la présence réelle au tabernacle, alors que personne ne doute de la validité des espèces eucharistiques qui viennent d'être consacrées.
Ce problème est important, car trop de paroisses ne font que distribuer aux fidèles le contenu du ciboire de la réserve, et ce qui a été consacré par le prêtre ne sert le plus souvent qu'à remplir le ciboire pour les fois suivantes. Drôle de méthode qui éloigne le Salut qui vient d'être offert, comme si on ne le méritait pas !

Jean 16/09/2014 16:33

interessante remarque, je n'avais pas pensé à cela , meme si je me suis toujours demandé pourquoi le pretre ne consacrait pas les osties qu'il distribuait. C'est etrange cette reserve, en effet.